28/11/12

T'es "ki" toi ?

- Insee : les 10 surprises du portrait-robot des Français...

Mode de vie, patrimoine, salaires, conditions de travail…  L'Insee passe chaque année les ménages français au crible. Et l'édition 2012 réserve quelques surprises.

à lire sur CHALLENGES

Posté par Arkebi à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Quand les compteurs tournent...

Un site pour suivre notre chère société mondiale...sur des compteurs !

   

à voir sur worldometers

Posté par Arkebi à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Georges Orwell, 1984, dépassé !

 

orwell

orwell2

- 2014... Big Brother vous observe VRAIMENT;

Des systèmes effrayants pour prévoir ce que les gens feront…

Je ne dirai qu'un seul mot : Wow... Merci à Isabelle de Conscience du Peuple de toujours nous éclairer avec des nouvelles qui défient notre imagination...

roadrunner_darpa.jpgDans un projet de recherche commandité par le gouvernement avec de sinistres réminiscences du film de 2002 « Minority Report, » la Defense Advanced Research Projects Agency de l'armée (DARPA) en partenariat avec l'université de Carnegie-Mellon vise à créer « un système d'intelligence artificielle qui peut observer et prévoir ce que les personnes feront vraisemblablement à l'avenir. »

(DARPA) (AI) dans « Minority Report » une unité spécialisée de « PreCrime »,  qui est une partie du département de la Police de Washington D.C., qui arrête les criminels grâce à la prescience de trois médiums. Dans un avenir proche, la DARPA espère que plutôt qu'utiliser des médiums, les ordinateurs pourront identifier et commander des personnes en se basant sur leur « comportement anormal. »

Tambourinant sur les flux vivants de vidéo-surveillances et en utilisant un logiciel spécialement programmé, un nouveau système informatique, surnommé « l’œil de l'esprit » va filtrer les séquences de surveillance pour soutenir les opérateurs humains, et les alerter automatiquement toutes les fois qu’un comportement méfiant est identifié.

Selon la recherche venant de Carnegie-Mmellon, le système de caméra de sécurité peut surveiller une scène en temps réel et déclencher une alarme si le programme détermine qu’une activité illicite est indiquée. Le programme serait assez sophistiqué pour déterminer si, par exemple, une personne pose un sac dans un aéroport parce qu'il s'assied à côté de lui ou si cette personne a laissé les sacs tous ensembles.

Les chercheurs ont noté que les humains sont extrêmement qualifiés pour choisir les informations importantes à partir d'une masse de données visuelles et pour prendre des décisions basées sur des informations et des enregistrements de connaissances acquises de base. Le projet de la DARPA tâche d'imiter le comportement humain en sélectionnant les informations importantes à partir d'un océan de données visuelles afin d'effectuer des prévisions sur la façon dont les gens se comporteront en se basant sur leurs actions dans des conditions incertaines.

La DARPA veut déployer ce logiciel au commencement dans les aéroports et les gares routières, et si le programme pilote est réussi, le logiciel pourrait être installé à chaque lumière rouge du coin de la rue, et lieu public en Amérique. Il pourrait également capturer des alimentations vidéo des systèmes de vidéo-conférence, les emails visuels, et d'autres formes de médias sous forme de streaming.

Selon Forbes, Carnegie Mellon est juste une des 15 équipes de recherche qui participent au programme pour développer des logiciels visuels futés. La version définitive du programme est programmée pour être déployée en 2015.

Marquez Geertsen, un porte-parole pour la DARPA, a dit dans une déclaration que le but du projet est « d'inventer de nouvelles approches à l'identification des personnes, des endroits, des choses et des activités de défenses immobiles ou mobiles et de l’imagerie open-source. »

surveillance.jpgLa première partie du projet comporte un programme appelé PetaVision. Cette initiative est un effort de coopération entre le laboratoire national de Los Alamos et l'université de l'Etat de Portland avec le soutien du National Science Foundation. Le but de cette initiative est de « réaliser un niveau de performance humain dans un système de connaissance visuelle synthétique » en d'autres termes, créer un programme informatique qui reproduira la capacité d'un humain à voir et identifier des objets, spécifiquement des visages. Elle incorporera une intelligence artificielle avancée capable d'identifier des personnes et des objets dans un flux vidéo en regardant leur forme, couleur, texture aussi bien que comment ils se déplacent.

(LANL) Pour faire ce type de calcul avancé, le programme est développé sur un ordinateur géant le « roadrunner » d'IBM calculant un quadrillion d’opérations mathématiques (million de milliard) chaque seconde.

Tandis que le logiciel initial est programmé par des humains, le programme a la capacité d'apprendre pendant qu'il est programmé.

Selon le laboratoire national de Los Alamos, le but du projet est de recréer les fonctions visuelles de l'esprit humain. Elles ont déjà des plans pour mettre en application la deuxième phase du projet qui serait de développer un programme qui imiterait les fonctions du cerveau tout entier.

La deuxième partie du projet est un autre programme appelé Videovor. Tandis qu’on en sait peut plus au sujet de ce programme, le peu d’information qui est disponible semble indiquer que le programme sera utilisé pour « résumer » les données prises par les caméras vidéo.

La partie la plus longue de l'analyse de la surveillance regarde l'intelligence visuelle accumulée et le fait de déterminer sa valeur. Videovor capture l'alimentation visuelle, l'analyse, et présente un résumé des informations utiles et des événements qui ont été trouvés dans le flux d'alimentation vidéo.

Tout ceci sera fait en temps réel, éliminant la nécessité d'attendre des résultats.

La troisième partie du projet est le développement d'un programme « géospatial orienté en extraction de structure », conçu pour présenter automatiquement une représentation brute sous forme de « vecteurs » des événements importants dans la vidéo ceci à partir de plusieurs angles simultanément, éliminant par la suite le besoin pour un humain de visionner des heures de vidéo en les condensant juste en quelque compte rendu des informations pertinentes.

Cette approche automatisée à la surveillance visuelle pourra un jour remplacer l’utilisation des humains pour surveiller les caméras. « L'œil de l'esprit » étant installé, le système informatique serait meilleur marché à maintenir que des opérateurs humains et n'aurait jamais besoin d'une pause de midi ou d'un jour de congé. L'ordinateur pourrait surveiller chaque caméra dans une ville, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, 365 jours par an.

En outre, les systèmes de surveillance actuels peuvent seulement rapporter ce qui s'est produit dans le passé, ils ne peuvent pas prévoir le comportement futur. Aujourd'hui, les investigateurs peuvent seulement voir comment une voiture a été volée ou une personne a été attaquée, ceci après les fait. Ce nouveau logiciel est conçu pour empêcher des crimes avant qu'ils ne se produisent.

Enterrée dans les notes de bas de page du papier de Carnegie-Mellon il y a une référence au livre de P.W. Singer's, « Câble pour la guerre : La révolution et le conflit de la robotique pendant le 21e siècle. » C'est un aperçu intéressant de la direction que l'équipe de recherche peut prendre. Le livre examine la révolution qui a lieu sur le champ de bataille et comment il change, non seulement comment des guerres sont combattues, mais également la politique, les sciences économiques, les lois, et l'éthique qui entourent la guerre elle-même.

Le livre parle de l'explosion des systèmes téléguidés sur le champ de bataille. Il note que le nombre de systèmes téléguidés au sol en Irak pendant la deuxième guerre de Golfe était allé de zéro à 12.000 en juste cinq ans. Le livre note également que ces nouveaux systèmes informatiques rendront bientôt les pilotes d'avion de chasse humains obsolètes. Des éclaireurs robotiques de la taille de maison volent maintenant et effectuent le travail de reconnaissance conduit par des unités de forces spéciales et les pilotes militaires pilotent des missions de combat de leurs alcôves en dehors de Las Vegas.

Cependant, les critiques suggèrent qu’il y a des dangers inhérents liés à laisser la guerre aux machines, comme il y a aussi des dangers liés à laisser la sécurité nationale et le système de justice pénale aux chiens de garde mécaniques.

Le système d’intelligence artificielle de « l'œil de l'esprit » tient un danger très vrai sur différentes libertés civiles. Les critiques disent qu’abandonner la surveillance et la police à une machine laisse la société ouverte à un futur où toutes les activités seront surveillées et enregistrées, au nom de la sécurité publique. Cette surveillance ne serait pas limitée juste aux lieux de rendez-vous publics. Car les tribunaux ont de plus en plus limité les attentes des personne en matière d’« intimité, » la surveillance automatisée du comportement humain peut donc prendre des proportions de plus en plus envahissantes.

Comme avec tant d'autres programmes gouvernementaux, la portée du projet de « l'œil de l'esprit » peut être énormément augmentée dans l'extérieur lointain du secteur de son intention originale.

Le déploiement de ce projet a pu être une menace importante vers les droits au respect de la vie privée d'une personne et transformer un manuscrit de Hollywood en réalité.


selwart_avatar.jpgpar Steve Elwart Email | Archives

Steve Elwart, P.E., Ph.D., est l'analyste exécutif de recherches de l'institut de Koinonia et un expert en la matière pour le département de la sécurité intérieur. Il peut être contacté à steve.elwart@studycenter.com. Plus de nouvelles en souscrivant au flux rss de l'auteur


 Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Source : Wnd.com,Conscience du Peuple via crashdebug.fr

Posté par Arkebi à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Méditerranée: la réserve écologique remplacée par une zone économique !?

 

permis-rhone-maritime

 

- Méditerranée: la réserve écologique remplacée par une zone économique!...

La Méditerranée, réserve halieutique ou nouveau site industriel français?

L'Etat avait créé une Zone de protection écologique qu'il a remplacée par une Zone économique exclusive.

Un simple changement de vocabulaire?

 

Port-Cros / phileole via FlickrCC Licence by- Port-Cros / phileole via FlickrCC Licence by -

 

Lors de la Conférence environnementale du 14 septembre 2012, François Hollande affirmait sa volonté de faire de la France «la Nation de l'excellence environnementale», ajoutant ne pouvoir admettre «la dégradation continue des ressources et du patrimoine naturel du monde» ou ne pas  «rester impassible face aux atteintes irréversibles à la biodiversité» qui menacent plus de 30% des espèces.

«Aussi, nous devons créer de nouvelles réserves naturelles et faire appliquer la loi.»

 

Dans la mer semi-fermée d’une biodiversité exceptionnelle qu’est la Méditerranée, l’Etat avait créé une Zone de protection écologique, au large des départements des Bouches du Rhône et du Var dans laquelle se situent:

 

  • le Parc national des Calanques pour la préservation de la flore et de la faune endémiques (espèces protégées terrestres et marines: mérou brun, phoque moine, grand dauphin, hippocampe tacheté, herbiers de posidonies: Posidonia oceanica, etc.);
  • le Parc naturel marin du Golfe du Lion;
  • Le Parc naturel de Port-Cros, au large des îles d’Hyères, qui abrite le «Sanctuaire Pelagos» créé dans le but de protéger le fragile habitat des mammifères marins y vivant: dauphins, orques, rorquals, cachalots, etc.

© APPOC

Face à la prise en compte de ce patrimoine naturel d’une exceptionnelle richesse que constitue le domaine maritime, François Hollande convenait de valoriser la protection de la biodiversité marine mais, sur le rapport du ministre des Affaires étrangères, cette Zone de protection écologique a été abrogée, au profit d’une Zone économique exclusive (ZEE) sur un périmètre identique d'environ 70 milles marins.

 

Initialement annoncée comme moyen d’action contre la pêche intensive dans un des engagements du Grenelle de la Mer, la nouvelle Zone économique exclusive –si elle permet de lutter contre toutes les formes de pollutions (ce qui était déjà possible dans la ZPE, dégazages et autres pollutions maritimes volontaires, par exemple)– pose le problème de l’autorisation d’activités pouvant porter atteinte à l’environnement.

 

En effet, la nouvelle Zone économique exclusive autorise désormais «la circulation des navires», «la pose de câbles ou des pipelines sous-marins» ainsi que «d'autres activités tendant à l'exploration et à l'exploitation de cette zone maritime à des fins économiques» soit celles «de toutes les ressources minérales solides, liquides ou gazeuses in situ» et de «la production d'énergie à partir de l'eau, des courants (hydrolien) et des vents (éolien off-shore)» ainsi que la mise en place «d’ îles artificielles et autres installations ou ouvrages», et le droit exclusif pour l’Etat côtier «d'autoriser et de réglementer les forages sur le plateau continental».

Inquiétudes sur le permis de forer

Alors que l’opinion publique se rassurait après les déclarations de campagne de Nicolas Sarkozy en avril 2012 repoussant l’idée d’un forage en Méditerranée, le permis «Rhône Maritime» est toujours en cours de validité, puisque le gouvernement ne s’est pas prononcé sur sa prolongation, obligeant le député écologiste François-Michel Lambert à poser une question écrite à Delphine Batho, ministre de l’Ecologie.

Car la ZEE permet de bénéficier de l’exclusivité du droit d’exploration et d’exploitation des ressources naturelles, et par conséquent de monétiser l’octroi des permis de recherches et d’exploitation!

En conclusion, sans anticiper sur la volonté du gouvernement (réserve halieutique ou nouveau site industriel), il faut, bien entendu, comprendre que dans «Zone économique exclusive»; on entend surtout une volonté «économique» et non plus «écologique» bien en-deçà des objectifs énoncés lors de la Conférence environnementale.

 Danièle Favari

Tribune libre

source 2012 un nouveau paradigme

Posté par Arkebi à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

On peut nourir 10 milliards d'humains en bio sans défricher un hectare !

 

faim

Interview - Résoudre la question alimentaire à l’échelle planétaire, en se passant de l’agriculture conventionnelle ? Ça ressemble à une utopie, mais c’est la réalité de demain, selon certains. Parmi eux, l’agronome Jacques Caplat. Entretien.

 

Jacques Caplat est agronome et géographe.

L’idée que les rendements en bio sont plus faibles qu’en conventionnel est récurrente…

Si l’on considère que l’agriculture bio, c’est faire la même chose qu’en conventionnel moins la chimie, alors oui, c’est certain. Mais ça n’est pas ça du tout !

Que faut-il comparer, alors ?

Le système conventionnel s’est construit sur l’idée qu’on peut augmenter les rendements en sélectionnant les semences. On les isole et on regarde comment on peut les faire produire au maximum dans un contexte artificiel. On obtient alors de très hauts rendements, mais ils n’ont plus aucune relation avec la réalité biologique. Et dans le réel, ces variétés doivent être soutenues en permanence par des pesticides et engrais chimiques. Elles deviennent très fragiles. Les parasites se précipitent dessus. Il faut multiplier les intrants. C’est un cercle vicieux. L’agriculture bio est un autre concept. C’est la mise en relation des trois grandes composantes de l’agriculture : un écosystème (le sol, les points d’eau, des haies), un agrosystème (plusieurs espèces végétales, des animaux) et des humains autonomes, en situation de prendre des décisions et non de se les voir imposer par des semenciers ou des politiques.

Ce concept fonctionne de façon optimale avec un mélange de cultures sur une même parcelle. Des légumineuses, parce qu’elles sont capables de capter l’azote de l’air. Des arbres, parce qu’ils vont chercher le potassium en profondeur et le restituent en surface. Il n’y a plus de concurrence entre les plantes, mais une complémentarité. Cela permet de bien meilleurs rendements. En Europe, un hectare de blé conventionnel produit 10 tonnes par an. Sur une même surface consacrée au maraîchage diversifié, avec 20 à 30 espèces différentes, on atteint entre 20 et 70 tonnes. Les légumes contenant plus d’eau que le blé, on peut ramener ces chiffres entre 15 et 25 tonnes de matière sèche. Le rendement est deux fois plus grand !

Vous soutenez que l’agriculture bio est le seul système viable dans les pays tropicaux…

Le système conventionnel ne marche qu’en milieu tempéré. Il lui faut une stabilité climatique. Dans les pays tropicaux, les excès de pluie ou de sécheresse peuvent anéantir une année de production en monoculture. L’agriculture associée est plus adaptée. On peut semer des espèces résistantes à la sécheresse, d’autres à des conditions plus humides. Le rendement de chacune n’est pas garanti, mais le rendement global l’est. Et s’il y a des arbres, ils stabilisent les sols et limitent l’érosion. Or, ces conditions aléatoires atteignent les milieux tempérés. Avec le réchauffement, les incidents climatiques sont plus fréquents. Et notre système est d’autant plus fragile que les sols se sont appauvris.

Que disent les études scientifiques sur cette question ?

L’université anglaise de l’Essex a réalisé en 2006 une synthèse sur 57 pays et 37 millions d’hectares. Elle conclut que les rendements sont 79 % plus élevés en agriculture bio dans les zones tropicales. Le Programme des Nations unies pour l’environnement évaluait en 2008 que le passage en bio en Afrique permettrait de doubler les rendements. Olivier de Schutter, rapporteur des Nations unies pour le droit à l’alimentation, écrivait en 2010 : « Pour nourrir le monde, l’agroécologie surpasse l’agriculture industrielle à grande échelle. » Un bémol cependant : en 2006, l’université américaine du Michigan montrait que la conversion intégrale en bio de l’Amérique du Nord et de l’Europe ferait chuter leurs rendements de 5 % à 10 %. Car il s’agirait, dans ce cas, de faire du conventionnel sans chimie, de la monoculture. Mais à long terme, si l’on répand les techniques de cultures associées, on peut penser qu’il y aura une amélioration. Et puis, comme dans les pays tropicaux les rendements augmenteront énormément, à l’échelle planétaire, tout ira bien ! On peut nourrir 10 milliards d’humains sans défricher un hectare de plus. D’un point de vue agronomique, c’est indéniable.

Cette transition est-elle possible ?

Dans les années 1960, on s’est donné un objectif, celui d’une révolution agricole industrielle, et on y est parvenu. Pourquoi pas aujourd’hui ?

Qu’attendre de la réforme de la PAC, la politique agricole commune, en 2013 ?

Elle ne va pas changer la donne. Mais sur la plan national, on peut expliquer aux paysans que l’agriculture bio, c’est l’avenir. Pour 90 % d’entre eux, c’est ringard. Alors que techniquement, c’est très moderne. Beaucoup de progrès récents en sont issus. On peut ensuite faire de l’accompagnement. Et une réforme fiscale. L’agriculture bio réclame plus de main-d’œuvre. Or, aujourd’hui, il est plus avantageux d’acheter une machine que d’embaucher.

Que pensez-vous de la politique du gouvernement actuel ?

Je suis sceptique et déçu. L’objectif du Grenelle d’atteindre 20 % de bio en 2020 n’était pas mauvais. Signé par tous les partis, il permettait de faire basculer les choses. Mais à la Conférence environnementale de septembre dernier, l’objectif a été fixé à 7 % en 2017. Il n’y a aucune ambition politique. Il faudrait dès aujourd’hui consacrer 20 % de la recherche et des moyens d’accompagnement à l’agriculture bio. Or, à l’Inra, seuls 2 % à 3 % des chercheurs sont dessus. Et il s’agit de volontés individuelles !

Et au niveau international ?

C’est très complexe. Prenez la région d’Atakora, au Bénin. Des associations se sont montrées capables de nourrir l’ensemble du pays avec des méthodes d’agroécologie. Mais les paysans ne peuvent pas vendre leur mil à Cotonou, la capitale, car le blé, français ou américain, y est vendu moins cher. Un mécanisme de compensation, prenant en compte les coûts environnementaux (pollution des nappes, conséquences sur la santé) rendrait la concurrence plus juste. —

 

L’Agriculture biologique pour nourrir l’humanité, de Jacques Caplat (Actes Sud, 2012)

 

Source: Terraeco

Posté par Arkebi à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Notre cerveau, internet et l'Univers semble partager les mêmes Lois de développement

 

Dveloppement-rseaux-univers-cerveau-internet_thumb

L’univers n’est ni un ordinateur (bien que certains prédisent qu’il en est issu), ni un cerveau, mais il y a des lois étonnamment similaires qui semblent les gouverner.

Selon une nouvelle étude, la structure de l’univers est assez similaire à la structure et à la conception d’autres grands réseaux complexes, comme les cerveaux humains et l’Internet. Cela ne veut pas dire que les cerveaux et l’univers suivent une sorte de schéma directeur, mais plutôt que les règles qui sous-tendent les structures de ces choses complexes peuvent être comprises/appréhendées de la même façon.

Ce qui est intéressant, c’est que cela suggère une sorte de règle universelle ou un système de lois contrôlant les grands systèmes. La science des réseaux démêle ces règles et essaye de prédire ou de contrôler le comportement des réseaux complexes.

Selon Dmitri Krioukov, coauteur de cette novelle étude (lien plus as), qui a été publiée par la Cooperative Association for Internet Data Analysis (CAIDA) au San Diego Supercomputer Center (SDSC ) à l’Université de Californie à San Diego :

En aucun cas, ne nous prétendons que l’univers soit un cerveau global ou un ordinateur. Mais l’équivalence découverte entre la croissance de l’univers et des réseaux complexes suggère fortement et de manière inattendue que des lois similaires régissent la dynamique de ces systèmes complexes et très différents.

Il n’est pas possible de simuler l’infini, alors les chercheurs ont supposé que l’univers est vraiment gigantesque, pour appliquer une estimation, ils se sont dit qu’il représenterait au moins 10 250 atomes d’espace et de temps (un 1 suivi de 250 zéros) ce qui est déjà assez important. Il a été ramené à une taille plus gérable et mis dans un supercalculateur nomméTrestles. Celui-ci a utilisé ces données pour effectuer des simulations détaillées du réseau causal de l’univers et les informaticiens ont réussi à le faire en un jour. Sans les opérations réalisées en parallèle et une programmation créative, ce calcul aurait pris trois ou quatre ans, selon le SDSC.

Le résultat est un graphique qui ressemble beaucoup aux visualisations représentant d’autres réseaux complexes, comme l’Internet, les réseaux sociaux et les réseaux biologiques.

D’après le directeur du SDSC, Michael Norman :

Qui aurait pu deviner que l’émergence de l’espace-temps quadridimensionnel de notre univers à partir du vide quantique aurait quelque chose à voir avec la croissance de l’Internet ? La causalité est au cœur des deux, alors peut-être que l’on doit désormais s’attendre à cette similitude constatée par Krioukov.

Cette similitude de structure n’est probablement pas une coïncidence, disent les chercheurs. Elle pourrait même être une étape vers une nouvelle découverte de certaines règles universelles. Peut-être que les règles sont les mêmes partout, mais il y a certains facteurs limitant, comme la gravité, qui modifient la taille et les résultats éventuels.

L’annonce sur le site de l’Université de Californie à San Diego : Human brain, Internet & cosmos: Similar laws at work? et l’étude publiée sur Nature : Network Cosmology
Image d’entête Dmitri Krioukov : Hyperbolic geometry of complex networks.

 Source: Gurumed

Bien sûr, à chacun de choisir sa réalités... sonn passé...

Les articles, commentaires et vidéos partagés sur ce blog n'engagent que leurs auteurs


Posté par Arkebi à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Que faut-il sur Terre pour prospérer ?

thrive

 

Ce documentaire se diffuse depuis presque un an, il est toujours d'actualité...

Quelques bémols quand même: les 5 minutes de pub vers la fin du film pour vendre le site du film et le « mouvement Thrive » qui y est associé (reste à savoir qui est derrière ce mouvement et quels sont ses buts réels). Il y a aussi la reprise sans distinction de tous les thèmes en vogue sur le web « conspirationniste », aussi bien ceux qui sont fondés que ceux qui ne le sont pas, le tout avec parfois une certaine superficialité.

Malgré tout, Thrive est l’un des meilleurs documentaires récents du net, un peu dans la veine du premier Zeitgeist mais en y ajoutant les perspectives positives.

Source: http://blog.syti.net/

 

La fin des illuminatis et l'éveil planétaire

Ci-contre: pour comprendre le sens de ce mot, voici le genre d'image qui sort quand on recherche thrive sur google images. T hrive signifie: grandir vigoureusement, prospérer. Après l'avoir regardé, quelque-chose me chicanait sans savoir quoi. A part le mot " prospérer " qui ne me plaît pas, car contient " réussite ", " enrichissement ".

http://lesbrindherbes.org

 

Et bien sûr, à chacun de choisir sa réalité et son passé !

Les articles, commentaires et vidéos partagés sur ce blog, n'engagent que leurs auteurs.


Posté par Arkebi à 00:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Du bon dentifrice !

 

dentifrice - v-8-1058696

 

On l’étale quotidiennement sur sa brosse à dent sans penser que le dentifrice peut contenir des composants indésirables ou nuisibles à notre santé. Et pourtant, on gagne a être attentif à la composition de son dentifrice.

En effet, non seulement le pouvoir absorbant de la muqueuse buccale est supérieur à celui de la peau, mais une partie du dentifrice est ingérée, en particulier par l’enfant. Ainsi, un enfant de deux à trois ans avale la moitié du dentifrice déposé sur la brosse. À quatre ans, il en ingère 40 %, à cinq ans près du tiers et de six à sept ans près du quart.

Composants toxiques ?

Il peut arriver que le dentifrice représente un danger pour la santé parce qu’il contient des composés indésirables, voire toxiques : diéthylène glycol (DEG), bactéries en quantités excessives, comme c’est le cas dans certains dentifrices fabriqués à l’étranger et distribués en France.

Fluor

Le fluor est incorporé dans la majorité des dentifrices pour son effet anti-carie. Cependant, en quantité excessive, le fluor génère chez l’enfant une intoxication chronique appelée fluorose dentaire qui se traduit par descolorations disgracieuses indélébiles dans l’émail des dents. C’est pourquoi son apport doit être strictement contrôlé et limité chez l’enfant (et même prohibé chez le nourrisson). Chez ce dernier, on doit comptabiliser l’ensemble des apports fluorés provenant du dentifrice, des eaux minérales, de l’alimentation (sel fluoré).
À hautes doses, le fluor a également des effets sur la santé. Les personnes de type fluorique (typologie homéopathique caractérisée par une hyperlaxité, entre autres), spécialement les enfants, devraient éviter d’en prendre, même à faibles doses.

Parabènes

Récemment pointés du doigt, les parabènes sont des conservateurs incorporés dans les dentifrices, mais qui peuvent être toxiques pour la santé. Parmi les quelques 400 spécialités listées par le journal Le Monde comme contenant des parabènes, figurent en bonne place des dentifrices et des solutions buvables.

Nanoparticules

Les dentifrices contiennent des nanoparticules de dioxyde de titane. Le dioxyde de titane est utilisé comme pigment pour blanchir la pâte. D’après des études récentes, ces nanoparticules produisent des réactions inflammatoires dans les poumons* ( * par voie d’exposition aérienne), comparables à celles de l’amiante. D’après le Professeur Jürg Tschopp de l’UNIL, le dioxyde de titane exerce une action pro-inflammatoire dans les poumons et le péritoine. Tschopp affirme que l’amiante et le dioxyde de titane sont comparables par leurs effets et leur puissance sur les tissus exposés.

Dentifrices abrasifs

Les dentifrices font courir un risque à l’émail des dents quand ils sont trop abrasifs. Incorporés dans les dentifrices, les abrasifs (silice, carbonate de calcium…) doivent permettre l’élimination des taches laissées par le thé, le café et les colorants alimentaires. Les dentifrices qui revendiquent un pouvoir blanchissant sont généralement très abrasifsDécaper régulièrement l’émail le rend plus poreux et donc apte à fixer plus facilement les colorants. Personne n’aurait l’idée de décaper quotidiennement sa peau avec un peeling. Or, contrairement à la peau, l’émail, organe mort, est un minéral qui ne se régénère pas.

Fabriquer son dentifrice soi-même ?

Faire soi-même son dentifrice peut être une solution. Attention toutefois aux ingrédients abrasifs utilisés dont on ne contrôle ni les effets ni le dosage. Attention également à prendre certaines précautions.
Estelle Vereeck, auteur d’ouvrages grand public sur la dentisterie holistique
 
 
Et bien sûr, à chacun de choisir sa réalité et son passé !

Les articles, commentaires et vidéos partagés sur ce blog, n'engagent que leurs auteurs.


Posté par Arkebi à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27/11/12

ZOMPA

 

zompa2

 

Début 2010, ces électrons libre du Conflent entament leurs aventure et exportent leur énergie sur scène, sans démarche ni démo.Le bouche à oreille opère et les ZOMPA se produisent sur des scènes locales et départementales: une trentaine de concerts pendant l'été 2010 dont le VISA OUF à Perpignan (scène musicale du VISA POUR L'IMAGE) et le Roussillon Motor Show à Rivesalte. Début octobre, ils enregistre un morceau de leur répertoire pour la compilation du Collectif de musiciens de Catalunya Nord "col.lectiu Joan Pau Giné". En juillet 2011 ils participeront au Festival du Travailleur Catalan comme première partie de Brenard Lavilliers et travaillent sur l'enregistrement de leur premier CD 11 titres "Cest Patois ", sorti fin 2011.

site ZOMPA

 

? ? ? ? ? ? ? UN DOCUMENTAIRE ZOMPA ? ? ? ? ? ? ?VISITEZ LE SITE DU PROJET www.malasorte.com Zompa

Le désir de faire ce film découle du réalisateurs d'essayer juste un aperçu personnel de ce choix artistique de vie, choix peut-être "alternatif", mais sûrement possible. Une alternative complexe qui est née par l'instance collective d'un groupe de jeune artistes, à contre-courant de la société d'aujourd'hui. L'approche de la mise en scène est personnelle, mais qui trouve dans Kusturica, Wenders et Malik, trois modèles de référence, qui se conbinent pour créer l'histoire multi facette de Zompa. Le travail pour la réalisation du documentaire est en cours de développement. Comme dans l'esprit de Zompa la production est indépendante et, pour une part, auto-produite. Gianluca Loffredo (extraits).

site malasorte

source association L'Art en Son "

     Retrouvez la Zompa Family sur:

 

Les articles, commentaires et vidéos partagés sur ce blog, n'engagent que leurs auteurs.

Posté par Arkebi à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

UN MOMENT D'ATTENTION !

paramahamsa

 

Mais Qui est Paramahamsa Nithyananda?

Avatar rare et vivant parmi nous, Paramahamsa Nithyananda est devenu une force spirituelle incontournable de ce millénaire. Travaillant avec 20 millions de personnes partout dans le monde chaque année, Nithyananda est engagé à aider l’humanité à réaliser une avancée décisive vers la superconscience.

Génie spirituel, doué d’une compréhension éclairée des choses, du « management », de la méditation en passant par les relations humaines ou la religion, abordant tout autant le sanyasa que la réussite et le succès, Nithyananda nous offre un trésor de sagesse pratique, de techniques de méditation et d’outils efficaces pour initier une transformation intérieure durable. Il est un healer spirituel puissant qui a guéri des milliers d’individus de maladies telles que la dépression ou le cancer, en ne touchant parfois le patient qu’une seule fois. Actuellement, Nithyananda est le maître spirituel le plus regardé sur youtube, ainsi que l’auteur à succès de 200 livres traduits en 26 langues.

Il est récemment rescapé d’une puissante persécution religieuse, et victime d’un emprisonnement arbitraire dans son propre pays, Nithyananda est ressorti encore plus fort de cette attaque, il continue à révéler et partager avec tous sa connaissance et sa maîtrise des dimensions plus profondes du yoga, de la méditation tirées des disciplines anciennes et du mysticisme orientale. L’authenticité de Nithyananda, sa spontanéité, et sa compréhension perspicace et pleine de compassion de nos luttes et aspirations, rendent ses enseignements incommensurablement utiles et au-delà du temps, de l’espace et le mental.

source innerwakeningfrance

Et bien sûr, à chacun de choisir sa réalité et son passé !

Les articles, commentaires et vidéos partagés sur ce blog, n'engagent que leurs auteurs

Posté par Arkebi à 00:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,