dimanche 12 juillet 2020

- On a affaire à un virus macroscopiquement quantique !

capture TC

Il existe partout à la fois et il n'est apparu nulle part.
Ou plutôt, après qu'il soit apparu quelque part, on se rend compte qu'il a toujours existé partout, dans le temps passé comme dans l'espace, avant d'avoir été observé.

Donc il ne tue pas s'il n'est pas observé.
Et même s'il est observé, il ne tue que les gens déjà malades.
Donc, ce n'est pas lui qui tue. Ou plutôt si, mais seulement ceux qui sont victimes du fait qu'il est observé comme un tueur.
En fait il tue et ne tue pas, en même temps. Autrement dit, Il tue mais seulement après qu'on soit déjà mort. Si on veut, car un virus quantique, c'est compliqué.

La preuve qu'il a tout d'un chat de Schrödinger, c'est qu'il passe à travers les masques et qu'en même temps, il est arrêté par les masques. Il rend les porteurs sains inoffensifs et en même temps, il les rend dangereux. Il est de nature à être anéanti par un vaccin et en même temps, aucun vaccin ne peut avoir d'effet sur lui. Il fait de Bill Gates un sauveur, et en même temps un diable 666.

Il devient en réalité plus dangereux lorsqu'on se protège contre lui par confinement. Il redevient inoffensif lorsqu'on pense qu'il n'existe pas en protégeant ainsi son système immunitaire. Oh pardon, il est hors de question de penser cela, sinon vous devenez dangereux. Vous devez croire que le virus se fiche complètement de votre système immunitaire. En fait, le virus est en même temps insensible à votre système immunitaire, et détruit par lui.

Ce virus est à la fois minuscule, inoffensif et archi puissant. Il a été capable d’empêcher à lui seul l'effondrement du système financier. Il est capable d’arrêter à lui seul la pollution sur terre et peut-être même le réchauffement climatique. On en a donc absolument besoin et s'il disparait, on est mal. Et comme il y a à nouveau un risque d'effondrement financier, on sait que le virus va revenir, juste avant l'effondrement car c'est ainsi qu'il opère. C'est un vrai virus Batman qui vient nous sauver des terribles conséquences de nos bêtises, qui ne tue que les malades et qui a déjà prouvé qu'il est capable de sauver la planète.

Ce virus étant donc un vrai héros, je vous parie qu'il va revenir ...

Surtout qu'il a un seul défaut, c'est qu'il appauvrit les pauvres et qu'il enrichit les riches. C'est pourquoi les puissants l'adorent, ils en usent et en abusent pour accélérer leurs agendas. Mais en même temps, les puissants en ont peur, parce que le virus risque de déjouer tous leurs plans.

Car s'agissant d'un virus quantique, c'est la conscience qui aura le dernier mot.

PHILIPPE GUILLEMANT

via Facebok

Posté par Arkebi à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


- Mensonges sous nos Yeux ! (vidéo Sylvano Trotta)

CaptureST

Les mensonges deviennent si énormes, si évidents, que l'on se demande comment certains font pour ne pas les voir.

 

Posté par Arkebi à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

- Linky: Aprés les partenariats avec les POMPIERS, ENEDIS signe avec les GENDARMES ...

ENEDIS Menteurs

 

Les enquêtes des incendies linky vont devenir difficiles ...les plaintes contre les poses forcées et violences aussi...
Sous prétexte de lutter contre certains préjudices, le tout puissant industriel "s'offre" ainsi, sous forme de "collaboration",
les services de la gendarmerie après avoir proposé sa collaboration avec les pompiers !

 

 

- Enedis et la gendarmerie collaborent pour mieux lutter contre les vols et dégradations sur le réseau

La première convention signée entre EDF (ancien nom d'Enedis) et la gendarmerie date de 2014. Une année au cours de laquelle les vols de métaux (cuivre notamment) ont représenté un préjudice de 1 million d'euros pour la société.

https://www.lavoixdunord.fr

 

RAPPEL:

linky non

Posté par Arkebi à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

- 5G: le mensonge de Macron !

 

5g

" La Convention citoyenne pour le climat l’a demandé, à 98% des voix : un moratoire sur la 5G. Macron l’a promis : « Je reprendrai tout. » Que dit son gouvernement deux jours plus tard : aucun moratoire à venir, on lance les enchères en septembre ! "

 

.
Complémént "environnement":

Loi de finances : Macron discourt sur l'écologie, ses députés la démolissent

Discuté à l'Assemblée nationale jusqu'à la démission du gouvernement Philippe, le projet de loi de finances rectificative (PLFR) a méthodiquement écarté toutes les mesures qui auraient pu permettre un " virage " écologique et social. Ce n'est plus une faille, c'est un gouffre.

https://reporterre.net

Posté par Arkebi à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

- L'Obsolescence de l'Homme

G

Ce livre fut publié en 1956, mais est malheureusement dans l'actualité.

extrait-de-GA

Posté par Arkebi à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


- 5G: EXEMPLE A SUIVRE PAR TOUS MAIRES DE FRANCE

 

assos5G

 Le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle, vif opposant au déploiement de la 5G, n'en veut pas !

"Les opérateurs de téléphonie attaquent la Ville de Grenoble en justice car nous bloquons les travaux (démarrés en cachette...) sur les antennes. Je continuerai à demander un moratoire sur la 5G : rien n'est clair sur la santé et je suis sceptique sur l'hypernumérisation de nos vies"

https://twitter.com/i/status/1280076022554210304

https://twitter.com/EricPiolle/status/1280076022554210304?s=20

hhttps://twitter.com/i/status/1280076022554210304ttps://twitter.com/EricPiolle/status/1280076022554210304?s=20

 

 

La 5G, il n'en veut pas. Le maire EELV de Grenoble, Eric Piolle, réélu le 28 juin pour un second mandat, est un farouche opposant à la 5G, la cinquième génération des standards de la téléphonie mobile, qui sera lancée commercialement fin 2020 en France.  Volontiers provocateur, Eric Piolle estime que "la 5G, c'est pour regarder du porno sur votre téléphone, même quand vous êtes dans l'ascenseur, en HD". Invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche midi, il a ajouté : "Est-ce que le progrès, c'est de voir des films porno en HD ?" [haute définition, NDLR]. Il indique que le numérique émet aujourd'hui 4 % des gaz à effet de serre, un chiffre qui doit doubler d'ici cinq ans, "pour que vous puissiez savoir combien de yaourts vous avez dans votre frigidaire".

Posté par Arkebi à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

- « Personne n’est mort du coronavirus ».

Capt-MondialisationCA-covid

A chacun son avis; et pour ceux qui ont encore quelque chose entre les oreilles, la lecture est toujours enrichissante;
Mais pourquoi l’OMS » recommande « avec insistance » de ne pas faire d’autopsie des personnes décédées, pourquoi ? C.H.

 

Révélations importantes du Dr Stoian Alexov, président de l'Association bulgare de pathologie

Un célèbre pathologiste européen rapporte que lui et ses collègues de toute l’Europe n’ont trouvé aucune preuve de décès dû au nouveau coronavirus sur ce continent.

Le Dr Stoian Alexov a qualifié l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d' »organisation médicale criminelle » pour avoir créé la peur et le chaos dans le monde sans fournir de preuves objectivement vérifiables d’une pandémie.

Une autre révélation étonnante du président de l’Association bulgare de pathologie (BPA), le Dr Alexov, est qu‘il estime qu’il est actuellement « impossible » de créer un vaccin contre le virus.

Il a également révélé que les pathologistes européens n’ont identifié aucun anticorps spécifique du CoV-2 du SRAS.

Ces déclarations stupéfiantes soulèvent de grandes questions, notamment sur les affirmations des fonctionnaires et des scientifiques concernant les nombreux vaccins qu’ils font passer d’urgence aux essais cliniques dans le monde entier.

Elles soulèvent également des doutes quant à la véracité des affirmations concernant la découverte d’anticorps contre les nouveaux coronavirus (qui commencent à être utilisés pour traiter les patients).

Les anticorps spécifiques aux nouveaux coronavirus sont censés être à la base des coûteux kits de tests sérologiques utilisés dans de nombreux pays (dont certains se sont révélés d’une inexactitude inacceptable).

Et ils sont censés être la clé des certificats d’immunité convoités par Bill Gates qui sont sur le point d’être largement utilisés – sous la forme du COVI-PASS – dans 15 pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada.

Le Dr Alexov a fait des observations stupéfiantes lors d’une interview vidéo résumant le consensus des participants à un webinaire de la Société européenne de pathologie (ESP) sur la COVID-19, le 8 mai 2020.

L’interview vidéo du 13 mai du Dr Alexov a été réalisée par le Dr Stoycho Katsarov, président du Centre pour la protection des droits des citoyens à Sofia et ancien vice-ministre bulgare de la santé. La vidéo est disponible sur le site web du BPA, qui met également en évidence certains des principaux points du Dr Alexov.

Nous avons demandé à une personne de langue maternelle bulgare ayant une formation scientifique de traduire oralement l’interview vidéo en anglais. Nous avons ensuite transcrit sa traduction. La vidéo est ici et notre transcription en anglais est ici.

Parmi les principales révélations du Dr Alexov, les dirigeants du webinaire ESP du 8 mai ont déclaré qu’aucun anticorps spécifique au nouveau coronavirus n’avait été trouvé.

L’organisme forme des anticorps spécifiques aux agents pathogènes qu’il rencontre. Ces anticorps spécifiques sont connus sous le nom d’anticorps monoclonaux et constituent un outil essentiel en pathologie. L’immunohistochimie, qui consiste à marquer les anticorps avec des couleurs et à les appliquer sur les lames de biopsie ou d’autopsie, permet d’obtenir ces anticorps. Après avoir donné aux anticorps le temps de se fixer aux agents pathogènes auxquels ils sont spécifiques, les pathologistes peuvent examiner les lames au microscope et voir les endroits spécifiques où se trouvent les anticorps colorés, et donc les agents pathogènes auxquels ils sont liés.

Par conséquent, en l’absence d’anticorps monoclonaux contre le nouveau coronavirus, les pathologistes ne peuvent pas vérifier si le SRAS-CoV-2 est présent dans l’organisme, ni si les maladies et les décès qui lui sont attribués ont bien été causés par le virus plutôt que par autre chose.

Il serait facile d’écarter le Dr Alexov comme un autre « théoricien de la conspiration ». Après tout, beaucoup de gens croient qu’ils sont partout ces jours-ci, répandant de dangereuses informations erronées sur la COVID-19 et d’autres questions.

En outre, le consensus du webinaire du 8 mai n’est guère présent dans les parties de la procédure qui peuvent être vues par le public.

Mais il faut garder à l’esprit que les dénonciateurs sont souvent seuls, car la grande majorité des gens ont peur de s’exprimer publiquement.

De plus, le Dr Alexov a un dossier et une réputation irréprochables. Il est médecin depuis 30 ans. Il est président du BPA, membre du conseil consultatif de l’ESP et chef du département d’histopathologie de l’hôpital d’oncologie de Sofia, la capitale bulgare.

En plus de cela, il y a d’autres arguments en faveur de ce que dit le Dr Alexov.

Par exemple, le directeur de l’Institut de médecine légale du Centre médical universitaire de Hambourg-Eppendorf en Allemagne a déclaré dans des interviews aux médias qu’il y a un manque frappant de preuves solides de la létalité de la COVID-19.

« La COVID-19 est une maladie mortelle seulement dans des cas exceptionnels, mais dans la plupart des cas, il s’agit d’une infection virale essentiellement inoffensive« , a déclaré le Dr Klaus Püschel à un journal allemand en avril. Dans une une autre interview, il ajoute :

« Dans un certain nombre de cas, nous avons également constaté que l’infection corona actuelle n’a rien à voir avec l’issue fatale parce que d’autres causes de décès sont présentes, par exemple, une hémorragie cérébrale ou une crise cardiaque […] [la COVID-19 n’est] pas une maladie virale particulièrement dangereuse […] Toutes les spéculations sur les décès individuels qui n’ont pas été examinés par des experts ne font qu’alimenter l’anxiété ».

De plus, l’une d’entre nous (Rosemary) et une autre journaliste, Amory Devereux, ont documenté dans un article du Off-Guardian du 9 juin que le nouveau coronavirus n’a pas rempli les postulats de Koch.

Ces postulats sont des étapes scientifiques utilisées pour prouver l’existence d’un virus et sa relation individuelle avec une maladie spécifique. Nous avons montré qu’à ce jour, personne n’a prouvé que le SRAS-CoV-2 provoque une maladie spécifique correspondant aux caractéristiques de toutes les personnes qui sont ostensiblement mortes du COVID-19. Le virus n’a pas non plus été isolé, reproduit puis démontré comme étant à l’origine de cette maladie distincte.

En outre, dans un article paru le 27 juin dans le Off-Guardian, deux autres journalistes, Torsten Engelbrecht et Konstantin Demeter, ont ajouté aux preuves que « l’existence de l’ARN du SRAS-CoV-2 est basée sur la conviction  et non sur les faits« .

Les deux journalistes ont également confirmé « qu’il n’y a aucune preuve scientifique que ces séquences d’ARN [considérées comme correspondant à celles du nouveau coronavirus] sont l’agent causal de ce qu’on appelle la COVID-19« .

Le Dr Alexov a déclaré dans l’interview du 13 mai que:

« la principale conclusion [de ceux d’entre nous qui ont participé au webinaire du 8 mai] est que les autopsies qui ont été menées en Allemagne, en Italie, en Espagne, en France et en Suède ne montrent pas que le virus est mortel ».

Il a ajouté que :

« Ce que tous les pathologistes ont dit, c’est que personne n’est mort du coronavirus. Je le répète : personne n’est mort du coronavirus ».

Le Dr Alexov a également observé qu’il n’y a aucune preuve, à partir des autopsies, que les personnes considérées comme ayant été infectées par le nouveau coronavirus sont mortes uniquement d’une réaction inflammatoire déclenchée par le virus (se présentant comme une pneumonie interstitielle) plutôt que d’autres maladies potentiellement mortelles.

Une autre de ses révélations :

« Nous devons voir exactement comment la loi traitera l’immunisation et le vaccin dont nous parlons tous, car je suis certain qu’il n’est [actuellement] pas possible de créer un vaccin contre le COVID. Je ne suis pas sûr de ce que Bill Gates fait exactement avec ses laboratoires – est-ce vraiment un vaccin qu’il produit, ou autre chose ? »

Comme indiqué ci-dessus, l’incapacité à identifier des anticorps monoclonaux pour le virus suggère qu’il n’y a pas de base pour que les vaccins, les tests sérologiques et les certificats d’immunité soient déployés dans le monde entier à une vitesse et à un coût sans précédent. En fait, il n’existe aucune preuve solide de l’existence du virus.

Le Dr Alexov a soulevé des points encore plus importants. Par exemple, il a noté que, contrairement à la grippe saisonnière, il n’a pas été prouvé que le SRAS-CoV-2 tue les jeunes :

[Avec la grippe] nous pouvons trouver un virus qui peut causer la mort d’une jeune personne sans qu’aucune autre maladie ne soit présente […] En d’autres termes, l’infection par le coronavirus est une infection qui ne conduit pas à la mort. Et la grippe peut conduire à la mort ».

(On a signalé des maladies graves telles que la maladie de Kawasaki et des accidents vasculaires cérébraux chez des jeunes qui étaient considérés comme atteints d’une infection par un nouveau coronavirus. Cependant, la majorité des articles publiés sur ces cas sont très courts et ne concernent qu’un seul patient ou une petite poignée de patients. De plus, les commentaires sur ces articles notent qu’il est impossible de déterminer le rôle du virus parce que les auteurs des articles n’ont pas suffisamment vérifié, voire pas du tout, les facteurs de confusion. Il est très probable que les décès d’enfants attribués à la COVID-19 sont en fait dus à une défaillance de plusieurs organes résultant de la combinaison du cocktail de médicaments et de la ventilation auxquels ces enfants sont soumis).

Le Dr Alexov a donc affirmé que: « l’OMS est en train de créer un chaos mondial, sans qu’aucun fait réel ne puisse soutenir ce qu’elle dit ».

Parmi la foule de moyens utilisés par l’OMS pour créer ce chaos, il y a l’interdiction de presque toutes les autopsies de personnes considérées comme mortes à cause de la COVID-19. En conséquence, selon le Dr Alexov, le 13 mai, seules trois autopsies de ce type avaient été pratiquées en Bulgarie.

De plus, l’OMS dicte que toutes les personnes dites infectées par le nouveau coronavirus et qui décèdent par la suite doivent voir leur décès attribué à la COVID-19.

« C’est assez stressant pour nous, et pour moi en particulier, car nous avons des protocoles et des procédures que nous devons utiliser », a-t-il déclaré au Dr Katsarov. « … Et un autre pathologiste, dans 100 ans, va dire : « Hé, ces pathologistes ne savaient pas ce qu’ils faisaient [quand ils ont dit que la cause du décès était la COVID-19] ! Nous devons donc être très stricts dans nos diagnostics, parce qu’ils pourraient être prouvés [ou réfutés], et ils pourraient être vérifiés à nouveau plus tard ».

Il a révélé que les pathologistes de plusieurs pays d’Europe, ainsi que de Chine, d’Australie et du Canada résistent fortement aux pressions exercées sur eux pour qu’ils attribuent les décès à la seule COVID-19 :

« Je suis vraiment triste que nous devions suivre les instructions [de l’OMS] sans même y réfléchir. Mais en Allemagne, en France, en Italie et en Angleterre, ils commencent à penser que nous ne devrions pas suivre l’OMS aussi strictement, et [au lieu de cela] lorsque nous écrivons la cause de la mort, nous devrions avoir des résultats pathologiques [pour étayer cela] et nous devrions suivre le protocole. [Parce que] quand nous disons quelque chose, nous devons pouvoir le prouver. »

(Il a ajouté que les autopsies auraient pu aider à confirmer ou à infirmer la théorie selon laquelle de nombreuses personnes considérées comme mortes de la COVID-19 en Italie avaient déjà reçu le vaccin contre la grippe H1N1. Car, comme il l’a fait remarquer, le vaccin détruit le système immunitaire des adultes et a donc pu contribuer de manière significative à leur décès en les rendant beaucoup plus sensibles à l’infection).

Les docteurs Alexov et Katsarov ont convenu qu’un autre aspect du chaos causé par l’OMS et de ses conséquences fatales est que de nombreuses personnes risquent de mourir bientôt de maladies telles que le cancer parce que les fermetures, combinées à la fermeture des hôpitaux (apparemment pour faire de la place aux patients qui ont contracté la COVID-19), ont interrompu toutes les procédures et tous les traitements, sauf les plus urgents.

Ils ont également observé que ces maladies sont exacerbées par la peur et le chaos qui entourent la COVID-19.

« Nous savons que le stress affaiblit considérablement le système immunitaire, je peux donc affirmer à 200 % que toutes les maladies chroniques seront plus graves et plus aiguës en soi. Plus précisément, les carcinomes in situ – plus de 50 % d’entre eux vont devenir plus envahissants […] Je dirai donc que cette épidémie n’est pas tant une épidémie du virus, mais une épidémie qui donne aux gens beaucoup de peur et de stress ».

En outre, a déclaré le Dr Alexov, la panique causée par la pandémie a eu pour conséquence directe et désastreuse que de nombreuses personnes perdent confiance dans les médecins.

« Parce qu’à mon avis, le coronavirus n’est pas si dangereux, et comment les gens vont-ils me faire confiance dans la pathologie du cancer, dont une grande partie est également liée aux virus ? Mais personne ne parle de cela ».

Nous avons envoyé plusieurs questions par e-mail au Dr Alexov, lui demandant notamment pourquoi il pense qu’il est impossible de créer un vaccin contre la COVID-19.

Il n’a pas répondu directement aux questions. Le Dr Alexov a plutôt répondu :

Cher Patrick,
merci pour votre courriel et vos informations. 
J’accepte à 1000% toutes les informations. En outre, l’OMS a déclaré que les patients atteints de COVID-19 n’ont pas besoin d’autopsie. POURQUOI ?
Le petit nombre d’autopsies que nous avons pratiquées en Europe le montre clairement. Personne n’est mort du COVID-19. Nous avons dit très probablement avec le COVID19.
Je crois vraiment que l’OMS est la meilleure organisation médicale criminelle.
Salutations
Dr. St. Alexov MD.
Chef du département d’histopathologie

Nous avons également envoyé un courrier électronique à cinq des collègues du Dr Alexov de la Société européenne de pathologie pour leur demander de confirmer les révélations du Dr Alexov. Nous avons assuré un suivi téléphonique auprès de deux d’entre eux. Aucun n’a répondu.

Pourquoi le Dr Alexov ou ses cinq collègues n’ont-ils pas répondu à nos questions ?

Nous doutons que cela soit dû à un manque de maîtrise de l’anglais.

Il est plus probable que ce soit à cause de la pression exercée sur les pathologistes pour qu’ils suivent les directives de l’OMS et ne s’expriment pas publiquement. (Et, en plus de cela, les départements de pathologie dépendent des gouvernements pour leur financement).

Néanmoins, des pathologistes comme les docteurs Alexov et Püschel semblent prêts à affirmer que personne n’est mort d’une infection due un nouveau coronavirus.

Peut-être est-ce parce que les dossiers et la réputation des pathologistes sont basés sur des preuves scientifiques solides plutôt que sur une interprétation subjective des tests, des signes et des symptômes. Et il n’y a pas de preuves tangibles que le virus COVID-19 est mortel.

Rosemary Frei

Patrick Corbett

Article original en anglais :

“No One Has Died from the Coronavirus”, le 3 juillet 2020

Traduit par Maya pour Mondialisation.

L’image en vedette est tirée d’OffGuardian

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Rosemary Frei est titulaire d’un MSc en biologie moléculaire de la faculté de médecine de l’université de Calgary. Elle a été rédactrice et journaliste médicale indépendante pendant 22 ans et est maintenant journaliste d’investigation indépendante. Vous pouvez regarder son interview du 15 juin sur The Corbett Report, lire ses autres articles sur Off-Guardian et la suivre sur Twitter.

Patrick Corbett est un écrivain, producteur, réalisateur et rédacteur à la retraite qui a travaillé pour tous les grands réseaux au Canada et aux États-Unis, à l’exception de la Fox. Il a travaillé pour Dateline NBC, CTV’s W-5 et l’unité documentaire de CTV où il a écrit et réalisé « Children’s Hospital », la première production canadienne à être nominée pour un Emmy international. Vous pouvez suivre Patrick sur Twitter.

Posté par Arkebi à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

- Coronavirus : Il n'y a plus de vrais scientifiques, seulement des universitaires qui rampent (Entretien avec Shiva Ayyadurai)

 

CaptureKlaTv

 Se pourrait-il qu’en fait les bactéries et les virus ne puissent pas tuer les humains ? Le scientifique et homme politique indo-américain Shiva Ayyadurai en est convaincu et va même plus loin : il décrit la crise du coronavirus comme « le plus grand canular générateur de peur de tous les temps »; Constatez-le par vous-mêmes dans l'interview suivante.

 

 

www.kla.tv/16618
18.06.2020

À l'heure actuelle, partout dans le monde, des mesures drastiques sont prises au nom de la crise du coronavirus, et pour cette raison il faut s'attendre à des conséquences financières et économiques dévastatrices. Il est à craindre qu'à long terme, cela s'accompagne d'une détérioration massive de notre niveau de vie et, par conséquent, d'une réduction de notre espérance de vie. Cependant des pays comme la Suède et la Biélorussie ont prouvé qu'ils pouvaient fonctionner sans que tout s’arrête. Néanmoins, la plupart des gouvernements ne se laissent pas convaincre de revenir à la normalité. Mais quelles pourraient être les raisons à cela ? Le scientifique et politicien indo-américain Shiva Ayyadurai, titulaire de quatre diplômes d'ingénieur du célèbre Massachusetts Institute of Technology, et qui s'est principalement concentré sur la biologie des systèmes, décrit cette crise comme : « the biggest fearmongering hoax ever » en français : « le plus grand canular générateur de peur de tous les temps. » Il confirme cette affirmation en comparant le nombre de décès dus au Covid-19 avec le nombre de décès aux États-Unis attribuables au diabète, aux maladies cardiovasculaires et à d'autres maladies immunosuppressives. M. Ayyadurai est convaincu que seule une approche holistique et des soins particuliers du système immunitaire peuvent être la réponse à cette épidémie et à celles qui sont à venir. D’après lui, la théorie selon laquelle les bactéries ou les virus peuvent tuer les humains est tout simplement fausse. De plus en plus de personnes vivent en bonne santé et comprennent que les médicaments sont toxiques. L'industrie pharmaceutique s'en rend également compte, car ses bénéfices diminuent. C'est pourquoi l'industrie pharmaceutique se concentre maintenant sur la production de vaccins et ouvre un nouveau secteur d'activité avec la maladie du coronavirus. La conclusion de Shiva Ayyadurai est la suivante : De nombreux médecins et scientifiques pendant la crise du coronavirus ne disent plus la vérité mais préfèrent ramper par crainte de perdre leur emploi et de ne plus pouvoir nourrir leur famille. Mais maintenant, écoutez l'interview de la chaîne de télévision « La part manquante », que Jasmin Kosubek a réalisée avec Shiva Ayyadurai.

de rh.

 

 

Transcription:

Partie 2 www.kla.tv/16619 18.06.2020

J.K. : Dr Shiva, vous êtes biologiste systémique et vous avez obtenu plusieurs diplômes d'ingénieur au MIT avec une spécialisation en bio-ingénierie. Ce sujet n'existait pas il y a 20 ans. Que pouvez-vous donc apporter à la discussion sur le coronavirus que nous n'avons pas entendu de la part des virologues ou des épidémiologistes ?

S.A. : Le domaine de la biologie systémique a été créé pour la raison que l'ensemble de la science, en particulier les créateurs de la discipline, ont un aperçu précis des pro-blèmes des systèmes d'ordre élevé. Et le corps humain est justement un tel système. Ils se sont rendu compte que, pendant trop longtemps, c'était le fief des virologues et des biologistes. Imaginez cela en termes de systèmes ... Imaginez un gros avion - les ingé-nieurs comprennent bien -. Imaginez maintenant quelqu'un qui ne connaît que le fonc-tionnement d'une petite vis sur l'hélice d'un avion ou quelqu'un qui ne connaît que le fonctionnement du siège du pilote ou du manche à balai. Tous ces éléments font partie d'un système beaucoup plus vaste. La biologie a été comme ça, nous l'appelons réduc-tionniste. Vous pourriez gagner le prix Nobel si vous pouviez expliquer comment deux parties fonctionnent ensemble, deux protéines par exemple. L'histoire de la découverte et de la recherche sur l'ADN a été façonnée par le dogme central de la biologie moléculaire jusqu'en 2003. C'est ainsi que ça s'est passé : Vous pouvez trouver un gène qui pro-voque une maladie. Ce modèle était très réductionniste. La recherche des gènes qui causent la maladie a été encouragée. Mais en 2003, une chose remarquable s'est pro-duite. Nous avons découvert que nous avons le même nombre de gènes que les vers. Donc, les êtres humains ont près de 20 000 gènes - et un ver a près de 20 000 gènes. Et cela a bouleversé la biologie. L’humain a compris, attendez une minute, quand le nombre de gènes… parce que les biologistes, dans leur idée fausse parce qu’ils ne pensent pas en systèmes, ils pensaient que la complexité d'un organisme était proportionnelle au nombre de gènes. Plus il y a de gènes, plus l'organisme est complexe. Nous, les ingé-nieurs, nous savons que c'est une erreur. Je vous donne 100 pièces, une personne va les attacher l'une après l'autre et les relier de façon linéaire. Quelqu'un d'autre les reliera d'une manière très différente, ce sont les connexions qui déterminent la complexité. Alors les gens ont dit, oh, ce ne sont pas seu-lement les gènes et les protéines eux-mêmes, c'est la façon dont ils sont connectés. Cela a conduit à ce qu’on réalise que nous devons regarder au-delà des gènes et comprendre les mécanismes moléculaires. C'est pourquoi le département de bio-ingénierie a été créé au MIT en 2003. On s'est rendu compte que nous devions aborder la biologie comme des ingénieurs. Et il existe un énorme fossé de connaissances qui ne sera jamais comblé si nous n'écoutons que les virologues ou les biologistes. Ils ne pensent pas au lien entre les os de la jambe et les os du pied. Ils ne sont pas non plus payés ou encouragés à le faire. C'est pourquoi je suis revenu au MIT lorsque le domaine de la biologie des sys-tèmes a été créé. J'avais déjà trois diplômes, j'ai fondé plusieurs entreprises et je m'inté-resse beaucoup au traitement de l'information et à la biologie. Mon but était de créer une technologie que l'on croyait impossible auparavant. Imaginez une technologie qui puisse être utilisée pour modéliser les mécanismes d'interactions si complexes - que sur un or-dinateur vous pouvez même modéliser le cancer ou l'inflammation ou le système immuni-taire. Pour comprendre tout cela d'un point de vue architectural. Ça, c'est une approche systémique. Cela nécessite un tout autre type de scientifique. Je suis l'un d'entre eux - un scientifique des systèmes.

J.K.: Comment cela peut-il être appliqué à la crise du coronavirus ? Qu'est-ce que l'ap-proche systémique ?

S.A.: D'un point de vue systémique - nous revenons au système initial de notre conversa-tion, le système immunitaire. Le système immunitaire est comme le système d'exploitation du corps. Il est vieux de millions d'années, au moins aussi vieux que les vertébrés, même les invertébrés. Peu importe si vous croyez à l'évolution normale ou à l'évolution dirigée par Dieu. C'est le système de base du corps. De quel type de système s'agit-il ? En 1962, nous avions la compréhension suivante du système immunitaire : deux boîtes noires. C'est sur cette base que des vaccins ont été mis au point. Une réponse immunitaire innée et un système immunitaire adaptatif. L'idée était la suivante : Lorsqu'un agent pathogène attaque une personne, un virus, une bactérie ou un fongus, la partie innée du système immunitaire se réveille et tente d'éteindre l'agent pathogène. C'est comme si un simple soldat tirait sur un ennemi envahisseur. Si cela ne fonctionne pas, la partie adaptative continue : elle est comparable à celle d'un sniper et crée des anticorps. Sur la base de cette compréhension du système immunitaire, des vaccins ont été mis au point. Aux États-Unis, J.F. Kennedy a adopté le « National Vaccine Act » de 1962, mais vers 1986, la santé de nombreuses personnes a été atteinte. Les parents ont commencé à poursuivre en justice les fabricants de vaccins. Aux États-Unis, un tribunal appelé « National Vac-cine Injury Court » a été créé. Et maintenant, voici la raison pour laquelle je vous dis cela : Notre compréhension actuelle du système immunitaire est différente. Il n'y a pas seule-ment deux boîtes noires, il y a le chaînon manquant appelé « système interféron », au-quel je me suis consacré pour sa compréhension et sa modélisation dans ma thèse de doctorat. Ensuite, le système microbien, les bactéries et les virus intestinaux assez éton-nants, puis le couplage au cerveau, au système nerveux - le système est beaucoup plus complexe.

J.K.: Qu'est-ce que tout cela nous apprend sur le nouveau coronavirus ?

S.A.: Hé bien, il n'est pas si nouveau. Dans l'histoire de l'establishment médical, il est de tradition de toujours accuser un virus. Trouver le virus – lui attribuer la responsabilité. Un incident se produit - nous avons besoin d'un coupable. Et la nouveauté - les coronavirus, ils existent depuis toujours et partout. Je suppose que vous en avez des éléments en vous, j'en ai des éléments sous une forme ou une autre.

J.K.: C'est vrai, mais cette variante est nouvelle.

S.A.: Cette variante est nouvelle, tout comme le sont de nombreuses autres variantes. Nous transportons environ quatre-vingt billions de virus dans notre corps, vous êtes une usine à microbes ambulante, je suis une usine à microbes ambulante. Et si vous deman-dez à quelqu'un : si vous attrapez un virus, comment tombez-vous malade ? Alors celui qui répond (et malheureusement cela est également diffusé par les médias du mains-tream, et malheureusement en fait par tout l'establishment médical, les médecins en rai-son de leur formation liée aux sociétés pharmaceutiques), parce qu'ils ne connaissent pas le système immunitaire - donc la réponse est probablement : le virus pénètre dans le corps et ronge l'épithélium pulmonaire et un vaccin bloque tout cela. Ainsi, malheureu-sement, leur compréhension est née d'une science fictive, d'un modèle dépassé. Il est important de comprendre la chose suivante sur ce virus - mais aussi sur les autres : En réalité, lorsque le système immunitaire est affaibli et que sa fonction est altérée (ce qui arrive avec l'âge ou dans des conditions défavorables), le propre système immunitaire commence à réagir de façon excessive. En termes d'ingénierie, c'est comme si le moteur de la voiture ne tournait pas sur tous les cylindres, mais sur un seul, et que [le corps] es-sayait de compenser sur un cylindre la mauvaise performance des autres. Si le système immunitaire réagit de manière excessive, et attaque non seulement les particules virales, mais aussi les cellules des tissus où se trouvent ces particules virales. Le « coronavirus » de ce type, tout comme le « SRAS », va dans l'épithélium pulmonaire, les autres types de virus vont ailleurs, les poliovirus vont dans la gaine de myéline des fibres nerveuses du dos. En cas de réaction excessive, ces cellules sont alors attaquées et de nombreuses personnes deviennent paralysées. Mais le point essentiel pour comprendre, si nous vou-lons vraiment parler scientifiquement, c’est que votre propre système immunitaire affaibli et dysfonctionnel vous attaque.

J.K. : Mais c'est ce que disent les experts reconnus : les personnes ayant un système immunitaire défaillant, avec certaines pathologies préexistantes ont un risque plus élevé de maladie grave, surtout quand elles sont âgées. Nous le constatons aux États-Unis, de nombreux diabétiques et patients cardiaques ont une évolution plus grave de la maladie Covid-19. Personne ne contredit ce que vous dites maintenant.

S.A. : C'est le but. Si vous lisez un message, il est sous-entendu quelque part en dessous de celui-ci mais n'est jamais expliqué. Car sans une compréhension détaillée, sans une divulgation, quelle est la solution proposée ? Supposons qu'il soit expliqué de cette fa-çon, quelle est la solution ? Prenons une population de 1 000 personnes, dont dix ont un système immunitaire affaibli (fumeurs, diabétiques et les 38 % de la population qui sont plus âgés : les personnes de plus de 65 ans). Comment aborder le problème de ce sys-tème ? Il existe une population, d'un point de vue épidémiologique, qui présente un risque élevé de mortalité en raison d'un système immunitaire affaibli. Ensuite, un agent pathogène vient de l'extérieur. Allez-vous blâmer cet agent pathogène pour la fermeture de toute votre économie, ou allez-vous vous en occuper sur le plan médical et de manière clairement individualisée ? Parce qu'en 2003, nous nous sommes rendu compte que nous devions nous éloigner de la solution unique pour tout. C'est moyenâgeux. Tous les diabétiques reçoivent les mêmes médicaments, des médicaments standards - pour toutes les maladies. L'objectif était alors de reconnaître que nos types de corps sont différents, et que le bon médica-ment doit donc convenir à la bonne personne. C'est ce qui ressort clairement du « Projet sur le génome humain ». Si nous voulons pratiquer une véritable médecine, même dans la perspective de la médecine occidentale conventionnelle, pourquoi des systèmes éco-nomiques entiers sont-ils bloqués? Pourquoi les personnes en bonne santé, les per-sonnes gravement malades et celles dont le système immunitaire est affaibli se voient-elles prescrire les mêmes médicaments et pourquoi des systèmes économiques entiers sont-ils détruits ? Ce qui est également une réaction excessive fondamentale. Il s'agit donc de la réaction excessive du système immunitaire affaibli de certaines personnes et de la réaction excessive de vos politiciens et des miens, qui ont bloqué des systèmes économiques entiers.

J.K. : Mais vous reconnaissez que ce nouveau type de coronavirus est contagieux et pourtant vous critiquez vivement la quarantaine qui a été imposée presque partout dans le monde. Y a-t-il un scénario dans lequel vous reconnaîtriez la nécessité d'une quaran-taine ?

S.A. Je voudrais répondre par une contre-question. Lorsque l'épidémie de grippe H1N1 a éclaté, 56 millions de personnes ont été infectées : 17 % de la population des États-Unis. L'économie américaine a-t-elle été stoppée ?

J.K. : Non, donc une nouvelle approche.

S.A. : Et combien en sont morts ? 16 000 personnes. Le système économique américain a-t-il été mis à l'arrêt ?

J.K. : Non, bien sûr que non.

S.A. : Aujourd'hui, la question rationnelle est la suivante : pourquoi fermons-nous des systèmes économiques entiers ?

J.K. : On prétend que le coronavirus est plus contagieux que le virus H1N1.

S.A. : Très bien. Voyons cela. Combien de virus différents avec ce taux d'infection con-naissons-nous ? Et si on considère la grippe H1N1 ou le nombre de décès. Environ 15 % de la population américaine a été infectée. En supposant que deux fois plus de per-sonnes soient infectées, donc 30 %. Aux États-Unis, ce nombre serait de 90 millions, et 0,3 % de la population américaine infectée est décédée à l’époque. Si nous supposons que deux fois plus de personnes meurent, nous avons doublé le taux d'infection et le taux de mortalité passe à 0,6 %. Cela signifie que 540 000 personnes meurent. Et main-tenant, combien de personnes meurent aux États-Unis de maladies cardiaques ?

J.K. : Je n'en suis pas sûr, mais je pense que le nombre de décès quotidiens aux Etats-Unis en 2017 se situe entre 7 700 et 8 300 au total.

S.A. : C'est un chiffre quotidien, mais les maladies cardiaques tuent 540 000 personnes par an, donc près de 600 000.

J.K. : Mais les maladies cardiaques sont-elles contagieuses ? C'est l'argument qu’on uti-lise toujours.

S.A. : Oui, tout à fait, mais c'est justement le problème. Je vous donne les chiffres sans vouloir faire peur. Si on regarde les chiffres de la même manière, sans avoir recours à la peur de l'infection, 540 000 personnes meurent, ce qui est beaucoup. 600 000 meurent déjà de maladies cardiaques, 500 000 meurent chaque année du cancer, 440 000 meu-rent d'erreurs médicales, 200 000 autres meurent chaque année à cause de médica-ments et 1,9 million de personnes sont admises à l'hôpital chaque année. Dans ces cas-là, où sont l'isolement et la mise à l’arrêt de tout ? Si la santé publique est importante pour nous, et elle l'est, alors nous devrions parler du surpoids. 30 % de la population américaine est en surpoids. Où est la mise à l’arrêt de l'économie ? Il en faudrait peut-être une ? Où sont toutes les quarantaines, les isole-ments et les mises à l’arrêt de l'économie à cause de toutes les autres maladies qui sur-viennent si fréquemment. 54 % des adolescents américains souffrent d'une maladie auto-immune quelconque. 54 % ! Un enfant ou un adolescent sur cinq souffre d'un trouble mental quelconque. Où est le mode d'arrêt d'urgence ? Ce que nous voyons ici c’est une approche déséquilibrée de la médecine, car tout le reste ne sert pas les intérêts des « Big Pharma ». Au contraire ce sont les personnes dans les exemples donnés qui sont censées servir les intérêts des industries pharmaceutiques. Il n’est pas question pour eux de s'attaquer aux vrais pro-blèmes et il faut que les gens s'en rendent enfin compte. Oui, les gens sont importants pour nous. Où est donc la mise à l'arrêt d'urgence de l'éco-nomie en raison des maladies cardiaques, des fautes médicales, du surpoids, etc. ? Il n’y en a pas, car tout cela est causé par les multinationales agricoles et l’industrie pharma-ceutique. Les grands médias ne veulent pas non plus parler de cette vérité, car ils sont payés par les multinationales agricoles et pharmaceutiques. Regardez qui paie leur pu-blicité. Si nous voulons découvrir la vérité et parler réellement au niveau scientifique, nous devons le faire. Nous ne devons pas parler des chiffres dans un contexte général, mais en termes relatifs, car la santé publique est en jeu.

J.K. : Vous décrivez donc cette crise comme, et je cite : « Le plus grand canular effrayant de tous les temps ». Pouvez-vous expliquer comment, selon vous, le monde entier se laisse prendre à ce canular ?

S.A. : Pas le monde entier. J'ai parlé à de nombreuses personnes et beaucoup sont indi-gnées. Les travailleurs aux États-Unis sont de plus en plus en colère.

J:K. : Parlons des hommes politiques, des décideurs, qui, selon vous, tombent dans le panneau.

S.A. : La malheureuse fusion jusqu'à la fusion des médias, la malheureuse fusion et la consolidation du pouvoir des grands hôpitaux et des compagnies pharmaceutiques, cela donne un groupe de personnes assez restreint qui peut contrôler les récits. Ce n'est même pas une théorie de conspiration. Robert a bien écrit à ce sujet, Noam Chomsky dans « Manufacturing Consent »… On pourrait écrire toute une thèse là-dessus, et nous en sommes témoins maintenant. Quelqu'un avec des références comme les miennes, et j'ai des références tout simplement incroyables, peut réellement s'exprimer. J'ai toutes ces références du MIT, j’ai eu des bourses de recherche complètes, j’ai été nominé pour la « Médaille nationale de la technologie et de l'innovation ». Je ne suis pas un taré quel-conque. Et je sais exactement que les scientifiques, les universitaires font malheureusement par-tie de la « Big Academia ». Avec l’adoption de l’amendement Manfield, nous avons élimi-né les grands scientifiques. Maintenant, tout ce que nous avons, ce sont des universi-taires qui rampent. Et beaucoup d'entre eux, mes amis du MIT, me disent : « Shiva, ce que tu dis est absolument vrai, mais je ne le dirai pas, j'ai une famille à nourrir. » J'ai de la chance, je suis un inventeur, je gagne mon propre argent. Je dirige mes propres labora-toires de recherche, je ne dois rien à personne. Et le problème fondamental est le sui-vant : Le noble devoir de la science est de communiquer la vérité. Et je dis la vérité ici : toute cette affaire restera dans les annales comme le plus grand canular effrayant, car elle sert trois objectifs. Premièrement, détruire les systèmes économiques, et cela de façon particu-lièrement forte aux États-Unis. 17 millions de personnes sont devenus chômeurs. Nous voyons également les plans sans équivoque de « BigPharma », de l'OMS et des services de lutte contre l'épidémie qui visent à rendre les traitements médicamenteux obligatoires. S'ils le veulent bien, dans six mois, vous ne pourrez plus obtenir votre permis de conduire comme ça, on dira : « Où est votre carnet de vaccination ? » Ou bien aller dans une salle de sport, à la discothèque, etc. Réfléchissez-y. Et pourquoi ? Parce que « BigPharma » perd de l'argent, d’année en année, il suffit de regarder les chiffres. Ils ont davantage d'investissements, plus de 30 % dans la recherche et le développement, avec une ten-dance à la hausse. On pourrait penser que celui qui investit le plus dans la recherche et le développement recevra plus de subventions. Mais ils reçoivent 30 % de moins, et la tendance est à la baisse. Parce que même la FDA, l’Autorité de contrôle de la qualité des médicaments et des aliments, commence à se rendre compte que leurs produits sont des poisons. C'est pourquoi leur nouveau plan d'entreprise est désormais basé sur les vaccins. Pour-quoi ? Parce que vous pouvez poursuivre le fabricant d'un médicament en dommages et intérêts ; ça a coûté 5 milliards de dollars en 13... 14 ans. Donc très cher, à haut risque, à faible profit, et vous pouvez être poursuivi en justice. Les vaccins ne présentent pas ce risque. Ils ne sont pas soumis à la même réglementation, ils sont appelés produits bio-pharmaceutiques. Deuxièmement, vous ne pouvez pas poursuivre un fabricant de vac-cins, grâce à Ted Kennedy et aux politiciens qui protègent « BigPharma » Vous ne pou-vez pas les poursuivre en justice. Et si vous le faites, vous ne pouvez porter plainte que devant un tribunal géré par la fédération pour des affaires de vaccination. Cela signifie que c'est le contribuable qui paie. Vous voyez ce que je veux dire ? Aucun grand média ne couvre ce sujet.

J.K. : D'après ce que j'ai compris de vos déclarations et de votre interview, votre plus grande inquiétude c’est la médecine forcée. Le week-end dernier, Bill Gates est apparu à la radio publique en Allemagne et a déclaré que 7 milliards de personnes devaient être vaccinées. De quoi s'agit-il exactement ?

S.A. : Voilà, je m'en doutais. L'objectif est de paralyser l'ensemble de l'économie améri-caine, même si elle imprime six billions de dollars. Cela fait partie des objectifs de déve-loppement durable. Imaginez : 7,2 milliards de personnes vous donnent 1 000 dollars chaque année, soit 7,2 billions de dollars. Bill Gates ne connaît pas la biologie, il vient d'une famille riche et il a été oint comme s'il savait ce qu'il faisait parce qu'il a volé de l'argent du trésor public. Sa fondation aurait dû payer des impôts. Ils ont transféré l'argent à la Fondation Bill & Melinda Gates, en ont fait une grande publicité et il sera le sauveur de toutes les personnes de couleur de la pla-nète. C'est raciste. Ce qu'il fait, c'est du racisme institutionnalisé. Son but est essentiellement la médecine forcée. Regardez ses partenaires : Hillary Clin-ton, Chan/Zuckerberg, CDC, des multinationales pharmaceutiques. Ce sont ses amis, ce sont les cercles dans lesquels il vit ! Ces gens veulent diriger une médecine du haut vers le bas. Pourquoi ? C'est simple : ils suivent l'argent. Ils suivent l'argent ! Il s'agit de 7 000 billions de dollars par an de revenus récurrents pour l'industrie pharmaceutique.

J.K. : Mais comment cela fonctionne-t-il ? En mettant toute l'économie à l’arrêt, non seu-lement aux États-Unis, mais aussi dans d'autres pays ? Et d'autre part, y a-t-il de grandes entreprises pharmaceutiques qui pourraient tirer profit de la situation à l'avenir ?

S.A. : Pas ils pourraient, ils en tireront profit !

J.K. : Oui, mais comment on peut combiner ça : laisser toute une économie s'effondrer – dans plusieurs pays, pas seulement aux États-Unis – pour que quelques entreprises pharmaceutiques puissent ensuite en tirer des revenus ? Ça ne semble pas en valoir la peine.

S.A. : Avez-vous fait le calcul ? J.K. : Non.

S.A. : Alors faites le calcul ! Vous découvrirez que ça en vaut la peine. Vous avez une industrie qui vaut des billions de dollars, appelée « Big Pharma », et cette industrie est en train de disparaître. Les gens n'achètent plus de médicaments, regardez la valeur des ac-tions Sanofi, la valeur des actions des médicaments pour le cœur et pour le diabète est en baisse. Mangez-vous des aliments biologiques ?

J.K. : Eh bien, la nourriture en Allemagne est de meilleure qualité qu'en Amérique.

S.A. : Essayez-vous de mener une vie saine ?

J.K. : Bien sûr ! S.A. : C'était différent il y a 20 ans ! 30 millions de personnes aux États-Unis font du yoga aujourd'hui, pensez-y. La tendance est que les gens prennent soin de leur corps, ils veu-lent acheter de bons aliments pour leurs enfants, ils s’intéressent aux vitamines et aux plantes. Il y a dix ans, ça n'existait pas. Par conséquent, tout le modèle économique des grandes entreprises pharmaceutiques est en train de disparaître. Si vous le souhaitez, nous pou-vons l'analyser de manière plus détaillée. Vous pouvez inviter tous les économistes du monde, et nous leur montrerons les chiffres qui confirment l'échec de ce modèle com-mercial. Ils ont donc besoin d'un nouveau modèle commercial, et ce [nouveau] modèle commercial, ce sont les vaccins et les thérapies cellulaires, c'est ce qu'on appelle les biomédicaments. Ils n'ont pas à subir les mêmes tests rigoureux et vous évitez ainsi les litiges. Les entreprises pharmaceutiques constatent que leurs médicaments échouent, qu'ils ne fonctionnent pas. De plus en plus de personnes mènent un mode de vie sain. Ils doivent prescrire des vaccins, c'est de cela qu'il s'agit. Et vous devez comprendre qu'il ne s'agit plus seulement de nations. Il existe des forces qui vont au-delà des nations, on les appelle l'élite mondiale. Existe-t-elle vraiment ? Bien sûr. Elle n'investit pas en Amérique. Ce ne sont pas non plus des nationalistes russes. Elle investit largement au-delà des frontières nationales. C'est de cela qu'il s'agit. Des fondations telles que la Fondation Gates, la Clinton Global Initiative et la Fondation Chan Zuckerberg sont impliquées dans ce projet [qui traverse les] frontières nationales. Ces gens sont en fait leurs propres gouvernements. Car que font-ils ? Ils prennent des milliards de dollars de recettes fiscales, les mettent dans leurs fondations et ces dernières sont utilisées pour dicter la politique publique. Avez-vous élu Bill Gates ? Je ne l'ai pas élu. Et avez-vous voté pour Mark Zuckerberg ? Moi non. Avez-vous voté pour les Clinton ? Non, nous n'avons pas voté pour eux. Mais ils dictent la politique publique du haut vers le bas. Un ordre public que vous et moi n'avons jamais choisi. Un tel ordre veut que les objectifs de développement durable adoptés en 2015 soient une utopie. Vous devriez lire l'Agenda 2030, qui stipule que tout le monde doit être vacciné pour réaliser cette utopie fictive. Et savez-vous qui a soutenu cette initiative ? La Fédération internationale des as-sociations et fabricants de produits pharmaceutiques ! A sa tête se trouvent Roche, Eli Lilly et Shionogi Seiyaku.

J.K. : Cela signifie-t-il que les vaccinations contre le coronavirus ne sont qu'un début ?

S.A. : Exactement, vous avez mis le doigt sur le problème. C'est le début d'un tout nou-veau modèle médical, c'est une approche du haut vers le bas. Pensez à ce qui se passe-ra en septembre de l'année prochaine. Les préparatifs sont déjà en cours. Ils diront : « Jasmin, vous ne pouvez pas sortir, vous devez vous faire tester, et voici le vaccin contre le coronavirus. » Vos voisins paniqués vous dénonceront à la police. C'est là que ça commence. Les gens dénoncent d'autres personnes. C'est du fascisme. Nous savons ce qui s'est passé en Allemagne, c'était il n'y a pas si longtemps. C'était dans les années 1940. Maintenant, c'est le fascisme 2020 et c'est comme ça que ça se passe. Des voisins appel-lent la police pour dénoncer d'autres personnes, sur la base d'une fiction, sur un concept fictif du système immunitaire. Tout cela est faux. Pensez-vous que 7,2 milliards de per-sonnes auraient survécu aussi longtemps ? Nous sommes une usine à germes vivante. La théorie des germes, depuis Pasteur et Robert Koch, a toujours blâmé les germes. Blâ-mer un germe ou un virus est un moyen très puissant de semer la confusion et la pa-nique dans les populations.

J:K. : Peut-être pour nos téléspectateurs en Allemagne, qui voient des vidéos et des images terrifiantes de New York. Ils voient qu’il y un taux d'infection élevé et que plus de personnes y meurent que partout ailleurs. Comment voyez-vous cela et pourquoi n'êtes-vous pas inquiet ?

S.A. : Je suis très inquiet. Je travaille dans le secteur de la santé depuis 40 ans. Je crains que tout le système immunitaire ne soit affaibli. Je suis le type qui a écrit 5 ou 6 articles de recherche sur Monsanto dans lesquels j'ai révélé l'affaire du glyphosate. Ce qui détruit le système immunitaire et la flore intestinale. Où est le tollé de l'opinion publique ? Il n'y en a pas. J’étais un combattant de première ligne pour la santé pendant 20 ou 30 ans, mais il n'y avait aucune inquiétude lorsque des entreprises comme Monsanto détruisaient le sol ou la biodiversité qui affecte notre flore intestinale. Où est le tollé de l'opinion publique face au fait que peu de gens peuvent s'offrir des aliments biologiques, que les pesticides sont partout ? Où est le tollé de l'opi-nion publique ? J'en parle depuis 20 ans et soudain, ils veulent parler d'un coronavirus et ils ont peur. Tout cela est absurde, car leur alarmisme n'est pas compatible avec toutes les autres ma-ladies causées par l'agriculture et par l'énorme industrie pharmaceutique. Si nous vou-lons être honnêtes, parlons de la véritable épidémie mondiale : L'Inde va compter 300 mil-lions de diabétiques. Le savez-vous ? 300 millions de diabétiques parce qu'ils ne suivent plus le même régime alimentaire qu'avant, ils mangent des pizzas dominos, du sucre, plus de sucre et encore plus de sucre. 300 millions de diabétiques. C'est une bonne af-faire pour les cardiologues, l’industrie pharmaceutique, etc.

J.K. : Pourrait-on parler de la situation actuelle à New York ? Parce que c'est exactement ce que les gens voient à la télévision et aux informations.

S.A. : Combien de ces personnes sont immunodéprimées ?

J.K. : Je pense qu'il y en a beaucoup. Je sais que beaucoup d'Américains sont très ma-lades.

S.A. : Connaissez-vous les chiffres ?

J.K. : Non, je ne connais pas les chiffres.

S.A. : Alors, parlons-en. Mais avant de poser des questions comme « Savez-vous com-bien de personnes... ? » Parce que c'est absurde. Faisons de la science, car dans la science il n'est pas question de théories, mais de quantité. La quantité dans le contexte de la vue d'ensemble. Les mathématiques sont importantes, bien qu'aux États-Unis, on enseigne aux élèves que tout le monde est récompensé, même s'ils donnent une mau-vaise réponse. C'est un non-sens. Les mathématiques sont importantes. J'ai passé beau-coup de temps sur les maths et j'ai résolu des problèmes de maths jusqu'à 2 ou 3 heures du matin. Je suis toujours un bon mathématicien. Les mathématiques sont importantes. Et savez-vous ce que les mathématiques nous disent ? Nous ne savons ni ce qu'est le numérateur ni ce qu’est le dénominateur. Tous ceux qui sont amenés à l’hôpital … L'Organisation mondiale de la santé a créé deux codes pour Covid. Pour le premier code Covid-19 a été diagnostiqué en laboratoire. Comment s'y prennent-ils ? En utilisant une réaction en chaîne par polymérase de l'ADN. Si vous regardez Kary Mullis, il a développé cette méthode et a reçu le prix Nobel pour cela. Il dit que ces tests ne sont pas fiables. Il est mort récemment. Cherchez ce nom : Kary Mullis. La méthode PCR tente de rechercher un petit morceau de nucléotide et de le dupliquer. Vous savez que nous sommes probablement tous porteurs du coronavirus sous une forme ou une autre ? Nous tous. Nous ne savons donc pas vraiment ce qu'est le numérateur. Ils ont également créé un code secondaire qui ressemble beaucoup à Covid, et l'ont appelé le code Covid. Le personnel hospitalier est encouragé à estampiller les diagnostics en tant que Covid - pour l'argent et les respirateurs. Nous sommes toujours dans la saison de la grippe, et regardez les chiffres. Il est intéressant de noter que le rythme auquel le nombre de pa-tients atteints de pneumonie diminue est presque identique au rythme auquel le nombre de patients de Covid augmente. Vous le remarquez ? Nous ne connaissons donc pas le numérateur, nous ne connaissons pas le dénominateur. Nous savons que le per-sonnel hospitalier doit apposer ce code secondaire sur les patients atteints de Covid19. Mais combien de personnes meurent de la grippe cette année ? Vous constaterez que les chiffres sont à peu près les mêmes.

J.K. : Et maintenant, peut-être la dernière question. En Allemagne, le gouvernement veut décider cette semaine si les écoles, les magasins, etc. doivent être ouverts à nouveau. Pour votre information, les restrictions initiales ont été imposées jusqu'au 19 avril et sont donc censées prendre fin lundi prochain. D'autres pays européens assouplissent déjà leurs restrictions à la sortie : le Danemark, l'Espagne, la Norvège. Que pensez-vous de la levée de ces mesures de protection strictes ? Bien que nous ne sachions pas encore, bien sûr, si le gouvernement fédéral mettra en œuvre cette stratégie.

S.A. : Je pense que tous ces gouvernements devraient, en toute équité, divulguer tous les chiffres actuels à la population mondiale. Je veux voir les chiffres réels. Je veux voir le nombre de tous les patients atteints de Covid et leurs maladies antérieures. J'ai un très bon ami, un homme qui fume depuis 40 ans. C'est un homme âgé, et chaque fois qu'il attrape une pneumonie, il est sous respirateur. C'était avant le virus. Maintenant qu'il est hospitalisé, il a été testé positif au Covid par la méthode PCR. Si quelque chose lui arrive et qu'il meurt, comment le qualifieront-ils ? En tant que patient de Covid19 ! Toute son histoire, son tabagisme terrible, son régime alimentaire terrible et son surpoids seront ou-bliés. C'est l'une des plus grandes fraudes. J'insiste pour qu'ils m'envoient les chiffres. Ils peuvent télécharger les numéros sur un cloud. Nous, la société, la population active mondiale qui en souffre, méritons de voir tous ces chiffres. J'aimerais voir une petite feuille de calcul Excel avec chaque personne, les deux codes et toutes les conditions préalables. Et je parie que a) ils ne publieront pas ces chiffres et b) que si vous regardez les chiffres, 90 % des personnes touchées avaient déjà des maladies et étaient de toute façon déjà dans le couloir de la mort.

J.K. : Eh bien, c'est exactement ce qui s'est passé en Italie. Nous avons vu cela là-bas Nous avions, j'espère que c'est le bon mot pour cela : Nous avions un pathologiste à Hambourg... (Dr. Püschel)

S.A. : Je parie que vous ne voulez pas vous retrouver dans un hôpital italien, parce qu'ils sont terribles. C'est une condamnation à mort si vous atterrissez là-bas. Si vous avez plus de 60 ans et que vous allez là-bas, vous vous tuez en fait. Il n'a pas non plus été question d'administrer de la vitamine C par voie intraveineuse, en particulier aux personnes dans un état critique, bien qu'il existe des centaines et des centaines de documents de recherche à ce sujet. C'est une mesure thérapeutique en soins intensifs, pourquoi ne le voyons-nous pas ? Pourquoi ne voyons-nous pas un seul médecin parler d'une forte dose de vitamine C administrée par voie intraveineuse ? Ce sont là les véritables crimes, car ils remplacent la lettre « V » de Vitamines par Vaccins ou Ventilation. Et ils gagnent beaucoup d'argent avec ça. 90 % des personnes qui sont traitées par des ventilateurs vont mourir, c'est une condamnation à mort. Nous devons donc commencer à poser des questions différentes. Pas le genre de questions, Jasmin, que vous nous posez, quelque chose comme « Croyez-vous au coronavirus ? » Non, non, et non ! Ce sont des questions complètement stupides, pardonnez-moi de parler ainsi. Mais je suis tellement en colère en tant que scientifique qui travaille et qui passe tout son temps avec les mathématiques, les sciences et la physique. Je suis en colère face à l'ampleur des activités frauduleuses qui ont lieu en ce moment. En est respon-sable une élite qui a pour objectif de détruire l'économie mondiale parce qu'ils veulent que nous soyons tous vaccinés de force dans un an - avec une puce ou autre chose. C'est le grand objectif de Bill Gates, c'est ce qu'il veut. Il est temps que les gens se réveillent et posent les bonnes questions : 1.) Qu'est-ce que le système immunitaire ? et 2.) Le système immunitaire est-il si faible ? Regardons les chiffres réels. Si la santé publique est importante pour nous, nous consta-terons que depuis des années et des décennies, le système immunitaire a été compromis par la pollution de l'air, de l'eau et des aliments. Regardons ce qui se passait il y a six mois. Ouvrons les yeux, quittons le monde des médias sociaux. Il y a eu des manifesta-tions à Hong Kong, des millions de personnes sont descendues dans les rues, des di-zaines de milliers de personnes à Wuhan ont protesté contre la pollution de l'environne-ment. Puis le Venezuela, et deux leaders populistes élus avec Modi en Inde et Donald Trump aux Etats-Unis. Cela ne convient pas aux dirigeants lorsque le peuple élève la voix. Et maintenant, plus de protestations à Hong Kong ou en France. L'Italie, d'ailleurs, a été l'un des centres du mouvement anti-vaccins et pour la liberté médicale. Regardez ça, tout cela a disparu, ces questions ont disparu de la une des médias. En première page, on trouve Anthony Fauci, des gens qui ont peur, des gens en quarantaine. Oh oui, et quant à l'isolement social ... Vous voulez parler de ce qui provoque réellement une infection virale ? C'est l'isolement social. Regardez une étude de 1988 et le travail de Steve Cole. Si les gens sont isolés, leur système immunitaire est détruit. Pire encore, plus nocif que le tabagisme, plus nocif que l'hypertension artérielle, plus nocif que l'obésité. C'est ce qui se passe actuellement. Il est temps pour les journalistes de poser les vraies questions.

 

Source Kla Tv

 

Posté par Arkebi à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 3 juin 2020

- #LancetGate. Les Pieds nickelés font de la science

 

IHU batiment4-1-300x182

 

- Le Professeur Raoult s'énerve

 

.
Dr Charbonier et l’étude du Lancet sur l’Hydroxychloroquine (Thana TV)
https://www.youtube.com/watch?v=eZE7e_J4GOM
Pour le bras droit de Didier Raoult, l’étude de The Lancet « est une farce »
https://www.youtube.com/watch?v=xxy3fCB11C8

Posté par Arkebi à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

- Ce que Bill Gates et les médias vous cachent ! par Salim Laïbi (vidéo)

bill-gates-12-scaled

 

 

 

Avant toute chose merci pour votre patience et votre compréhension vu le retard de cette vidéo qui a nécessité beaucoup de travail comme vous pouvez le constater avec le nombre de documents et de preuves qui ont été ajoutés lors du montage.

Cette vidéo a pour objectif de dénoncer l’escroquerie intellectuelle et médiatique qui consiste à faire passer Bill Gates pour un philanthrope qui aime son prochain alors que rien n’est plus éloigné de la réalité que cette affirmation sans fondement. Cette vidéo va s’appuyer essentiellement sur deux ouvrages, le premier concernant l’escroquerie Microsoft en revenant sur les différents délits commis par Bill Gates au cours des dernières décennies afin de terrasser toute la concurrence. Ensuite, cette vidéo va s’appuyer sur un deuxième ouvrage beaucoup plus récent, celui de Monsieur Lionel Astruc, concernant la fausse générosité philanthropique de Bill Gates.

En troisième partie de la vidéo, nous allons nous appuyer sur le travail de Monsieur Robert F. Kennedy Jr, ce dernier n’a cessé de dénoncer les mensonges et crimes de Bill Gates, Big Pharma et l’OMS.

Il sera également question des rapports entretenus par Bill Gates avec le pédocriminel le plus célèbre des USA, Jeffrey Epstein…

N’hésitez surtout pas à commenter la vidéo si vous avez des questions à poser, des informations à ajouter ou tout simplement des corrections à apporter, car nul n’est parfait.

N’oubliez pas bien sûr de partager ce travail si vous l’avez trouvé pertinent afin de le faire connaître au plus grand nombre.

 

Ce que Bill Gates et les médias vous cachent ! par Salim Laïbi

Avant toute chose merci pour votre patience et votre compréhension vu le retard de cette vidéo qui a nécessité beaucoup de travail comme vous pouvez le constater avec le nombre de documents et de preuves qui ont été ajoutés lors du montage.

https://www.lelibrepenseur.org

 

 

Catastrophe : 20 % des sujets d’essais humains gravement blessés par le vaccin Gates-Fauci

 

Catastrophe : 20 % des sujets d'essais humains gravement blessés par le vaccin Gates-Fauci

Malgré le communiqué de presse joyeux du laboratoire Moderna concernant son vaccin révolutionnaire, les résultats sont pas les meilleurs Le vaccin, développé et défendu par Anthony Fauci et financé par Bill Gates, a utilisé une technologie expérimentale MRNA que les deux hommes espéraient déployer rapidement pour répondre aux ambitions du président Trump "vitesse de distorsion" ligne de temps.

https://autonomes.blogspot.com

 

" Malgré le communiqué de presse joyeux du laboratoire Moderna concernant son vaccin révolutionnaire, les résultats sont pas les meilleurs

Le vaccin, développé et défendu par Anthony Fauci et financé par Bill Gates, a utilisé une technologie expérimentale MRNA que les deux hommes espéraient déployer rapidement pour répondre aux ambitions du président Trump "vitesse de distorsion" ligne de temps.
Le Dr Fauci était tellement confiant quant à la sécurité de son vaccin qu’il a fait signe d’études sur le furet et les primates (Moderna n’a signalé de façon suspecte aucune donnée de santé provenant de ses études sur la souris). Cela semble avoir été une erreur.
Trois des 15 cobayes humains de la cohorte à forte dose (250 mcg) ont subi un « événement indésirable grave » dans les 43 jours suivant la réception du jab de Moderna.
Moderna n’a pas publié son étude d’essai clinique ou des données brutes, mais son communiqué de presse, qui a été chargé d’incohérences a reconnu que trois volontaires ont développé des événements systémiques de grade 3 définis par la FDA comme «Prévenir l’activité quotidienne et nécessitant une intervention médicale. "
Moderna n’a permis qu’à des volontaires exceptionnellement en santé de participer à l’étude. Un vaccin avec ces taux de réaction pourrait causer des blessures graves chez 1,5 milliard d’êtres humains s’il est administré à « chaque personne sur terre ».
C’est le seuil que Gates a établi pour mettre fin au verrouillage mondial.
Moderna n’a pas expliqué pourquoi elle a signalé des tests d’anticorps positifs pour seulement huit participants. Les tentatives passées de développement de vaccins COVID ont toujours échoué à ce stade, tant les humains que les animaux ont obtenu une réponse solide en anticorps, puis sont tombés malades et sont morts lorsqu'ils ont été exposés au virus sauvage
L’annonce de presse de Moderna annonçait des « résultats positifs de la phase intérimaire 1 ». J’ai transmis cette revendication à mes collègues...
Article de Robert F. Kennedy Jr.

Source : fort-russ.com "

Posté par Arkebi à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]