17/01/17

- Contrôle mental au laser : Des souris transformées en rongeurs tueurs

souris-laser

 

Des scientifiques ont transformé une souris inoffensive en une machine à tuer avec un simple interrupteur, en utilisant des lasers pour manipuler le cerveau du rongeur et déclencher son instinct prédateur.

Les souris, qui servent habituellement de proies pour les grands mammifères, sont devenues des prédateurs menaçants lorsque les chercheurs ont utilisé un laser pour activer deux ensembles de neurones dans l’amygdale : la région du cerveau impliquée dans les émotions, le comportement et la motivation.

L’étude, menée par Ivan de Araujo, un neurobiologiste à l’université de Yale, et publiée dans Cell, a cherché à savoir si l’amygdale contrôle réellement les comportements de chasse en utilisant un processus appelé optogénétique. Cela implique l’adaptation des neurones afin qu’ils puissent être activés par laser.

Deux ensembles de neurones dans l’amygdale ont été identifiés par l’équipe : un ensemble était responsable de la chasse tandis que l’autre ensemble était responsable du comportement de la morsure.

Lorsque le laser a été allumé, les chercheurs ont noté que les souris lancent une attaque sur n’importe quoi qui se trouvent autour d’elles, même des objets inanimés, et elles ont commencé à mordre férocement. Lorsque le laser a été éteint, la souris est revenue à son état normal.

«On allume le laser et elles sautent sur un objet, elles le maintiennent avec leurs pattes et mordent comme si elles essayaient de capturer une proie et de la tuer », a dit de Araujo.

 

Des objets tels que des bâtons, des bouchons de bouteille et des jouets animés comme des insectes, ainsi que des insectes vivants, ont été utilisés dans les expériences.

Les scientifiques ont également noté que si un ensemble de neurones étaient bloqués, seul l’autre comportement était activé chez la souris.

Par exemple, quand ils ont lésé les neurones associés à mordre et à tuer, les animaux poursuivaient la proie mais ne pouvaient pas tuer. «Elles ne mordent pas dans ces cas précis», a déclaré de Araujo.

Le comportement mortel a suscité des analogies avec le monde zombie décrit dans la série télévisée «The Walking Dead». Araujo a dit, cependant, cela n’est juste que dans une certaine mesure. Les souris meurtrières n’attaquaient pas leurs congénères et agissaient de manière plus agressives quand elles avaient faim.

«Le système n’est pas seulement une agression généralisée. Il semble être lié à l’intérêt de l’animal pour obtenir de la nourriture », a-t-il dit.

D’autres recherches examineront la relation entre les deux ensembles de neurones et l’apport sensoriel dans l’amygdale pour établir ce qui déclenche le comportement prédateur.

« Nous avons maintenant une prise sur leurs identités anatomiques, donc nous espérons que nous pourront les manipuler encore plus précisément à l’avenir », a déclaré de Araujo.

Source : RT


http://www.anguillesousroche.com

 

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


07/12/16

- L'illusion d'optique qui modifie durablement votre cerveau (LISEZ, AVANT DE VISUALISER)

 


La plupart des illusions d’optique font des choses bizarres à la vision, mais l’effet cesse dès que vous arrêtez de les regarder ou très rapidement après.

L’effet McCollough, nommé d’après psychologue Celeste McCollough qui l’a découvert en 1965, a lui la particularité de pouvoir persister pendant plusieurs mois après son induction et de réellement modifier le cerveau.

Il se produit quand, après avoir fixé deux images qui comportent des bandes verticales vertes et horizontales rouges, on fixe une image en noir et blanc sur laquelle des bandes verticales et horizontales sont alternées.
Il nous semble alors que l’espace blanc entre les bandes horizontales noires est vert et l’espace entre les bandes verticales est rouge (les couleurs sont inversées).

Ce qui rend cette illusion particulièrement intéressante, c’est qu’elle n’a rien à voir avec une brève image rémanente pour plusieurs raisons :

Après avoir regardé les images verte et rouge pendant 15 minutes, l’effet peut durer jusqu’à 3,5 mois.
Pencher la tête à 45° pour qu’il n’y ait plus de lignes horizontales ou verticales par rapport à la tête fait disparaître l’effet.
Il marche avec n’importe quelles couleurs, mais est plus fort avec des complémentaires.

On ne connaît pas les raisons exactes pour lesquelles il se produit, il existe trois grandes théories :

– L’explication de McCollough et la plus probable est que c’est dû à une adaptation des neurones qui détectent les contours dans le cortex visuel du cerveau.
– Il est possible que le cerveau perçoive l’association d’une direction de ligne avec une couleur comme un dysfonctionnement de l’oeil et essaie de le corriger.
– Ça pourrait aussi être un conditionnement des neurones impliqués dans la perception des couleurs.

 

McCollough-illusion-optique



Regardez au centre de l’image rouge pendant quelques secondes, regardez ensuite le centre de l’image verte pendant quelques secondes. Répétez pendant trois minutes. Regardez l’image qui était noire et blanche.

 

Posté par Arkebi à 06:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28/11/12

Notre cerveau, internet et l'Univers semble partager les mêmes Lois de développement

 

Dveloppement-rseaux-univers-cerveau-internet_thumb

L’univers n’est ni un ordinateur (bien que certains prédisent qu’il en est issu), ni un cerveau, mais il y a des lois étonnamment similaires qui semblent les gouverner.

Selon une nouvelle étude, la structure de l’univers est assez similaire à la structure et à la conception d’autres grands réseaux complexes, comme les cerveaux humains et l’Internet. Cela ne veut pas dire que les cerveaux et l’univers suivent une sorte de schéma directeur, mais plutôt que les règles qui sous-tendent les structures de ces choses complexes peuvent être comprises/appréhendées de la même façon.

Ce qui est intéressant, c’est que cela suggère une sorte de règle universelle ou un système de lois contrôlant les grands systèmes. La science des réseaux démêle ces règles et essaye de prédire ou de contrôler le comportement des réseaux complexes.

Selon Dmitri Krioukov, coauteur de cette novelle étude (lien plus as), qui a été publiée par la Cooperative Association for Internet Data Analysis (CAIDA) au San Diego Supercomputer Center (SDSC ) à l’Université de Californie à San Diego :

En aucun cas, ne nous prétendons que l’univers soit un cerveau global ou un ordinateur. Mais l’équivalence découverte entre la croissance de l’univers et des réseaux complexes suggère fortement et de manière inattendue que des lois similaires régissent la dynamique de ces systèmes complexes et très différents.

Il n’est pas possible de simuler l’infini, alors les chercheurs ont supposé que l’univers est vraiment gigantesque, pour appliquer une estimation, ils se sont dit qu’il représenterait au moins 10 250 atomes d’espace et de temps (un 1 suivi de 250 zéros) ce qui est déjà assez important. Il a été ramené à une taille plus gérable et mis dans un supercalculateur nomméTrestles. Celui-ci a utilisé ces données pour effectuer des simulations détaillées du réseau causal de l’univers et les informaticiens ont réussi à le faire en un jour. Sans les opérations réalisées en parallèle et une programmation créative, ce calcul aurait pris trois ou quatre ans, selon le SDSC.

Le résultat est un graphique qui ressemble beaucoup aux visualisations représentant d’autres réseaux complexes, comme l’Internet, les réseaux sociaux et les réseaux biologiques.

D’après le directeur du SDSC, Michael Norman :

Qui aurait pu deviner que l’émergence de l’espace-temps quadridimensionnel de notre univers à partir du vide quantique aurait quelque chose à voir avec la croissance de l’Internet ? La causalité est au cœur des deux, alors peut-être que l’on doit désormais s’attendre à cette similitude constatée par Krioukov.

Cette similitude de structure n’est probablement pas une coïncidence, disent les chercheurs. Elle pourrait même être une étape vers une nouvelle découverte de certaines règles universelles. Peut-être que les règles sont les mêmes partout, mais il y a certains facteurs limitant, comme la gravité, qui modifient la taille et les résultats éventuels.

L’annonce sur le site de l’Université de Californie à San Diego : Human brain, Internet & cosmos: Similar laws at work? et l’étude publiée sur Nature : Network Cosmology
Image d’entête Dmitri Krioukov : Hyperbolic geometry of complex networks.

 Source: Gurumed

Bien sûr, à chacun de choisir sa réalités... sonn passé...

Les articles, commentaires et vidéos partagés sur ce blog n'engagent que leurs auteurs


Posté par Arkebi à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,