23/01/17

- Darknet, la face cachée du réseau + le Guide d'autodéfense numérique

 

darknet-images

deepweb-images

Le darknet la face immergée du réseau

Qui sont les utilisateurs de ce darknet  sulfureux ? Qui l’a créé et pourquoi ? Cette vidéo est intéressante par son ton beaucoup plus libre que  le reportage programmé par Envoyé Spécial sur France2.  Sur ce réseau parallèle, pas de morale, seulement une liberté sans cadre.  Vous pouvez y trouver tout ce que vous désirez selon qui vous êtes et ce que vous cherchez.  

A la fois effrayant et fascinant.

Obscur, caché, mystérieux et effroyable… le Darknet, partie immergée de l’iceberg Internet a mauvaise réputation. Pourtant, il pourrait aussi être le dernier endroit sur terre pour échapper à Big Brother. Préparez-vous à embarquer dans le monde mystérieux du Darknet aux côtés de du journaliste Yuval Orr qui bouscule tout ce que vous pensiez savoir sur Internet et ses dangers. Yuval Orr plonge la tête la première dans les profondeurs de cet autre réseau en ligne et se retrouve dans un container à Berlin, entouré de deux crypto-anarchistes qui se battent pour sauvegarder l’anonymat et la liberté sur le Web

 

 

Pour protéger sa vie en ligne

 

guideautodéfensenumérique-images

 



[…] nous n’avons pas envie d’être contrôlables par quelque « Big Brother » que ce soit. Qu’il existe déjà ou que l’on anticipe son émergence, le mieux est sans doute de faire en sorte qu’il ne puisse pas utiliser, contre nous, tous ces merveilleux outils que nous offrent — ou que lui offrent — les technologies numériques. […]

Même si l’on choisit de ne pas les utiliser directement, d’autres le font pour nous. Alors, autant essayer de comprendre ce que ça implique. […]

Face à ces constats, la seule voie praticable semble être de devenir capables d’imaginer et de mettre en place des politiques de sécurité adéquates. Tout l’enjeu de ce guide est de fournir cartes, sextant et boussole à quiconque veut cheminer sur cette route.

Un guide à lire, relire, pratiquer, en solitaire ou à plusieurs, à faire découvrir et à partager… ou comment affiner l’art de la navigation dans les eaux troubles du monde numérique.

Les technologies numériques, auxquelles il est devenu très difficile d’échapper, offrent des possibilités de contrôle et de surveillance inédites. S’ils semblent souvent très pratiques, ces outils sont également de puissants supports dans les processus de surveillance et de répression. C’est à partir de ce constat, et de la détermination à ne pas se laisser contrôler par quelque Big Brother que ce soit, qu’un collectif s’est attelé il y a plus de quatre ans à la rédaction du « Guide d’autodéfense numérique ».

Cette quatrième édition revue et corrigée du premier tome s'accompagne de le première révision du second tome. Elles prennent en considération les révélations concernant l'état actuel de la surveillance numérique ainsi que les dernières évolutions légales et techniques – et notamment les nouvelles versions des systèmes Debian et Tails.

On trouve dans ce « Guide d'autodéfense numérique » des éléments de compréhension de l’outil informatique et de ses failles, des éléments de réflexion permettant d’élaborer et de mettre en place des « politiques de sécurité » et des outils permettant à quiconque d’apprendre et de répandre des pratiques de protection appropriées à chaque situation.

Pour en finir avec les illusions et les demi-solutions, apprenons et diffusons des pratiques d’autodéfense numérique !



https://guide.boum.org

 Merci à l'Avocat

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


17/01/17

- Contrôle mental au laser : Des souris transformées en rongeurs tueurs

souris-laser

 

Des scientifiques ont transformé une souris inoffensive en une machine à tuer avec un simple interrupteur, en utilisant des lasers pour manipuler le cerveau du rongeur et déclencher son instinct prédateur.

Les souris, qui servent habituellement de proies pour les grands mammifères, sont devenues des prédateurs menaçants lorsque les chercheurs ont utilisé un laser pour activer deux ensembles de neurones dans l’amygdale : la région du cerveau impliquée dans les émotions, le comportement et la motivation.

L’étude, menée par Ivan de Araujo, un neurobiologiste à l’université de Yale, et publiée dans Cell, a cherché à savoir si l’amygdale contrôle réellement les comportements de chasse en utilisant un processus appelé optogénétique. Cela implique l’adaptation des neurones afin qu’ils puissent être activés par laser.

Deux ensembles de neurones dans l’amygdale ont été identifiés par l’équipe : un ensemble était responsable de la chasse tandis que l’autre ensemble était responsable du comportement de la morsure.

Lorsque le laser a été allumé, les chercheurs ont noté que les souris lancent une attaque sur n’importe quoi qui se trouvent autour d’elles, même des objets inanimés, et elles ont commencé à mordre férocement. Lorsque le laser a été éteint, la souris est revenue à son état normal.

«On allume le laser et elles sautent sur un objet, elles le maintiennent avec leurs pattes et mordent comme si elles essayaient de capturer une proie et de la tuer », a dit de Araujo.

 

Des objets tels que des bâtons, des bouchons de bouteille et des jouets animés comme des insectes, ainsi que des insectes vivants, ont été utilisés dans les expériences.

Les scientifiques ont également noté que si un ensemble de neurones étaient bloqués, seul l’autre comportement était activé chez la souris.

Par exemple, quand ils ont lésé les neurones associés à mordre et à tuer, les animaux poursuivaient la proie mais ne pouvaient pas tuer. «Elles ne mordent pas dans ces cas précis», a déclaré de Araujo.

Le comportement mortel a suscité des analogies avec le monde zombie décrit dans la série télévisée «The Walking Dead». Araujo a dit, cependant, cela n’est juste que dans une certaine mesure. Les souris meurtrières n’attaquaient pas leurs congénères et agissaient de manière plus agressives quand elles avaient faim.

«Le système n’est pas seulement une agression généralisée. Il semble être lié à l’intérêt de l’animal pour obtenir de la nourriture », a-t-il dit.

D’autres recherches examineront la relation entre les deux ensembles de neurones et l’apport sensoriel dans l’amygdale pour établir ce qui déclenche le comportement prédateur.

« Nous avons maintenant une prise sur leurs identités anatomiques, donc nous espérons que nous pourront les manipuler encore plus précisément à l’avenir », a déclaré de Araujo.

Source : RT


http://www.anguillesousroche.com

 

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16/01/17

- Témoignage : Wifi et micro-ondes instruments de mort (vidéo)

 

ondes-microondes-wifi-images

 


Si la moitié seulement de ce dont ce scientifique témoigne est exact, c’est terrifiant.  Et pourtant, si l’on inclut son discours à la liste des différents autres domaines qui touchent aux « négligences » criminelles avérées qui attaquent la santé publique, l’on est pas surpris tant que ça.

A écouter et à prendre en compte dans ce monde où un non visible dangereux a pris de plus en plus d’importance  en deux décennies et envahi notre environnement et nos modes de vie. 

Wifi et micro ondes danger pour l’homme interview d’un physicien expert

Un physicien expert en micro-ondes ayant travaillé pour la Navy, révèle que les micro-ondes sont employées couramment par les armées et les gouvernements pour nuire à des opposants ou des ennemis en les rendant malades et ainsi les faire mourir à petit feu.

C’est déjà suffisamment cynique et horrible comme cela, mais Barry Trower explique que le pire, c’est le Wi-Fi : les micro-ondes du Wi-Fi altèrent le matériel génétique et plus spécialement l’ADN des ovules, au point que toute la descendance d’une femme atteinte par ces radiations sera impactée de manière irréversible.
Des révélations de premier ordre à connaître absolument.
Extraits d’une interview de Barry Trower

http://www.robindestoits.org/Le-Syndr…
L’interaction des CEM (champs électromagnétiques) des HyperFréquences (micro-ondes) avec le métabolisme bioélectromagnétique humain génère le syndrome dit des micro-ondes ou syndrome des HyperFréquences.
http://www.robindestoits.org/Les-assu…
http://www.next-up.org/Newsoftheworld…

Publié sur You Tube par Spiru Line

 

Merci Gwendoline


Un patch anti-onde sur votre téléphone ?

Autre bonne nouvelle. Une société aurait mis au point un patch qui absorbe les rayonnements des téléphones. Cette innovation serait certifiée par un laboratoire d’étude et par des tests scientifiques.

Je ne mets pas le conditionnel parce que je pense que c’est contestable, je mets le conditionnel parce que je n’ai pas le temps, et vous m’en excuserez, de fouiller la question.

Par contre, il me semble important de le signaler, les micro-ondes dégagés par les téléphones étant reconnues comme dangereuses, voire très dangereuses en cas d’utilisation prolongée.

Question bête : Si une telle possibilité existe, pourquoi n’impose-t-on pas à Apple, Samsung et compagnie de vendre leurs appareils pré-équipés ??

Article et vidéo explicative :

http://dailygeekshow.com/fazup-ondes-telephone/

Merci Christal08

MISE A JOUR:

Ce patch absorbe les ondes émises par votre téléphone à votre place...

Quand il s'agit de gadget et de santé, il faut être prudent. Galadriel des Brinsd'herbe n'a pas eu le temps de fouiller le sujet. J'ai donc regardé de quoi il retournait, ça complète Les humains et les objets connectés, " Je t'aime, moi non plus "... que j'ai posté ce matin.

http://lesmoutonsenrages.fr

 

Dr. Barrie Trower : l'utilisation des micro-ondes dans le contrôle des populations -- Sott.net

(Source : Youtube, ICAACT, et facebook de l'ICAACT, 5/2012) Le Dr. Barrie Trower, un grand monsieur et un vrai héros, s'est battu pour l'humanité pendant de nombreuses années. Après cette interview exclusive accordée à l'ICAACT, notre respect et notre admiration à son égard ont atteint de nouveaux sommets.

https://fr.sott.net

 

Un expert de la Navy révèle que les micro-ondes sont couramment employées comme une arme pour rendre malades les gens et dénonce l'extrême danger du Wi-Fi pour les femmes -- Sott.net

Cette vidéo est un montage d'extraits d'une interview de Barry Trower, un physicien expert en micro-ondes ayant travaillé pour la Navy, qui révèle que les micro-ondes sont employées couramment par les armées et les gouvernements pour nuire à des opposants ou des ennemis en les rendant malades et ainsi les faire mourir à petit feu.

https://fr.sott.net

 

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

- Lampes perpetuelles : Des lampes qui brillent pour l'étérnité

lampesperpétuelles-images

 




De nombreux auteurs, grecs, arabes, romains et médiévaux, ont rapporté les découvertes de ces lampes au fil des siècles, dans des tombeaux la plupart du temps, mais aussi dans des temples de l'antiquité.


La description des lampes éternelles remonte à la plus haute antiquité.
La Bible, par exemple, au chapitre 27 de l'Exode, verset 20, décrit le tabernacle avec une lampe éternelle.
De nombreux auteurs, religieux, alchimistes et autres curieux, se sont intéressés à ces lampes impossibles.Pour les uns, elles étaient l'oeuvre du diable, même si des religieux eux-mêmes n'y voyaient que des lampes aux propriétés étonnantes, mystérieuses mais non magiques. Pour les autres, elles n'étaient que des supercheries, puisque si, eux, ne pouvaient fabriquer de telles lampes, elles ne pouvaient donc pas exister.

Quelques rares hérétiques, quant à eux, ont cherché une explication ou se sont mis en quête de ce savoir perdu.



Ainsi en cherchant à prouver la réalité de ces lampes impossibles, l'alchimiste allemand Brand de Hambourg découvrit en 1669, le phosphore. De nombreuses hypothèses ont été émises sur la nature de ces différentes lampes, la plupart ont besoin d'air pour se consumer, d'autres au contraire, s'éteignent au contact de l'air (?), certaines émettent une flamme, d'autres sont phosphorescentes, leurs mèches semblent être en amiante ( la laine de salamandre ) ou en métal, l'huile reste mystérieuse, pour certains elle serait bitumineuse, pour d'autres, issue de l'or par un procédé alchimique secret, ou encore d'origine végétale ( notamment l'huile tirée d'une espèce égyptienne de haricots toxiques) ...
 
Exemples de découvertes de ces lampes impossibles dans les siècles:
Le satiriste grec, Lucian (120-180), vit au cours de l'un de ses voyages à Heirapolis, en Syrie, sur le front d'une statue d'Hera un bijoux brillant, qui la nuit illuminait tout le temple. Dans un autre temple, à Baalbek, dédié à Jupiter, il existait une autre pierre incandescente-luminescente.
 
 
 
Numa Pompilius, le second roi de Rome, outre sa capacité à maîtriser la foudre, possédait également une lampe éternelle dans le dôme de son temple.
 
 
 
 
 
Plutarque rapporte qu'à l'entrée d'un temple dédié à Jupiter-Ammon, une lampe brûlait, selon les prêtres depuis la plus haute antiquité.
 
 
 
 
Le naturaliste romain, Pliny, (Ie siècle), théorisait sur le fait qu'une lampe remplie de l'huile la plus pure avec une mèche en amiante, pourrait brûler pour toujours. Des idées similaires furent reprises par Hero d'Alexandrie, un siècle plus tard.
 
 
 
Pausanius, (IIe siècle), dans son "Atticus", décrit une magnifique lampe dorée dans le temple de Minerve Polias à Athènes, fabriquée par Callimachus, qui pouvait brûler pendant plus d'un an. L'autel du temple d'Apollon Carneus et le grand temple d'Aberdain en Arménie ( rapporté par Saïd Ebn Batric ), en possédaient de semblables.
 
 
St Augustin, (354-430), nous a laissé la description d'une lampe merveilleuse d'un temple dédié à Isis, en Egypte, que, ni le vent ni la pluie ne pouvaient éteindre. Cette lampe a également été décrite par Fortunius Licetus.
 
 
 
 
 
Durant le règne de Justinien de Byzance, en 527, en rénovant un vieux bâtiment à Edessa, en Syrie, on trouva dans une niche dissimulée et scellée, un crucifix et une lampe qui aurait brûlé pendant 500 ans.
 
 
 
 
En l'an 600, sur l'île volcanique de Nesis près de Naples, on trouva dans une tombe en marbre, un vase contenant une lampe dont la flamme brillait dans une ampoule en verre ; celle-ci s'éteignit lorsque le verre fut brisé. La tombe datait de l'ère pré-chrétienne.
Vers 1300, Marcus Graecus, écrivait dans son "Liber Ignium" (livre sur le feu), que l'on pouvait faire une lampe inépuisable avec une pâte à base de vers luisants.
 
 
 
 
Près de Rome, en 1401, on trouva le sépulcre de Pallas, fils du roi troyen Evandre, illuminé par une lanterne perpétuelle. Pour l'éteindre il fallut se résoudre à la briser, ou, suivant les versions, à renverser toute la "liqueur" de la lampe qui était restée allumée pendant 2600 ans.
L'évêque de Vérone, Ermalao Barbaro (1410-1471), connu pour ses traductions des fables d'Esope, a également décrit plusieurs découvertes de lampes et notamment celle faite en 1450 par un paysan près de Padoue ( Italie ), qui en labourant son champ, trouva une grosse urne en terre cuite avec deux petits vases métalliques, l'un en or, l'autre en argent. Dans ces derniers se trouvait un fluide clair, de composition inconnue, qualifié de "liqueur alchimique", tandis qu'à l'intérieur de l'urne, il y avait un second vase en terre cuite, dans lequel une lampe brûlait. Cette lampe fut récupérée par Franciscus Maturantius, qui l'a décrite dans une lettre à son ami Alphenus. Sur l'urne, des inscriptions en latin, exhortaient les voleurs éventuels à respecter l'offrande de Maximus Olybius à Pluton.
Sur la voie Appienne, près de Rome, en avril 1485, on ouvrit la tombe de Tullia, fille de Cicéron, décédée en 44 av. J.C.. Une lampe qui brûlait faiblement surprit les découvreurs qui la brisèrent. Elle avait brûlé pendant plus de 1500 ans. Le sarcophage était rempli d'un liquide sombre qui avait parfaitement préservé le corps qui fut exposé à Rome et vu par 20 000 personnes.
Ludovicius Vives, en 1610, dans ses notes sur St Augustin, dit que du temps de son père, en 1580, une lampe fut trouvée dans une tombe. Elle se brisa lorsqu'on essaya de la prendre. Une inscription révéla qu'elle était vieille de 1500 ans.






L'historien anglais Cambden, dans sa description du Yorkshire, en 1586, parle d'une lampe éternelle, trouvée dans la tombe de Constantius Chlorus, père de l'empereur Constantin le Grand, décédé en 306, en Angleterre. Cambden rapporte la découverte d'autres lampes trouvées à la même époque, après la dissolution de l'église catholique et des grands monastères, en 1539, par Henri VIII. Les biens de l'église furent systématiquement pillés, et ces lampes méprisées en tant que reliques de la papauté.



Le père jésuite Kirscher, dans son "Oedipus Aegyptiacus", en 1652, fait référence à de nombreuses découvertes de lampes perpétuelles trouvées dans des caveaux souterrains à Memphis, par ses contemporains.






En 1681, prés de Grenoble, un mercenaire suisse nommé Du Praz, trouva une étrange lampe en verre qui brûlait dans une tombe scellée. La lampe, toujours incandescente, fut ramenée dans un monastère proche où elle continua à brûler pendant plusieurs mois, jusqu'au jour où un moine âgé la brisa.

On trouva une autre lampe, dans une ancienne tombe romaine découverte en Espagne, près de Cordoue, en 1846.






Le père Evariste-Régis Huc (1813-1860), qui a beaucoup voyagé en Asie, a laissé la description d'une lampe perpétuelle qu'il a pu voir au Tibet. 







http://www.lesavoirperdudesanciens.com

 

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15/12/16

- Un photographe teste la reconnaissance faciale sur des inconnus : une expérience édifiante !

 

reconnaissance faciale

Cette expérience est un appel à la vigilance. Elle prouve que nul n'est anonyme et nous invite à contrôler au plus vite nos photos postées sur internet.

Nos vies privées sont-elles menacées par l’omniprésence d’internet et des nouvelles technologies ? La réponse est oui, bien sûr, mais peut-être ne savions-nous pas à quel point… Pour prendre la mesure de cette menace, un photographe s’est livré à une expérience étonnante dont les conclusions, en images, devraient nous alerter et nous ouvrir les yeux : elles sont édifiantes.

Ce photographe, c’est Egor Tsevtkov. Pendant six semaines, il s’est « amusé » à photographier discrètement le visage d’inconnus croisés dans le métro de St-Petersbourg. Son idée ? Voir s’il était possible, à partir de ces simples clichés, d’accéder à l’intimité numérique de ses sujets.

Pour ce faire, il s’est équipé d’une application de reconnaissance faciale appelée FindFace qu’il a couplée avec un logiciel openesource capable de scanner les 55 millions d’utilisateurs de VKontakte, le Facebook russe.

Résultat ? Bingo ! Dans 70% des cas, Egor Tsvetkov est parvenu à identifier les inconnus photographiés via d’autres clichés postés sur le web. Une performance d’autant plus spectaculaire que, même en cas d’expressions du visage très différentes, la reconnaissance faciale fonctionnait parfaitement…

Egor Tsvetkov a judicieusement baptisé son projet « Your face is Big data« . En français, votre visage est le big data.

Quelles conclusions en tire-t-il ? Egor Tsvetkov :
« Mon projet est une illustration claire de l’avenir qui nous attend si nous continuons à divulguer autant de nous-mêmes sur Internet. »
Il est assez troublant (pour ne pas dire flippant) de se dire qu’un inconnu peut décliner votre identité rien qu’avec son smartphone. Qu’il peut vous découvrir en d’autres situations, en compagnies d’autres personnes, en d’autres endroits, pratiquant vos loisirs préférés…
Est-ce la fin du droit à l’anonymat ?

Une personne avertie en valant deux, ce projet photographique a l’immense mérite de nous ouvrir les yeux sur un risque plus que présent, bien qu’impalpable.

Pour garder le contrôle sur nos vies privées, deux solutions s’offrent donc à nous : ne plus poster aucune photo de nous sur internet (pas même une photo de profil ni celle d’un CV) ou bien choisir avec prudence les clichés qu’on envoie sur le net.

Mais, dans les deux cas, il faudrait aussi avoir la garantie que personne d’autre ne diffusera une photo de nous. Et ça, c’est encore une autre paire de manches.

Bref, l’heure est plus que jamais à la vigilance (et peut-être aussi à un grand ménage de ses photos sur les réseaux sociaux !)

Posté par Arkebi à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


05/12/16

- Il suffit de six secondes pour pirater une carte bancaire

 

carte-de-credit-clavier-e-commerceEn multipliant les tentatives sur différents sites, des chercheurs sont parvenus à contourner facilement les systèmes de paiement sécurisés mis en place et ce sans même posséder la carte bancaire physique utilisée.

Votre carte bleue n'est en sécurité nulle part.

Sans connaître aucun détail de celle-ci, des pirates peuvent facilement pirater un compte en banque. Il leur suffit simplement d'un ordinateur, d'un accès à Internet et de six secondes, révèlent les chercheurs de l'université de Newcastle, au Royaume-Uni, dans une étude publiée dans le journal académique IEEE Security & Privacy (IEEE signifiant Institute of Electrical and Electronics Engineer).

Dans la pratique, les chercheurs ont utilisé une attaque par force brute pour contourner les mesures de sécurité visant à protéger le système de paiement en ligne des fraude. Connectée sur différents sites, l'équipe de chercheurs a généré de façon répétée et continue des variations des différentes informations sécurisés de cartes de paiement (numéro de carte, date d'expiration et cryptogramme visuel) jusqu'à obtenir un résultat favorable. D'après l'étude, c'est vraisemblablement une attaque du genre qui était au cœur de l'attaque informatique contre la filiale bancaire du géant britannique de la distribution Tesco, dont 20.000 clients ont été victimes.

Deux petites faiblesses qui en font une grosse

Si l'attaque parvient à réussir, c'est parce que le système ne détecte en effet pas les échecs répétés sur une même carte si cela se produit sur différents sites, d'autre part, tous les sites ne demandent pas les mêmes informations au même moment, ce qui permet de deviner un champ à la fois.

"Ce type d'attaque exploite deux faiblesses qui ne sont pas trop graves d'elles-même mais lorsque utilisées simultanément présentent un sérieux risque pour l'ensemble du système de paiement", explique dans le communiqué Mohammed Ali, étudiant en doctorat à l'école d'informatique de l'université de Newcastle et auteur principal de l'étude.

Simplement en partant des six premiers numéros de la carte de paiement, qui servent à indiquer la banque et le type de carte et sont donc identiques pour chaque fournisseur unique, "un pirate peut obtenir les trois informations essentielles pour réaliser un achat en ligne en tout juste six secondes". Le délai peut être extrêmement réduit dans les cas où le pirate dispose des numéros de cartes, ce qui risque d'arriver de plus en plus souvent au vue de la récente vague d'intrusions informatiques survenues dans les plus grandes entreprises. Il leur suffit dans ce cas de deviner la date d'expiration - moins de 60 essais puisque la plupart des cartes de crédit sont valides cinq an au maximum -, puis le cryptogramme visuel composé de trois chiffres - ce qui prend dans le pire des cas 1.000 essais.

     | Diaporama Les pires piratages de comptes de l'Histoire

Mohammed Ali souligne toutefois que cette technique d'attaque par force brute ne marche qu'avec le réseau VISA, "le réseau centralisé de MasterCard a été capable de détecter l'attaque après moins de 10 essais - même lorsque les paiements étaient répartis sur différentes réseaux". Autre point faible de la technique : la confirmation par SMS, que demandent bon nombre de sites d'e-commerce en France.

Pour se défendre contre ce type d'attaque, la personne lambda est généralement impuissante. Elle peut toutefois se prémunir en utilisant une carte et un compte spécifique pour le paiement en ligne ou en se rassurant avec des chiffres. L'an passé, le taux de fraude sur les cartes de paiement françaises s'est établi à 0,070%, en hausse par rapport à 2014, selon le dernier rapport annuel de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement. Sur les 592,2 milliards d'euros (+2,8% sur un an) de transactions réalisées en 2015, le montant total de la fraude s'élevait à 416,1 millions d'euros (+5,2%).


http://www.latribune.fr

 

Posté par Arkebi à 01:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04/12/16

- Qu'est-ce que la portabilité des données ? [vidéo 2mn10, commentaire 30s]

 

portabilité-images

Qu'est-ce que la portabilité des données, et en quoi pourrait-elle vous aider à reprendre le contrôle de vos données ? La Quadrature du Net vous répond !

 

Plus d'informations sur : https://controle-tes-donnees.net/



Commentaire de Djam :

La "portabilité des données"... et hop ! une escroquerie de plus qui va s’avaler sans broncher comme toutes les autres couleuvres de la "modernitude" crétinisante.

Si l’on veut que ses données - en clair : les informations personnelles qui ne le sont plus depuis l’envahissement d’internet, des réseaux asociaux, du tout-en-ligne - la solution est très simple : jeter tous ces accessoires d’aliénation.

Mais enfin comment on va faire !!!???? s’écrient alors, tout paniqués, ceux qui n’imaginent plus un instant pouvoir vivre sans...

Ecoute, p"tite tête de noeuds, AVANT toutes ces merdes, le monde tournait très bien, les gens regardaient devant eux et non leur machin portable toujours allumé, la paranoïa ne concernait que quelques perturbés ici et là. Aujourd’hui, on vit au milieu de zombies qui tiennent tous dans leur main un truc connecté sur une toile contenant toutes les délires de l’humain chosifié. Ces zombies ne savent même plus qu’ils ne sont plus dans la Vie mais hors d’elle. Tout leur échappe, alors forcément, ils vont la réclamer leur "portabilité des données"...

Ne jamais tenter de réveiller un zombie...

http://www.agoravox.tv

 

Posté par Arkebi à 23:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

- Tristan Nitot (Créateur du navigateur de Mozilla) - Google et les petits cochons [Vidéo 1m53]

 

 

 Tristan Nitot n’est pas un adversaire des nouvelles technologies. Créateur du navigateur de Mozilla, ex-membre du Conseil national du numérique, proche de la Cnil, il sait de quoi il parle quand il assure que « nos libertés sont menacées par les géants du Web ». Illustration avec sa métaphore des petits cochons.

L'équipe de Siné Mensuel a rencontré Tristan Nitot pour le grand entretien du numéro de novembre 2016.

 

 Et vous étes sur plusieurs réseaux?

cochons-images

Posté par Arkebi à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26/11/16

- Des intelligences artificielles lisent désormais sur les lèvres

 


DeepMind, qui appartient à Google, a développé un programme informatique capable de lire sur les lèvres de façon plus efficace que les humains

Dans un article de recherche, ils expliquent que cette technologie d’intelligence artificielle réussit à lire sur les lèvres 46,8 % du temps, alors qu’un professionnel ayant dix ans d’expérience, soumis au même test, y parvient 12,4 % du temps.

5 000 heures de vidéo

Pour que la machine parvienne à ce résultat, les chercheurs l’ont « entraînée » avec 5 000 heures de vidéos issues d’émissions politiques et d’actualité de la chaîne britannique BBC, couplées à des sous-titres. La machine s’est servie de ces exemples pour apprendre à lire sur les lèvres, grâce à la technologie du « deep learning » – la même qui a permis à DeepMind de concevoir un programme capable de battre l’humain au jeu de go. En tout, les vidéos qui lui ont été soumises contenaient 118 000 phrases différentes composées de 17 500 mots.

Plus tôt dans le mois, une autre équipe de chercheurs d’Oxford avait elle-même dévoilé un programme du même type, appelé LipNet. Si son efficacité est impressionnante (93,4 % de réussite, contre 52,3 % pour l’humain), c’est que le matériau de base était beaucoup moins complexe que celui utilisé par DeepMind.

LipNet fonctionne en effet sur des vidéos entièrement conçues pour lui, dans lesquelles des êtres humains, de face, prononcent des phrases de trois secondes, d’une structure toujours identique et avec quelques dizaines de mots seulement – ce qui explique ces scores de réussite très élevés, tout comme ceux de l’humain.

Le programme de DeepMind, quant à lui, a travaillé sur des vidéos qui n’ont pas été pensées pour lui, sélectionnées dans des émissions de télévision classiques.

Malentendants et surveillance

A quoi peuvent donc servir de telles technologies ? Les chercheurs expliquent qu’elles pourraient aider les personnes malentendantes à comprendre les conversations. Si les logiciels de reconnaissance vocale sont déjà très efficaces pour retranscrire un discours, ils fonctionnent toutefois moins bien dans un environnement bruyant, contrairement aux technologies dévoilées par DeepMind et Oxford.

Les scientifiques évoquent aussi la possibilité, à l’avenir, d’interagir avec des assistants vocaux, comme Siri ou Cortana… mais sans utiliser la voix. Ce qui pourrait servir, estiment-ils, quand l’utilisateur ne veut pas déranger les gens qui l’entourent.

Toutefois, ce type de technologie pourrait aussi être utilisé, à terme, à des fins de surveillance, puisqu’elle permet de comprendre ce que dit une personne même sans micro. Les chercheurs affirment que leur programme ne fonctionne que dans certaines conditions, et que la définition d’une caméra de surveillance est insuffisante pour qu’il comprenne correctement les mots prononcés, sur des images souvent sombres et des personnages lointains. Mais jusqu’à quand ?

Lire aussi :   Comment le « deep learning » révolutionne l'intelligence artificielle

ILe Chat, Philippe Geluck

 Pour aller plus loin:

L'intelligence artificielle n'aura pas lieu.

Nous pensions dépassé le fantasme d'une « intelligence artificielle qui pourrait mettre fin à l'humanité » ou bien surpasser l'intelligence humaine. Et pourtant c'est bien dans la bouche d'un grand scientifique (ces propos sont dans la vidéo du document en lien) que cette sempiternelle contre-vérité scientifique revient.

Bien entendu, cet humain a aussi le droit de dire des conneries, surtout quand il s'exprime sous la pression médiatique hors de son champ de connaissance avec des arguments qui ne relèvent pas d'une démarche scientifique, mais d'un "pourquoi pas" qui n'a rien de réfutable.

Pour faire le point, donnons la parole à un collègue moins médiatique mais qui a le mérite de connaître le sujet : Nicolas Rougier.

Lire l'intégralité de l'article sur:
http://www.scilogs.fr

 

 

Posté par Arkebi à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23/11/16

- 100 fois plus puissant qu'Hubble, le plus grand télescope spatial au monde est fin prêt !

 

 

gallery-webb-telescope_0-1250x596

Il promet d’être cent fois plus puissant que le télescope spatial Hubble et de permettre de remonter le temps jusqu’à la naissance des premières galaxies. Le James Webb Space Telescope (JWST), dont le lancement est prévu en 2018, est enfin assemblé.

L’an dernier, le télescope spatial Hubble fêtait 25 ans de bons et loyaux services. Après avoir révolutionné l’astronomie et contribué à de nombreuses découvertes, Hubble prendra une retraite bien méritée en 2018, et sera alors remplacé par le très attendu James Webb Space Telescope (JWST). Il s’agira alors du plus puissant télescope jamais construit, il sera notamment cent fois plus puissant que Hubble.

Ce mercredi 2 novembre, Charles Golden, administrateur de la Nasa, a annoncé une bonne nouvelle : le James Webb est finalement assemblé et les tests pour vérifier son bon fonctionnement vont pouvoir débuter. Le calendrier est respecté et le lancement est toujours prévu en 2018 pour ce télescope qui pourra remonter encore plus loin dans l’histoire de l’univers, jusqu’à 300 millions d’années après le Big Bang. Il faut dire que ce télescope sera placé à une orbite bien plus lointaine que Hubble, à savoir à 1,5 million de kilomètres de la Terre, contre 600 km pour ce dernier.

Pour le James Webb, les premiers tests concerneront son miroir et la capacité de ce dernier à résister au lancement, la phase la plus contraignante pour le télescope. Un environnement sonore avec des vibrations équivalentes à un tir sera simulé dans les locaux du Goddard Space Flight Center, là où l’assemblage du télescope a été finalisé. « Nous avons passé les quatre dernières années à nous préparer à cette épreuve. Notre test est si sensible que nous pouvons mesurer les vibrations des miroirs causés par des conversations dans la salle » explique David Chaney, du Centre Goddard et chargé de la mesure. Les tests suivants concerneront la capacité du télescope à résister aux contraintes spatiales, notamment le froid.

 

 

Posté par Arkebi à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :