mardi 5 octobre 2021

- Les zozos du "ministère de la vérité", la commission anti complot du monarc + rappel

 

1984téléchargementDDG

 

Covidisme : Gérald Bronner, le Ministre de la Vérité de Macron !

En dehors de la présence du Pr Guy Vallancien impliqué dans le scandale monstrueux des dons des corps de la faculté Paris-Descartes, sans oublier son blâme par l’Ordre des médecins à cause d’un faux témoignage, il faut absolument dire un mot sur le président de cette commission bolchévique, M. Gérald Bronner, qui a été épinglé au moins à 2 reprise diffuser des fake news dans ses livres. Le premier mensonge concerne son ouvrage La Planète des hommes – Réenchanter le risque dans lequel il critiquera « la ronde des atermoiements précautionnistes » lors de  l’épidémie de choléra de 2010 en Haïti qui aurait retardé l’utilisation d’eau de Javel pour traiter les eaux contaminées. Le second mensonge concerne une histoire glauque et absurde d’un peintre japonais suicidé en se défenestrant sur une toile offerte à un musée ! Le musée d’art moderne de Tokyo n’a jamais rien reçu de tel car c’est une légende urbaine japonaise qui a été prise très au sérieux par notre expert et futur Ministre de la Vérité Ultime et Eternelle, Gérald Bronner himself.

La France est tellement mal et on comprend pourquoi, ses élites sont stupides, décadentes et incompétentes à un point inégalé dans toute l’histoire.



Le chercheur Gérald Bronner va conduire une mission express sur la diffusion de théories complotistes, de fausses informations et de la haine sur les réseaux sociaux.

Elles préparaient une action violente contre une loge maçonnique, le ministre de la santé Olivier Véran et un centre de vaccination. Le 26 septembre, cinq personnes proches de l’ultra-droite ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». L’un des suspects aurait reconnu la destruction de plusieurs antennes 5G.

Sans aller jusqu’à de tels extrêmes, le climat social de la France inquiète les plus hautes autorités du pays. Tous les sujets du moment, qu’il s’agisse de l’immigration, des éoliennes ou de la cause animale, semblent conduire aux excès les plus délétères.

À un peu plus de six mois de l’échéance présidentielleEmmanuel Macron installe mercredi 29 septembre une commission d’experts et d’acteurs de terrain chargée de rendre, d’ici à fin décembre, un rapport sur le rôle joué par Internet dans la diffusion de théories complotistes ou les fausses informations et de faire des propositions.

Une douzaine de personnalités

« J’ai choisi de former une équipe restreinte », déclare le sociologue Gérald Bronner, spécialiste des systèmes de croyances et de pensées, que le président a chargé de cette mission express. Une douzaine de personnalités, donc, aux profils variés. Ils sont acteurs de la veille contre les extrémismes (Iannis Roder, Rudy Reichstadt) ou chercheurs spécialistes en géopolitique (Frédérick Douzet), de la jeunesse (Anne Muxel) des cultures numériques (Rahaf Harfoush) ou médecin (Guy Vallancien). Des profils qui ont l’habitude d’intervenir dans le débat public ou ont publié des essais à succès, à l’instar de Gérald Bronner (1)…



https://www.lelibrepenseur.org

 

 

Sanctionné par l'Ordre et pro-Mediator : le Pr Vallancien intègre la commission anti-complot

Nommé dans une commission anti-complots présidée par le sociologue Gérald Bronner, le professeur Guy Vallancien a pourtant été récemment sanctionné par l'Ordre des médecins pour avoir rédigé un faux. La lanceuse d'alerte Irène Frachon s'est également inquiétée de ses prises de position dans l'affaire du Mediator, dont il a minimisé la dangerosité.

Tel est pris qui croyait prendre. Le 29 septembre dernier, Emmanuel Macron lançait une commission anti-complotisme, présidée par le sociologue Gérald Bronner, qui doit rendre, d’ici la mi-décembre « une série de propositions concrètes dans les champs de l'éducation, de la régulation, de la lutte contre les diffuseurs de haine et de la désinformation ».

Or, depuis plusieurs jours, un nom parmi les participants à cette mission suscite la controverse, celui du professeur Guy Vallancien. Marianne révélait le 20 septembre comment l’ancien urologue de François Mitterrand avait été sanctionné cet été par la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins pour avoir rédigé un faux. Ce à quoi le bouillonnant professeur, ancien conseiller des ministres de la Santé Jean-François Mattéi, Roselyne Bachelot et Xavier Bertrand nous avait poliment répondu : « J’en ai rien à foutre de cette décision » et de conclure : « J’en ai rien à foutre du conseil de l’Ordre » (sic).

MINIMISER LE DRAME DU MEDIATOR

À cette sanction ordinale, s’ajoutent ses prises de position dans l’affaire Mediator, ce médicament du groupe pharmaceutique Servier commercialisé en France durant 33 ans et retiré du marché en novembre 2009 pour ses effets cardiaques aussi rares que graves. Or, le 30 septembre dernier, la docteure Irène Frachon, la pneumologue du CHU de Brest qui a bataillé pour obtenir l’interdiction de la pilule signait une tribune dans Le Monde.

À LIRE AUSSI : Commission Bronner : et si on surestimait l'importance du complotisme ?

Elle s’insurgeait contre la présence du tonitruant médecin au sein de cette commission anti-complotisme et rappelait notamment comment l’urologue a nié le drame du Mediator. « Dans son ouvrage La Médecine sans médecin ? (Gallimard, 2015) le professeur Vallancien écrit ceci à propos du scandale du Mediator, tout en déplorant la défiance suscitée par l’affaire : "La violence de la charge unique contre l’industrie avait de quoi choquer (...). Rares sont les malades qui furent meurtris par les complications liées au produit (…). Parmi les dossiers de plaignants (…) seul un nombre infime est à ce jour reconnu comme en relation avec la prise du produit incriminé" », écrivait Irène Frachon.

Le 30 mars dernier, après dix ans d’instruction judiciaire, Servier et ses diverses filiales ont été finalement condamnés à 2,7 millions d’euros d’amende. L’Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM), elle, avait été jugée coupable de « blessures et homicides involontaires », et condamnée à 303 000 euros d’amende. Par ailleurs, 6 500 personnes s’étaient portées partie civile dans ce dossier. On est loin du « nombre infime » de victimes évoqué par Vallancien.

« JE NE SUIS PAS UN INSPECTEUR DE POLICE »

L’histoire a pris un nouveau tournant dimanche 3 octobre au soir sur le plateau de C Politique. Gérald Bronner y était interrogé sur la nomination de Guy Vallancien au sein de sa commission. À la question « si vous le gardez n’y a-t-il pas un risque que l’on vous factchecke vous aussi ? », le sociologue répond : « Guy Vallancien, il faut le rappeler, est un très grand médecin un très grand chirurgien avec une reconnaissance de ses pairs à l’international, il est membre de l’Académie nationale de médecine c’est pour ça qu’évidemment qu’on a pensé à lui. »

« Puis, j’ai découvert, comme vous, toutes ces histoires, poursuit Gérald Bronner. Je ne suis pas un inspecteur de police. Ce qui m’a motivé c’est la compétence et la diversité (…). La première réunion va avoir lieu demain (…). Ce qui est en train d’arriver est tout à fait symptomatique, c’est presque une mise en abîme du sujet c’est-à-dire qu’il y a des esprits malveillants qui radiographient chacun des membres et on trouve un certain nombre de choses (…). Je ne tombe pas dans ces hystéries-là ». Le sociologue livrait là une définition du complotisme, en somme.

« ESPRITS MALVEILLANTS »

Contacté par Marianne, Gérald Bronner nous a informés que Guy Vallancien allait être entendu par la commission ce lundi 4 octobre au soir et que ses arguments seraient rendus publics demain mardi. Vallancien arguera-t-il de sa proximité avec Emmanuel Macron qu’il a rencontré il y a quelques jours à l’Elysée dans le cadre de son think thank médical pour convaincre les membres de la commission de le garder ?

Dans sa réponse à Marianne, Bronner a ajouté que son expression concernant les « esprits malveillants » faisait référence à « certains twittologues venant notamment de l’extrême droite », sans donner plus de précision. Enfin, il a assuré avoir « le plus grand respect » pour Irène Frachon. Selon nos informations, cette dernière a justement demandé à être entendue par la mission de Bronner.

Cette bouillabaisse parisiano-médico-mondaine s’entrechoque avec un autre calendrier, celui de l’Académie de médecine dont sont justement membres Vallancien et Bronner (bien que ce dernier élu en 2017 y soit plutôt discret selon nos sources). La noble assemblée est très ennuyée par l’affaire du charnier de Paris Descartes mais ce trouble n’empêche pas le professeur d'urologie Vincent Delmas d’être candidat à la vice-présidence de l’Académie. Celui-ci connaît parfaitement le centre du don des corps de Descartes fondé… par son père en 1953. Lui-même avait ses bureaux au 5e étage, celui des chambres froides, à quelques mètres des frigos. Et donc des odeurs. Un endroit que connaît également Guy Vallancien pour avoir dirigé l'établissement de 2004 à 2014. Il achetait alors des cadavres au prix de l'Université avant de les revendre plusieurs fois le prix, via sa structure privée, à des industriels.

À LIRE AUSSI : Le Pr Guy Vallancien, l’urologue des stars, sanctionné par l’Ordre des médecins



https://www.marianne.net

 

Chronique Hebdo #16 - Avec François Belliot - L'imposture de Rudy Reichstadt

 

 

 

 

Rudy Reichstadt de Conspiracy Watch : un opportuniste de ...
Pourquoi Conspiracy Watch est un site problématique - Cinquième Colonne

Rudy Reichstadt a créé un prétendu "observatoire du conspirationnisme et des théories du complot", qu'il a maladroitement nommé "Conspiracy Watch", nom également adopté par des groupes conspirationnistes (Conspiracy Watch signifie en effet en anglais "observatoire de complots", et non "observatoire du conspirationnisme" comme semble le croire Rudy Reichstadt).

Outre lui-même, l'auteur le plus publié sur Conspiracy Watch (plusieurs dizaines d'articles) est Pierre-André Taguieff, également contributeur pour le site d'extrême-droite Dreuz infoconsidéré comme conspirationniste et extrémiste par L'Express, et qui selon le journal Le Monde « mèle islamophobie, ultra-sionisme et théories néoconservatrices ». 

Les captures d'écran ci-dessous sont toutes issues de Dreuz Info. Ce site affirme qu' "être islamophobe est un devoir civique", et promeut des conférénces racistes anti-musulmans comme celle-ci avec Robert Ménard intitulée "désislamiser l'Europe!".

Voici le site pour lequel travaille l'auteur de référence de Rudy Reichstadt...

 

Parmi les autres auteurs publiés sur Conspiracy Watch, on trouve de nombreux complotistes anti-musulmans proches de l'extrême-droite, notamment Eric Zemmour (condamné par la justice pour des propos d'incitation à la haine religieuse). Probablement suite aux critiques, Rudy Reichstadt a récemment supprimé l'article signé Eric Zemmour de son site, mais des captures d'écran sont disponibles.

Autre auteur phare de l'extrême-droite publié sur Conspiracy Watch: Alain Finkielkraut, qui figure en tête des auteurs recommandés par le Front National à ses militants, et dont on ne compte plus les propos racistes anti-noirs ou anti-arabes.

Voici d'ailleurs quelques exemples de propos complotistes anti-musulmans ou anti-palestiniens proférés par des auteurs publiés sur Conspiracy Watch:

- "L'un des objectifs de la campagne #BalanceTonPorc était de noyer le poisson de l'islam" (Alain Finkielkraut)

- "Mediapart est entre les mains des Frères Musulmans" (Pascal Bruckner)

- "La nation palestinienne est une invention du KGB et des gauchistes" (Eric Zemmour)

Bien évidemment, Conspiracy Watch n'a jamais dénoncé ces propos complotistes.

 

Autre personnalité idéologiquement proche de Rudy Reichstadt dont il n'a jamais dénoncé les délires complotistes: Céline Pina.

- "Il est assez envisageable que la chanteuse [Mennel] a été mise sur orbite par les Frères Musulmans" (dixit Céline Pina, dans Le Figaro)

CelinePinaComplotisme

Sur twitter, la complaisance de Conspiracy Watch envers le complotisme anti-musulmans passe de plus en plus mal  

En revanche, Rudy Reichstadt a activement participé à la campagne de diabolisation de cette jeune chanteuse musulmane candidate à une émission de télé-crochet, Mennel, pour des propos complotistes qu'elle a tenus sur facebook à l'âge de 20 ans. Cette campagne de harcèlement l'a contrainte à se retirer de l'émission The Voice. Même après ce retrait, Rudy Reichstadt n'était toujours pas satisfait et a continué de l'attaquer à plusieurs reprises sur twitter et sur son site Conspiracy Watch.

Entre des propos complotistes tenus à 20 ans sur facebook par une candidate d'une émission de télé-crochet (pour lesquels elle a présenté ses excuses), et des propos complotistes tenus dans des médias nationaux par des personnalités d'âge mûr, omniprésentes à la télévision et présentées comme des "intellectuels", quel est le plus grave et le plus digne d'être dénoncé?

 

Une autre source récurrente de Conspiracy Watch est le MEMRI, une association d'ultras pro-israéliens située politiquement "à l'extrême-droite du Likud" selon Vincent Cannistraro, ancien responsable du contre-espionnage à la CIA. Cofondé et présidé par Yigal Carmon, un ancien officier des services de renseignements israéliens, le MEMRI est décrit par Brian Whitaker, rédacteur en chef du Guardian pour le Moyen-Orient, comme un organe de propagande au service de l'état israélien (sources ici).

Le MEMRI est d'ailleurs une source très appréciée des sites d'extrême-droite Riposte Laïque et Dreuz Info.

 

Rudy Reichstadt est un critique acerbe du terme "islamophobie", il a d'ailleurs contribué à propager la théorie mensongère selon laquelle le mot aurait été popularisé en 1979 par des "mollahs iraniens" (intox initiée par son amie Caroline Fourest). En revanche, Rudy Reichstadt n'est pas dérangé par le mot "islamo-gauchistes", il a même publié un texte défendant ce terme sur son site.

 

L'association L'Observatoire du Conspirationnisme, qui édite Conspiracy Watch, est par ailleurs cofondatrice de l'association "Onze Janvier" présidée par Mohamed Sifaoui, dont les propos racistes répétés ont fait l'objet d'une mise en garde du CSA.

 

Signataire du Manifeste du Printemps Républicain, Rudy Reichstadt était présent à la journée de lancement du mouvement le 20 mars 2016 à la Bellevilloise à Paris, au cours de laquelle de nombreux propos racistes anti-musulmans et anti-arabes ont été tenus. Rudy Reichstadt participait à l'une des pires tables rondes de la journée, aux côtés de N. Remadna; lorsque celle-ci s'en est prise à ce qu'elle a appelé les "quartiers islamisés et arabisés", Rudy Reichstadt n'a pas bronché, aucune dénonciation de sa part.

 

Il y a encore quelques semaines, Rudy Reichstadt vantait les mérites d'une tribune anti-féministe délirante de Pascal Bruckner dans laquelle celui-ci assimilait les actions de militantes féministes contre les agressions sexuelles lors de la Nuit des César 2020 à un «pogrom féministe»... L'indécence de cet article, à la fois envers les victimes d'agresseurs sexuels et envers les vraies victimes de pogrom, n'a semble-t-il pas dérangé Rudy Reichstadt.

RudyReichstadtPogromFéministeBruckner

 

Restons dans le sexisme:

Si Monique Pinçon-Charlot est critiquable, certainement pas sur cet angle âgiste et misogyne:

RudyReichstadt-Misogne-agisme-PinconCharlot

Pour finir, voici une illustration des méthodes utilisées par Rudy Reichstadt pour discréditer les opinions qui lui déplaisent: Rudy Reichstadt souhaite absolument nous persuader que la mort de Yasser Arafat n'est pas du tout liée à un empoisonnement, bien qu'il y ait des divergences entre scientifiques sur le sujet.

La thèse de l'empoisonnement est avancée par d'éminents experts, comme le professeur François Bochud, directeur de l'Institut de radiophysique appliquée, et le Dr Patrice Mangin, directeur du Centre universitaire romand de Médecine légale, mandatés par le Tribunal de Nanterre pour analyser des échantillons prélevés sur sa dépouille. "Nos résultats soutiennent raisonnablement la thèse de l'empoisonnement", affirme ainsi le professeur François Bochud, directeur de l'Institut de radiophysique appliquée

Mais pour Rudy Reichstadt, leur opinion relève du "complotisme", une accusation qu'il lance contre tout journaliste ou scientifique qui relaye cette thèse, par exemple le journaliste d'Europe1 Emmanuel Faux qui a écrit un livre synthétisant l'affaire Arafat, dans lequel il penche pour la thèse de l'empoisonnement.

Rudy Reichstadt a réitéré la même accusation contre le journaliste Vincent Hervouët, qui sur Europe1 a tenu ces propos pourtant très prudents en janvier dernier (relayant les incertitudes et désaccords des scientifiques sur le sujet): "Yasser Arafat a peut-être [été assassiné]".

RudyReichstadt-Arafat-Empoisonnement-Complotisme

Vincent Hervouët, qui n'est pas du tout connu pour être conspirationniste, et qui a essayé d'être le plus neutre possible dans ce débat entre scientifiques, se voit donc accuser de propager une théorie "complotiste", pourtant soutenue par d'éminents experts médico-légaux.

Je ne sais pas quelle est la cause réelle de la mort d'Arafat, des scientifiques tout à fait respectables de chaque côté sont en désaccord sur le sujet. Mais voir l'opinion d'experts reconnus, mandatés par le tribunal de Nanterre (qui n'est pas vraiment une officine conspirationniste), être considérée comme du complotisme par Rudy Reichstadt, militant n'ayant aucune expertise dans le domaine médico-légal, donne une idée des véritables objectifs de Rudy Reichstadt et de son site Conspiracy Watch.



http://cinquiemecolonne.canalblog.com

 

 

Emmanuel Macron pense-t-il à un Ministère de la lutte contre le complotisme? - Le Courrier des Stratèges

Le projet présenté ce jour par Emmanuel Macron - une Commission pour faire des recommandations en matière de lutte contre le complotisme - a beau être d'une grande indigence intellectuelle, il n'en est pas moins dangereux pour autant. Remplacez "complotisme" par "liberté d'opinion" et vous comprendrez très vite que le Président de la République, qui vise un second mandat, est en train de poser les jalons d'un Ministère de l'Information et de la Propagande.

Le président français Emmanuel Macron a donc mis en place ce 29 septembre une commission de lutte contre la désinformation et le complotisme, sous l’égide de Gérald Bronner, sociologue et auteur d’Apocalypse cognitive (Paris, 2021). Cette «commission Bronner» aura pour objectif de «mesurer les dangers du numérique sur la cohésion nationale et nos institutions afin de mieux y faire face»,  Un rapport sera rendu fin décembre, avec des propositions notamment dans le domaine de l’éducation.  Cette nouvelle est proprement terrifiante. Emmanuel Macron avance toujours plus loin dans la logique liberticide. En 2018, il avait fait voter une loi contre les fake news. A présent, il entend se donner les moyens d’équiper le gouvernement d’un véritable Ministère de l’Information. 

Une démarche qui révèle la panique de perdre le contrôle de l'information

Nul besoin de s’étendre sur la pauvreté intellectuelle du projet. A l’âge d’internet et de la concurrence des médias de la Deuxième Révolution Industrielle par une prolifération d’initiatives et de supports (journaux pure players, blogs, plateformes de réseaux sociaux, canaux Telegram etc…), il est tout à fait absurde de vouloir réguler l’information. Sauf à mettre en place un contrôle total à la manière du Parti Communiste Chinois. J’avoue avoir du mal à comprendre qu’un universitaire du talent de Gerald Bronner  ou une personnalité originale comme Rachel Khan se laissent entraîner dans cette aventure. On le comprend mieux dans le cas de Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, qui avait bien commencé, à l’époque où il combattait le négationnisme mais qui aujourd’hui a mis en place un site au service de l’idéologie progressiste, qui se charge de traquer tout ce qui va contre la pensée dominante. 

Cependant, même quand ils sont dans une logique de gain d’influence, les membres de cette Commission se rendent-ils compte qu’ils se laissent totalement instrumentaliser par le Président de la République? L’honneur de l’universitaire, de l’intellectuel, de l’écrivain, en France, a toujours été de se tenir à distance du pouvoir. Et nos grands chefs d’Etat n’ont jamais menacé cette indépendance. Louis XIV a protégé Molière et sa liberté d’esprit face aux “dévôts”. Napoléon n’a jamais osé s’en prendre à Chateaubriand. Et de Gaulle répondit un jour à quelqu’un qui lui demandait de faire pression sur Jean-Paul Sartre: “On n’enferme pas Voltaire à la Bastille”. Là nous sommes dans une situation inversée de part et d’autre: ceux qui devraient être les représentants de l’esprit français se laissent instrumentaliser par le pouvoir. 

D’un côté, comment ne pas voir se profiler le spectre sinistre d’un second quinquennat au cours duquel – s’il devait avoir lieu – “Jupiter” supporterait eencore moins l’opposition que lors du premier mandat. D’un autre côté, comment ne pas voir dans l’initiative du Président  un réflexe de panique. La loi contre la manipulation de l’information de décembre 2018 ne suffisait donc pas? L’empilement des lois caractérise les régimes en bout de course.  



https://lecourrierdesstrateges.fr

 

mercredi 29 septembre, se lançait la commission Bronner à l’Elysée pour lutter contre les dites "fake news", un cocasse "Ministère de la Vérité" ? On en parle avec Anne-Sophie Chazaud, essayiste et auteur de "Liberté d'(in)expression" aux éditions de l’Artilleur et d’un autre livre à paraître en février 2022 "Société de surveillance et confiscation démocratique".

 

 

RAPPEL:

Si la "commission sur l'information" avait existé lors de son allocution en date du 12 juillet 2021, le monarc aurait dû démissionner pour mensonge.

 

 

Analyse des assertions scientifiques d'Emmanuel Macron par le Pr Peter McCullough

Lors de son allocution en date du 12 juillet 2021, le président Macron a fait état d’un certain nombre d’assertions scientifiques : "le variant Delta est trois fois plus contagieux que la première souche" ; "les vaccins divisent par douze le pouvoir de contamination et évitent 95 % des formes graves" ; pourtant, il faut "vivre avec le virus"... Toutes avaient pour objectif d’établir sa décision de rendre la vaccination obligatoire pour les soignants, ainsi que la mise en place d’un passe sanitaire, qui correspond peu ou prou à une obligation vaccinale. En effet, les Francais non vaccinés ont de grandes chances - sous réserve de votes - de se voir interdire l’accès aux restaurants, bars, commerces, voyages, etc. Une des mesures les plus coercitives d'Europe.

Voir aussi : "Propagande est le mot qui me vient pour qualifier la politique de vaccination" Dr McCullough

Pour autant, la charge de la preuve incombe à celui qui énonce un fait scientifique, mais Emmanuel Macron n’a pas eu le temps d'étayer son propos dans le cadre de son discours.

Nous avons donc demandé à un spécialiste, le Dr McCullough, qui a témoigné sous serment devant le Sénat américain de revoir chacune de ces assertions et de les commenter.

 

C’est ce qu’il fait au cours de ce debriefing :

Conclusion : aucune assertion n’est fondée.

Le professeur McCullough va plus loin et déclare que l’obligation vaccinale et le passe vaccinal ne sont pas nécessaires étant donné l’état de l’épidémie, y compris pour le variant Delta. Par ailleurs, il se tient à disposition des parlementaires français pour venir témoigner de son expertise de manière factuelle et rigoureuse.

Voir aussi : format PDF téléchargeable de la retranscription complète de l'entretien

Mise à jour 26 juillet : ajout de la version française, doublée par Jeanne traduction :



https://www.francesoir.fr

 

 

 

 

Posté par : Arkebi à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Scannez-moi pour ouvrir l'article sur votre mobile

Commentaires sur - Les zozos du "ministère de la vérité", la commission anti complot du monarc + rappel

Nouveau commentaire