connerie2-29-740x431

Brassens chantait « Quand on nait con on est con … » et expliquait que cette maladie était incurable.

La grande réussite de l’épidémie de conarvirus, alias SARS-CoV-2 et de ses petits variants, a été de révéler l’incommensurable abrutissement des gouvernants. Je m’explique : quand j’ai fait ma première tentative d’apprentissage de la lecture et de l’écriture à l’école du village on m’a ordonné d’écrire en tenant le porte-plume dans la main droite. Je suis devenu complètement idiot pour ne pas dire con. J’ai failli devenir un gaucher contrarié débile. Et il y avait dans la classe un sourd-muet que tous les élèves, y compris votre serviteur, croyaient complètement débile, l’idiot du village en quelque sorte. Pourtant à la surprise générale il apprit beaucoup plus rapidement à écrire et lire que tous ses autres petits camarades. Donc la connerie ne se mesure pas de cette façon.

Quand le conarvirus s’est abattu sur le pauvre peuple il a révélé la totale incapacité des gouvernements à gérer la situation. Ils fermaient les yeux, se bouchaient les oreilles mais contrairement aux trois singes de la légende ils continuaient à parler, pour ne rien dire. Ils fermaient les yeux pour ne pas être affligés par le spectacle affligeant des rues désertes, des théâtres cadenassés, des bars et des restaurants d’où plus aucune odeur de café ou de fumet ne s’échappait. Et s’ils n’ouvraient qu’un seul œil ils ne percevaient que la moitié de la réalité, celle qui leur convenait. Je ne sais pas pourquoi j’ai écrit tout ça au passé puisqu’il en est de même aujourd’hui. Les membres du gouvernement mais pas seulement celui de la France se sont bouché les oreilles pour ne pas écouter les rares scientifiques qui leur transmettaient quelques recettes de leur cru qui sauvent des vies et pour maintenir l’économie à un niveau fonctionnel.

Dans ses chroniques Paul Craig Roberts, un habitué des mœurs politiciennes américaines, considère que la gestion de la pandémie conarvirale est bien un complot organisé pour transformer les peuples en esclaves soumis à des traitements inutiles, coûteux et mutagènes. Pire encore, les pseudo-vaccins préparés à la hâte mettent en danger la fertilité des êtres humains et l’équilibre du système immunitaire.

Tous les stratagèmes mis en place par les décideurs politiques sont en réalité ceux que leur a dicté le complexe pharmaceutico-industriel. Pas question d’autoriser les traitements prophylactiques et curatifs au stade précoce de la pathologie conarvirale ! Le complexe pharmaco-industriel ne veut pas en entendre parler car ce sont des produits risquant de voir s’effondrer leurs objectifs financiers de bénéfices se montant à des centaines de milliards de dollars.

Par conséquent les politiciens se sont bouché les oreilles, ont fermé les yeux et sont restés muets aux appels des grandes figures de la science médicale et l’épidémie a continué à provoquer des dizaines de milliers de morts. Pourtant ces produits font partie de la pharmacopée banale et ont déjà été utilisés par des milliards de personnes dans le monde. Tous les gouvernements, aux ordres, ont participé à la mise en place des campagnes de vaccination avec un vaccin qui n’en est pas un au sens traditionnel du terme mais une véritable thérapie génique qui ressemble à l’approche technologique qu’a utilisé la firme Monsanto pour la mise au point par exemple de maïs résistant aux insectes en obligeant cette plante à fabriquer une protéine étrangère, en l’occurence la toxine Bt. Curieusement les mouvements anti-OGMs n’ont pas dit un mot au sujet de ces vaccins d’un type nouveau. Sont-ils tous devenus complètement cons ou bien ont-ils été soudoyés par le complexe pharmaceutico-industriel ?

Des études récentes relatées par le Docteur Chris Shaw, neuropathologiste américain, ont montré que l’ARN messager utilisé dans les vaccins anti-conarvirus se retrouvait dans tout l’organisme (en utilisant des modèles animaux) y compris dans le cerveau et, contrairement à ce qu’affirment les fabricants, cet ARN peut provoquer des réactions inflammatoires dont les conséquences à long terme sont totalement inconnues à ce jour. Les décideurs politiques, dont la plupart sont incapables de lire une publication scientifique en anglais, ont donc les yeux fermés et les oreilles bouchées, ils sont incapables d’écouter et de comprendre ce que raconte le plus grand épidémiologiste du monde, le Docteur Ioannidis de l’Université de Stanford ( https://www.youtube.com/watch?v=8KzZXvT1g-k ).

Cet immense spécialiste conteste la validité de toutes les décisions prises par les politiciens dans les pays occidentaux, qu’il s’agisse des confinements, des couvre-feux, ports de masque si on n’est pas soi-même malade et autres gestes barrière. Difficile à avaler pour un idiot infecté par le conarvirus ! Voilà où en sont les pays occidentaux, des dirigeants le doigt sur la couture du pantalon devant le lobby international de la pharmacie, incapables de réfléchir, et une population qui risque de voir sa santé se dégrader en raison des vaccins qui lui sont imposés pour le plus grand bonheur de ce lobby de la pharmacie. Drôle de monde …

Ce contenu a été publié dans Crise coronavirale par jacqueshenry

 

via

 

 

Le conarvirus transmet une maladie incurable : la connerie

par Jacques Henry. Brassens chantait " Quand on nait con on est con ... " et expliquait que cette maladie était incurable. La grande réussite de l'épidémie de conarvirus, alias SARS-CoV-2 et de ses petits variants, a été de révéler l'incommensurable abrutissement des gouvernants.

https://reseauinternational.net