.- | -

-. |  Ж Ж Ж  .  Ж Ж Ж  | .-

Ж Ж Ж Ж Ж

Ж Ж Ж Ж Ж

.--.

.I.

.

 

 

 

 

 

..... en permanente remise en question, et réécrite ....

 

 

 

 

 


"Les coupables sont forcement leurs (h)auteurs,

dépendants de l'altitude de leur ascension,

accession, commission, soumission;

car d'après certaines convergences,

les z'élites zélées, et peut-être même z'ailées,

volent toujours plus,

plus loin, plus haut, plus fort" Ж

 

 Ж

 

Ж Extrait des citations attribuées à tort à Diedhystèmos de Phi-us,

ayant vécu + ou - 26500 avant, ou après, voir même plus, selon; certains disent même 33.

(En fait il n'est pas encore possible de dater exactement ou pointer plus précisément,

l'auteur ayant pris soin de s'effacer lui même après avoir commis son récit,

allant jusqu'à supprimer le point final et donc son compte; il s'était fait; Il fut, il fit, il se tû .... Aaaaaaaah,

sans se tuer !

Il eut pu et dut, alors, ou donc, recommencer, ou ne rien faire, ne plus rien savoir.

Car qui c'est, vraiment ?

Qui sait, vrai? ment?

 

 

 

 Ж

 

 

 

Techniquement,

explications et re présentation des faits:

 

Nous sommes à un moment important, où quelques précisions s'avéreraient nécessaires et utiles.

Depuis quelques instants, vous êtes en train de lire les premières lignes de ce qui était, en théorie, amené à devenir ce que l'on nomme encore un livre; pour être un peu plus précis, comme dans un nid, un essai, une nouvelle, ou un n'oeuf, au masculin, avec un cul, pour se faire maître la tête, et des plumes pour décrier.

L'histoire d'une éclosion -ex plosion- d'un genre "fiction/science-fiction/géopolitique-fiction/réel", rien que ça, et composé de plusieurs pages réunies en un seul tenant, évidemment ! Quoique maintenant, et selon le temps, cela pourrait être et se conjuguer avec un simple fichier Libre, Monde, Ouvert, où les assemblages de bits se suivent, s'additionnent, se multiplient selon la complexité du code source, ainsi, soudain, binairement, pour afficher une entité titrée lisible, indivisible, mais pourtant invisible, virtuelle et pourtant factuelle !

Ça commence bien ....

 

livre-httpsscontent-mrs2-1

 

L'histoire:

En 2052, la Terre va mieux, les Terriens ont progressé;

Oui oui !

je ne dis pas qu'ils ont eu et reçu plus, mais qu'ils valent et vivent mieux; c'est ça la définition du progrès.

Ce que l'on prenait pour de la science-fiction remplit maintenant nôtre présent, sur-vécu, et re-créé.... avec des nanotechnologies insérées sournoisement dans tout environnement, jusque dans notre matrice organique.

Et pendant ce temps, terrestre, matériel, une onde, électro-magnétique, énergétique, surfant parmi les vagues universelles, infinies, quantiques, traverse et parcours l'espace; elle se rapproche de la Terre, et la retraversera, comme déjà maintes fois par le passé, avec ses conséquences transformatrices et reconstructrices, évolutives, ascensionnelles.

 

Six pensionnaires, dans des univers de l'Univers, six points dans l'Espace, éloignés ou plus ou moins proches, tout est relatif, vivants de toutes sortes de rôles existants dans ce plan, acteurs actrices, ou simples figurants figures de la vie, en tout cas des points, originaires asymétriques taillés différemment, qui se trouve ou se calculent, et se retrouvent  emportés, projetés sur d'autres sphères, ou sur la Terre, et finissent par se croiser en plusieurs points communs.

-Recherches, mets ta physique, consens, triques- telle était la devise de l'ex pension, augmentée....

Dans ces lieus, huis clos, ou sept, où Ils ressentent et partagent, sans pouvoir se le dire, les impressions de se connaître, d'avoir été, soit le Maître, soit l'Apprenti, de l'un, ou de l'autre, et même parfois, de n'avoir fait qu'un; être ou suivre .... je suis ....

Il va donc falloir qu'ils soient et remplissent ces nouvelles enveloppes, en respirant et s'initiant sur des nouveaux chemins, marchant parfois à contre courants, dans le passé, dans le futur, mais toujours dans le courant, même dur, ou d'air ou d'or .... vers un unique passé, mutualisé, sublimé. Quoi Qu'ils en soient un, si ....

Un faux-présent, des réalités immortelles, des futurs mortels. Intemporel !

 

Rien que ça!

 

Kça.

 

Les principaux personnages:

Chem, le narrateur principal de l'histoire, s'imposant là où jamais on ne s'attend à le lire, à le croiser, presque, à le voir, sans aucune retenue, ni tenue, nu;

Kess, le vieux sage ....professeur Kesster, connu et reconnu, sur ses transmissions, sur ses papiers, et à la mémoire ou à la prose éminemment énigmatique, métamorphique; fontaine, je m'abreuve de son eau;

Arkébi, personnage empirique et solitaire en manque permanent de tribune, ou alors avide de chair, ou autre présentoire, comptoir ou support, tant que l'air ne lui manque pas, il parlera et en aura;

K.Hannabi, sa demie soeur par le génome, bien roulée et enfumeuse, aussi troublante que provocante; maquerelle pour un tripot, tripotée par un troupeau;

A.Mariabi, sa soeur est née, aînée directe, entrée dans le désordre pour finir dans les ordres, car révélée soeur, pour ne pas rester advitam eternam, marchande d'amour, ribaude et sirène à la fois; nombreux sont ceux à le regretter, au tripot, son choix ;

et Joe, un MÔNsieur, un des "mister" comme on dirait en anglais ! Et mystèrieux .... tendance presque mythique, genre élu "MissTyc" ! Comme assoiffé de sens, beau parleur enrouleur, comme un serpent.

 

En résumé:

Au fil de la lecture, épisodique et décalée, des fils, en l'Un, certains "Mystères" trouvant naturellement leurs explications, l'on s'aperçoit qu'il s'agit simplement d'une énième "histoire d'une vie", agrémentée de paraboles parfois douteuses. Les visions révélées ne sont sûrement et évidemment pas prophétiques, ça se saurait, les paroles gerbées, germées, elles, poussent et sortent en brins métaphoriques, le ton est un peu philanthropiques, mais les fils en trop piquent !

Munissez vous d'un dic', et méfiez-vous des indics'.

Mais le vrai"hic", c'est le mélange de la réalité et ses actualités, qui vont parfois rattraper et même dépasser ses pensées écrites... ites, et à venir.... avenir.

 

Voilà, lhistoire est là, les premières pièces du puzzle sont posées.

Mais quel en est, le dessein originel ? et le dessin de l'image finale, originale ?

Une partie de la réponse demeurera dans le titre pour quelques temps, ce qui, j’en conviens, n'avance guère!

Mais l’entrée dans la Matière ne peut se faire autrement; il faut enlever sa carapace, cette armure préfabriquée par tant d’années de mensonges, d'aveuglements ou d'éblouissements, et laisser couler l'esprit; alors, faisant parti d’un Tout, Tout se mélange, Tout se retrouve, au fur et à mesure, et Tout suit…. donc je suis ....

 

 

 

 

Ж

 

Le réveil sonne, Arkébi doit se relever, la tête qui résonne d’une nuit agitée....

 

 

Ж

 

 

....La Planète DUFON....

 

 

Je n’ai jamais pu situer le moment,

Ni dans l’espace, ni dans le temps,

Qui dans l’Absolu ne compte pas vraiment;

Et ce n’est que bien plus tard

Que je pus raconter cette histoire,

Que personne ne voudrait croire;

 

Chem était son nom, Il habitait la planète DUFON;

Il vivait loin et près de ma vie, Dans l’infini de cet esprit;

Chem ne parlait pas et ne faisait jamais de bruit,

Je ne le voyais même pas mais je savais qu’il était là;

Se forgeant au fur et à mesure, Chem complétait l'armure;

 

Et toutes les graines mélangées dans ses traversées,

partageaient  les bouts de caractères de ses vies passées;

 

Comment? Qu’est ce que j’ai dit?

Est-ce que je crois en une sur-vie?

Est-ce une belle utopie?

Ou encore une de mes rêveries?

Ou serait-ce une de mes folies?

Peu importe, je ne peux rien faire pour ne pas réver,

Pour ne pas y croire, Je laisse faire le Grand Hazard…

 

Chem sème De génération en génération,

Les graines poussent par millions, qui s'aiment

Qui revivent et reviennent sur la planète DUFON.…

 

 

Ж

 

Le dire, le fer, depuis longtemps...

 

 

Un grand merci, à tous, mes ascendants descendant, jusque moi, prétendant; connus ou encore inconnus à ce jour, dans cette nuit, et qui font ce qu'être aujourd'hui; même si physiquement, pour ne rien cacher, et à l'unanimité dans l'un, un léger mieux aurait été apprécié, dans l'autre! Premier mystère ….

Deuxième mystère, en tant qu’être humain, une conception de notre Nature, une création engendrée à la suite d’une pénétration, qu’elle soit intra phallique, vaginale, ou extra utérine -tubuesque- en tout cas une fusion de deux molécules-particules et dans cet Univers, je peux affirmer, sans prétention ni érection, que nous possédons, et détenons, tous, inscrit profondément dans tous ces gènes transmis depuis la nuit des temps, LA Vérité sur La Vie, sur nos origines; par explosion, unis vers ; par réduction, Un point dans l'espace.

Nous devrions, donc, TOUS, chaques un, en principe, partager une version Unique, la même ré-vision, d'origine, cette mémoire sans éthique, universelle.

 

Seulement voilà, troisième mystère, certains, se prenant pour de grandes sphères, s'enveloppent d'un brouillard d'égos surdimensionnés, d'êtres pervertis, même menacés, s'essayant à imposer LEURS vérités, s'essayant de prouver avec véracité, et par malins et maints petits détails, LEURS SUPERiorités, auto-proclamées.

Les preuves formelles, secrètes, mais non visibles pour et par les non-initiés, ne seront évidemment, jamais partager, tel que décidé. Il en est ainsi, ils sont ainsi.

Sssi.

Cela leur permet de mieux manipuler, quand par "faiblesse", due obligatoirement, insidieusement, à certains évènements ou conditions du temps, vécus ou subis, nous nous déchargeons de nos responsabilités en chargeant l'esprit et les épaules d'un fardeau, leur donnant ainsi ce pouvoir qu’ils aspirent, tant ils se sentent supérieurs:  la maîtrise du vivant identifié.

Alors un nouveau mystère se pose: face à toutes ces vérités que l’on nous propose ou nous impose, qui s’opposent et se combattent dans le monde entier, résistants ou terroristes, rebelles ou guerriers, ayant toujours et surtout des chefs-suprêmes à vénérer.... QUI a vrai-ment, et où est réelle-ment La Vérité Première? le premier courant d'air? Partout? Nulle part? Ailleurs?

Peut-être tout simplement dans une certaine mémoire primaire supérieure que la Nature perpétue, dévoile, déroule, pousse et montre en permanence, renouvelant sans cesse Le Geste Premier, celui de naître et renaître, paraître, être ou ne pas être;

La mort n’est-elle pas simplement le contraire de la naissance? car la vie, elle, est omniprésente, en permanence. La vie la mort s’entrelacent dans des spirales infinies, depuis des temps indéfinis....

Jaloux de cette supériorité de La Nature, de cette réincarnation perpétuelle des éléments naturels, certains s'imposant surhumains, voudraient, et jubillent, à l'idée d'effacer, éliminer, supprimer leur mort! Pléonasme? Antinomie ? Aversion du courant, Presque!

Eske.

Contre ces hommes au désir d’immortalité, je formule l’accusation suivante: tentative de sur-vie permanente avec intention de la garder, la conserver, l’accaparer, mieux la dit, mal à dire, pour tout gérer, régénéré .

Rréé.

Seulement voila, si l’on examine les témoignages à charges, le concept de l’immortalité se base sur ce que nous laissons à l’humanité, une fois que l’on a trépassé, car c’est ce qui survit sans fin dans la mémoire des Hommes;

La culpabilité n'est même plus à prouver, ils la reconnaissent, même ignominieusement, tant il y a de preuves; ils feront sûrement l'appel, mais ce ne sera que pour mieu s'enterrer.

Ppell.

Creusons, plantons.

Une chose est sûre: mon corps, tout corps, s’endormiront dans la mort, pourriront dans la Terre ou/et se retrouveront poussière, laissant toutes ces petites cellules qui en constituaient le tout, se désagréger, se dissocier, se fondre, s’infiltrer et se confondre dans le décor, sublimation des corps [re], de-venus molécules, particules.

c’est vrai cela peut faire peur l'alchimie et les spirales de la vie!

Alors, l’Homme, intégré, adapté à une Nature plus évoluée, auto-di-gérée, ou bien l’homme intégriste avec un comportement scientiste? .... sado-maso destructeur, enturluminé sans bonheur, presque luciferien tant cruel, à s'en poser la question.

Sion.

Chercher et Regardez les mystères, et choisissez vôtre camp;

Votre "quand" ?

Maintenant !

Han".

 

Car attention, ils sont nombreux à vouloir éternellement discuter pour finalement ne faire que des communications.

Tous ces "monologueurs", menteurs-voleurs, monopolyeurs, comptant le temps volé, ne se cachent même plus sous leurs bannières, manipulant un des maître-mot du 21ème siècle : "COMMUNIQUER", pour mieux nous ....

Il est vrai que dans "COMMUNIQUER", il y a le mot "COMMUN" ....

Ne penseraient-ils qu'à moitié à vouloir seulement nous "NIQUER", à nous baiser jusqu'à leur fin ?....

Je sais, ce sale jeu de mots est très déplacé, je le reconnais, et ce n'est pas dans mes habitudes d'être vulgaire, mais je trouve l'image, le mot, le mal, certe caricaturale, mais malgré tout, assez représentatif de la situation, et puis c'est dans le dictionnaire ....

Ère.

Et donc, grâce aux énormes bénéfices engrangés, ce gratin des pyramides élitistes, ces crétins aux faces décrépis, créent donc une pénurie globale artificielle mais organisée sainement, se permettant ainsi de mieux contrôler docilement les masses.

Ass.

Le vrai combat, puisque c'en est un, se passe aussi et d'abord, dans notre tête, sur le terrain et dans le courant; près d'un confluent, dans le Conflent, nager dans sa Tèt, est une des libertés que nous avons encore, celles de pouvoir partager ces instants pendant lesquels nous apportons chacun nos personnalité, nos compétences, nos défauts, nos expériences, ou simplement notre présence, par nos pré-sens au courant....

Han.

Certe, nous avons parfois du mal et nous pensons devoir prendre des risques à nous engager, enragés, ou même à simplement vivre sans gage, sans cage, sans rage;

Haj.

Pression, menace, intimidation, acte "terroriste", sont les seuls réponses de ces "Supérieurs, Maître" de tout ordre et de tout bord et en tout genre; et j'en passe....

Et Joe pisse ....

Isss.

Mais PEACE !

Pour garder son intégrité, sans tomber dans l'intégrisme, le sectarisme, le favoritisme, qui ne mênent qu'à l'extrémisme, et c'est souvent là que se produit le schisme, il n'existe qu'une seule solution: se retrouver soi-même, et ensemble !

Car OUI, nous nous ressemblons, pour mieux nous rassembler, pour diluer le fameux "diviser pour mieux régner" de cet espèce de dés'ordre mondial (mon dio !) d'un genre " néo-capitalo-communo", subtil mélange de société étasunienne (pour l'exploitation des masses), et de société russo-chinoise (pour la gestion des masses); entre les deux, un début de résultat, l'Europe d'aujourd'hui, et son triste bordel organisé, dedans, autour, partout avec des manoeuvres habiles.

Un coup de barre à gauche, du coté du coeur, et mondial, est inéluctable, quoiqu'en disent les Gérants actuels, c'est factuel, car c'est le peuple, majoritaire et pourtant minoritaire dans les décisions, qui entretient et permet à la minorité, majoritaire puisque plus forte et régnante, de vivre plus qu'aisement, lamentablement.

Nous déléguons, et puis nous dégueulons, dépendant et attendant trop des nouvelles idoles soit-disantes élues pour de beaux programmes, de beaux projets, sur papiers glacés ou recyclés... ou serait-ce l’inverse, des programmes recyclés et qui restent glacés, glaçant, figés sur du papier... avec toujours cette même finalité, juste nous appâter pour les faire élire, dans le délire.

Alors, submergé par cette liesse et ces liasses, concentré et parfois sans trique, affaibli ou soumis par nos "problèmes perso'", on ne comprend pas toujours pourquoi les adaptations, les changements logiques dûs à de nouvelles situations, ne sont que rarement mis en place, ne sont jamais appliqués, ou si peu, voir même et souvent, remises en question.

Il faut sortir de cette partie d'échecs dans laquelle nous ne sommes considérés que comme des pions à qui l'on essaie de faire croire qu'on ne peut pas voir autrement qu'avec leur père dieu, leurs paires d'yeux, comme arrachés de nos corps pour nous les revendre pour mieux voir et croire.

Si l'on survole rapidement simplement l'histoire des civilisations, le constat est amer; tous les sacrifiés ont rarement permis d'arriver à une certaine émotion, une cohésion entre l'esprit et l'action.

Il y a tant d'émotions que nous n'arrivons pas à verbaliser pour les sublimer.

Souvent, nous n'écoutons les mots qu'à moitié, en négligeant la subtilité du vocabulaire, son essence, son énergie, son action.

La danse, le théâtre, la musique, le dessin (l'écriture), sont des langages indirects qui se diffusent en directe, se balancent sur des cordes lancées, tendus, et qui conduisent et induisent à l'émotion, à une fusion. Un geste, un son, une parole, une image, suffisent à nous retourner, et nous emporter dans un air exalté.

Mais quand j'entend la musique que l'on nous joue .... je la trouve bien éloignée de notre portée....

Alors on ne peut plus se taire ....et les laisser faire....

Internet est une arme crée à la base par et pour les militaires et les élites; son rayonnement exponentiel, sa pré-appropriation par la population, sera leur plus grand revers, car même s'ils veulent et essaient par tous les moyens de nous faire fermer les yeux sur leurs ignominies, nous, nous ouvrons nôtre esprit, et nous serons toujours de plus en plus nombreux à partager cet avis.

Car lorsque nous nous retrouvons à surfer, câblé sur toutes ces cordes virtuelles, nous partageons directement, électro-magnétiquement (!), nos ressentis et vues de la vie postés .

 

Ce qui m'amène à terminer cette longue introduction, par un petit test sur les points de vue:

Lorsque je vois une information ou une image, celle-ci est créée, au départ, par l'observation ou l'écoute, du coté par lequel on me l'aura présenté; je m'explique:

Extrapolons.... (et ce n'est qu'un exemple)

Je vois devant moi, à l'horizontal, un objet, composé de trois rectangles noirs accolés verticalement ...

 

 

rectangles

 

 

Si je me met à la verticale de cet objet, je vois un petit cercle blanc dans un plus grand cercle noir.... et inversement....

.... mystère ....

 

 

1

 .... ? ....

 

Mais quand je regarde l'ensemble, dans son volume entier et dans toutes ses dimensions, toutes les directions,

je vois un cylindre... un barril, et c'est pas du bidon!

 

 

 

 

Ce n'est plus un point de vue, subjectif,

c'est un avis, objectif !

 

 

pointdevue-23658405_379102062520750_8527255946199934905_n

pointdevue-62448743_382168829071510_3990768776902606848_n

 

 

 

 

Ж

 

 

...SEPT TOI, MOI, JE, nous; flexion....

 

 

Nous sommes tous issus du même moule

et à voir le résultat ça me fout les boules;

On sépare les peuples comme on divise la lumière

comme pour imposer un semblant d'arc en ciel

aux couleurs pourtant millénaires...

 

Sept couleurs pour voir la Terre,

toutes sont uniques, mais complémentaires,

car ce sont elles qui font La Lumière;

Sept notes pour jouer La Musique,

dans toutes les langues elles sont uniques,

elles nous chantent les couleurs de la Terre;

 

Tous les goûts sont dans la nature,

il n'y a qu'à voir sa progéniture,

et ce n'est pas par hasard et de façon identique

que le complexe corps humain façonne autant de physiques;

 

Ils ont des yeux mais ils ne voient pas

et s'arrètent simplement à ce qu'ils croient,

Regardez les différences et admirer leurs existences,

respirez les essences et laisser parlez tous vos sens....

Ils ont des oreilles mais ils n'entendent pas

se contentant seulement d'entendre ce qu'ils n'écoutent pas;

 

Entendre une réponse au lieu d'écouter la question

c'est comme prendre un jugement en supprimant toutes contradictions....

 

 

Ж

 

 

Mieux que l'espéranto, le français, l'anglais, le latin, le chinois même ....

 

La Musique... langage universel !

 

Toutes ces vibrations instantanées,

Intervalles de vie déposées sur ou au dessus de la portée,

Vous permettent d'maginer la hauteur, la largeur, ainsi que l'intensité des notes écrites et à venir.

Il parait que des fois, selon la musique, il y a des pics !

 

Mais moi la musique, c'est mon essence,

et ça m'fait vibrer dans tous les sens !

Tous ces sons, HUMM... que c'est bon !

Toutes ces notes que j'entend,

je les écoute, au goutte à goutte,

au gré de l'air, au gré du temps et du courant,

et pour que le rythme progresse,

j'essaie de m'bouger les fesses,

car le tempo, j'l'ai dans la peau !

 

 

Ж

 

 

...S'endormir, sans dormir...

 

 

Je me suis couché et j’ai fermé les yeux,

Et dans un moment d’inattention, je me suis endormi;

 

Soudain, en plein sommeil, apparaît ce paysage!

Les yeux ne sont pas allumés! D’où vient cette image?

 

Les lieus, les temps, les gens, tout se mélange,

Mais où faut-il en venir? Comme c’est étrange;

 

Toutes ces rêveries n’ont ni queue ni tête,

Et pourtant j’avais l’impression d’y être;

Dépassés, les sens, oubliés, les sons,

C’est beaucoup plus qu’une sensation!

 

Le réveil sonne, je dois me lever,

La tête qui résonne d’une nuit agitée;

 

Dormir, sans dormir, sans donner de réponses,

Les nuits et les siècles passent, et tous les gens pioncent;

Car si on passe un tiers du temps à dormir,

Ce n’est pas que pour nous faire plaisir,

Et si on passe un dixième du temps à rêver,

C’est important puisque c’est inné!

 

Alors Je vois, je rêve et j’imagine,

je bois l’eau qui dort loin de mes lèvres mutines,

Elle prend sa source loin dans mon corps….

d'or ....

 

 

Ж 

 

 

Un autre monde, un autre jour, un autre temps...

 

 

Le réveil sonne, Arkébi doit se lever, la tête qui résonne d’une nuit agitée...

Il s’étire...., et tranquillement.... se laisse remporter, et se rendort;

Les aiguilles tournent …. quand enfin, son horloge interne réagit …. déclenchant l'ouverture simultanée des deux yeux.

« HOWWwwww !!! Mais quelle heure est -elle?

Un certain retard bavait déjà sur l'horloge externe;

Et merde…, tout juste le temps de prendre ma douche ! »....

Machinalement il alluma la radio, pile au moment d'un

«Flash spécial … ce matin, à cette heure (locale), la Chine a annoncé ouvertement sa volonté de soumettre tous les pays du monde, à une politique de rationalisation et de redistribution des moyens et des richesses, sur tout le globe....»

Il se senti glisser comme sur le savon.

Mais je rêve encore ou quoi!.... Pourquoi faire ça maintenant? Que s'est-il passé pour que la Chine en arrive à annoncer cet ultimatum, si soudainement? Aucuns renseignements spéciaux n'avaient prédit, fuité ou annoncé une quelconque action d'une telle ampleur.

Un frisson parcourra tout son corps, et soudain il se sentit partir, puis revenir dans les années 80, en pleine guerre froide; un flash: l’interview d'un chanteur se rematérialisa, et lui, revint:

«Quelle épique époque, non? Quand Christophe Colomb a découvert ce qu’on a appelé en ces temps là LE NOUVEAU MONDE, on était bien loin de penser que la conquête, pardon, colonisation, se ferait en sens inverse quelques siècles plus tard, les nouveaux «aventuriers» voulant ainsi retrouver une certaine tradition d’un passé pourtant dépassé: régner sur le monde.... Mais paradoxalement, l’avantage de la situation réside dans son développement mondial, car à essayer de convertir la Terre entière vers un certain «millénium» , tu cherchera dans l'Histoire, l’effet boomerang ne pourra être que surprenant!

Et puis y'a l'nom: Christophe Colomb !

J'aime bien les jeu de mots.... moi, Colomb, ça m'fais penser à ...

.... à la colombe, oui bien sûr, la colombe de la paix, quel pèt! (ouais, facile) et du coup, aussi aux colons, aux colonies .... c'est quand même une bien belle coïncidence, vu justement les objectifs assignés à sa mission par ses maîtres.

.... et puis y'a aussi l'colon, tu sais ce gros tuyau qui part de l'intestin qu'on a pour digérer et qui finit en trou du cul pour chier .... tu vois ça m'en inspire une bonne, j'vais ptêtre en faire une nouvelle chanson .... HéHé !!!

Mais pour l'instant, on revient à aujourd'hui et on a celle-là ! lança t-il; le studio fut plongé dans le noir, la scène s'éclaira, et les hauts-parleurs commencèrent à balancer leurs ondes!

 

...Hey! Mick! Hey!

 

Quand tu montes dans le donjon,

Pour mieux admirer ton domaine,

Penses à tous les chatons, qui viendront de la plaine,

Quand ils comprendront un jour, que tu n’en vaux pas la peine;

 

Hey! Mick! Hey! T’es maousse!

Souris toi la souris!

Toi qui aimes tes états, unis,

Que tu sois blanche, noire, ou grise,

Un jour où l’autre tu seras prise!

 

Tu te forces à jouer au cobaye,

En sapant le monde du travail

Comme dans tous tes laboratoires,

Qui fourmillent de gens hagards,

Tu as beau être en quantité,

Non tu n’auras pas le monde entier,

Tu as beau être des milliers,

Fais attention à ta postérité,

avant de recevoir mon pied;

 

Avec des paraboles aux oreilles,

Et un radar dans le museau

Je ne serai jamais pareil,

A toi qui espionnes intra muros;

 

La liberté n’est pas un appareil,

Que l’on veut nous pose dans le cerveau

Mais un principe inné de la nature,

Que l’on n’impose pas en jouant les durs.

 

 

 La prestation se termina en même temps que l'explosion d'une ampoule de projecteur quand les lumières du studio se rallumèrent.

 

- « Et pic et poc ! Non?… Ha Ha !

Tu savais que Nostradamus a dit:

"l'ennemi viendra de l'ouest",

et ça, sans connaître les États Unis! Ha Ha !»

Épique époque, oui!

 

Ж

 

Le boomerang était bien revenu, surprenant ceux qui ne l’avait point vu revenir sous cet angle là; encore une erreur, il reste tellement de probabilités.

Mais des femmes, des enfants et des hommes allaient, encore une fois, les subir, et mourir, mais il fallait vivre.... Il fallait suivre, et il suivit sa vie, c'était son avis....

 

 

Ж

 

 

 

- La Mémorithèque

 

 

Deux fauteuils installés devant le feu

de cette cheminée qui chauffe les lieues;

Tout est là, ce que je sais, ce que je ne sais pas;

Un vieux sage dans une tunique blanche

Écoute et s’épanche,

Il donne les clés des portes fermées

Quand les questions sont bien posées;

Et si je vais chercher dans ces rangements

Dans ces atomes ou dans ses tomes

Qui  sont apparus mélangées dans le temps,

Je finirai par reconstituer le puzzle de ma vie cachée;

Mais tout n’est pas héréditaire, Je dois remplir les étagères,

Et J’évite de laisser trop de poussières

Sinon j’aurai un sale caractère;

 

La porte est toujours ouverte

Et par de grandes fenêtres

La lumière illumine les rayons,

Diffusant ses secrets dans son action;

C’est une très grande bibliothèque,

Je l’ai appelé mémorithèque;

Et Toutes les facettes de ma mémoire secrète

Se mélangent et permettent de forger mon opinion,

Alors j’écoute ce que j’ai dans ma p’tite tête,

Et ce n’est peut-être pas si con!

 

 

Ж

 

 

 

Dans toutes ces archives, gardées ou emportées sans raison, il retrouvait cette phrase, écrite il y a bien longtemps:

«Tu sais, on naît jamais fini…. on n'est jamais fini ....»

Et là, sincèrement, il ne l’aurai pas relu, il n’y aurait peut être jamais repensé ainsi.

Posé sur une tablette, une seule histoire toujours ouverte, une histoire loin de nôtre monde, mondain, banal, plus proche d’un autre, mondial, idéal.

En s'approchant de ce seul livre ouvert, il s'aperçut qu'il n'y avait rien d'écrit !

" Tournes la page ! " lui ordonna le vieux sage;

Ce qu'il fit.

" Mais Kess ! elle est blanche... ainsi que les suivantes !"

" Alors as-tu trouvé l'erreur? "

Arkébi allait s'emporter en vaines paroles, et lancer d'autres recherches, mais ....

"Ne cherches pas puisque nous serions tous, et tout ne serait qu'une multitude d'erreurs, nées au hazard d'une rencontre, genre infusion de fusions, ou d'un accident disent même certains; mais ce Hazard a créé paradoxalement un système bien ordonné, .... mathématique, réajustable, et pourtant dogmatique ....

La vie se transforme en apparence, et la nature s'adapte au mouvement;

Maintenant, choisis ton camps!".

Arkébi avait du mal à suivre son histoire.... et à nouveau, se sentit hors de portée....

 

 

Ж

 

 

 

Dans ce monde que certains voudraient uniforme, plein d’uniformes, comptabilisé, aseptisé, sans odeurs, sans couleurs, sans scrupules, là où la folie des grandeurs engendre la grandeur des Folies.... celles des hommes.

 

Mais, si nous sommes tous fous,

il y a aussi les fous à liés, Alliés dans ce combat, avec ceux qu'on bat.

Et ceux qui se croient être au dessus de tous et de tout,

Ceux-la même qui nous prennent pour des fous,

Pourrons toujours continuer de compter leurs sous;

Mais la largeur et la richesse d’esprit,

Valent beaucoup plus qu’un compte en banque bien rempli;

Prenez garde au jour où l’on vous demandera des comptes,

Vous ne pourrez rien faire même avec tout l’or du monde.

 

 

- Une pièce de monnaie tourne, tourne, et puis s’arrête.

 

 

 

Ж

 

 

 

- Com-pa-raison -

 

 

Si le faucon se déplace dans l’air,

Le vrai con lui, marche sur terre;

Aucun des deux ne manque d’air,

Seul le premier préfère se taire.

Dès qu’on a pu penser qu’on pouvait tout faire,

On a tout essayé pour se com-plaire;

Un con-fort, un con-cours, Con-damné, le com-ble,

Com-promettant la vie, paradis,

Com-battant pour la vie, paradoxe,

Com-primé pour la tête,

Com-promettant la vie sur la planète, Con-stellation ou com-ète,

Con-sacré par un con-gelé, Con-finé in finé, Con-fini infini;

Les con-currents, con-descendant de ce monde hautain,

Con-quis, con-servants n’importe quoi,

Con-chies, con-sentant, con-tenant presque rien,

Alimentent ma com-plainte, mais ne coupent pas ma voie.

Con-tent mieux, con-tant pis.

Car en fait, la nature est fête,

et faite de consentement, de concession, de consensus,

Rien de plus…

 

 

 

Ж

 

 

 

 

Jusque là, la vie d'Arkébi se déroulait cahin-caha, avec des hauts, et des bas ….

Débats à la radio dans ses émissions, animateur, journaliste sur le terrain pour la perception .... un emportement de jeunesse lui avait permis d'en arriver ici, et là, et de venir travailler à la capital pour plusieurs chaînes; et, chemin faisant, habiter aussi ce mas dans le sud, entre mer et montagne, pour pouvoir arracher le poids du fer de ses chaînes, contre un agréable pied à terre ensoleillé, au pied du colosse de fer qui remplit ses entrailles, bout de chaîne, pyrénéenne .

Hèn.

Un privilégié ! Il se considérait et se sentait souvent comme ; entre des obligations professionnelles plus qu'agréable puisque consenties, la folie des nuits dans et autour de la mégalotropole, et les week-ends et les vacances au pied d'un géant de fer, de nature, d'air et d'eaux plus pures .... il vivait bien.

Mais plus le temps passait, et plus il se sentait mal à l'aise.... quelque chose couvait ....

Il a souvent voulu essayer, et connaître, avant de comprendre, de nombreuses choses que cette vie pouvait lui proposer. Mais il ne pouvait plus, se contenter de paraître, et se permettre de présenter les faits et les gestes tel un repas servis dont les plats devenaient indigestes, comme un servant, surtout en les servant ....

Vacances d'étés, d'adolescent en serveur saisonnier, à chef de rang à l'année puis maître d'hôtel confirmé, la restauration de bouches en attente ou plutôt l'Hostellerie, toutes ces cartes m'ont beaucoup appris; on en revient en remontant sa pré-histoire, à l'hospitalité; cela m'a beaucoup changé, les hospitaliers.

Et un jour, et puis un autre, et encore un autre, il se mit à chercher ces si petits détails qui lui permettraient d’avoir un début de réponse à ses nombreuses questions; ouvrant ainsi, lorsqu'il trouvait les clés, les portes jusque là fermées, prospérant patiemment, complétant son trousseau, jusqu'au jour ou il sera complet; car comme on dit, un trousseau bien remplit, c’est avec des trous sales qui nous ont appris à reconsidérer notre vie.

La connaissance et la compréhension de chacun, dépendent de son éducation, de son apprentissage, de sa formation, et de son aptitude à accepter, ou refuser, les choses établies, celles-ci ne l’étant que pour un temps indéfini.

La vie se chargea alors de lui faire dépasser ses frontières fictives.

Vive la complexité, et les expressions capillo-tractées.

 

 

Ж

 

 

«Les guerres, ce sont des gens qui ne se connaissent pas, et qui s'entre-tuent, pour des gens qui se connaissent bien, mais qui ne veulent pas s’entendre». Paul Valéry

 

 

Avant la fin du siècle dernier, le mur de Berlin était tombé et un nouveau monde c'était constitué rapidement, il était temps:

. Une Grande Europe (incluant le Groenland et enfin la Russie),

. Une Grande Amérique (nord et sud réunis),

. Un Grand Orient (regroupant la Turquie, l'Iran, l'Afganistan, le Pakistan, la nouvelle Palestine, le Liban, la Syrie, l'Irak, l'Arabie Saoudite et les émirats attenants),

. Une Grande IndOcéanie (de l'Inde à l'Australie et jusqu'au Japon),

. La Chine avait gardé son unicité,

. l'Afrique fut réunie*.

 

 

*Décrétant un reconditionnement de l'Afrique trop longtemps morcelée, ils avaient regroupé le continent entier, traçant ainsi, les nouveaux domaines :

- terrains de manoeuvres militaires permanents, appelées communément "zone d'essai" et servant à tester du matériel d'équilibrage sur site réel,

- réserves animales et/ou humaines destinées à servir de cobayes pour les grands laboratoires oeuvrant pour le bien des planètariens,

- et en même temps, pas si loin parfois, construits, paradisiaquement, de vastes complexes hôteliers pour colons en mal de Safari et de proies.

L'Afrique ne pouvait être grande, Lucy était petite....

 

La Chine, elle, dernier marché estampillé communiste à la fin du siècle dernier, s’était transformée rapidement en marché capitaliste, récupérant Hong-Kong et Macao, et les capitaux y afférant, et devenant ainsi le pays où l'optimisation des ressources, de la main d'oeuvre, exploitées, allait permettre de fabriquer et de vendre tout ce dont le monde pouvait avoir besoin sur terre.

Un accord de non-ingérence international avait été signé avec tous les pays qui composaient ce que l’on appelait l’O.N.U., et avait évité ainsi, dans cette période de grand changement sur la planète, de dégénérer en conflit. La décision de créer de l'argent, mondialement, autant qu'il en fallait pour ré-équilibrer la situation de tout, de tous et de toutes, fut saluer par tout les peuples, conquis.

Car à partir de 2017, dans un formidable et surprenant élan mondial, la Justice, la Justesse, la Liberté et le droit d’expression, - sournoisement récupérés, égorgés pour finalement être supprimés, et décrétés interdits dans les années 1980 - , avaient retrouvés leurs places.

Jusque là, inexorablement, nous nous dirigions vers une dictature mondiale qui n'avait même plus honte de se cacher; sans pitié les peuples étaient exterminés pour de basses questions de richesses, nos chers élus, choisis, votaient des lois remettant en cause toutes les libertés acquises par le sang de nos anciens. Un triste retour à certaines conceptions et créations de sociétés, que l’on croyait disparues depuis la dernière guerre mondiale, avait permis à certains, d’accéder aux sièges les plus hauts dans tous les pays, instaurant gentiment mais sûrement, sournoisement, un certain nationalisme, extrême, poussant un mondialisme extrème . Ils avaient réussi à lier le monde en un seul, en oubliant que nous allions nous reconnecter ensemble.

La vie ne se voyait plus qu’en direct, décalé....

 

Ж

 

 

- TéléVisions -

 

 

Allumes ta télé, Et installes toi dans ton siège,

N’accroche pas ta ceinture, Dès fois qu’il y ai un piège;

Attrapes les commandes Du vaisseau cathodique

Et programmes ta demande Sur les touches magiques;

La vision planétaire Apparaît sur l’écran

Montrant des images amères Que personne ne comprend;

Le cinéma n’existe plus,

La vie ne se vit qu’en direct,

Les acteurs ne se changent plus,

Les scènes s’enchaînent à la sauvette;

Commence alors le reportage

D’un homme comblé par ses usages:

Il pratique la chasse sauvage,

Et l’art de sculpter l’acier;

Pour le panache et pour le sport,

Le gibier est tiré au sort;

Il ramène ensuite son trophée,

Fier d’avoir un beau sujet;

Et, Installé dans sa remise, Il découpe le métal,

Observe encore sa prise, Et sculpte un bel animal;

Il donne la vie à de l’acier Et la retire avec du plomb,

Ça doit lui donner bonne conscience, Encore faut-il qu’il y pense;

On fabrique des armes Pour instaurer la paix

Pour tuer des âmes, Pour que tout soit parfait!

 

 

 

Ж

 

 

 

En janvier 2015, l'attentat terroriste dans les locaux d'un journal satirique avait écoeuré le monde entier.

Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase, devenu trop petit, il se brisa en millions de morceaux, mais en conservant la base.

Et les peuples du monde entier, opprimés et exploités depuis tant d'années, ont dit NON, à l'unisson!

Partout sur la planète les gens ont manifesté en défilant pacifiquement, chez eux; cela a durer des semaines, les gouvernements se sont mis à démissionner les uns après les autres.

Partout dans le monde des volontaires consciencieux se sont mis à oeuvrer pour écrire une nouvelle convention, pour tout les peuples, conquis, et pour la Terre.

Un nouveau système plus équitable fut organisé dès l'été 2016 pour être mis en place 6 mois plus tard.

Un nouveau secrétariat mondiale gérait de façon tripartite les intérêts de chaque pays:

. le groupe 1, appelé La Première Loi, issu de la nouvelle convention;

. le groupe 2 appelé Le Deuxième Gouvernance,

. et le groupe 3, appelé Le Tiers Peuple, tous deux composés par des volontaires consciencieux.... 

Je ne dis pas que c'était enfin "le meilleurs des mondes", car bien au contraire, dans celui-ci, nous y étions encore enfermés il y a quelques temps; vous savez ce "meilleurs des mondes" que les "grands" de tout temps nous promettaient et imposaient depuis des siècles.

L'explication de texte d'Aldous Huxley sur cette liberté formatée fut bien utile.

Nous l'avions pris pour de la science fiction, alors que toutes ces grandes histoires n'étaient que des anticipations, des visions des temps à venir, planifié, c'est maintenant prouvé.

Mais dans ce nouveau cycle, l'esclavage sera enfin révolu.

 

 

 

Ж

 

 

 

 

...Flashback en avant...ou Retour à la réalité...

 

 

"Houlà! Satanée vie!"

Les aiguilles de l'horloge venaient de le piquer!

Arkébi venait de ré-atterrir, il fallait se ressaisir...

La douche n’était pas conseillée, vu son retard, mais elle était indispensable; vous savez, du genre de celles que, de toute façon, vous devez  prendre pour vous secouer.

La tuyauterie, qu'il devait changer depuis quelques temps, n'était plus de son coté ce jour-là, et céda au bout de trois minutes; la matinée commençait mal; heureusement le robinet d’alimentation générale n’était pas loin, limitant les dégâts…

Il s'habilla rapidement et sortit sans prendre ce petit déjeuner qui lui servait tant de sac à provisions énergétique pour une bonne partie de la journée*.

 


 

 

*[ - Prendre un bon bol, si possible artisanal, c'est encore meilleur,

- Ajouter trois cuillères à café bien remplies de poudre de fèves de cacao pur, non sucré bien sûr,

un peu de cannelle,

- Prendre une cuillère à soupe, verser 3 à 5 gr de curcuma en poudre, ou rapé,

mélangé à un peu d'huile, ou d'olive ou de lin ou de colza,

sans oublier du poivre noir,

- Chauffer soit du lait de chèvre, soit du lait d'amande ou de riz

(+noisette c'est encore meilleur),

- Une fois le lait versé,  ajouter du gingembre râpé,

1 clou de girofle de temps en temps,

une bonne cuillerée baveuse de bon miel de saison, respectueux,

j'ajoute aussi quelques fois, quelques noix, rapées,

remuer, déguster, savourer; au moins, goutez;

Faîte ce que vous voulez, moi ça m'exite, les papilles!

en alimentant la chaudière;

Et pour les plus téméraires, avant d'avoir tout bu

quand il reste environ un peu plus de 5 cl,

- ajouter cinq grammes de spiruline,

remuez pour revivifier à nouveau les micros spirales,

et terminez d'avaler tranquillement mais sûrement, et sainement.

Même le résultat visuel est particulier, couleur lagon, mais sauvage! Surprenant!

Complétez par une ou deux tartines ou alors quelques céréales plongées dans le bol;

Et on nage en plein marais!

Une bonne salade de fruits frais, de saison bien sûr,

quelquefois une omelette s'il fait faim!

Je crois que je n'ai rien oublié;

Un concentré d'énergie à engloutir en prenant son temps!

Et pour pouvoir aussi nager dans des eaux plus claires au réveil, je prend à la place

un thé vert à la bergamote  en moyenne deux à trois fois dans la semaine,

et qui permet aussi d'équilibrer d'autres journées . ]

 


 

 

Il se levait habituellement toujours deux heures plus tôt, car il aimait bien prendre le temps sur le temps qui le pressait ou l'emportait.

Mais pour aujourd'hui, c'était "nada", "queutchi", "Peaudzeubal ; Arkébi allait devoir se contenter de rien et improviser afin de tenir au moins la matinée, qui devait se terminer, heureusement, par un déjeuner "Au Littoral" avec le Professeur Kesster; c'était rassurant pour la besace, dans un ancien kiosque à musique au milieu d'une immense serre, Adam nous cuisinait toujours de bons plats !

Le ciel était gris, un vent froid et sec, vraiment étonnant à cette période de l’année, glaçait ses mains et fouettait son visage;

« il ne manquerait plus qu’il neige!» s'exclama t-il en trésaillant face aux vibrations et couleurs du jour.

Pendant des années, les expériences autorisées de pulvérisations aériennes de produits chimiques à but expérimentales, avaient forcément, profondément détraqué l'atmosphère, et des années seraient nécessaire avant de retrouver une situation stabilisée, un retour aux raisons saisonnières de la Nature.

Soudain le téléphone se mit à vibrer sans sonner, en émettant un grésillement bizarre, aucun nom n’apparaissait sur l’écran, mais il appuya machinalement. Le haut-parleur crépitait…

"Nous ne pourront pas nous voir ce midi ! Je vous recontacterais lorsque vous serez dans le sud! Ne tardez pas."

Le message fut bref, le crépitement cessa aussitôt; mais Arkébi avait eu le temps de reconnaître la voix de l’homme qui lui avait donné rendez-vous en fin de matinée.

Il n’avais pas prévu de descendre dans le sud avant la fin du mois, mais une réaction d'urgence s'imposait, il devait reconsidérer la question. Entre le flash radio et l'appel mystérieux, quelque chose de gros, couvait.

 

 

 

Ж

 

 

 

 

J'ai toujours préféré descendre dans le sud en train; la vision pendant le trajet, de cette chaîne montagneuse et de ce pic qui grandie au fur et à mesure que l'on s'en approche, me fascine toujours autant, et même toujours plus à chaque fois, et me ressource, toujours un peu plus profondément, comme si un courant mystérieux se diffusait de ses entrailles, remontait à la surface, et nous irradiait en transmettant son énergie ....

Arrivé à la gare du «Centro del Mundo», il n'y a plus que quelques pas à faire pour changer de dimension et se laisser emporter par cet air si particulier...

En fait, il faut encore trois quarts d'heure en petit train pour enfin arrivé au pied de la citadelle; et une fois les murailles dépassées, contourner le rond-point, et remonter tout droit en suivant le petit affluent qui rejoint la rivière, et juste après avoir eu la Têt aux pieds, en traversant le pont, ça y est, vous y êtes .... Prends ton Cady ....

L'effet est immédiat, vous êtes ailleurs ....

 

La rotation avait eu lieu... la transition s'était bien passée, silencieusement, indubitablement, naturellement, laissant enfin apparaître, subtilement, ces jours meilleurs, dans un monde meilleurs.

 

Le brusque changement planétaire de 2015 avait aussi essaimé par ici; les nouvelles âmes arrivées dans la vallée avaient rejoint le Tiers-peuple local, et tous et toutes suaient vaillamment pour structurer les nouvelles zones de partage alimentaire et autres ateliers disséminés dans le canton comme partout.

La réfection des terrasses agricoles avait permis de mettre en production un nouveau vin blanc des montagnes, unique; le projet avait bien mobilisé la population, de part son histoire, et depuis 2 ans, les fruits poussaient bien, et beaux; le premier vin avait pu être tiré, il était très prometteur...

La vielle bergerie au dessus du village avait retrouvé son activité et fournissait de merveilleux fromages...

Les 3 fours à pains diffusaient leurs parfums des matins .... sans aucunes concurrences entre les fournils .... juste une complémentarité singulière, de vrais compagnons ....

L'eau fraîche et pure des montagnes arrosait les champs qui se couvraient après, de vétements colorés de jaunes, de rouges, de bleus, lorsque les équipes arrivaient .... et quand la Terre fleurissait ....

La vallée revivait.

La Terre avait gagné cette 3ème guerre mondiale, que des illuminés avait osé lui déclarer.

 

 

 

Ж

 

 

 

 

Je n'étais pas descendu dans le Sud depuis cet été, mais l'appel mystérieux du professeur avait précipité mon départ;

Les dernières neiges avaient recouvert le pic, la montagne n'en était que plus majestueuse.

La nuit tomba. Je venais de remettre du bois dans la cheminée quand une frappe ferme et énergique, annonça quelqu'un à la porte. C'était le professeur Kesster.

 

 

Ж

 

 

 

Le 14 décembre 2012, une corde vint à lâcher, le récit s'interrompa; les principaux textes et documents avaient été écrits entre 1993 et 1995, d'autres, auparavant, avaient été brûlés, un soir de colère ou de peur.

Que pouvait-il rester de tout cela ?

Quand j'y repense, c'est à peu près à partir de ce moment que j'ai perdu le fil de l'histoire, errant dans les méandres du plan; les messages finirent par diminué, le dernier fut daté du 15 février 2013, puis, silence. Quelque chose couvait...

J'allais à nouveau être emporté ....

 

Ж

 

 

 

Quelques temps plus tard, j'ai vu UN professeur, un autre, docteur et chirurgien-militaire, sur cette planète.

"HPV 16" au stade T3 qu'il me dit ! "Il faut opérer tout de suite".

Une " Bucco-pharyngectomie antéro-latérale gauche étendue au voile et à la base de la langue par voie de mandibulotomie (Mandibular-Swing) avec un Curage ganglionnaire jugulo-carotidien radical gauche plus une fermeture de l'oropharyngostome par un lambeau myocutané pédiculé de grand pectoral gauche, et une trachéotomie", devait être réalisée;

En résumé, un cancer dû à un pti frère d'un Papillomavirus, rencontré on ne sais où, on ne sais quand, il y a dix ou vingt ans, peut-être, m'a t-on dit. Il a soudain décidé de se réveiller et de se développer dans l'amygdale gauche, qu'il a donc fallu enlevé, avec la jugulaire gauche, ainsi que les deux muscles principaux nécessaires à l'ouverture de la bouche, et pour finir un bout du palais et un bout de langue; du coup il a fallu boucher tous les trous, et donc, pour reconstruire cette gorge qui n'y ressemblait plus du tout, on m'a retiré le grand muscle pectoral gauche, qui, retravaillé, permettait de remplir l'espace libéré.

 Cela s'annonçait plutôt bien, non ?

Et tout cela, le jour de l'été et de la fête de la Musique! Rien que ça !

Je n'allais quand même pas être sacrifié sur l'autel de la chirurgie, quand même pas, on ne m'entendrai pas crié! Non, ça c'est mon coté parano, impossible.

Mais, ontrairement à quelques mois plus tôt, cette fois ci, je ne la ramenai pas, je la fermai, les laissant eux, m'ouvrir la gueule, mon corps.

Il existe malheureusement, des maladies fulgurantes qui peuvent surprendre , jusque dans vos choix et décisions pour vous traiter, et peut-être ainsi vivre, ou mourir .

 

La fin de l'été 2013 fut comblée par 33 séances de radiothérapie!

Un bronzage gratis offert par la Sécu; et dire qu'il y en a qui payent pour ça! 

 

J'ai quand même refusé les trois séances de chimiothérapie qu'on me protocolait automatiquement; cela déplu !

On me proposa alors en insistant, d'accepter deux séances, seulement, pour bien faire !

Ah bon! Mais alors, il en faut trois, ou deux suffisent?

Je ne comprend pas, ou plutôt je ne veux pas chercher à comprendre, je ne joue plus; ma décision était déjà prise, ce sera aucune séance, je ne m'inscrirai pas à nouveau comme cobaye;

Malheureusement, la radiothérapie a développé une ostéite sur la mâchoire, aidé par plusieurs infections nosocomiales contractées au cours de la première intervention.

Il a donc fallu encore opérer, et encore réopérer, et encore réopérer;

En mai 2014, je suis à nouveau sur le billard; motif de l'hospitalisation: pseudoarthrose septique sur ostéoradionécrose mandibulaire gauche!

Pour faire simple, on m'ouvre à nouveau la tronche en deux, de la lèvre inférieure, on descend sur le bord du menton, on bifurque à gauche et on remonte jusque derrière l'oreille; on soulève le tout, on enlève les morceaux d'os effrités, on coupe un quart de la mâchoire, puis on repose une attelle de reconstruction,  ...

 (je sais c'est gore, mais explicite! Quoique!

le trou du cou (j'adore cette expression!) est un reste de la première opération, même pas un an plus tôt !).

...et on referme le capot!

Évidemment, l'alimentation va être compliqué pendant un petit moment, alors on installe une sonde naso-gastrique, et ce n'est pas simple... pour digérer tout ça; trois fois par jour, histoire d'essayer de garder un certain rythme quotidien banal, petit-déjeuner-déjeuner-dîner; on installe, une poche alimentaire d'un demi litre de liquide à la composition scientifique et magique, sur une pompe entérale assez miniaturisée et très silencieuse, elle même reliée à mon estomac par un tuyau passant par le nez; 


archive(C'est plus clair comme çà!)

Bref, je règle le débit sur 350ml/heure, quelques fois 400ml/heure, mais pas plus, sinon ça défonce les boyaux en plus de te filer une chiasse de canard; Mais il faut bien que j'arrive à récupérer ces vingt kilos perdus depuis la première opération.

Bien sûr on me prescrit une bi-antibiothérapie forte pour traiter les infections; mais pas pendant trois semaines, non, il faut frapper fort, on ira jusque deux mois. C'est en promo pour terrasser la bête. Pour la morphine, je vais diminuer par palier, je dois arriver à me désintoxiquer tout seul.

Deux mois passent et l'infection est toujours là, mais il faut arrêter les antibios'.

Et on va pouvoir arrêter l'alimentation par sonde, Chouette !

 

Et bien Non! raté, il faudra continuer à manger liquide, mais sans tuyau dans le nez; les nombreuses interventions au niveau du cou ont transformé le passage, formant une cavité où l'alimentation reste coincée et s'accumule, et se dirige vers l'entrée des poumons, m'obligeant à boire de grandes quantités d'eau pour rincer et vidanger; et je ne peux pratiquement pas mâcher à cause des quelques dents restantes qui ne mastiquent plus vraiment à cause d'une impossibilité technique pour ouvrir la bouche de façon normale, et celles qu'on a dû enlever pour opérer.

Et comme un chirurgien dans son bloc, mais que je ne veux plus voir, un choix décisif opère en intérieur. C'est l'heure ....

 

C'est le moment que Dame Nature choisit pour se remanifester, mon initiation pouvait continuer, il fallait repasser aux actes : purs jus de fruits frais, soupes de légumes de saison, des protéines, du lait de calcium, et tout un choix de belles et bonnes choses qui nous entourent, le tout le plus bio et local possible, le tout réaliser et préparer avec et par Amour....

Une "conseillère" en ressources naturelles même pas branchée, non, enracinée, des  huiles essentielles, des oligo-éléments, il y a tellement de bonnes choses vraies ....

Mais pour avoir une ration journalière nécessaire, entre 2000 et 2500 kilocalories, je dois quand même rajouter et ingurgiter un peu de compléments nutritionnels énergétiques et concentrés car sinon la quantité de liquide équivalent à autant de kilocalories nécessaires par jour, serait trop importante et je passerai pratiquement la moitié de la journée à boire. S'il fut un temps où cela m'a amusé d'avoir des week-ends enivrés à manger "liquide", je trouve cela moins marrant aujourd'hui, mais j'ai quand même récupérer huit kilos en cinq mois...

 

Et les infections se sont faîtes anesthésier !!! K.O. les bébêtes !!!...

 

 

Alors je me suis à nouveau laisser emporter ....

 

Ж

 

 

 

Kess !

 

Depuis de nombreuses années, le professeur avait su se faire de bonnes et discrètes relations parmi la haute population ancestrale et tout le monde le considérait. Mais qui était-il ?

Je l'ai rencontré pour la première fois en 1990, lors d'une conférence ayant pour thème: "L'électromagnétisme énergétique ambiant et l'Homme dans tout ça ?". On m'avait demandé de faire un papier sur ce savant homme. Il racontait ses découvertes:

"Une onde électromagnétique et énergétique se déplace depuis toujours dans notre Univers et bien l'au de là, et il fallait nous préparer à la recevoir, car elle allait bientôt nous traverser et nous changer radicalement, comme cela était déjà arrivé plusieurs fois sur la Terre dans son passé.

 

Je me rappelle bien de cette première rencontre car un participant s'était manifesté dans la salle ce soir là.

"Que cette onde soit une onde d'amour!" avait t-il crié,

" Et que l'amour envahisse la planète, et éradique tout ce qui nous entravent et tous ceux qui nous séparent!" avait-il ajouté dans son élan;

Le public avait été surpris, mais quelques'uns avait applaudi et un grand nombre avait souri; cela avait eu le mérite d'avoir décontracté l'atmosphère mystérieuse de cette conférence.

Environ trois cents personnes étaient présentes ce soir là; une vingtaine de journalistes peu enthousiastes s'étaient accaparés les places de devant, n'hésitant pas à faire bouger les personnes invitées déjà installées, en exhibant leurs cartes de presses, alors qu'aucuns n'avaient d'invitation; seule une rumeur et des coup de fils de leurs supérieurs les avaient obligé à venir....  le professeur n'envoyait jamais d'os à un chien! Le flaire ce doit être inné.

 

Non seulement l'intervention de ce participant était quelque part pertinente ce soir là, mais aujourd'hui je peux dire qu'il était dans le vrai.

 

J'ai appelé le professeur le lendemain de cette soirée pour le rencontrer, et depuis, nous nous retrouvons tous les mois dans un restaurant situé dans la banlieue, aux spécialités de poissons, ne proposant que des fruits et légumes frais et locaux, et appartenant à un vieil ami des cols. Un vieux kiosque à musique restauré et vitré, posé au milieu d'un potager en rosace, nous sert de salon où nous savourons les plats en excitant nos papilles, et nous discutons pendant des heures.

C'est un voyage en Égypte qui a permis au professeur de faire les liens avec ses découvertes. Il avait repris tous les calculs, les dimensions, les positions des édifices et leur corrélation avec la position de certaines planètes et galaxies.

 

Pendant des semaines, des mois il a sillonné la planète, allant d'observatoires en laboratoires, en centres de recherches les plus en pointes. Il avait décortiqué et fait analyser les faits par les plus grands spécialistes actuels en grandes constructions et infrastructures. Et puis un jour, on lui rapporta des dessins représentant cette fameuse série de reproductions de cartouches, gravés sur un pyramidion blanc d'un mètre de hauteur, trouvé dans l'anti-chambre d'un temple. construit dans une montagne, et découvert récemment par un berger égaré par une tempête de neige, quand il dégringola dans un escalier menant à une grande pièce voûtée. Sa surprise était total; des dessins et des hiéroglyphes ornaient tous les murs.

Au fond de cette pièce, large de dix mètres et haute de trois, se trouvait un mur blanc, presque lumineux, sans inscriptions; au milieu, un petit passage d'un mètre sur un, menant en fait à un vestibule d'une hauteur de dix mètres, mais sur deux mètres de coté, avec un plafond de forme pyramidale;

Mais pourquoi?

il était là, bien au milieu, posé sur un cube de pierre blanche d'un mètre de coté.

Mais pourquoi l'avaient-ils retiré du sommet d'une pyramide? Quelle était cette pyramide, et sert-il vraiment de sommet à une pyramide?

La réponse se trouvait dans ces quatre cartouches, gravés sur ces quatre faces, gravées de hiéroglyphes nouveaux.

Le temps de reprendre sa place était arrivé. Tout allait être emporté.

Mais à qui en parler pour que cela soit connu et reconnu et non pas caché et récupérer pour une quelconque cérémonie pour un clergé ou un autre lieu de culte les élites détraquées s'adonnent aux pires rituels;

On m'avait rapporté cette scène dans un temple, cette expérience décrite dans un livre dont l'auteur était un grand franc-maçon qui le tenait de son maître, un trente-troisième;

Les églises laissaient faire, soutenaient, et participaient aux cérémonies.

 

 Ж

 

... La Divine Prostituée...

 

Elle se promène sur son parvis, Vous criant que c'est le paradis;

Et dans sa robe de satin blanc,

elle vous appelle comme ses enfants;

Elle vous touche et vous excite, l'adresse est sûre, Sa-tan l'ha-bite;

 

Elle vous récite ses paroles sacrées,

" Et tout d'abord, il faut payer"; C'est la divine prostituée;

 

Elle a l'air d'être soumise, et vous invite dans son église;

Elle ouvre grand les bras comme elle écarte les cuisses,

Priant n'inporte quoi, au nom de tous ses orifices;

Peu importe quels sont vos vices,

Elle vous pardonne tous vos sévices

Et puisque avec une capote on peut le faire,

Elle vous permet tous les plaisirs, de sa chaire;

 

Mais toutes ces relations impures même avec les rois de la Terre,

Les transformerons tous en pourritures, même avec leurs prières;

 

 Ж

 

L'expérience de Joe

 

 Que suis-je devenu?

Si déjà je savais d'où je suis venu... je ne me serai jamais énervé...

Mais voilà, mon père et ma mère n'ont jamais voulu m'expliquer, me racontant simplement que je suis en fait le premier bébé né par Gestation Pour Autrui, (Gestapau) une création engendrée à la suite d’une pénétration, qu’elle soit intra ou extra utérine, en tout cas une fusion de deux particules dans cet Univers ;

Mais à cette époque, la grossesse de ma mère et l'accouchement sont passés pour un miracle ; plus aucun facteur ne passaient !

Et pour un père autant omnipotent qu'absent, et une mère devenue soudainement sainte, quelle blague!

Cela ne pouvait en être l'explication. Je voulais qu'ils m'aiment pour ce que je suis, et non pour ce qu'ils croyaient...

Cela m'a énervé pour toujours...

Et leur banale réponse a alors enfanté dans mon cœur et dans mon corps, ma plus grande déception, et quelques années plus tard, ma première dissection;

Paix à leur âme, que je n'ai même pas trouvé.

Je les ai pourtant très soigneusement disséqué afin de visualiser leur intérieur, leur moi profond, pour finalement comprendre que je ne viens pas du Père, du Fils et du Saint esprit , et qu'après tout je ne suis fait que de chair et d'os, et d'eau... Quelle belle trinité!

Est ce que cela explique en partie mon attrait et ma haine pour la religion et le macabre ?

D'ailleurs, y a t-il vraiment une différence ? Ça m'énerve...

Et ces années passées en école de médecine approvisionnée en cobayes, dans ces laboratoires fourmillant de gens hagards, et tous ces corps décharnés, dépecés avec un scalpel aussi affûté que mon obsession de comprendre, ça m'énerve toujours autant et toujours plus, mais je ne peux rien y faire ; et quand après de longues minutes de recherches et de découpage méticuleux le squelette apparaît, immaculé par sa blancheur et presque lumineux dans le sang qui noircit, encore plus beau qu'un cliché de radio dans un labo, je ne peux m’empêcher de penser que je trouverai un jour, car si c'est une pulsion qui m'anime, comme alimenté par une essence divine déclenchant une étincelle ou une explosion, ce n'est pas moi qui remplit le réservoir et actionne la clé ; alors où est donc cette particule lumineuse que je veux voir pour enfin croire ?

Et puis un jour j'ai croisé Pam...

Si elle n'avait pas voulu devenir bonne-soeur, au lieu de rester marchande d'amour, ribaude et sirène à la fois, elle serait sûrement encore là. Je la voulais pour moi, qu'elle m'aime quoi...

Elle m'a allumé, je l'ai éteinte sans avoir vu sa lumière...

Chaque épreuve d'anatomie me détruit un peu plus à chaque fois, même si je ne le montre pas ; alors, après ces crises, oui, je pars, oui je disparais, loin, là où la lumière du soleil est plus forte et m’assomme, me repose, me ressuscite ; alors je réapparais toujours, par ci, par là, espérant croiser un jour quelqu'un plus énervé que moi, cela ne me fait pas peur...

De toute manière, si je veux redevenir Dieu, je dois retrouver le porteur de lumière, Lucifer, archange déchu devenu Diable ;

Mais une question me vient à l'esprit : et si en fait j'étais vraiment cette lumière que mes parents espéraient tant, est-ce que Dieu aurait vraiment envie de me reconnaître, maintenant que je les ai tous tués ?

Les années passent et je ne sais combien de temps il me reste ; Un jour je saurai...ou pas...

Une chose est sûre: mon corps, tout corps, s’endormira dans la mort, pourrira dans la Terre et ou se retrouvera poussière, laissant toutes ces petites cellules qui me constituaient, se désagréger, se dissocier, s’infiltrer et se confondre dans le décor, sublimation des corps affirmés et des particules élémentaires.

C’est vrai, cela peut faire peur la lumière ! Cela doit être pour ça que j'ai choisi de voir et montrer les ténèbres...

 

* L'expérience de Joc, est une expérience réelle;

Sur des bases de triptyques et quelques sculptures, réalisations, créées par une artiste, plusieurs plumes se sont encrées pour fournir des impressions, des images, des mots, des maux, des cris, des douleurs, pour finalement retrouver le fil de sa résurrection.

 

Un vernissage avait occasionné la rencontre, un repas avait permis d'organiser l'affaire, l'expérience.

Des recherches parfois risquées, démontraient ou démontaient les faits, mais les preuses se comptaient par milliers.


Cette soit-disant élite auto-proclamée, les plus fortunés, s'accompagne d'une certaine cour, des laquais, des corrompus, quelques proies à endormir, à torturer ou à sacrifier.

Ils se réunissent régulièrement depuis des siècles en organisant des cérémonies de beuveries et de rituels bien précis , selon un calendrier soit-disant établi depuis des millénaires par leur Grand Maître de l'Univers et l'Au Delà.

Ils trouvent leurs victimes parmi toute la population de la Terre, et plus particulièrement les enfants; les plus pervers fouinent et les repèrent dans le monde entier; personne n'est à l'abri, vôtre tour pourrait arriver n'importe quand.

Un des rituels les plus forts, et des plus horribles, se termine par l'étranglement d'un enfant pendant qu'ils le violent, puis ils le vident de son sang, le boivent, dépècent la petite victime par petites bouchées, afin de vivre soi-disant éternellement, grandis et rajeunis par cette pure énergie, absorbée et volée dans l'horreur.

 

En 2015, le fameux "jour des règlements", tous ces "tordus du cerveau" ont été emportés, hommes et femmes compromis sur toute la planète, toutes ces corporations mortifères ont été dissoutes, et tous les prisonniers enfermés pour certains depuis des années voir des siècles, sont libérés et pris en charge pour être soigner, rassurer, quand c'est possible; quelques-uns vraiment trop meurtris dans leurs chairs et leurs âmes, succombent, ou se laissent emporter, mais s'endorment au moins dans la dignité.

 

 

 

 

Ж

 

 

 

Le réveil sonne, Arkébi doit se lever, la tête qui résonne d’une nuit agitée...

 

 

 

Ж

 

 

 

 

...Douter pour tout dater...

 

-recherche téléphonique, sonnerie… décrochage:

 

Allo carbone 14, ici la Terre,

C’est pour un bilan, et ce n’est pas une mince affaire

Car en écoutant les savants, Cela reste toujours un mystère;

Évolution ou création, il n’y a pas deux solutions...

 

- voix standardiste enregistrée: «ne quittez pas, veuillez patientez» - chants liturgiques en musique d’attente

 

Des milliards et des millions d’années,

Des millions et des milliers d’années,

Tu n’as jamais pu te fixer, Et tu as toujours douté

Douté pour tout dater, Et pour tout interpréter

Même au point de n’être pas d’accord,

Quand tu t’amuses à déterrer les morts...

 

- voix standardiste «ne quittez pas, vôtre correspondant va vous répondre»

 

Beaucoup de civilisations ont trépassé,

Et seules les vestiges du temps passé

T’ont permis de reconstruite et d’affabuler.

Si ta période n’est que de 6000 ans,

Qui est ce qui nous ment?

Qui nous prend pour des débiles?

Et qui oublie de multiplier tout par 1000 ou 100000 ?

 

- voix standardiste, nerveux, sec, "ne quittez pas, vôtre correspondant est occupé»

 

Évolution ou création, il n’y a pas deux solution

C’est vrai c’est plus facile,

De perdre son temps sur des fossiles

Et de pleurer sur le passé,

Qui par principe est bien passé

 

Il existe pourtant plus que des écrits,

Qui nous montrent ce qu’est la vie.

 

Que sommes nous dans le sablier du temps,

D’infimes particules balayés par le vent...

 

 

 

 Ж

 

 

 

- Talon d'Achille -

 

 

Achille, descendant de simili dieux,

Devait être, en principe, protégé par les cieux;

Sa mère Thétis lui donna même l’immortalité,

En le plongeant dans le Stix, le fleuve aux eaux sacrées;

Mais en oubliant, qu’elle le tenait par un pied!

 

Son corps devint presque invulnérable,

Protégé par une armure magique,

Et on retrouve ses exploits dans l’Illiade,

Son récit et sa fin tragique;

Ce brave Homère, sans avoir l’air, L’avais entouré de mystères.

 

Les évènements des extraits mythiques

Ont des raisons de parler d’extraits mités,

Mais ne mettez pas vôtre logique

Pour vouloir expliquer ces idées;

 

Je préfère chercher mes mesures

Sur une route longue et parfois obscure,

Plutôt que m’agenouiller devant des personnes menteuses

Pour avoir une vie de dieu courte et glorieuse;

 

Le passé devrait nous servir de leçon,

Car seul le talon reste après distribution;

Piochons, petit à petit, pour continuer la partie,

Sans jamais oublier la carte empoisonnée,

Cette flêche que nous recevons dans le pied

Quand nous avons voulu trop suivre.

Nous oublions nôtre talon d’Achille

En nous donnant des raisons futiles,

Certains même, veulent tout se permettre,

Grâce à des serments, jurés sur nos têtes;

Mais même les very important personnalités

Finissent entre quatre planches capitonnées;

Alors faisons attention où nous mettons les pieds,

N’attendons pas de recevoir, nous avons tant à donner.

 

 

 

Ж 

 

 

- Les Tas -

 

 

La France, pays de liberté, pays d’égalité,

Le pays où les gens sont le moins mécontents,

Et bizarrement, bizarrement,

Pays où l’on consomme le plus de tranquillisants;

 

La France, symbole de La Révolution et de La Démocratie,

S’est transformée en symbole de la dépression et de la grande pharmacie;

Qui a eu son ordonnance pour fermer sa gueule

Aura assistance pour devenir veule;

 

Mais que ceux qui croient que tout est foutu

Fassent bien leur choix car le moment est toujours venu,

 

On peut passer d’un système de choses à un système de vie

Où la gnose se révélerait une vraie philosophie;

 

Tant que les oiseaux chanteront

Et que les fleurs apparaîtront

J’aurai toujours à l’esprit

Que rien n’est jamais fini

Que la catalepsie ne touchera pas mon corps

Car c’est de la nature que je sors;

 

Rappelez-vous les coups des tas,

C’était la raison des tas,

Et ce sont les affaires des tas,

Et ce sont les secrets des tas;

 

Un jour la décision sera prise

De combattre les malins qui ont la mainmise

De combattre les tas qui ne partagent pas les cerises.

 

 

 Ж

 

 

Le réveil sonne, Arkébi doit se lever, la tête qui résonne d’une nuit agitée...

Le temps passa, et il se laissa emporter .... sans fin ....

 

 

 ЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖЖ

 

 

Pour continuer l'histoire,

suivre chacun son fil, bien dans la toile...

et les pieds sur Terre

 

 


 

 

 

J'ai été Terre quand mon père à planté sa graine,

J'ai été Eau dans le ventre de ma mère,

Je suis Air parce que je respire,

Je serai Feu,

d'une manière ou d'une autre,

Dans un brasier,

mélange de bras de flammes et de baisers fougueux,

ou lorsque mes petites graines transformées en poussières ou atomes lumineux, se mélangeront avec le magma originel;

 

La boucle pourrait presque être bouclée,

ou est-ce une spirale ?

Ou une de ces théories des fils ou des cordes qui s'entrelassent , s'envolent, se croisent, se suivent, s'entrechoque, renaissent, renouent les liens oubliés, cachés....

et qui font ce que nous sommes actuellement ?

Nous ne sommes pas l'expression

d'une trinité spirituelle-financière-guerrière,

cette sacrée tripotée d'or-dur() ayant la passion du lucre!

Nous sommes l'Histoire ....

Elle est sans fin, Cent mystères s'y rajoutant  ....

- Elle - ses cris - avec notre sang -

Éternellement ....

 

 

 Ж

 

Le réveil sonne, Arkébi doit se lever, la tête qui résonne d’une nuit agitée....

 

Ж

 

.

.

.

.

.

.

Toutes ressemblances, incohérences réelles ou juste fictives, virtuelles,

avec des faits ou des évènements établis, prouvés ou pas dans et par ces écrits(!?!),

  ou avec des co-médiens des arts ou simples figurants,

ou structures organisées, contrôlées, scénarisées,

ne pourraient être que fortuites ou réfléchies,

ou pas assez .... ou trop ....

 

Ceci n'est pas une pipe -109115245

 

 

®© C.H. 1993  ->     " Les Mystères et les réalités d'Arkébi "

copyright copywrong -

 

 Ne pas jeter sur la voix publique, partager 


  • Ajouter au lexique
    • Aucune liste de mots pourAnglais -> Français...

     

  • Créer une nouvelle liste de mots...
  • Copier
  • Ajouter au lexique
    • Aucune liste de mots pourAnglais -> Français...

     

  • Créer une nouvelle liste de mots...
  • Copier
  • Ajouter au lexique
    • Aucune liste de mots pourAnglais -> Français...

     

  • Créer une nouvelle liste de mots...
  • Copier