jeudi 19 novembre 2020

- Révision constitionnelle, Ordre du jour + Le Conseil d’Etat a courbé l’échine face au gouvernement pendant la crise sanitaire

 

assnatphoto_2020-11-17_21-48-42-680x1024

 

source:

 

 

"Le Conseil d'Etat a courbé l'échine face au gouvernement pendant la crise sanitaire"

Dans son livre “Petits arrangements entre amis”, le journaliste Ivan Stefanovitch dénonce le manque d’indépendance du Conseil d’Etat vis-à-vis du gouvernement. Un phénomène qui aurait été particulièrement visible durant la crise sanitaire. Entretien...

Capital : Dans votre ouvrage, vous rappelez combien les Français connaissent mal le Conseil d’Etat, alors qu’il s’agit d’une institution bicentenaire de la République…

Yvan Stefanovitch : Chargé d’évaluer la solidité juridique des textes réglementaires, le Conseil d’Etat joue d’abord un rôle consultatif d’avocat conseil auprès du gouvernement, en examinant les projets de loi ou ordonnance avant leur passage en Conseil des ministres. Mais il est également la voie de recours (avec les tribunaux administratifs et les cours administratives d’appel) dont disposent les citoyens pour contester les décisions de l’administration en matière réglementaire, c’est-à-dire en ce qui concerne les décrets et les arrêtés, qu’il peut censurer.

Son importance est donc capitale, mais la plupart des Français l’ignorent. La crise sanitaire représentait l’occasion pour le Conseil d’Etat d’endosser pleinement son rôle de gardien des libertés des Français, mais le moins que l’on puisse dire c’est que l’institution du Palais Royal n’a pas fait preuve d’une grande témérité.

⋙ A lire aussi -Sébastien Proto, le “Macron de Sarkozy”, démissionne de la fonction publique

Capital : Qu’entendez-vous par là ?

Yvan Stefanovitch : Fermeture des magasins non-essentiels, mise à disposition de masques pour les professionnels de santé, port obligatoire du masque dans la rue… Depuis le mois de mars, le Conseil d’Etat a été saisi d’une multitude de requêtes portant sur la légalité des décisions réglementaires édictées par le gouvernement pour faire face à la crise. Dans l’immense majorité des cas, il s’est contenté d’avaliser les textes et s’est donc montré particulièrement légitimiste. Il aurait pourtant eu l’opportunité d’exercer son pouvoir de censure à plusieurs reprises. Et d’apparaître comme un contre-pouvoir efficace aux yeux des Français. Mais il a courbé l’échine. Dans l’ADN de cette institution, il semble inscrit qu’il ne faut pas gêner le gouvernement.

Capital : Comment expliquer cette retenue ?

Yvan Stefanovitch : Force est de constater que le Conseil d’Etat se refuse à paralyser ou entraver l’action du gouvernement. Il ne s’agit pas d’une question politique : de gauche comme de droite, tous les conseillers d’Etat s’accordent là-dessus. Ils considèrent qu’ils ne doivent pas stigmatiser l’action de l’exécutif. Même lorsqu’il s’agit d’une affaire comme la pénurie de masques, où son impéritie a paru évidente. Malheureusement, ce légitimisme me paraît consubstantiel au fonctionnement du Conseil d’Etat. Ses membres (environ 320) jugent les requêtes contre les actes réglementaires du gouvernement, mais en même temps, l’institution fournit un grand nombre d’administrateurs de haut rang à l’Etat.

Les directions juridiques des cabinets ministériels sont peuplées de conseillers d’Etat en détachement ou en disponibilité, qui préparent les textes réglementaires. Ces mêmes textes que leurs collègues du Palais Royal devraient, par la suite, censurer... La confusion d’intérêts est telle qu’on comprend qu’ils hésitent à le faire !

⋙ A lire aussi -Fonction publique : la bombe à retardement des heures supplémentaires

Capital : Pouvez-vous donner un exemple de l’omniprésence des membres du Conseil d’Etat au sein de l’exécutif ?

Yvan Stefanovitch : On en a eu un parfait exemple avant le remaniement de juillet dernier, puisque le Premier ministre Edouard Philippe, et son directeur de cabinet Benoît Ribadeau-Dumas, étaient issus du Conseil d’Etat. Il en va de même pour le secrétaire général du gouvernement, qui assiste et prépare le conseil des ministres. Depuis 1936, cette fonction a toujours échu à un membre du Palais Royal, à l’exception d’une fois. Le résultat de cette perméabilité, c’est que le Conseil d’Etat se montre impuissant, déférent et embarrassé vis-à-vis de tout exécutif quel qu’il soit, car son rayonnement en dépend.

De plus, les conditions matérielles confortables offertes aux jeunes énarques qui intègrent l’institution dès 25, 26 ans (4.000 euros net par mois pour les auditeurs, en début de carrière, 12.000 euros pour les conseillers d’Etat, après une vingtaine d’années d’exercice) n’incitent pas vraiment à la rébellion ! D’autant plus que le Conseil d’Etat est souvent utilisé comme un marchepied vers de brillantes carrières dans le privé ou la politique. Ses membres n’ont donc pas intérêt à insulter l’avenir.

Capital : Vous pointez également des conditions de nomination qui favorisent l’entre-soi et le manque d’indépendance ?

Yvan Stefanovitch : Les deux tiers des conseillers d’Etat sont nommés par le président de la République, parmi les élèves arrivés dans le haut du classement de l’ENA. Le tiers restant peut être parachuté au poste de conseiller d’Etat par le président de façon discrétionnaire, à la seule condition d’avoir au moins 45 ans (ou au moins 30 ans et dix années dans la fonction publique). On appelle cela la nomination au tour extérieur. Les heureux élus n’affichent pas toujours une grande assiduité. C’est notamment le cas de l’avocat médiatique Arno Klarsfeld qui a participé à 117 arrêts du Conseil d’Etat en tant que rapporteur à la section du contentieux, de février 2011 à octobre 2019 (un peu plus d’un arrêt par mois) ainsi que de l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, Jeannette Bougrab (environ deux arrêts par mois entre 2008 à 2010).

⋙ A lire aussi -Le Conseil d'Etat valide la possibilité d'imposer le port du masque dans toute une ville, avec des conditions

A contrario, chez les politiques, il y a des “bourreaux de travail” : Sylvie Hubac, l’ex-directrice de cabinet de François Hollande à l’Elysée, participait à une dizaine de jugements par mois lorsqu’elle siégeait au Conseil d’Etat comme rapporteure et présidente de la 5ème chambre. On peut également citer Edouard Philippe (environ 8 arrêts par mois), qui avait intégré l’institution à sa sortie de l’ENA, en 1997, avant de basculer dans le privé quelques années plus tard, dès 2004. Devenu avocat, il a notamment collaboré au cabinet d’affaires américain Debevoise & Plimpton avant d’entrer chez Areva, comme lobbyiste en chef. Comme bien d’autres, Edouard Philippe a tiré profit des dispositions légales de détachement et de mise à disposition pour conserver un pied dans son corps d’origine du Conseil d’Etat, tout en multipliant les allers-retours dans le privé et la politique. Après son départ de Matignon, il a été placé en disponibilité du Conseil d’Etat jusqu’à la fin de son mandat, en 2026.

Capital : La hiérarchie du Conseil d’Etat et notamment son président, Bruno Lasserre, ne peuvent donc rien contre ceux qui ont tendance à tirer au flanc ?

Yvan Stefanovitch : Prenons l’exemple d’un autre ancien locataire de Matignon, Edouard Balladur. En huit ans, il a rendu qu’une quinzaine de jugements. C’est peu. Pour lui comme d’autres, le Conseil d’Etat n’est qu’un point de passage. Dans cette institution, vous ne pouvez pas obliger quelqu’un à travailler, ça ne se fait pas ! Et à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’un ancien Premier ministre ! C’est toute la difficulté de l’entre-soi : quand l’institution recrute des gens de très haut niveau qui sont destinés à faire les plus grandes carrières dans la politique et le privé, et vont multiplier les allers-retours, elle attend un retour sur investissement. Aux responsabilités, ces personnalités feront passer des textes plutôt favorables au Conseil d’Etat.

À Matignon, Edouard Balladur a débloqué les crédits nécessaires à la création des Cours administratives d’appel qui ont permis de désengorger un Conseil d’Etat étranglé par les requêtes. La perméabilité avec le monde politique est visible avec le système de nomination du président par le chef de l’Etat. Actuellement vice-président du Conseil d’Etat, Bruno Lasserre doit son poste à Emmanuel Macron, qui l'avait beaucoup apprécié lorsqu'ils ont travaillé ensemble, au sein de la commission Attali.

⋙ A lire aussi - Pourquoi Edouard Philippe réintègre le Conseil d’Etat



https://www.capital.fr

 

 

Assemblée nationale

Presentation de l'Assemblee nationale, du palais Bourbon, de ses membres (deputes), de son fonctionnement et de son actualite : agenda, travaux en cours (amendements, rapports, commissions, lois), textes et dossiers (legislatifs ou d'actualite)...

http://www.assemblee-nationale.fr

 

Posté par : Arkebi à - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Scannez-moi pour ouvrir l'article sur votre mobile

Commentaires sur - Révision constitionnelle, Ordre du jour + Le Conseil d’Etat a courbé l’échine face au gouvernement pendant la crise sanitaire

Nouveau commentaire