lundi 31 août 2020

- Coronavirus: une organisation minutieuse du massacre?

Coronavirus_children-400x267

 

" On peut tourner dans tous les sens la question de savoir, à qui peut donc profiter cette hystérie collective d’un COVID-19 menaçant nos vies alors que tous les indicateurs commentés par des épidémiologistes de renom nous disent que rien ne justifie ces « mesures » délirantes prises par les « gouvernants » !

L'article se termine par une conclusion très forte de sens. (C.H.)

 



On peut tourner dans tous les sens la question de savoir, à qui peut donc profiter cette hystérie collective d’un COVID-19 menaçant nos vies alors que tous les indicateurs commentés par des épidémiologistes de renom nous disent que rien ne justifie ces « mesures » délirantes prises par les « gouvernants » !

A première vue, dans ce jeu stupide que le monde entier est en train de jouer, tout le monde est perdant ! Si tout le monde est perdant, qui donc peut être gagnant, puisque l’hystérie est entretenue à dessein et les « autorités » persistent et signent ! C’est quoi l’objectif au-delà des apparences selon lesquelles tout le monde serait perdant ?

Reprenons un à un les éléments de cette hystérie collective.

1 – La « distanciation sociale » !

Le sens de la « distanciation » dite « sociale », n’est explicable que si l’on comprend l’importance pour les prédateurs de l’aristocratie stato-financière – à l’origine de ces mesures qu’ils se permettaient ouvertement de ne pas respecter eux-mêmes sachant parfaitement que cette opération de grande envergure n’avait rien à voir avec un souci sanitaire – de creuser davantage le fossé entre les classes « favorisées » et la masse du peuple des « défavorisés ». Cette « distanciation » toujours en vigueur a pour effet immédiat et efficace, la division, l’opposition, la confrontation et l’ensauvagement qui s’en suit. 

« L’autre » se transforme alors en porteur sain mais coupable a priori. « L’autre », c’est celui-là qui ne respecte pas les règles. « L’autre », c’est celui-là qui n’est pas patriote et qui se permet donc de remettre en cause la version officielle de la vérité, puisque le pouvoir est obligatoirement « innocent ». « L’autre » c’est celui qui est moins propre que « moi », le discipliné, le bon citoyen, le « responsable ». « L’autre » c’est celui qui est dans la dissidence, dans la révolte, dans la contestation, dans la rébellion ou la délinquance et qui est incapable de se montrer respectueux des règles, adulte discipliné. « L’autre » c’est celui qui est irresponsable. « L’autre » ne se soucie guère de la bonne santé de tous, c’est un « égocentrique ». « L’autre » est donc un ennemi qu’il faudra dénoncer, chasser, harceler, poursuivre, persécuter et abattre. 

« La distanciation sociale » crée un comportement qui oblige chacun à considérer « l’autre » comme son ennemi ! Chacun peut donc devenir le tueur de l’autre. Chacun est placé d’office dans cette posture d’abord « inconsciente », mais qui ne peut que se transformer en folie furieuse dès que le coup de sifflet du maître chanteur aura été donné…

2 – Le masque par précaution sanitaire !

Chacun de nous peut se demander, pourquoi dois-je porter un masque quasi en permanence dans la vie réelle de tous les jours, alors que je ne suis pas malade !?

Réponse officielle : parce que, étant discipliné et responsable je me soucie de la santé des autres, tout en me protégeant moi-même.

Mais si chacun se sait non malade, comment peut-il contaminer l’autre sans être d’abord malade et comment tous les autres qui ne sont pas plus malades que moi pourraient-ils me contaminer sans être eux-mêmes malades au préalable ? Je suis donc invité à penser que tous ces gens qui portent le masque sont forcément malades et donc menaçants !

Le masque est clairement une absurdité sur le plan sanitaire, car de plus, il n’est plus à démontrer que le masque, porté dans les conditions quotidiennes qui sont les nôtres, ne protège ni soi-même ni les autres de quoi que ce soit : le motif sanitaire est parfaitement bidon.

Non seulement le masque est inutile sur le plan sanitaire, mais il est même tout le contraire : il est nuisible, il constitue en soi une menace sanitaire pour celui qui le porte.

Puisque les « autorités » l’ont elles-mêmes répété à foison « que le masque ne servait à rien, qu’il était inutile d’en porter, puis qu’il était interdit d’en porter », jusqu’à infliger des amendes et de la prison à ceux qui en portaient, à l’époque où commençait cette hystérie nommée par une étude du ministère de l’Intérieur allemand, « une fausse alerte de pandémie », il faut donc bien comprendre que le but du port du masque obligatoire n’est pas du tout une mesure sanitaire, mais une mesure politique destinée à placer chacun dans la position d’être l’ennemi de l’autre : tout est prêt pour s’entretuer… J’ai moi-même déjà été insulté et menacé dans la rue par des gens ordinaires, « non assermentés » et faisant pourtant le travail de la police, parce que je ne portais pas le masque. La délation est déjà en route et cette mentalité détestable est toujours vivante chez un nombre incroyable de demeurés.

3 –  Le « confinement » dit sanitaire !

On se souvient, je l’espère, de l’insurrection des Gilets Jaunes et de tous les autres mouvements sociaux engagés partout dans le monde face à une oligarchie aux abois, se sentant menacée par la montée de la rébellion des peuples.

Face à une telle détermination des populations les plus défavorisées, il allait de soi que la répression violente des Etats, (les violences policières et judiciaires, toutes les horreurs des injustices administratives, la perte de toutes les libertés publiques, cet ensemble de violences gratuites que nous avons dénoncées depuis 2018), ne pourrait pas éviter à un moment donné, l’escalade de cette violence, encouragée d’ailleurs par des privilégiés du « camp » des préfet Lallement, des Cohn Bendit, des Luc Ferry, des BHL et d’un certain nombre de journalistes Kapos, jusqu’à la nécessité d’une organisation d’un massacre, parfaitement logique et inévitable pour un pouvoir contesté et menacé à ce point.

Ce moment crucial du « massacre » était venu : il fallait faire quelque chose pour briser cette révolte coûte que coûte.

Les maîtres du monde avaient vu venir ce moment et déjà depuis l’expérience du H1N1, ils en avaient tiré les leçons, sachant désormais ce qu’il fallait faire et ce qu’il ne fallait pas faire. 

Dans cette organisation du dressage, l’idée d’une pandémie bien préparée était géniale, machiavélique, car elle pouvait légitimer une « assignation à résidence » appelée « confinement », imposée d’office à toutes les populations du globe. En un quart de tour, toutes les révoltes, manifestations, insurrections ont été bâillonnées ; nous avons tous été considérés comme des criminels placés sous les verrous (cela s’est fortement ressenti davantage pour les citadins sans jardin ni terrasse, comme cela a été le cas de beaucoup d’Espagnols en particulier, l’Espagne ayant été le pays qui a expérimenté le confinement le plus radical) en nous persuadant de nous enfermer nous-mêmes et en culpabilisant tout « irresponsable » qui ne se plierait pas à cette consigne, elle aussi absolument absurde, puisque l’on sait scientifiquement aujourd’hui que ce sont ceux qui ont le moins « confiné » qui ont été les moins affectés par ce délire hystérique sur le coronavirus orchestré par les prédateurs au pouvoir… (Cf.,  Intervention de la Généticienne Alexandra Henrion-Caude, chercheur à l’INSERM, sur TVL du 31 juillet 2020 ; Cf., l’intervention radiodiffusée (SUD-RADIO) du professeur de médecine J-F Toussaint de l’Université de Paris, qui ose dénoncer l’activité louche de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il a pointé précisément la manipulation occulte des grandes puissances économiques dans l’affaire de l’hystérie populiste pandémique et il y qualifie le confinement « d’arme de destruction massive ».

Le Professeur Jean-François Toussaint récidivait sur le plateau de CNEWS le 18 août 2020 en disant que « Nous sommes actuellement dans l’instrumentalisation, l’utilisation des indicateurs qui vont influencer les membres du Conseil Scientifique en charge d’adapter les comportements de la société, mais plus en relation avec la réalité, avec le risque réel de pandémie, mais en relation avec une volonté explicite d’imposer aux gens d’autres schémas de pensée ».

Il faut également dire et redire, répéter en insistant sur les chiffres qui sont aujourd’hui à notre disposition, que la courbe de la pandémie a été exactement la même dans les pays qui n’ont pas confiné que dans les pays qui ont confiné. Le confinement a été une arme de destruction massive un point c’est tout, et tous ceux qui persistent à dire que le confinement a limité le nombre de morts, sont parfaitement malhonnêtes ou idiots, puisque nous pouvons consulter les chiffres aujourd’hui à notre disposition, disait encore le Professeur J-F Toussaint qui renvoyait les auditeurs aux publications à travers le site de la Santé Publique Française.

On se demande qui sont ces gens qui mettent si longtemps à ouvrir les yeux et quels sont leurs problèmes personnels pour qu’ils puissent encore croire aveuglément à l’innocence du pouvoir et se fier à sa parole sans aucun esprit critique ! Je pensais ces temps révolus, mais ce n’est pas le cas. Des millions de personnes à travers le monde attendent comme le « messie » le vaccin salvateur qui va les délivrer de ce cauchemar ! Même des docteurs en médecine, universitaires, sont capables d’un tel comportement en étant « sincèrement » persuadés que le système ne peut ni se tromper ni les tromper ! Un troupeau de moutons peut marcher silencieusement vers l’abattoir sans chercher à s’échapper !

La seule explication que je trouve à ce mystère de la défaillance de l’intelligence, c’est la question de la croyance. Lorsque la croyance est en cause, la raison n’a plus rien à dire, même si les gens qui affirment sincèrement leur « croyance » restent persuadés d’être dans une pensée rationnelle ! Toucher à une croyance entraîne aussitôt une intolérance, un jugement, une condamnation prononcée contre l’incroyant et son exécution est aussitôt organisée considérant que la fin justifie tous les moyens : le discrédit, la raillerie, le lynchage, les accusations arbitraires de « délire », de « complotisme » ou de « populisme », le discours moralisateur, donneur de leçons, les menaces de répression, bref, des accusations traditionnelles de l’inquisition qui permettent de ne rien remettre en cause sur sa croyance. La croyance maintient toujours le croyant dans une forme ou l’autre de l’arriération mentale puisque toute croyance exclut d’emblée la place essentielle de la raison critique : c’est la raison pour laquelle on l’appelle « croyance ».

 4 – La vaccination but final de la « libération » des peuples maltraités !

Concernant la vaccination, c’est la cerise sur le gâteau !

Le Pr Toubiana chercheur à l’INSERM expliquait sur BFMTV le 26 août 2020 qu’il n’y avait pas d’épidémie infectieuse, à sa connaissance il n’avait observé qu’une épidémie d’angoisse généralisée à travers le monde, alimentée et entretenue par l’OMS. Il expliquait qu’une épidémie sans malades ne peut pas exister. Qu’il y ait eu confinement ou pas confinement la courbe épidémique était exactement la même concernant la période qui a vu venir cette nouvelle forme de grippe. La courbe de la Suède qui n’a pas confiné est exactement la même que celle de l’Espagne, de l’Italie ou de la France qui ont confiné.

Il rappelait également que aucun test actuellement existant n’est fiable en ajoutant que le SARS-COV-2, n’a jamais été identifié par aucun test. De plus les morts soi-disant « par coronavirus » n’ont jamais été autopsiés car l’autopsie a été interdite ! Par qui a-t-elle été interdite et pourquoi a-t-elle été réellement interdite ? Les spécialistes comme le Pr Toubiana, le Pr Perronne, le Pr Raoult, le Pr J-F Toussaint, en France ; le Pr Yoram Lass en Israël ; le Dr Luis de Benito de l’Hôpital El Escorial de Madrid dénonce à la télévision la manipulation honteuse qui est faite sur les chiffres des morts par « coronavirus » ; le Dr Nicole Delépine, en France ; le Dr Carrie Madej , aux Etats-Unis ; Le Dr Larry Palevsky à la Commission Européenne lors d’une audition publique, le 19 février 2020, expliquait déjà que le système immunitaire ne faisait plus la différence entre ce qu’il devait éliminer et ce qui lui appartenait, il était donc question d’une immunodéficience; le Dr Roberto Patrella, en Italie ; le physicien David Mendels dans une interview sur Le Média du 9 juin 2020… disent les uns et les autres dans les écrits ou commentaires, interviews sur les télévisions ou sur Youtube, que 90% des personnes testées seront forcément positives puisque c’est la normalité : nous sommes tous porteurs sains de plusieurs formes de coronavirus. Quelqu’un déclaré positif n’est pas automatiquement un malade, dans le cas contraire, nous serions au moins 90% de malades.

Le COVID-19 n’est pas le nom du virus c’est le nom du plan international de contrôle et de réduction des populations. L’objectif est un dépeuplement massif de 80% de la population mondiale. 

Henry Kissinger dans une conférence sur l’eugénisme à l’OMS, le 25 février 2009 disait : « Une fois que le troupeau a accepté la vaccination obligatoire, la partie est gagnée ! Ils vont alors accepter n’importe quoi, ‘pour le plus grand bien’. On pourra modifier génétiquement les enfants ou les stériliser – ‘pour le plus grand bien’. Contrôler le mental du mouton et vous contrôlez le troupeau. Les fabricants de vaccins peuvent s’attendre à faire des milliards, et plusieurs d’entre vous, êtes dans cette salle des inventeurs. C’est un énorme jeu gagnant-gagnant ! On diminue le troupeau et le troupeau nous paie pour leur fournir des services d’extermination. » 

Le 25 août 2020, sur fr.sott.net, le Dr Carrie Madej explique dans le détail le danger de la nanotechnologie utilisée dans le vaccin COVID-19. Chacun peut aller voir cette vidéo instructive, s’il a envie de savoir !

Pour finir, nous allons regarder ce que contiennent ces fameux vaccins qu’on nous prépare et qu’on voudrait rendre obligatoires !

Le Pr J.B. Fourtillan, le Dr Serge Rader, le Dr C. Tal Schaller se sont penchés sur la question. Dans une vidéo qui est diffusée sur www.verite-covid19.fr, on peut trouver les références de tout ce qui est détaillé dans cette analyse.

On découvre tout d’abord le Brevet W0 2020.060606A1 du 26 mars 2020 déposé par Microsoft dans quasi tous les pays du monde. Ce brevet concerne la « cryptocurrence ».

Ce sont des nanoparticules qui sont ajoutées dans le flacon des vaccins. Les nanoparticules sont donc injectées avec le vaccin et il est impossible de s’en débarrasser : elles habiteront le corps du vacciné jusqu’à sa mort.

N’importe quel téléphone portable pourra communiquer avec ces nanoparticules et chaque vacciné sera sous surveillance permanente grâce à son téléphone ou à n’importe quel téléphone passant à proximité.

On trouve donc dans ce vaccin : 4 fragments du VIH1 : ceux-ci entraînent une immunodéficience et ses conséquences…

On y trouve également des séquences d’ADN du germe de la Malaria ; 157 séquences ADN et des protéines sous le brevet US8,243,718B2 : ni leur présence ni leur rôle ne sont expliqués dans ce vaccin… Enfin, on y trouve donc des nanoparticules qui permettront comme on l’a dit une surveillance permanente des individus. 

Un autre vaccin : le ChAdOx1 n-CoV-19 contient lui le covid-19 porté par le vecteur du virus ChAdOx1.

Les nanoparticules décrites dans le brevet Microsoft PCT/US2019/038084, sont présentes dans ce vaccin à partir duquel un contrôle sera possible et permanent grâce à la technologie 5G.

On y trouve également des désinfectants : le Thimerosol ou Formaldehyde et des antibiotiques. La création forcée d’une immunodéficience entrainera l’impossibilité de se défendre naturellement contre toute maladie virale.

5 –  Les morts « par coronavirus »

Tous les chiffres sur les morts « par coronavirus » sont faux, partout dans le monde. Une falsification volontaire est réalisée partout dans le monde : un médecin généraliste de Lille, en France, Bruno Vermesse, écrivait au ministère de la santé et au responsable de la santé en demandant l’autorisation de faire les contrôles qui s’imposaient pour en avoir le cœur net sur le soi-disant virus mortel. On lui répondait que les procédures auxquelles il voulait avoir accès étaient interdites ! Pourquoi étaient-elles interdites ? Pas d’explication du ministère de la santé…

« Je demandais de pouvoir faire une sérologie chez tous patients avec PCR positif pour détecter les faux positifs… Pas le droit !!! En clair… les PCR positifs ne sont jamais symptomatiques et les symptomatiques n’ont jamais de PCR positif… Si on teste massivement, évidemment qu’on va trouver des PCR positifs chez les gens guéris…

Rappelons que, en revanche, avec tout cela ce sont des avalanches de dépressions, des suicides en masse et des prises en charge catastrophiquement retardées pour des maladies graves…

Cette épidémie a été dix fois moins grave que celle de la grippe de 2017/2018… »

Si une falsification explicite n’est pas faite délibérément, elle est réalisée en faisant une confusion volontaire entre « mort avec le covid-19 » et « mort à cause du covid-19 »… 

Le ministre de la santé en Grande-Bretagne a demandé aux services de santé de revoir intégralement leur manière de compter les morts par covid-19, car « de toute évidence, les calculs étaient largement inexacts », disait-il récemment.

Des milliers de kits de test ont été découverts déjà pré-contaminés au covid-19. (Cf., Dr Carrie Madej, sur Youtube du 27 juillet 2020)

Je recommande encore la lecture du dossier « coronavirus » publié par www.mondialisation.ca, car il est très fouillé, très complet et très documenté. Les meilleurs spécialistes s’y expriment et chacun peut se faire une idée précise sur une campagne dans laquelle la confusion a volontairement régné à tout moment pour maintenir les gens dans la pétrification de la peur, ennemi numéro un de la raison.

CONCLUSION

La seule réponse possible à la question « à qui profite cette hystérie collective du covid-19 », c’est un programme de contrôle et de réduction des populations. Les gens de la classe stato-financière, les « élites » du monde qui font la pluie et le beau temps sur la planète vont-elles se faire vacciner avec ces vaccins ? Elles ont déjà déclaré ouvertement qu’il n’en était pas question. C’est le peuple des plus modestes et des plus défavorisés, ceux qui protestent, qui contestent, qui se révoltent, qui ne sont plus « utiles » pour le monde des profiteurs d’en haut. Ce sont eux qu’il faut « éliminer » ou contrôler. C’est pourquoi, cette campagne criminelle du massacre coronavirus est intolérable et il serait bien possible qu’elle puisse entraîner la fin de la vie humaine sur Terre. Nous allons au-devant de grandes violences…

Jean-Yves Jézéquel

 

Source de l’image en vedette : Wikimédia Commons



https://www.mondialisation.ca

 

Posté par Arkebi à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


dimanche 30 août 2020

- Pourquoi aujourd’hui sommes-nous obligés de porter des masques réputés inutiles au pic de l’épidémie ?

corona-virus-mask-coronavirus-400x266

 

" Il n’y a en fait qu’un seul précédent : Le port obligatoire de l’étoile jaune… J.X. "

 

Pourquoi aujourd'hui sommes-nous obligés de porter des masques réputés inutiles au pic de l'épidémie ? | Mondialisation - Centre de Recherche sur la Mondialisation

Il n’y a qu’à la faveur d’un direct qu’on peut entendre un peu de vérité sur les médias dominants qui déversent sans répit la propagande du Capital avec une efficacité à côté de laquelle la célèbre Pravda soviétique fait bien pâle figure. Les voix qui s’élèvent contre l’obligation de porter le masque partout, même tout seul dans un parc, même sous un casque de moto, une mesure aussi grotesque que vexatoire, par ailleurs assortie de bien plus graves restrictions à la liberté individuelle et collective, sont rares.

D’abord parce qu’il faut un grand courage pour oser s’élever contre la version officielle assénée à longueur de temps par tous les pouvoirs confondus, et ensuite parce que cette audace a pour résultat de vous fermer à tout jamais les plateaux de TV, ce qui serait une catastrophe pour les médecins qui viennent tout juste d’y prendre une place prédominante.

Les rares médecins qui ne partagent pas la dévotion frénétique des pouvoirs en place pour Big Pharma sont aussitôt ostracisés, dénigrés, ridiculisés et remplacés par les amis des grands laboratoires, une clique d’ailleurs bien rémunérée dont France-soir, le seul média à ne pas suivre la ligne officielle, vient de chiffrer les conflits d’intérêts jamais mentionnés par les médias subventionnés.

Dr Laurent Toubiana sur BFM TV le 22/08/2020 offre une démonstration remarquable de ce que je viens de dire. Ce docteur, interviewé en direct, dénonce la « pression invraisemblable » qui est infligée à la population alors que «l’épidémie est terminée », ainsi que la menace d’une « seconde vague qui n’arrive jamais », brandie « comme une épée de Damoclès » et « sans aucun fondement » sur des populations terrorisées : « Les cas que l’on voit sont asymptomatiques … ces gens ne sont pas malades, nous sommes face à une épidémie sans malades ».

 



elque chose. Les autres, « c’est juste pour montrer qu’on est soumis et qu’on a peur de la police ».

Malgré tout, il apparaît qu’en dépit de toute logique et de toute vraisemblance, il faut absolument que la fable orwellienne du « nombre de cas » et de l’efficacité des masques tienne le plus longtemps possible. Pourquoi ?

Il faut d’abord toujours garder en tête que les gouvernements mentent. Ils mentent tout le temps et sur tous les sujets. Les intérêts de la classe dirigeante sont différents de ceux des populations, voire même opposés. La classe dirigeante ne poursuit qu’un seul but : s’approprier le pouvoir et les richesses produites par les autres, qu’elles soient nationales ou étrangères. Pour connaître la vérité, il suffit souvent d’inverser ce que disent les possédants et leurs marionnettes. L’exemple de mensonge d’Etat le plus souvent cité, que le Nouvel Obs qualifie de « plus grand mensonge de l’histoire de l’espionnage – le plus meurtrier aussi », c’est la fake-news des armes de destruction massives brandie par Colin Powel pour envahir l’Irak.

En géopolitique, on comprend bien pourquoi ils mentent. Ils ont des alliés : les USA, l’UE, l’OTAN, et des ennemis : tous les pays non alignés qui représentent une menace économique (Chine, Russie) ou culturelle (Vietnam, Corée du nord, Tchécoslovaquie, Iran) ou qui ont des ressources bonnes à piller (Libye, Bélarus, Palestine, Syrie, Venezuela). Les possédants doivent en même temps discréditer toute alternative au régime de prédation capitaliste auquel ils nous soumettent et nous faire accepter les interventions « humanitaires » pour renverser, à nos frais, les régimes soi-disant réfractaires à la « démocratie » et les piller.

A l’intérieur, on voit bien qu’il leur faut faire croire aux populations qu’ils n’ont que leur bien à l’esprit, tout en les exploitant, les dépouillant, les opprimant, les réprimant sauvagement. Le gouvernement par la peur et le choc, théorisé par Naomi Klein, est ce qu’il y a de plus efficace. La peur des attentats, tout aussi irrationnelle – mourir dans un attentat était encore plus improbable que de mourir du coronavirus – a été exploitée jusqu’à la corde. Alors que les gouvernements se trouvaient fort démunis devant les émeutes et les révoltes de leurs populations malheureuses, le virus est arrivé, tel Zorro, à leur rescousse.

Evidemment, ils ont d’abord été débordés. Ils n’avaient rien anticipé et les Etats-Unis et les pays du sud de l’Europe avaient en plus détruit leurs systèmes publics de santé. Macron a résolu le problème en laissant mourir les vieux tout seuls dans les Ehpad et en faisant quelques coups de communication : l’hôpital de campagne et les TVG sanitaires, pendant que les lits des cliniques privés étaient vides.

Mais ils ont bien vite compris l’avantage de ce virus pas vraiment létal et donc par trop dangereux pour l’oligarchie, moyennant le contrôle strict de la jeunesse dont j’ai parlé plus haut.

Le port obligatoire du masque permet, sans coûter un centime au gouvernement, de faire croire au prolongement de l’épidémie et de contrôler les populations

Mais m’objectera-t-on, vous n’êtes pas sérieuse, et que faîtes-vous de la destruction de l’économie ? Croyez-vous vraiment que la classe dirigeante soit prête à détruire l’économie pour empêcher les gens de manifester ? C’est ridicule…

OK, alors je change un peu mon titre :

Le port obligatoire du masque permet, sans coûter un centime au gouvernement, de faire croire au prolongement de l’épidémie et de préparer les populations au nouveau monde

Il faut s’y faire, nos élites ne raisonnent plus depuis longtemps en termes nationaux. Elles voient beaucoup plus grand. Pour elles, ça n’a aucune importance que l’économie française soit détruite. La preuve, cela fait 40 ans qu’elles bradent l’industrie française aux Étasuniens, aux Chinois et à l’UE pour faire de notre pays un simple parc d’attraction. D’accord, le tourisme en ce moment ne marche pas fort, mais de cela aussi, elles se moquent, du moment que les banques et les multinationales poursuivent leur course en avant.

Et c’est exactement ce qui se passe, les petites et moyennes entreprises font faillite, le chômage augmente, et les grosses entreprises, qui se sont encore engraissés à coup d’argent public ou grâce au virus, préparent le monde de demain : la quatrième révolution industrielle. Dans son article du 8 mai dernier, Naomi Klein la décrit comme une dystopie technologique, un choc des écrans :

« Ca aura mis du temps, mais quelque chose ressemblant à une « stratégie du choc pandémique » commence à poindre. Appelons-la le Screen New Deal. Bien plus innovant que tout ce que nous avons pu observer durant les précédentes catastrophes, le futur que l’on assemble à la hâte (alors que les cadavres continuent de s’entasser) considère cette période d’isolement physique non pas comme un douloureux sacrifice pour sauver des vies, mais comme la bande-annonce d’un futur sans contact – et extrêmement lucratif. »

Sauf que ce monde-là, les populations n’en veulent pas, parce qu’il passe par la destruction de leur monde à eux et peut-être d’eux-mêmes. On en revient donc à la nécessité de les maintenir dans une peur panique pour les contrôler.

Autres avantages pour le gouvernement du port obligatoire du masque

– Restreindre et interdire les manifs et grèves de la rentrée sociale. Le maintien artificiel de l’épidémie a permis de prolonger l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes jusque fin octobre et d’interdire les rassemblements de plus de dix personnes si… et si…, ce qui permet à la police de faire à peu près ce qu’elle veut et chacun sait qu’elle préfère grandement mettre des amendes à de paisibles promeneurs que d’affronter les vrais malfaiteurs qui empoisonnent le quotidien des Français bientôt réduits à se défendre eux-mêmes.

Vacciner les populations. Des sommes faramineuses ont déjà été investies dans d’hypothétiques vaccins attendus comme le Messie par des laboratoires bien décidés à en tirer de gros profits. Mais pour vacciner en masse les populations, encore faut-il qu’elles craignent la maladie plus que les vaccins dont on commence à connaître les effets pervers et le peu d’efficacité contre un virus qui mute sans cesse. Qu’à cela ne tienne, les gouvernements et leurs fidèles porte-paroles médiatiques sont là pour attiser la peur et faire durer le suspense.

Ecouler la surproduction de masques. Le gouvernement, au cœur de la première panique, a fait fabriquer des masques trop tard et en trop grande quantité. Au moment du déconfinement, les fabricants se sont inquiétés pour leurs stocks. Le port du masque obligatoire a réglé ce problème épineux, sans compter que c’est une aubaine pour la grande distribution, déjà privilégiée pendant le confinement car, alors que les marchés en plein air étaient fermés, les supermarchés étaient ouverts.

Occuper l’espace médiatique et détourner l’attention des vrais problèmes. Le masque est idéal pour occuper en quasi permanence tout l’espace médiatique, en alternance avec les rodomontades des politiciens contre les incivilités qui restent impunies, les policiers étant occupés à mettre des amendes pour les masques mal mis ou à protéger les riches. Les applications du masque se déclinent à l’infini dans l’espace et le temps. On ne parle pas de la gestion calamiteuse de l’épidémie par les pouvoirs publics, des procès en cours, de l’échec coûteux du Stop Covid, des promesses d’améliorer les services de santé, de la prévention, des défenses immunitaires, des augmentations de salaires pour les « soldats de première ligne », des problèmes économiques et sociaux, des faillites, du chômage, de la chute du PIB, de la réforme de l’Etat, des interventions militaires.

On continue à signer des accords de libre-échange, comme le Mercosur, avec le Brésil et d’autres pays d’Amérique latine, alors que, comme le souligne Hervé Kempf dans un article intitulé : Ce que cache le masque, il faudrait engager la lutte « contre la destruction des forêts et plus largement de la biodiversité … contre la pollution de l’air … l’aggravation du changement climatique … engager une vraie politique de santé environnementale et alimentaire. »

Donner l’impression qu’on s’occupe des gens tout en rejetant la responsabilité sur les autres (communes, citoyens) et en réglant quelques comptes. En faisant appliquer un principe de précaution à géométrie variable par les préfets « en concertation avec les collectivités locales », le gouvernement fait croire, à moindre frais et sans prendre de risques, que l’Etat protège les citoyens responsables contre les citoyens irresponsables. Du coup, la moitié responsable se met à fliquer/dénoncer l’autre moitié, et la population divisée se retrouve sans défenses devant les amendes et les interdictions qui pleuvent. Quant à Marseille et au professeur Raoult, ils n’ont qu’à bien se tenir !

On voit sans peine que le gouvernement a tout intérêt à maintenir la fiction de l’épidémie pour maintenir la pression sur la population et que le masque est l’outil idéal pour cela, en dépit du fait qu’il ne sert à rien d’autre qu’à permettre aux casseurs de se cacher le visage. Par contre, on a du mal à trouver une seule raison valable de le porter soi-même. Il n’est donc pas étonnant qu’une Fronde anti-masques se développe sur le thème : « La seule chose que le port du masque permet d’éviter, ce sont les amendes ». C’est sans doute pour cela que Macron se croit obligé de brandir sans cesse la menace du reconfinement.

Pas mal de mes amis pensent que les technocrates qui nous dirigent sont trop bêtes pour avoir même une idée derrière la tête. Selon eux, le pouvoir se contente de copier les autres pays. Ils rejoignent, en cela, le Professeur Toussaint quand il dit que le port du masque, « c’est juste du mimétisme social, ce n’est que cela, on n’a absolument aucune démonstration du moindre intérêt scientifique ». Mais l’un n’empêche pas l’autre. Qu’ils copient les mesures des autres avec une sorte de délire de surenchère pour donner à leurs peuples l’impression qu’ils agissent, c’est un fait, mais ça ne les empêche pas de manipuler l’opinion en fonction de leurs intérêts à court et moyen terme, d’autant plus que nos dirigeants sont eux-mêmes les serviteurs des organismes internationaux qui mènent véritablement le monde.

Conclusion

Pour finir, quelques notes d’espoir :

La revanche de l’hydroxychloroquine sur France soir : « Une étude belge sur l’hydroxychloroquine vient d’être publiée, sur 8 000 patients, et conclut que l’hydroxychloroquine réduit la mortalité de 30%, comme l’étude italienne évoquée dans notre article du 4 aout 2020 … Les résultats sont édifiants », et pourtant bizarrement « le Conseil Scientifique, le ministère de la Santé et les médias français n’en parlent pas plus. »

Strasbourg : Le tribunal administratif suspend l’arrêté municipal qui rend obligatoire le port du masque: Le juge estime que le port du masque est une ingérence « dans l’exercice du droit au respect de la vie privée » Le port du masque n’est plus obligatoire au centre-ville de Strasbourg. La mesure, qui avait été prise par un arrêté municipal le 20 mai, a été suspendue ce lundi par le tribunal administratif.

La révolte ouverte de quelques maires contre le pouvoir central. Le maire de Grenoble contre Darmanin et la maire de Marseille contre Castex/Véran. Castex et Véran, deux crétins finis, ont fait exprès leur conférence de presse à l’heure annoncée par la maire de Marseille pour la sienne, et ça s’est évidemment retourné contre eux. Michèle Rubirola, Martine Vassal et Didier Raoult ont vite éclipsé les pantins de Macron. Un régal…

Et une chanson parodique pleine d’optimisme  :

« Covid, c’est fini,

et dire qu’ils avaient pourtant l’air d’accepter d’être fliqués, traqués, surveillés, infantilisés.

Covid c’est fini,

ya du souci à s’faire pour la rentrée !

Covid, c’est fini,

les barrières risquent d’être renversées ».

Acceptons-en l’augure, même si l’auteur de la chanson modère un peu son enthousiasme dans son commentaire (fort intéressant au demeurant)…

Dominique Muselet

 

Cet article a été publié initialement sur le site de l’auteure salaireavie.fr

 

Posté par Arkebi à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 19 août 2016

- Sisco, Burkini, "fa cho" sur les plages et dans les médias!

 

Comment croire ce que la presse nous explique d’Alep, quand on constate un bidonnage maximal sur ce qui s’est passé à Sisco ? À ce niveau-là, ça devient quand même grave. Et bien sûr jamais un mot d’excuse.

Nous avons tous entendus la même chose : un groupe d’islamistes à la plage, avec des femmes en burkini ; des passants veulent faire des photos de cette crique, et les barbus s’y opposent violemment parce qu’il ne faut pas prendre des photos de leurs femmes.

Bref, c’est la charia à la plage.

Sauf que tout est faux.

Il s’agit d’un groupe d’emmerdeurs, menés par trois frangins, dont un  qui a un casier noir comme un corbeau, qui veulent garder pour eux cette crique toute la journée. Le procureur parle d’une logique de caïdat et de privatisation de la plage, avec des incidents depuis le matin pour garder ce « territoire ». Et ça a dégénéré dans l’après-midi avec des faits très violents.

Lors de l’audience d’hier, le procureur a tenu à exclure une quelconque radicalisation. Il n’y avait pas de burkini, et la rixe n’a pas été déclenchée par une photo d’une maghrébine se baignant.

C’est grave et inquiétant.

Gilles Devers

source: http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2016/08/19/sisco-la-presse-ca-devient-grave-930974.html

               Commentaire sur RI de Un passant:

                C’est bien de relevé l’exactitude des faits mais ça ne sert à rien.

Quand le tunisien s’est fait abattre devant un commissariat alors que des témoins affirment qu’il n’a jamais crié « Dieu est grand » (je traduit) et n’avait pas de couteau, toute la presse et toute la France a craché sur ce malheureux.

Les gens en ont rien à faire que l’histoire soit vraie ou pas, l’essentiel c’est qu’il y a une histoire de musulman ou arabe derrière et que même si tout ce qu’on raconte est faux, et ils sont quand même coupables. C’est comme ça depuis 2001.

Et quand je dis ça, je ne dédouane évidemment pas les racailles qui gênent les populations dans certains quartiers, ou les voyoux, bien au contraire je n’ai aucun respect pour ces gens qui d’ailleurs ne peuvent même pas être assimilés à des musulmans, ils ressemblent bien plus aux voyoux (chrétiens soit disant qui existent dans le Bronx aux USA ou bien à ceux des Favelas au Brésil) que l’on peut retrouver dans de nombreux quartiers partout dans le monde. Non je ne dédouane pas ces gens là. Mais j’ai remarqué qu’une habitude de langage s’est installé pour désigner tout arabe, maghrébin ou musulman d' »islamo-racaille ». Alors moi je veux bien qu’on désigne des gars comme Merah ou Coulibaly d' »islamo-racailles » mais j’ai l’impression que désormais dès qu’une personne voit 4 arabes sortir d’un Kebab et bien elle les désignera comme 4 « islamo-racailles ».
Une femme qui porte le hijab (qui n’a rien à voir avec le salafisme ou la burqa) et qui va faire trempette dans l’eau et décide de s’acheter un burkini, on dira d’elle qu’elle est une intégriste et son mari un « islamo racaille », ça devient n’importe quoi.

Je suis sûr d’une chose, les gens en ont rien à faire de savoir ce qu’il s’est passé sur cette plage, à la fin l' »islamo-racaille » est coupable.


Source: réseauinternational

 

"Ce gouvernement est plus occupé à chasser des femmes musulmanes innocentes qu'à lutter contre le terrorisme"
A en croire le CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France), les Français ne tombent pas dans le piège tendu par le gouvernement avec l'aide de grands médias. Cette très belle intervention du directeur exécutif du CCIF, Marwan Muhammad, montre à quel point nous sommes entrés dans l'absurde.

Marwan Muhammad, directeur exécutif du CCIF, était l’invité d’iTélé pour se prononcer sur le ridicule débat concernant le “burkini”.
Il en profite pour recadrer proprement Manuel Valls et pour s’exprimer sur la future nomination de Jean-Pierre Chevènement à la tête de la Fondation pour l’Islam de France.

Une très belle intervention, claire, nette et précise, qui nous rappelle combien la France est manipulée et combien elle semble définitivement plongée dans une islamophobie maladive…

Pour visionner la vidéo, CLIQUEZ ICI.

source:http://www.halalbook.fr/actufiche-17-8125.html?[Vidéo]-Quand-Marwan-Muhammad-recadre-Manuel-Valls-au-sujet-du-Burkini

Via Réseauinternational.

 

C'est inquiètant, et grave, mais ne cédons pas aux pressions organisées ne servant que le pouvoir.

Complément:

 

C’est donc le nouveau faux-débat du moment! Au niveau de la finance cela se casse la gueule et le pays est en faillite, nos politiques se foutent de nous et multiplient les trahisons, le chômage explose tout comme la paupérisation dans le pays, le TAFTA avance discrètement mais sûrement et l’UE a toujours plus de pouvoir, l’état d’urgence perdure à cause d’attentats dans lesquels nos élus sont plus ou moins complices, la loi travail est passée de force sans la moindre once de démocratie, et bien d’autres horreurs peuvent être cités ici, et on nous saoulent pour une histoire de maillot de bain???

Ils se passe des choses extrêmement plus graves ailleurs et nous allons en subir les conséquences directes, et le jour où nous nous retrouverons confrontés à ceux-ci, ce fait-divers sera bien le dernier de nos soucis!

Il y a bien deux choses à retenir, le problème de l’Islam radical est très loin de se situer dans ce maillot de bain, et tout ceci ne profite au final qu’à nos politiques qui utilisent cette histoire comme argument de campagne pour récolter un maximum de promesses de votes…

La polémique sur le port du burkini à la plage permet aux politiques français d'occuper l'espace médiatique. L'interdiction du vêtement semble juridiquement fragile et fait sourire au-delà des frontières. Creux de l'actu oblige, le débat sur le burkini occupe l'espace médiatique français et les conversations des estivants depuis début août.
Si les « burkinis », ces vêtements très couvrant auxquels ont recours quelques rares femmes musulmanes pour aller à la place étaient rarissimes, il semble que la polémique les ait fait se multipier. Le débat, qui avait démarré dès le printemps avec la commercialisation notamment par H&M de burkinis, s’est enflammé lorsque.... [Source et suite sur Euractiv.fr]

Via: lesMoutonsEnragés

 

Posté par Arkebi à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

- MA MISE EN AVANT DU JOUR Par Galadriel des Brindherbes Engagés

 

miseenavantATTENTION ! Un tas de fausses informations tournent sans fin sur les blogs et Facebook, celle qui suit est révélée par Le Monde et en fait partie.

- Taxes sur les jardins potagers

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/08/18/la-fausse-taxe-sur-les-jardins-potagers-est-partie-d-un-site-parodique_4984554_4355770.html#xtor=RSS-3208

Je voudrais rajouter deux fausses infos relayées étourdiment sur certains blogs et qui reviennent régulièrement sur FB :

- Le parlement européen adopte un revenu universel de 1200€ par mois pour les migrants

http://nordpresse.be/parlement-europeen-adopte-revenu-universel-de-1200e-mois-migrants/

et plus récemment :

- Israël proposé pour le prix Nobel de la Paix

http://nordpresse.be/israel-propose-au-prix-nobel/

LORSQUE LA SOURCE EST « NORDPRESSE » ELLE VIENT D’UN SITE BELGE DE PARODIES, GENRE LE TRÈS CONNU GORAFI CHEZ NOUS.

Ces deux infos ont été relayées par le très lu Whatsupic très repris sur FB.  Ce n’est pas parce que le blog qui la publie n’a pas vérifié l’info, que vous devez le croire.

L’on peut se demander quel intérêt d’exciter la colère des gens avec des blagues de mauvais goût de ce genre, comme si l’actualité ne suffisait pas…. Perso, je ne trouve pas ces plaisanteries très drôles.

Ne vous laissez pas avoir ! Si ça vous semble un peu gros, VÉRIFIEZ de quel blog la source de l’information est issue. Ce n’est pas une garantie de véracité absolue, mais ça vous donne une bonne indication.

Extrait de:

Si ça vous a échappé, les nouvelles de ces deux derniers jours :

Avec les travaux sur le serveur et petits ennuis réparés chez notre correspondant, je n'ai pas pu vous mettre la revue de presse de Crashdebug d'hier. Voici donc leur sélection des nouvelles nationales et internationales d'hier et d'aujourd'hui dans petits et grand médias : HIER https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse/12223-revue-de-presse-du-jour-comprenant-l-actualite-nationale-et-internationale-de-ce-mercredi-17-aout-2016 AUJOURD'HUI https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse/12230-revue-de-presse-du-jour-comprenant-l-actualite-nationale-et-internationale-de-ce-jeudi-18-aout-2016 ATTENTION !

http://lesbrindherbes.org

 

Posté par Arkebi à 01:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 23 novembre 2012

Décodage de 25 techniques de désinformation

 

desinformation

Voici quelques techniques courantes utilisées par différents organes de pouvoir – publics ou privés – cherchant à occulter des vérités qui dérangent. Il est utile de garder ces concepts à l’esprit lors de la lecture d’informations relatives à des sujets controversés (ils sont nombreux) … pour autant, règle n°1, que vous sachiez même qu’ils le sont. Faites le test. Vous serez sans doute surpris de constater à quel point ces procédés percolent au travers de nombre de propos tenus par des instances officielles, des "experts" et par extension de nombreux médias.

Technique n°1 : Evitement
Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.

Technique n°2 : Superficialité

N’aborder la controverse qu’en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Eviter soigneusement les points clés de l’argumentation.

Technique n°3 : Indignation

Rejeter le sujet de façon indignée ("jamais une chose pareille ne serait possible"). Jouer sur le sentiment d’incrédulité ("il y aurait eu des fuites", "ça se saurait", …)

Technique n°4 : Rumeur

Considérer la controverse comme une rumeur de plus, sans fondements, quels que soient les arguments présentés.

Technique n°5 : Homme de paille

Présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.

Technique n°6 : Messager

Décrédibiliser le porteur du message. Par extension, associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que "excentrique", "extrême-droite", "gauchiste", "terroriste", "conspirationniste", "radical", "fanatique", ou même "blonde" etc…

Technique n°6 bis: Attaque ad hominem
Très appréciée et souvent utilisée. Quitter l’objet de la querelle (indéfendable) et diriger les attaques sur la personne de l'opposant en tenant des propos désobligeants, blessants ou grossiers à son égard. C’est un appel des facultés de l’esprit à celles du corps ou à l’animalité.


Technique n°7 : Biais

Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l’opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à tout autre forme de biais.

Technique n°8 : Confusion

Quelque soit le niveau de la polémique mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.

Technique n°9 : Autorité

S’associer à l’autorité (organismes internationaux etc.) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.

Technique n°10 : Innocence

Faire l’innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l’opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d’efficacité.

Technique n°11 : Amalgame

Associer les charges de l’opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu’elles soient antérieures ou le fait d’autres opposants. En y étant associées, les charges subséquentes, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.

Technique n°12 : Diviser

Diviser pour mieux régner et par extension mettre l’accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l’impression de chaos que cela procure.

Technique n°13 : Pseudo-débat

Présenter la version de l’opposant en premier lieu puis démentir par une succession de déclarations issues de sources faisant apparemment autorité.

Technique n°14 : Confession

Admettre avec candeur que des manquements (mineurs) ont été identifiés et que des solutions ont été apportées. Les opposants cependant en ont tiré parti pour gonfler la controverse et tenter de démontrer ce qui n’existe pas.

Technique n°15 : Edulcorer

Utiliser des termes techniques sans contenu émotif pour décrire le problème.

Technique n°16 : Enigme

Les énigmes n’ont pas de solution. Etant donné la multitude des paramètres, des intervenants et de leurs interactions, le sujet est bien trop complexe pour ne pouvoir être jamais résolu. Une technique couramment utilisée pour décourager ceux qui cherchent à suivre…

Technique n°17 : Solution complète

Eviter le problème en exigeant de l’opposant qu’il fournisse une solution complète à la résolution de la controverse.

Technique n° 18 : Omission

Omettre des preuves, des publications ou des témoignages contraires. S’ils n’existent pas, ce ne sont pas des faits, et le sujet ne doit pas être couvert.

Technique n°19 : Sang froid

Amener l’opposant à argumenter dans une position difficile et jouer sur sa perte de sang froid pour le décrédibiliser.

Technique n°20 : Expertise

"You don’t bite de hand that feeds you", disent les Anglais. Créer son propre groupe d’experts et le financer directement ou indirectement.

Technique n°21 : Preuve impossible

Ignorer les preuves présentées par l’opposant comme étant non pertinentes et lui demander des preuves inaccessibles, que ce soit matériellement (non disponibles ou soustraites au regard du public), techniquement (années de recherche) ou financièrement.

Technique n° 22 : Déni

Dénier toute crédibilité ou être extrêmement critique vis à vis de publications, de témoignages ou même de propos officiels d’organes de pouvoir, en les désignant comme des "sources non valides" ou "des éléments sortis de leur contexte".

Technique n°23 : Fausse preuve

Introduire des éléments contradictoires par rapport à l’argument de l’opposant, au besoin en fabriquant de fausses preuves, par exemple sous la forme d’études scientifiques au protocole particulièrement étudié.

Technique n°24 : Grand Jury

Organiser un grand jury ou des états généraux avec tous les atours de la consultation la plus large et la plus ouverte qui soient. Neutraliser ensuite les sujets qui fâchent et présenter le rapport final comme étant l’état du consensus général.

Technique n°25 : Diversion et distraction

Créer l’événement ailleurs pour distraire et écarter l’attention du public.

source http://www.vigli.org/desinfo.html

La dernière technique est la plus utilisée actuellemnt !

Les article, commentaires et vidéos partagés sur ce blog, n'engagent que leurs auteurs

Posté par Arkebi à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,