cia-pentagone-external-content

 

 

 

" Ce que les grands médias vous cachent sur Trump !! " L'édito de Charles SANNAT

Ce que nous les « conspis » devant les MMS et autres fact checkers, avons à cœur de remettre en cause et, qui nous vaut d’être propulsés au pinacle des diffuseurs de fake news, par les adeptes de la pensée unique. Tentons de répondre à une question, qui voudrait de la gestion d’un pays en ruine, avec une dette faramineuse et des problèmes à la pelle à résoudre, pourquoi ? Je ne me hasarderai pas à répondre. Peut-on faire confiance en « la brute épaisse », « le misogyne », « le fou furieux » et j’en passe qui, comme on nous le présente, s’accroche au pouvoir et n’admet pas sa défaite ? Nous sommes au courant de ce qui circule en la matière, encore faudra-t-il que Trump puisse faire valoir sans contestation possible, sa victoire. Au cas où, qu’est-ce que ça apportera au reste monde ? Vous devez bien avoir une petite idée … Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Hier, je vous parlais de l’un des derniers tweets de Donald Trump. Un tweet pour ceux qui seraient aussi peu modernes que moi ce sont des « gazouillements », d’où le petit logo en forme d’oiseau bleu.

En réalité, c’est un court message posté sur un réseau social appelé Twitter qui s’est au fil des ans imposé comme une sorte d’agence de presse géante où tout le monde peut parler directement à tout le monde.

Donald Trump, le président américain, a été le premier homme politique et d’ailleurs le premier président en exercice à user et abuser de la communication directe via Twitter. Il faut dire qu’il y a été contraint par les médias qui se refusent à relayer sa « parole » et le prive d’antenne. Lors des résultats des élections, il a même été carrément coupé par certaines chaînes, ce qui est du jamais vu dans l’histoire des médias à travers toute la planète et tous les âges.

Jamais une « presse » qu’elle soit dite « libre » ou pas n’a osé couper la chique à son président en exercice.

Ici, en France lorsque Trump tweet, on nous explique que Donald Trump reconnait sa victoire et je suppose que vous vous souvenez de ces informations diffusées comme des trophées de victoire il y a quelques jours.

Sauf que Trump disait juste que J. Bidenl avait gagné uniquement parce qu’il avait tellement triché que son élection était volée et inconstitutionnelle !!! Si cela est vrai, l’élection de Biden pourrait tout simplement être invalidée. Nous y reviendrons.

Hier, je vous faisais part de ce message de Trump dans lequel il disait « Grande victoire il y a quelques instants dans l’État du Nevada ». Pour des raisons de formalisme sur les bulletins de vote, ils ont été rejetés en raison d’un écart d’électeurs à grande échelle.

Peu importe que l’on aime Trump ou pas.

Tricher n’est pas jouer, et tricher est encore moins gagner !

Mon petit doigt me dit que cette élection est très loin d’être terminée.

Je vous disais également dans un autre article que Trump envisageait de nouvelles sanctions contre la Chine d’ici le 14 décembre.

Aujourd’hui voici ce petit message très court très laconique de la Maison-Blanche.

Cette année, Trump dont le nom de code est Potus pour President Of The United States et donc le nom de code de la première dame est FLOTUS pour First Lady Of The United States passeront Thanksgiving à la Maison-Blanche alors que Trump est toujours allé passer ce moment important pour les Américains dans son golf et sa propriété de Mar-a-Lago resort.

Trump ne quitte pas la Maison-Blanche.

Trump ne quitte plus la Maison-Blanche.

Sachez également que les collaborateurs de Trump ont déclaré au New York Times que l’humeur du président « est souvent sombre », et un responsable de la Maison Blanche a déclaré à CNN avant l’annonce concernant l’agenda du président pour Thanksgiving : « On dirait une mentalité de bunker. »

Trump va-t-il se coucher ?

Trump va-t-il laisser Biden devenir le prochain président ?

Trump va-t-il pousser la bataille judiciaire jusqu’au bout ? Dispose-t-il de preuves crédibles de fraudes non pas localisées, ce qui ne serait pas de nature à remettre en cause le scrutin, ou est-il en mesure de démontrer que les démocrates ont mis en place, volontairement, une organisation systémique de falsification des élections ?

Ce sont toutes ces questions auxquelles la presse de notre pays ferait bien d’essayer de répondre plutôt que de tresser des lauriers à Biden, qui comme Trump reste le président des États-Unis, pas le président de la France.

Cette élection n’est pas encore terminée.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT



https://lesmoutonsenrages.fr