human control

 

Lorsqu'un gouvernement est capable de torturer ses propres soldats et concitoyens...c'est qu'il n'a plus aucune limite, ni aucune moralité.Et après, on nous dit que les Etats-Unis sont un modèle démocratique. Ben voyons! Fawkes
-------
 
Nos voisins belges de la rtbf (radio télévision belge francophone) viennent de diffuser un documentaire exposant les programmes occultes de contrôle mental de la CIA ; aujourd'hui connus sous le nom de Bluebird, Artichoke, MK-Delta ou MK-Ultra. Merci à Olivier Pighetti, réalisateur de l'excellent "Un Village empoisonné par la CIA ? Pont Saint-Esprit 1951", dont voici en introduction un entretien radiophonique concernant son nouveau documentaire.

Les cobayes de la CIA est un film historique, accusateur, et documenté sur la face occulte de ce qui s'est passé dans les années 50, 60 et 70 aux Etats-Unis. Sous prétexte de recherches sur le cerveau humain, des dizaines de milliers de personnes vont servir de cobayes non volontaires et devenir des rats de laboratoires au service d'un programme de recherche top secret de la CIA. Ces cobayes étaient recrutés parmi les indigents, les déshérités, dans les prisons, les hôpitaux, les casernes et même les orphelinats. But de la manoeuvre : effacer la mémoire, trouver un moyen pour avouer un ennemi, fabriquer une machine humaine prête à tuer contre son gré. Avec un cynisme froid et une volonté sans limite, dans une ambiance de guerre froide, les Américains ont tout tenté pour trouver " l'arme parfaite " qui permettrait d'asservir des individus ou des populations entières. Cette course à l'arme idéale a ainsi mené à des manipulations les plus folles et les plus terrifiantes afin de s'assurer la suprématie sur les autres pays du monde.
 
À l'aide d'images d'archives fortes, de témoignages de survivants, de documents secrets déclassifié ou encore d'interviews de membres retraités de la CIA ou de l'armée, le documentaire montre d'une façon rigoureuse comment la CIA a mis en place une politique de la terreur, en se servant avant tout du LSD, qui semblait la drogue la plus " prometteuse ", mais aussi des électrochocs, des lobotomies, de l'hypnose... Tout citoyen pouvait un jour se retrouver " cobaye " non volontaire de la CIA. Ce documentaire démontre l'implication forte des services américains pour infiltrer, financer et recruter des chimistes qui étaient pour la plupart de brillants éléments la société civile. Il montre enfin comment les hommes de la CIA et de l'armée ont pu agir sans aucune considération pour la vie d'autrui.
player" width="640" height="360" style="width: 640px; height: 360px;" allowfullscreen="true">
 
Source: MK Polis

http://www.fawkes-news.com

 Commentaire de Sott:

Programmation mentale, destruction de la personnalité, torture physique, inoculation de syphilis, injection de plutonium, céréales radioactives données à des enfants, irradiation volontaire, diffusions par aérosol de maladies nosocomiales sur des villes entières, diffusion de virus dans le métro, recrutement forcé dans les prisons civiles, expérimentations sur les militaires, implantation d'électrodes dans le cerveau.

Délires paranoïaques conspirationnistes ? Pas du tout. Horreurs perpétrées par les nazis ? Seulement en partie. Par les Japonais ? Les Russes ? Les Chinois ? Non, non et non. Par les extra-terrestres alors ? Peut-être, mais ça on n'en sait rien. Ce qu'on sait de façon certaine, c'est que ce sont bien les Étasuniens qui se sont rendus responsables du chapelet d'abominations égrenées plus haut, pendant des décennies., Jusqu'à nos jours. Ceux-là même que l'Histoire retient comme les sauveurs de l'Europe (à tort - ce sont les Russes qui ont mis les nazis à genoux) au siècle dernier, ceux qui ont dirigé les procès de Nuremberg, ceux qui clament que leur pays est une terre de liberté. On le constate, la réalité est tout autre. Pour creuser le sujet et comprendre que, jusque dans nos envies, nos désirs, nos objectifs, nos distractions mêmes, nous subissons l'influence psychopathique d'une minorité, politique, scientifique, militaire, qui a su ponériser, contaminer de sa folie, non pas un pays, mais la planète entière :

Voir aussi el lecture de fond pour se familiariser avec la ponérologie :


 

Mystère à Pont-Saint-Esprit

Que s’est-il vraiment passé ce 16 août 1951 à Pont-Saint-Esprit, dans cette petite ville des bords du Rhône, dans le Gard? Après avoir consommé du pain acheté dans une boulangerie locale, 300 personnes ont commencé à avoir des vomissements, maux de tête, douleurs gastriques et musculaires, et surtout de sévères hallucinations. Pris d’accès de folie, 50 habitants ont dû être hospitalisés ou même internés, tandis que 5 autres décédaient à la suite de cette mystérieuse intoxication.

Selon les médias de l’époque, le drame a culminé au soir du 25 août, lorsque des dizaines de citoyens ont été pris de convulsions. «Ma fille avait des crises terribles d’hallucinations. Elle se dressait sur son lit, voyait du sang tomber du plafond, de partout! Elle voyait des tigres qui lui bondissaient dessus, des lions, des ours qui venaient la dévorer», raconte un Spiripontain, lui-même atteint par le mal inconnu.

Le corps médical pense tout de suite à un empoisonnement à l’ergot de seigle, ce champignon parasite qui tuait souvent au Moyen Age. Mais les preuves authentifiant un ergotisme, appelé aussi mal des ardents ou feu de Saint-Antoine, font défaut. D’autres hypothèses sont alors évoquées, dont une pollution au mercure due à un fongicide agricole. Plus tard, des spécialistes suivront la piste des mycotoxines issues de champignons microscopiques, ou celle d’un blanchiment artificiel du pain, comme le raconte l’historien américain Steven Kaplan, qui a publié un ouvrage* détaillé sur le sujet.

Si l’hypothèse de l’ergotisme reste aujourd’hui la plus crédible, une nouvelle théorie est désormais défendue par le journaliste américain Hank Albarelli. Après avoir longuement enquêté sur les expériences médicales financées par la CIA dans les années 1950, il évoque la possibilité d’un test LSD à grande échelle."

Un village empoisonné par la CIA ? - Pont-Saint-Esprit 1951