samedi 21 janvier 2017

- Présidentielle US: l'ingérence européenne ?

 Quand le boomerang revient....

lavrov-4bk41fe90532956s87_800C450-1728x800_cLe ministre russe des Affaires étrangères a décidé d'inverser les rôles et a tancé les autorités françaises, allemandes et britanniques pour la diabolisation du candidat Donald Trump lors des présidentielles américaines de 2016.

Sergueï Lavrov accuse les dirigeants et les hauts responsables britanniques, allemands et français d’ingérence dans les affaires intérieures des États-Unis.

 » Les autorités des pays alliés des États-Unis ont largement interféré dans les affaires intérieures américaines pendant la campagne électorale », a déclaré Sergueï Lavrov, lors d’une conférence de presse avec son homologue autrichien, Sebastian Kurz.

Il a dit que Moscou était « fatigué » d’être accusé d’ingérence et de piratage dans l’élection présidentielle américaine, ajoutant que c’était plutôt François Hollande, le président français, Angela Merkel, la chancelière allemande et Theresa May, la Première ministre britannique, qui ont « diabolisé » Donald Trump durant toute sa campagne électorale. Il a ajouté que plusieurs autres responsables européens avaient également participé à ce lynchage.

En août dernier, Franc Walter Steinmeier, ministre allemand des Affaires étrangères, a qualifié Donald Trump en pleine campagne électorale de « prédicateur de haine ».

Le chef de la diplomatie britannique a déclaré en décembre dernier que Trump n’avait pas les compétences requises pour devenir président des États-Unis.

En réaction aux propos de Trump qui a, selon RT, dit que « si la promotion des intérêts nationaux des États-Unis mène à une chance de travailler avec la Russie, il serait fou de ne pas le faire», M. Lavrov a déclaré que la Russie partageait la même approche dans ses relations avec les États-Unis, l’UE et l’OTAN.

Il est à noter que suite aux accusations contre la Russie de piratage des élections de novembre dernier au détriment d’Hillary Clinton, l’administration Obama a ordonné l’expulsion de 35 diplomates russes des États-Unis.

Il semblerait que Moscou et Washington, faute d’une amélioration de leurs relations, ne puissent s’entendre sur d’autres questions politiques dont le règlement de la crise en Syrie. L’absence des États-Unis dans la réunion d’Astana est le signe patent de la propension de la Russie à vouloir résoudre la question syrienne avec l’aide de ses partenaires régionaux.

source: http://parstoday.com/fr/news/world-i27667-présidentielle_us_l’ingérence_européenne


http://reseauinternational.net

 

Posté par Arkebi à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


- Chelsea Manning : avant la fin de son mandat, Obama commue la peine de la lanceuse d'alerte

bradleymanning-imagesL’ancienne analyste militaire, qui avait permis à WikiLeaks de révéler des exactions de l’armée américaine en Irak, est détenue depuis sept ans. La décision de Barack Obama de commuer sa peine va permettre sa libération le 17 mai.

Il y a quelques jours, je vous parlais de cette lanceuse d'alerte tombée dans l'oubli; et bien c'était sans compter les petites surprises du grand perdant des élections américaines, et tant mieux pour elle.

RAPPEL:

- Chelsea Manning : la lanceuse d'alerte oubliée - Les Mystères d'Arkébi

Chelsea Manning est actuellement incarcérée dans un établissement de haute sécurité à Fort Leavenworth, au Kansas. Cela fait désormais six ans qu'elle est détenue aux États-Unis. Depuis six ans, on l'oblige à couper ses cheveux très courts et à revêtir des habits masculins. Ses contacts avec le monde extérieur sont extrêmement limités.

http://www.lesmysteresdarkebi.com

 

Barack Obama a commué la peine du soldat Chelsea Manning. Celle-ci avait fait fuiter plus de 700.000 documents à Wikileaks en 2012 et avait été condamnée à trente-cinq années de prison suite à son arrestation.

C’était une hypothèse inespérée pour les partisans de Chelsea Manning, mais le président Barack Obama a commué la peine de prison qui pesait sur la lanceuse d’alerte et celle-ci pourra finalement être libérée en mai.

Chelsea Manning, anciennement connue sous le nom de Bradley Manning lors de son procès, était analyste militaire au sein de l’armée des États-Unis. En 2010, celle-ci avait publié via Wikileaks plusieurs centaines de milliers de documents classifiés concernant l’implication de l’armée américaine en Afghanistan et en Irak. Parmi ces documents, on retrouve notamment la vidéo d’une bavure américaine ayant conduit à la mort de plusieurs civils et journalistes, attaqués par erreur par un hélicoptère d’assaut américain.

 

La lanceuse d’alerte avait été dénoncée par le célèbre hacker Adrian Lamo, à qui elle avait confié avoir publié les documents diffusés par Wikileaks. Cette dénonciation avait conduit à son arrestation puis au procès de Chelsea Manning, qui avait été condamnée à 35 ans de prison au titre de l’Espionnage Act, la loi américaine sur l’espionnage. Peu de temps après le procès, Chelsea révèle son identité transgenre, mais reste enfermée dans une prison pour homme et lutte pour obtenir le droit à un traitement hormonal. Mais les conditions de détention sont très dures pour Chelsea Manning, qui tente à plusieurs reprises de se suicider dans sa cellule.

En novembre dernier, Chelsea Manning écrivait au président pour demander une peine plus clémente et pour quitter la prison militaire ou elle a passé six années. Alors que l’investiture du président Donald Trump approche, Obama joue donc une dernière carte en commuant la peine de Chelsea Manning : si une grâce complète est jugée impossible, la peine de l’analyste a été commuée et celle-ci pourrait sortir de prison en mai 2017 si tout se passe comme prévu.

Cette annonce était très attendue par les défenseurs des lanceurs d’alerte et Edward Snowden a salué la décision d’Obama. De son côté, Julian Assange avait initialement promis de se livrer aux États Unis si Obama accordait sa clémence à Chelsea Manning.

Si Wikileaks s’est publiquement félicité de la décision du gouvernement américain, les avocats d’Assange ont laissé entendre dans une interview pour The Hill que le dirigeant de Wikileaks ne se livrerait finalement pas aux États unis. La raison invoquée est que le retour d’Assange aux US était conditionné à une libération immédiate de Chelsea Manning. Celle-ci sera libérée en mai, ce qui permet à Assange de justifier son refus.



http://www.zdnet.fr

 

Et comme le dit JBL1960: "D'où notre nécessité de toutes et tous nous transformer en lanceurs d'alerte, Parce que cela sera impossible ainsi de tous nous bâillonner, pour le moins, non ?

TOUS DES LANCEURS D’ALERTE !

Résistance71 m'a demandé de réaliser la mise en format PDF de leur traduction complète en français du livre de Kevin D. Annett« Le Bouclier du Lanceur d’Alerte »et je n'ai pas hésité une seconde comme vous pouvez le constater tant, là encore, j'ai appris des choses...

Ce manuel très complet et écrit d’expérience a pour but d’armer les lanceurs d’alerte et diseurs de vérité contre l’arsenal de l’establishment réprimant la dissidence et ceux qui exposent ses turpitudes et crimes en tout genre. Kevin Annett est connu pour avoir exposé au grand jour et forcé la reconnaissance (et des « excuses ») du gouvernement et des églises du Canada au sujet du génocide de plus de 50 000 enfants autochtones dans les pensionnats pour Indiens entre la fin du XIXème siècle et 1996 ; néanmoins, ce manuel s’adresse à toute forme de lancement d’alerte et fournit un mode d’action et une attente réalistes quant à l’entreprise de dire et d’exposer au grand jours les méfaits et les crimes des entreprises, gouvernements, états et toutes autres entités privées.

Lisez et/ou téléchargez le bouquin ► lebouclierdulanceurdalerte

 

Posté par Arkebi à 01:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 4 décembre 2016

- Voila comment la révolution étasunienne va se dérouler, et pourrait arriver en France

 

états-unis-images"Chocs à l'américaine"



À la fin de 2012, Peter Turchin, professeur à l’Université du Connecticut, a fait une déclaration surprenante. Sur la base d’une analyse des bouleversements révolutionnaires à travers l’histoire, il a constaté qu’il y avait trois conditions sociales en place, peu de temps avant toutes les épidémies majeures de violence sociale :

- une augmentation de la population dans l’élite ;

- une diminution du niveau de vie des masses ;

- et des niveaux énormes d’endettement de l’État.

Le modèle statistique que son équipe a développé [1] suggère que sur cette base, une vague majeure de bouleversement social et de violence révolutionnaire est prévue aux États-Unis en 2020.

Son modèle n’avait aucun moyen de prédire qui dirigerait le pays. Mais l’élection de cette semaine donne une indication de la façon dont c’est susceptible de se dérouler.

Prenons la première condition, que Turchin appelle la « surproduction d’élite », définie comme « un nombre accru d’aspirants pour l’offre limitée de positions d’élite ». Les États-Unis d’Amérique sont clairement dans cette direction depuis un certain temps, le nombre de milliardaires étant multiplié par plus de dix entre 1987 (41 milliardaires) et 2012 (425 milliardaires). Mais la classe dirigeante partagée entre, par exemple, les industriels et les financiers, a apparemment atteint le point culminant avec le duel Trump contre Clinton. Comme l’explique Turchin, l’« augmentation de la concurrence intra-élite conduit à la formation de réseaux de mécénat rivaux, rivalisant pour les récompenses de l’État ». En effet, sur la base de l’analyse de milliers d’incidents de violence civile dans l’histoire du monde, Turchin a conclu que l’« indicateur le plus fiable de l’effondrement de l’État et de l’instabilité politique élevée, était la surproduction d’élite ».

La seconde condition, « la misère populaire », est aussi bien avancée. Quarante-six millions de citoyens des Etats-Unis d’Amérique vivent dans la pauvreté (définis comme recevant un revenu inférieur à ce qui est nécessaire pour couvrir leurs besoins de base), tandis que plus de 12 millions de ménages étasuniens sont maintenant considérés comme en insécurité alimentaire. Alors que ce chiffre est en baisse constante depuis 2011 (il atteignait alors plus de 15 millions), il reste au-dessus de ses niveaux d’avant la récession (avant 2007). Les politiques de Trump sont susceptibles d’inverser fortement cette baisse. La deuxième promesse de Trump dans son « contrat avec les électeurs » est un « gel de l’embauche sur tous les emplois fédéraux », ce qui représente un nouvel assaut sur les emplois dans le secteur public. Cela s’ajoute à ce qui semble être une promesse de mettre fin au financement direct de l’éducation publique (selon ses mots, « réorienter l’argent de l’éducation vers […] les parents ») et mettre fin à tout le financement fédéral des soi-disant « villes-sanctuaires », c’est-à-dire les villes qui n’ordonnent pas à l’État de harceler les immigrants ou forcent les employeurs à révéler la nationalité de leurs travailleurs. Ces villes sont parmi les plus peuplées du pays, y compris New York, Los Angeles, Dallas, Minneapolis et plus de deux douzaines d’autres.

De concert avec son intention avouée de réduire les impôts pour les riches, y compris la réduction de la taxe professionnelle de 35% à 15%, de briser les droits des travailleurs (sous le slogan de la déréglementation) et de supprimer le peu d’accès aux soins de santé qui a été mis à la disposition des pauvres avec l’Obamacare – sans parler de sa menace de commencer une guerre commerciale avec la Chine – la pauvreté semble prête à monter en flèche. Il n’est pas difficile de voir comment les troubles sociaux suivront.

Quant à la troisième condition – « l’endettement du gouvernement » – il est difficile de voir comment les réductions d’impôts massives que Trump a proposées peuvent conduire à autre chose.

Turchin écrit que :

« comme toutes ces tendances s’intensifient, le résultat final est la crise financière de l’État, sa faillite et la perte conséquente du contrôle militaire ; des mouvements d’élite menant à des rébellions régionales et nationale ; et une combinaison de soulèvements mobilisés par l’élite et les populations, qui consommeront une rupture d’avec l’autorité centrale ».

Mais Trump se prépare aussi à cela. Sont exonérés de ses réductions de dépenses publiques, bien sûr, les budgets de la police et les budgets militaires, qu’il promet d’augmenter. Et quand il a été interrogé sur la question de la brutalité policière l’année dernière, Trump a dit qu’il voulait voir la police recevoir plus de pouvoirs. En d’autres termes, l’impunité tacite qui existe actuellement pour la violence policière semble légalisée. Et l’Histoire montre qu’il n’y a rien de tel que l’impunité de la police pour déclencher une émeute.

Pendant ce temps, comme sa politique ne parviendra pas à donner au pays le lait et le miel qu’il a promis, la diabolisation des boucs émissaires se poursuivra. Ayant déjà promis de rassembler et d’expulser deux millions d’immigrants, et d’interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis, il est déjà clair qui seront ces boucs émissaires. Cependant, aussi bien que vers les migrants, la colère populaire sera dirigée vers tous les libéraux à l’eau de rose qui l’auront empêché de mener sa guerre promise contre eux : qu’il s’agisse des membres du Congrès, des juges, des syndicats, des groupes de pression, etc. Une combinaison d’un pouvoir accru de l’exécutif et de l’utilisation de sa masse électorale nouvellement mobilisée sera dirigée vers la purge de ces « ennemis à l’intérieur ».

« Mon modèle [2] suggère que le prochain pic de violence sera pire que celui de 1970 », dit Turchin, « parce que les variables démographiques telles que les salaires, les niveaux de vie et un certain nombre de mesures amenant à des confrontations intra-élite sont toutes bien pires de nos jours. » Tout ce qui reste à voir est qui va gagner.

Dan Glazebrook pour CounterPunch

Original : « So This is How the US Revolution Will Unfold ». Usa, November 15, 2016

* Dan Glazebrook est un journaliste politique et auteur de Division et ruine : La stratégie impériale de l’Ouest à l’ère de la crise.

CounterPunch. Usa, le 15 novembre 2016 –

* * *
Note du Saker Francophone

L’auteur utilise les recherches de Peter Turchin pour montrer à quel point Trump a un horrible programme, qui va donner un poids déterminant aux facteurs révolutionnaires définis par le chercheur. La parti pris de l’auteur est tout à fait pertinent pour analyser l’avenir et il aurait été probablement encore plus pertinent, s’il avait utilisé cette grille de lecture pour passer au crible la politique d’Obama, qui n’a pas réduit le budget de l’armée ni tenté sérieusement de couper les ailes des financiers. La politique annoncée par Trump est cependant très suspecte, sur certains points comme l’endettement et nous serons amenés à nous y pencher attentivement.

L’autre point intéressant est qu’il prévoit que les gens de gauche et les libéraux seront désignés à la vindicte populaire. La triangulation d’un conflit par les élites, manipulant deux groupes de population irréconciliables et se radicalisant, se met en place. D’un côté la classe moyenne blanche qui s’accroche à son modèle de méritocratie par le travail et, de l’autre, toutes les minorités plus une part de l’aile gauche, accrochée à ses idéaux de mondialisation heureuse. Il sera difficile de réconcilier ces deux groupes, alors que tant d’huile est jetée sur le feu et que le gâteau des ressources se rétrécit.

Traduit de la anglais pour le Saker Fr : par Hervé, vérifié par Wayan, relu par nadine

El Correo de la diaspora, Paris, le 28 novembre 2016.

Notes

[1Le modèle statistique que son équipe a développé fut évalué dans plusieurs études de cas empiriques : sur les débuts de l’Angleterre moderne, Dynastie Han (206 av. J.-C. à 220 apr. J.-C.) et la Dynastie Tang(618 - 907) en China et l’Empire romain.

[2La cliodynamique est un domaine de recherche pluridisciplinaire visant à décrire des dynamiques historiques par le biais de modèles mathématiques.


 

  Cherchez dans le programme "fuillon" et vous y trouverez quelques "intentions-propositions" similaires au programme qui Tromp.... et qui peuvent donc amener à une situation identique.... mais n'est-ce pas là le but rechercher de tous ces oligarques.

Ne nous y trompons pas, l'élection avec farce force et trumpettes d'un financier a été orchestré au plus haut de la maison Piscou....

 

Révélation : Crise constitutionnelle : Trump & Pence forcés de se retirer

La preuve de la fraude électorale existe. Elle a été mise sous le boisseau pour des " raisons de sécurité nationale ", et nous sommes tous royalement " cocufiés " .
..../....

Voici ce que l’on sait :

– Grâce à des programmes qui se sont effacés, il y a eu un détournement massif des votes électroniques. Exactement ce qu’avait prévu le site InfoWars. Tout cela afin de confier les clés des États à Trump.

– Il n’y a aucune possibilité statistique qu’un candidat puisse perdre le vote populaire de plus de deux millions de voix et gagner l’élection.

– Il y a maintenant des preuves tangibles de fraude massive par de faux électeurs dans le Wisconsin et d’autres États. Cela montre une énorme conspiration délictueuse derrière la candidature de Trump.

– Le président Obama, comme c’est toujours le cas, trahit le peuple en restant silencieux et en « faisant ce qui est juste », ce qui veut toujours dire pour lui, « ce qu’on lui dit de faire ».

Ce n’est pas le jeu politique. Il n’y a aucun moyen de s’en sortir. Il n’y a pas eu d’élections, elle a été entièrement truquée, pas seulement les trucs ordinaires, le vidage interdit des rouleaux de listes de votes suite au « plantage informatique » des machines à voter, et l’habituelle fraude électorale.

..../....

Avez-vous vraiment cru que s’était une vraie élection ?



http://reseauinternational.net

 

Ici, en France, le petit macronneau fait son cheval de Troie boulot, et son chemin....

 

L'essayiste Mathieu Laine rêve d'une alliance Fillon-Macron

Présidentielle. Pour l'essayiste Mathieu Laine, les visions économiques des deux hommes convergent.
Intellectuel libéral et président du cabinet de conseil Altermind, Mathieu Laine soutient Emmanuel Macron, avec lequel il " échange tous les jours ". Il parle aussi régulièrement avec François Fillon. Il rêve d'une " alliance " entre ces deux libéraux.

http://www.leparisien.fr

 

Ratisser large:

1/action de recueillir en promenant le rateau, ex ratisser les feuilles mortes.

2/fam: ratiboiser, ruiner

 

Présidentielle : après la victoire de Fillon à la primaire, Macron propose à Bayrou de le rejoindre

Le leader du mouvement "En Marche !" entend rallier les soutiens d'Alain Juppé déçus du résultat de la primaire de la droite et du centre. A commencer par le maire de Pau. Celui-ci laisse en effet planer le doute sur son soutien à François Fillon.



révolution-fleur-images

Et peut importe la couleur, on l'aura !

Posté par Arkebi à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 18 novembre 2016

- Flagrant délit de faux à l'antenne: quand les USA usurpent les succès russes en Syrie

 

 


Pendant que la soi-disant opposition modérée élimine des dizaines de civils à Alep, la télévision américaine diffuse des extraits vidéo des succès russes en Syrie dans la lutte antiterroriste, les faisant passer pour des réussites de l’US Air Force.

Les Américains ont mis la main sur des vidéos exposant les succès de la Russie en Syrie dans la lutte contre le terrorisme, rapporte un média russe. Mais comment ?

1028766415

La méthode de ce faux est toute simple : les débrouillards de la chaîne télé PBS ont superposé à la vidéo du ministère russe de la Défense le compte-rendu de la destruction par des avions américains d'une centaine de camions transportant du pétrole syrien extrait illégalement par des terroristes.

Pourtant, petit détail : une centaine de camions transportant du pétrole ont bel et bien été anéantis, mais non par les forces américaines, plutôt par des avions russes.
Le plus curieux dans tout cela, c'est que les téléastes américaines ne se sont pas donné la peine d'effacer les inscriptions en cyrillique qui se trouvaient en marge de l'image.

Mais pourquoi emprunter les succès d'autrui, quand on aurait pu se vanter des prouesses des siens ? De celles de l'opposition modérée, par exemple, soutenue par l'Occident. Des médias libanais ont récemment confirmé l'élimination, par les combattants de l'opposition modérée, de 27 civils lors d'une manifestation spontanée à Alep. Or, le groupement islamiste Ahrar al-Sham, aussi qualifié par l'Occident d'opposition, attaque souvent avec des mortiers des quartiers résidentiels de la ville d'Alep.
Tout compte fait, pendant que la télévision américaine attend les réels succès de ses militaires en Syrie afin d'avoir l'honneur de les diffuser sur ses écrans, il est sans doute plus commode et plus rapide d'emprunter des images à la Russie. Heureusement, elles abondent…

Source: Sputniknews

 

Posté par Arkebi à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 14 novembre 2016

- " Ceci est le jour de notre indépendance. Comprendre Trump et ce qui va arriver ! "

trump-4

 L'édito de Charles SANNAT
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Le problème des informations en France, et dans bien d’autres pays d’ailleurs, c’est qu’elles sont partielles et partiales.

Dire que vous avez été endoctrinés, manipulés, trompés massivement sur la campagne électorale US est une évidence. Vous avez été trompés – je n’oserai pas le « trumpés » – jusque dans les sondages.

Le problème c’est qu’oser dire cela il y a encore quelques jours suffisait à vous faire directement embastiller pour politiquement incorrect – je rappelle qu’il était impossible et impensable de dire du bien non pas de Trump, dont on se fiche bien comme d’une guigne, mais de ce qu’il dit.

Et que dit-il ? Si vous croyez Libé, Le Monde, Le Figaro même et l’ensemble des médias : que les femmes doivent retourner derrière les fourneaux, raison pour laquelle 48 % des femmes ont voté pour lui. Il dit que l’on doit virer tous les Mexicains parce que ce sont des violeurs… Et malgré ça, 38 % des Mexicains, qui sont sans doute en plus d’être des violeurs plus stupides que les femmes, ont voté pour Trump.

Alors je sais, les Américains sont des bourrins très bêtes à l’intelligence de moineau et de poisson rouge. Du coup, forcément, ils ont voté pour le rouquin… Faut bien trouver une raison. À moins qu’ils n’aient voté pour Trump pour autre chose… Mais alors quoi ?

Alors quoi? La preuve est ici… Ce texte est vrai. Ce discours est vrai. Ici par exemple pour une autre version.

Pour celles et ceux qui ne supportent pas l’anglais, une version traduite est disponible sur ce site l’échelle de jacob ici. 

Si vous voulez comprendre pourquoi l'oligarchie tremble de peur devant Trump et pourquoi les médias du système se déchaînent contre lui, écoutez ABSOLUMENT ces 5 minutes de discours.

Le Monde, Le Figaro, ou Libé parlent-ils de ce discours (et de tous les autres?) Non. Trump est un monstre. Comme tous ceux qui dénoncent le totalitarisme marchand, il est un raciste. Un fasciste. Un xénophobe. Un sexiste. Et tous les benêts manipulés aboient avec le troupeau et hurlent avec la meute.

« Pardonnez-leur parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font »… mais on va leur expliquer quand même! Les résistants et les collabos ne sont plus les mêmes qu’hier, pourtant le combat, lui est identique, et c’est un combat à mort.

Ceci est le jour de notre indépendance !

N’imaginez pas que je sois en train de tresser des lauriers à Trump, qui est et restera le président des États-Unis et pas du reste du monde ! Peut-être qu’il ressortira de sa présidence le meilleur, ou le pire, je ne suis pas devin.

Ce que je sais en revanche c’est ce qu’il a dit. Et ce qu’il a dit n’a jamais été traduit en français ni rapporté par les médias.

Or ce qu’il dit c’est qu’il faut en finir avec la mondialisation qui appauvrit et qui n’enrichit plus personne.

Qu’il faut en finir avec l’immigration y compris syrienne mais que l’on est généreux et humain et qu’on ne laissera personne mourir, mais on les protégera chez eux ! Pas aux USA !!

Qu’il faut en finir avec la corruption massive.

Qu’il faut en finir avec la trahison d’une caste corrompue qui a oublié de servir le peuple pour se servir soi-même.

Qu’il faut faire revenir les usines aux États-Unis.

Qu’il faut évidemment refuser les traités de libre-échange !

Bref, où que vous regardiez, Trump n’est pas un monstre, il est l’antisystème. Il pointe le doigt sur tout ce qui ne va pas mais que l’on n’a pas le droit de désigner sans être, au mieux, ostracisé et ignoré.

Ce système, qui a soumis les démocraties, dompté les peuples, corrompu les élites, je l’appelle « le totalitarisme marchand » comme vous le savez. Ce totalitarisme marchand ne connaît ni couleur, ni religion, ni nationalité. Il est la conjonction d’intérêts privés financiers et monumentaux incarnés à travers les grandes multinationales dont le seul objet est le profit maximum même au détriment de l’intérêt général.

Ces multinationales sont industrielles, financières ou de presse. Peu importe.

Elles ont confisqué le pouvoir aux peuples.

Le peuple américain est aussi perdant que le peuple français, anglais, espagnol ou italien, sans même parler des peuples du Moyen-Orient ou du Maghreb pour qui la vie devient vraiment difficile.

Les peuples de la planète n’ont jamais été aussi peu ennemis les uns des autres en réalité. Simplement, nous nous sommes laissé confisquer notre souveraineté. Notre droit de décider de nos avenirs, de notre économie, de nos modèles nationaux et aussi de la paix ou de la guerre.

Ceci est le jour de notre independence !

Voilà ce que déclare depuis des jours Trump ! C’est un combat pour que le peuple, « We, the people » comme il est dit dans la Constitution américaine, reprenne en main ses propres destinées volées par une aristocratie et un « establishment », une élite qui roule pour protéger le « totalitarisme marchand ».

Les Américains ne sont pas aussi stupides qu’il n’y paraît. Ils ont bien vu le chômage monter, la paupérisation se faire, la disparition de leurs usines comme de leurs classes moyennes, le nivellement par le bas, l’invasion migratoire qui, sous des atours de générosité, ne sert en réalité que le système marchand en exerçant une pression terrible à la baisse des salaires.

Ils ont vu tout cela. Et ils ont voté Trump car le système, dans sa totalité, protégeait Clinton qui protégeait le système.

Il va se passer la même chose et le même combat dans tous les pays du monde, sauf que l’élection de Trump va rebattre profondément les cartes et les conséquences économiques sont phénoménales.

Ce n’est pas qu’une expression. C’est une véritable déclaration de guerre au système.

Une économie moins mondialisée, c’est nettement moins de profits !

Nettement moins de profits pour les grandes multinationales, celles qui produisent là-bas pour pas cher en nous revendant très cher ici.

Mais c’est plus de bénéfices pour d’autres et d’ailleurs la Bourse, qui est sans idéologie, l’a très bien compris en allant de records en records depuis l’élection de Trump. Pourquoi, alors que l’on nous avait prédit le chaos ?

Parce que Trump n’est pas un communiste ! C’est un milliardaire ! Il n’est ni contre la richesse, ni contre le business. Bien au contraire. En revanche, il est contre la corruption et le totalitarisme marchand. Cela laisse à la Bourse de quoi trouver les bonnes valeurs à jouer et celles à vendre !!

Les conséquences économiques de la politique de Trump vont se faire sentir jusqu’en Europe et évidemment en France. Elle sera à l’opposé de tout ce que nous avons fait, expliqué aux gens et vendu à notre population !

Le protectionnisme, le repli sur soi, le retour des frontières et de la souveraineté vont devenir les nouvelles valeurs comme en Angleterre et maintenant aux USA comme le libéralisme est venu de ces deux pays au début des années 80.

Nos mamamouchis vont être balayés très probablement et le système, dans une tentative pour se maintenir, deviendra comme aux USA totalement outrancier avec ses opposants.

Je ne vous demande pas de me croire. Je vous propose de visionner deux vidéos de discours de Trump. C’est en anglais. Ce n’est pas traduit, car ici personne ne traduit les discours de Trump. On l’insulte et on vous manipule. Mais si vous l’écoutez, à défaut d’être d’accord avec lui vous ne pourrez que convenir du fait que vous pourrez comprendre pourquoi cet homme – qui vient de refuser son salaire de président US parce qu’il est suffisamment riche et un salop de milliardaire, alors qu’Hollande, le bon socialiste, lui se gave de sa solde présidentielle après avoir critiqué Sarkozy qui s’était augmenté, en nous expliquant qu’il ne pouvait pas juridiquement se « diminuer » – a été élu président des États-Unis d’Amérique.

Si vous faites cet effort, vous comprendrez aussi à quel point on vous a menti et pris pour des imbéciles, des ploucs à la Sarkozy ou des sans-dents à la Hollande.

Le monde change et comme toute période de changement, les événements s’accélèrent et peuvent être brutaux. Redoutables même.

Enfin, et je vais terminer sur une note plus sombre, il est possible également que l’élection de Trump serve d’une certaine manière de paravent à un nouvel épisode de crise économique aiguë et c’est sans doute la façon la plus intelligente qu’aurait ce système pourri jusqu’à la moelle d’utiliser cette défaite historique.

Utiliser Trump comme bouc émissaire serait bien plus avantageux que de l’empêcher de diriger.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

 « À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

 

Même si Trump se démarque, d'une certaine manière, il est quand même le pur produit de cette amérique qu'il a décidé de combattre. Après les discours il y aura les actes, et c'est là que l'on se rendra vraiment compte de se qu'il vient de se passer....

 

Dernières Nouvelles du Dragon: L’élection de Donald Trump est le plus grand "Fuck You" de l'Histoire

 

Donald Trump, candidat des Rothschild

On sait déjà que Donald Trump a pris des positions claires sur certains sujets. Il traite l'ONU d'organisation faible et incompétente, et a très récemment devant les organisations Juives de l'Aipac dit que: les Nations-Unies ne sont pas un ami de la liberté, elles ne sont pas les amis de l'Amérique, et ne sont pas un ami d'Israël ".
Article du 22 juin 2016
..../....
La différence fondamentale à comprendre est que la mise en place de Donald Trump est fondée sur les intérêts bancaires internationaux, et non celle basée sur les intérêts des élites nationales américaines, qui sont plus représentés par Jeb Bush, Mitt Romney, Ted Cruz, et même Hillary Clinton.

http://reseauinternational.net
La victoire de Trump, c'est celle de la connaissance contre l'ignorance des élites....une anthologie de la réaction nobiliaire en France !

La victoire de Trump, c'est celle de la connaissance contre l'ignorance des élites By Jean-patrick Grumberg, www.dreuz.info
Surprenant titre ? Oui. Car on imagine la connaissance du côté des élites, pas du petit peuple. A la fin de cet article, vous serez moins surpris...

http://leblogalupus.com
Donald Trump : un entourage de mafieux et de pervers

Alors que Donald Trump représente le seul opposant à la détestée Hillary Clinton, regardons d'un peu plus près dans quel milieu il évolue, et surtout les casseroles qu'il peut avoir collées aux fesses en matière d'abus sexuels, sur des mineures notamment.

http://dondevamos.canalblog.com
Qui a voté pour qui et pour combien ? : Comment Trump a gagné la Maison-Blanche...le vote noir a scellé sa victoire !

Comment Trump a gagné la Maison-Blanche Le Nouveau Journal de Jackturf Le 10 Novembre 2016 (CNN) Hillary Clinton ne pouvait pas tenir sur la coalition Obama. Et cela s'est avéré être une grande partie de sa défaite. Les électeurs afro-américains, Latino et jeunes n'ont pas réussi à se présenter aux urnes en nombre suffisant...

http://leblogalupus.com
Élection USA 2016 : tous les résultats de l'élection présidentielle américaine

Le républicain Donald Trump a été élu mercredi matin président des Etats-Unis en dépassant les 270 grands électeurs nécessaires pour entrer à la Maison-Blanche le 20 janvier prochain, face à sa rivale démocrate Hillary Clinton.

http://www.europe1.fr
Présidentielle américaine: Hillary Clinton a récolté plus de voix, le système électoral est-il injuste?

De manière factuelle, c'est incontestable :Hillary Clinton a remporté davantage de votes que Donald Trump sur l'ensemble du pays. Les chiffres sont là : 59 787 606 voix contre 59 581 585 pour le candidat républicain*. Au total donc, 206 021 votes de plus ...

http://www.20minutes.fr
Hillary Clinton a remporté davantage de suffrages que son rival

Pour la 5e fois dans l'histoire américaine, un candidat n'est pas élu bien qu'ayant totalisé le plus grand nombre de voix. La population des petits Etats ruraux traditionnellement acquis aux républicains est surreprésentée.

http://www.lemonde.fr
Trump président : la démonstration d'un monde absurde en mutation

Rester sur le mode de la stupéfaction ou de l'indignation en face de la victoire de Donald Trump dans l'élection présidentielle américaine n'a pas beaucoup d'intérêt. Cette victoire d'un chef d'entreprise milliardaire fils-à-papa qui a maintenu son héritage en plaçant son argent en bourse tout en dépensant plus d'un milliard de dollars pour ne pas payer d'impôts, est une leçon fascinante.

https://reflets.info
Pour en finir avec ce pseudo-scandale de victoire de Donald Trump

Entendons-nous bien sur le sujet, certains considèrent que le choix entre Trump et Clinton revenait à choisir entre la peste et le choléra, sauf que l'un des candidats semblait aux premiers abords bien pire que l'autre, quoi qu'on en dise.
Face à ce flot de pleurniche et d'indignation après la victoire de Trump, voilà la réalité de l'Amérique actuelle

Désormais, on trouve des annonces dans toutes les grandes villes. A New York, ils recrutent des activistes qui sont rémunérés jusqu'à 2400$ par mois. Eh oui, de nos jours, il faut payer pour que les gens s'indignent pour quelque chose.

http://lesmoutonsenrages.fr

 

Voici le programme de Trump, pour ses 100 premiers jours.....Croyez-vous aux miracles ?

Croyez-vous aux miracles ? Par Michael Snyder www.businessbourse.com novembre 12, 2016 Nous n'avons jamais rien vu de pareil dans l'histoire de la politique américaine. La surprenante victoire de Donald Trump le soir des élections tient tout simplement du miracle.Il y a quelques semaines, j'avais expliqué à mes lecteurs qu'il fallait le plus grand miracle politique jamais observé pour que Trump puisse gagner....
..../....

Dès le départ, il semblait que Trump était en guerre face à tout le monde, et c’est bien lui qui l’a emporté malgré tout.

  • Il a battu les Bush et les Clinton.
  • Il a battu les républicains et les démocrates.
  • Il a battu Hollywood et les médias.
  • Il a battu les sondeurs et les experts.
  • Il a battu les anti-Trump et les donateurs milliardaires.
  • Il a battu Miley Cyrus, Katy Perry, Lady Gaga, Jay Z, Beyonce, George Clooney, Matt Damon et Lebron James.
  • Il a battu les forces du mondialisme, l’élite et la rectitude politique.
  • Il a battu CNN, Fox News, MSNBC et Barack Obama.
  • Il les a tous battu à plat de couture.
..../....
Fin octobre, Trump avait annoncé un plan pour ses 100 premiers jours, organisé autour de ces trois grands thèmes : (i) purger la mare Washington en limitant le nombre de mandats, (ii) protéger le travailleur américain et (iii) restaurer l’État de droit entendu comme Rule of Law.
Nous reproduisons ci-dessous le texte original de Trump, traduit par nos soins.
..../....

 

Posté par Arkebi à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,