Flag_Map_of_the_World_by_bam347

Résumé

Comme les évolutions de paradigmes géostratégiques et les réarrangements politiques non traditionnels continuent à se développer partout dans le monde, les USA iront de l’avant avec leur campagne de guerre hybride contre les projets chinois One Belt, One Road (nouvelle Route de la Soie), bien que la présidence Trump soit l’ultime variable inconnue capable de transformer la situation internationale de manière radicalement imprévisible.

Le grand réarrangement

La nouvelle guerre froide a déclenché une réorganisation mondiale de partenariats de portée et d’échelle jamais vue dans l’histoire. Voici les faits les plus importants qui se produisent simultanément :

* le partenariat global le plus étroit jamais conclu entre Russie et Chine ;

* le partenariat tripartite entre Russie, Iran et Turquie ;

* le partenariat militaro-stratégique entre USA et Inde ;

* la sécession entre Ukraine et Russie, forcée par les USA (et début de la Nouvelle Guerre Froide) ;

* le rapprochement de la Russie et du Japon ;

* le rapprochement de la Russie et du Pakistan ;

* l’Égypte se rapproche de la Russie et s’éloigne des USA et des royaumes du Golfe persique ;

* le contrôle du Mercosur devient unipolaire, tandis que l’Alliance du Pacifique devient plus multipolaire ;

* la possibilité de la Chine de relier les deux blocs commerciaux sud-américains grâce au TORR ;

* la Chine et le Mexique démarrent des relations bilatérales pour se préparer à Trump ;

* l’Inde s’en prend au Népal et le pousse pour la première fois vers la Chine ;

* le pivot des USA vers l’Asie est tombé à plat à cause des progrès chinois en Thaïlande, aux Philippines et en Malaisie ;

* et enfin, Aung Suu Kyi [Myanmar] fait preuve de pragmatisme en se tournant vers la Chine.

Les restructurations géopolitiques citées ci-dessus se poursuivront dans les deux prochaines années, jusqu’à ce que la situation internationale soit relativement stable. Ce qui se passe en ce moment, c’est que le monde entier est en état de changement continuel à cause de l’instabilité mondiale que créent les USA en retardant la marche inévitable de l’ordre unipolaire vers l’ordre multipolaire. Il est possible que quelques partenariats cités changent au cours de ces temps agités, mais la plupart d’entre eux garderont probablement leur nouvelle trajectoire et ne seront pas détournés par les intrigues US, dont Washington ne se privera sûrement pas.

La guerre hybride contre la Nouvelle Route de la Soie

Concernant la tendance ci-dessus, on peut s’attendre à ce que les USA ne lèvent pas le pied dans la menée de diverses guerres hybrides partout dans le monde contre les projets chinois de la Nouvelle Route de la Soie. J’ai publié des articles hebdomadaires à ce sujet dans Oriental Review au cours de la dernière année, mais tout se résume essentiellement à la règle de la guerre hybride, dont la version modifiée et élargie dit ceci :

Derrière chaque guerre hybride, le grand objectif est de perturber, contrôler ou influencer tout projet de jonction transnationale multipolaire, par l’intermédiaire de conflits d’identité (ethnique, religieux, régional, politique, etc.) fomentés de l’extérieur dans l’un des États participant au projet visé, dans le but d’affaiblir, changer ou rétablir son gouvernement.

En extrapolant à partir de cette ligne directrice, il est possible de prévoir plusieurs champs de bataille de guerre hybride qui resteront au premier plan au cours des prochaines années. En vrac, ils concerneront les projets :

* CPEC entre Chine et Pakistan ;

* TORR entre Brésil, Bolivie et Pérou ;

* Les projets ferroviaires transafricains de la Chine (étudiés en long et en large dans mes analyses sur l’Afrique sur Oriental Review) ;

* Le chemin de fer à grande vitesse Balkan Silk Road, entre Budapest et le Pirée ;

* Le chemin de fer à grande vitesse ASEAN Silk Road, entre Chine, Laos, Thaïlande, Malaisie et Singapour ;

* L’éventuelle ligne ferroviaire à grande vitesse trans-Asie Centrale, entre Chine et Iran ;

* Et le canal du Nicaragua [reliant l’océan Pacifique et Atlantique].

Bien que la méthode particulière de la guerre hybride ne se soit pas encore manifestée dans ces projets, il existe malgré tout de solides raisons stratégiques de penser que les USA finiront par déclencher des déstabilisations asymétriques contre chacun des pays impliqués dans ces projets. Cela signifie que tous les analystes qui se focalisent sur l’avenir devraient garder un œil vigilant sur ces espaces régionaux.

L’énigme Trump

Enfin, la dernière grande tendance, qui se précisera en 2017, est l’énigme Trump, car personne au monde ne sait vraiment ce que fera le président élu au pouvoir. Il a déjà été très franc sur la marche de quelques principes clés de sa politique étrangère, à savoir son souhait d’une nouvelle détente dans la nouvelle guerre froide avec la Russie, son intention de renégocier ou de rompre l’accord nucléaire iranien et le rapprochement avec Cuba, son discours et sa position fermes envers la politique commerciale et monétaire de la Chine, son opposition à l’ALENA et aux millions d’immigrants clandestins venus d’Amérique latine qui envahissent les USA (en particulier ceux qui ont commis des violences pendant leur séjour dans le pays). Avec l’approche de Trump – qui ressemble plus à celle d’un homme d’affaires – envers l’OTAN et les partenariats militaires traditionnels des USA, ainsi que ses désaccords idéologiques à l’égard de l’hyperlibéralisme de l’UE, on peut déjà s’attendre à ce que la présidence Trump se caractérise par de nombreux rebondissements sans précédent et passionnants, car les USA s’adaptent douloureusement mais tardivement à l’ordre mondial multipolaire inévitable.

Katehon, Andrew Korybko

Original : katehon.com/article/2017-forecast-global-trends
Traduction Petrus Lombard