mardi 15 septembre 2020

- Macron et la 5G, il se fait de moins en moins d'Amish

Posté le 15 septembre 2020

 

5GcartefranceCapture

 

Emmanuel Macron, la 5G et les Amish

Le discours d'Emmanuel Macron lundi devant des chefs d'entreprise du numérique et ses affirmations sur la 5G enflamme le débat et pose question : quelle importance est réellement accordée à la Convention citoyenne pour le climat ?
Avec le sens de la formule (parfois maladroite) qu’on lui connaît le président de la République s’est fait applaudir par la « French Tech » lundi soir, tout en déclenchant la colère des défenseurs de l’environnement (notamment), mardi matin. 
 
Sa formule choc pour expliquer que « évidemment » la France va passer à la 5G :
 
« J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile. Je ne crois pas au modèle Amish »
 
La Convention citoyenne désavouée
 
Cette sortie intervient au lendemain de la tribune publiée dans le JDD publiée par soixante élus, maires et députés, dénonçant l’attribution des fréquences 5G aux opérateurs téléphoniques d’ici la fin du mois, « sans étude d’impact climatique et environnementale ni aucune concertation publique préalable ». 
 
Elle balaie surtout d’un revers de main la proposition de la Convention citoyenne pour le climat, qui, faisant remarquer que « le passage de la 4G vers la 5G générerait plus de 30% de consommation d’énergie carbonée en plus, sans réelle utilité », réclame un moratoire en attendant les résultats de l’évaluation de la 5G sur la santé et le climat. 
 
L’évaluation en question doit être menée par l’ANSES, avec un rapport attendu fin 2020/début 2021. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail avait précisé en janvier 2020 que l’on « manque de données scientifiques ». 
 
Lundi soir, Emmanuel Macron a poursuivi son discours : « Je ne crois pas que le modèle Amish permette de relever les défis de l’écologie contemporaine ». Ce qui lui vaut une réponse cinglante de l’écrivain et réalisateur Cyril Dion, par ailleurs garant de la Convention citoyenne pour le climat, ce mardi matin sur Twitter :
 
 
Le « quatrième joker » selon des sénateurs
 
Pourtant, ce moratoire sur la 5G ne faisait pas partie des « jokers » sortis par le président de la République lorsqu’il a été question de répondre favorablement aux 149 propositions de la Convention. Quoique…
 
Lors d’une table ronde qui s’est tenue début juillet au Sénat sur « les impacts sanitaires et environnementaux de la 5G », le président de la commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable, le centriste Hervé Maurey avait prévenu : 
 
« Il s’agit en quelque sorte du quatrième joker brandi par l’exécutif aux propositions de la Convention citoyenne pour le climat »
 
Les doutes sur les conséquences sanitaires et environnementales de la 5G ne se cantonnent donc pas, quand bien même d'aucuns voudraient le faire croire, à la sphère écologiste. Loin de là même. En mars, le président LR du Sénat Gérard Larcher a saisi le Haut conseil pour le climat pour avis sur l’empreinte carbone du déploiement de cette technologie. 
 
Et fin juin ce sont Olivier Véran, ministre de la Santé, et Elisabeth Borne, alors ministre de la Transition écologique, qui avaient écrit au Premier ministre (alors Edouard Philippe), pour lui demander « d’attendre l’évaluation sanitaire de la 5G par l’ANSES pour finaliser l’attribution des fréquences et lancer les déploiements ». 
 
Voilà qui commence à faire beaucoup d'Amish...


http://www.francesoir.fr

 

Pour voir la vidéo de cette comparaison stupide de Macron sur les Amish

 

VIDÉO. Alors que l’attribution des fréquences de cette technologie mobile doit débuter à la fin du mois, la gauche et les écologistes réclament un moratoire et un débat public.

" Oui, la France va prendre le tournant de la 5G ", a lancé Emmanuel Macron, lundi 14 septembre, devant des entreprises du numérique, en ironisant sur ceux qui préféreraient " le modèle amish " et le " retour à la lampe à huile ", au lendemain de la demande de moratoire de 70 élus de gauche et écologistes.

https://www.nouvelobs.com

 

 

Qui sont les Amish, évoqués par Emmanuel Macron à propos de la 5G ?

Emmanuel Macron a utilisé ce mardi une comparaison surprenante pour dénoncer les opposants à la 5G. Le Président de la République a expliqué qu'il ne croyait pas au "modèle Amish". Mais à quoi fait-il référence ? Les Amish constituent un mouvement religieux chrétien né en Europe mais présent aujourd'hui surtout aux Etats-Unis.

https://www.cnews.fr

 

5Gmacron

 

Un sondage accablant pour la 5G: deux Français sur trois sont des "Amish"...

l'essentiel Un sondage OpinionWay réalisé les 26 et 27 août révèle le très fort rejet que suscite la technologie 5G en France. Ce mardi matin, Emmanuel Macron a comparé les opposants à cette nouvelle technologie aux "Amish".

https://www.ladepeche.fr

 

 

Carte des villes françaises couvertes en 5G

Les opérateurs télécoms et constructeurs de téléphones se préparent au lancement du réseau mobile 5G.
Les premiers tests de déploiement 5G grandeur nature ont débuté en janvier 2018 dans plusieurs villes pilotes en France avec les opérateurs Orange, Bouygues Telecom, Free et SFR.
Au 1er avril 2020, l'Autorité de Régulation des Télécoms (ARCEP) a autorisé
462 antennes 5G pour des expérimentations.
Ces tests 5G expérimentaux sont menés par :
    • Orange avec 345 sites 5G autorisés,
    • SFR avec 43 sites 5G autorisés,
    • Bouygues Telecom avec 65 sites 5G
    • Free mobile avec 9 sites 5G.

Ce guichet permet à l’ARCEP de délivrer les autorisations d’utilisation des bandes de fréquences pressenties pour la 5G notamment dans les bandes 2,6 GHz TDD et 3,5 GHz à des fins d’expérimentation. Aujourd’hui, sur le territoire, certaines expérimentations sont terminées et d'autres sont toujours en cours de réalisation. D’autres acteurs, tels que Nokia ou encore Ericsson, réalisent également actuellement des tests sur le futur réseau 5G afin d’expérimenter d’autres usages comme l’internet des objets, la réalité virtuelle, la télémédecine …

Le lancement de la 5G en France

Actuellement en cours d’expérimentation dans plusieurs villes françaises pilotes, les premières offres 5G seront commercialisées dès 2020. Rappelons, en effet, que l’attribution des fréquences 5G doit intervenir dès le début de l’année prochaine. Concrètement, les premiers déploiements pourront commencer très rapidement après cette attribution des licences 5G.

En ce qui concerne les objectifs de déploiements 5G en France, la Commission Européenne a fixé à chaque pays membre dans sa feuille de route, une couverture 5G d’au moins une grande ville en 2020 ainsi que toutes les grandes villes et les principaux axes de transport d’ici 2025. En France, le Gouvernement veut accélérer les déploiements et souhaite que la couverture 5G sur le territoire soit déjà présente dès 2020 dans plusieurs grandes villes.

..../....


https://www.ariase.com

 

 

Carte de la couverture 5G dans le monde

Les mesures collectées sont effectuées par les utilisateurs de l'application nPerf. Ce sont des mesures réalisées en conditions réelles, directement sur le terrain.

https://www.nperf.com

 

 

Posté par Arkebi à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


vendredi 17 juillet 2020

- Covid-19 & vaccination de masse des Français : le sondage de la Sécurité Sociale

 

captRI-ameli-1000x543-740x431

"" Connaitre les pensées des gens pour gouverner est l’apanage des menteurs. Ceux qui ont l’esprit de vérité n’ont pas besoin de sondage."" (commentaire extrait de la page de R.I., merci à CN

"" Ces doutes quant à la confidentialité peuvent nous pousser à ne pas répondre à l’étude. Mais que se passera-t-il si seuls ceux qui sont pour cette vaccination de masse répondent ? Même si elle ne pourra pas avoir un pouvoir de contrainte, elle pourrait devenir être un faire-valoir à la vaccination automatique.
Nous pouvons donc espérer, quel qu’en soit le résultat, que cette étude ne pourra pas être le socle et le point de référence d’une décision nationale autoritaire. Et veillons à ne pas nous retrouver en pleine “fabrique du consentement“, sans même nous en rendre compte…""

 

Covid-19 & vaccination de masse des Français : l'enquête de la Sécurité Sociale - Nexus

Depuis le 3 juillet, la Sécurité Sociale propose une enquête en ligne pour " anticiper les intentions des français en matière de vaccination ". Pour elle, " seule la vaccination de masse peut permettre d'endiguer cette nouvelle épidémie et de retrouver une vie normale ".

Le 3 juillet, la Sécurité sociale a annoncé sur son site Ameli lancer « une enquête en ligne pour connaître les intentions de la population » au sujet du vaccin contre le COVID-19. Cette étude, ouverte jusqu’à la fin de l’année 2020, s’appelle « CoVaPred » et s’adresse « à toutes les personnes âgées de 18 à 64 ans et résidant en France métropolitaine ». Notons d’ores et déjà qu’en sont exclues les personnes vivant dans les DOM-TOM.

Ameli

 

Le vaccin : LA solution contre le COVID-19 pour les autorités sanitaires
Avant de nous lancer dans le questionnaire pour en connaître le contenu, nous avons noté que dès la page de présentation, le parti pris de nos services de santé officiels est très clair : « Si les Français ont globalement accepté le confinement et continuent d’appliquer les gestes barrières, seule la vaccination de masse peut permettre d’endiguer cette nouvelle épidémie et de retrouver une vie normale. »

Pour résumer : le vaccin est la seule solution contre l’épidémie, et une condition intrinsèque au retour à une vie normale. Observons là leur manière de communiquer : ils ne parlent pas d’une éventuelle nouvelle épidémie, ils s’adressent à nous comme si elle allait forcément revenir. Et comme si elle était particulièrement dangereuse par rapport à d’autres. Et ils semblent affirmer que sans vaccin, nous ne pourrons jamais vivre comme avant. Cela veut-il dire qui si nous ne nous faisions pas vacciner, nous ne pourrions pas vivre sans masque, sans gestes barrières, sans distanciation sociale, sans plexiglas de protection dans les commerces ou les écoles, sans dénonciation des patients par des médecins en cas de COVID, et peut-être sans passeport de santé en cours d’élaboration qui indiquera sur nos smartphones si on a le COVID ou non ? Ne serait-ce pas une forme de chantage ? Voire même de manipulation ?

ameli

 

Anticiper les réactions des français en matière de vaccination
Ils reconnaissent tout de même que « la vaccination est un choix individuel », et que c’est la raison pour laquelle « il est primordial pour les autorités sanitaires d’anticiper les intentions des Français en matière de vaccination contre le Covid-19. » Mais étant donné le postulat de départ qui semble irrévocable que le vaccin est LA solution, qu’entendent-ils par « anticiper » nos réactions ? Nous cerner pour trouver comment nous imposer le vaccin ?


Un questionnaire bien dense
Après l’effroi de la lecture de cette sentence qui semble indubitable, nous avons répondu à cette étude pour savoir de quoi il s’agissait. Le meilleur moyen pour en connaître la teneur intégrale et vous faire votre propre opinion, c’est de cliquer vous-même vers le questionnaire. Mais pour vous donner un ordre d’idées, voici les informations qui vous seront demandées : votre sexe, votre âge, votre lieu de vie, taille et poids, si vous fumez, combien de personnes constituent votre foyer, votre niveau d’études, votre catégorie professionnelle, l’estimation que vous avez de votre état de santé, si vous avez connu des personnes qui ont été touchées par le COVID et si elles ont été hospitalisées, si vous l’avez été-vous même, si vous avez été vacciné contre la grippe, si vous acceptez les vaccins recommandés, quel pourcentage de chances vous avez selon vous d’attraper la maladie et d’en mourir, si vous portez un masque, si vous avez fait un test, si autour de vous on en porte un, si vous pensez que cela à quelque chose, si vous adoptez les gestes barrières, si vous vous abstenez de voir vos proches âgés de plus de 65 ans etc.

 

Des cases à cocher pour exprimer notre pensée
Aucun champ libre pour répondre de manière plus personnelle : il faut cocher des cases. Par exemple, pour le port du masque, vous pouvez seulement dire si vous en portez un parce que cela vous protège surtout vous, parce que cela protège surtout les autres, ou que vous n’en portez pas parce que cela ne sert à rien. Pas de nuance, pas de possibilité de préciser que vous en portez un parce que vous pensez que cela vous protège vous ET les autres. On est soit dans le sacrifice, soit dans l’égoïsme. Ou que vous n’en portez pas parce que vous préférez que la maladie circule pour créer l’immunité de groupe dont ils parlent eux-mêmes. Non, si vous n’en portez pas, c’est parce que cela « ne sert à rien ». Et pas de place au “peut-être” non plus. Si encore il y avait automatiquement une case « ne me prononce pas », mais on ne peut la lire qu’une seule fois. Au moment où on nous demande si on pense que le COVID pourrait être grave pour nous si on l’attrapait.

 

Plusieurs scénarios à imaginer pour 2021
L’un des moments les plus fastidieux est celui où l’on doit répondre dans quels cas ou non nous nous ferions vacciner. On nous propose plusieurs scénarios de vaccination qu’on accepterait ou non en fonction de : l’endroit du monde où il a été créé (Union Européenne, Etats-Unis, Chine), le professionnel de santé qui nous administre le vaccin (Médecin traitant, pharmacien, centre de vaccination etc), la sécurité des vaccins (selon les effets secondaires graves), et le degré d’efficacité du vaccin. Voici ci-dessous un des nombreux proposés dans l’étude pour illustrer nos propos.

Avant de nous proposer de cocher tous ces tableaux, on nous explique en amorce que « Si beaucoup de personnes se font vacciner dès 2021, le Coronavirus ne pourra plus circuler dans la population.
Si peu de personnes se font vacciner en 2021, il faudra attendre que beaucoup de personnes aient été infectées pour que le Coronavirus ne puisse plus circuler dans la population 
»
Pas de place pour le doute ou pour des questions : pas une fois, il ne nous est possible de dire qu’on aurait besoin de plus d’éléments ou de temps pour accepter ou refuser la vaccination.

 

Confidentialité de l’étude à double tranchant
Précision : pas besoin d’indiquer nos coordonnées au moment de remplir l’étude. « Toutes les réponses seront anonymisées. Leur traitement statistique fera l’objet de publications scientifiques. Les résultats auront d’autant plus de signification que le nombre de participants sera élevé. Une synthèse des résultats sera consultable sur le site de Santé publique France ». Si de prime abord, il est rassurant de ne pas avoir le sentiment d’être pistés, ce qui l’est moins, c’est que quiconque peut répondre en disant n’importe quoi sur son propre compte et fausser le résultat final. Et que nous pouvons y répondre plusieurs fois quand on change de navigateur internet. Et puis comment être sûrs à 100% que les données ne pourront pas fuiter ou être divulguées, avec notre adresse ip ?
Ces doutes quant à la confidentialité peuvent nous pousser à ne pas répondre à l’étude. Mais que se passera-t-il si seuls ceux qui sont pour cette vaccination de masse répondent ? Même si elle ne pourra pas avoir un pouvoir de contrainte, elle pourrait devenir être un faire-valoir à la vaccination automatique.
Nous pouvons donc espérer, quel qu’en soit le résultat, que cette étude ne pourra pas être le socle et le point de référence d’une décision nationale autoritaire. Et veillons à ne pas nous retrouver en pleine “fabrique du consentement“, sans même nous en rendre compte…



https://www.nexus.fr

 

Via R.I., les commentaires sont toujours pertinents

Covid-19 & vaccination de masse des Français : le sondage de la Sécurité Sociale

Depuis le 3 juillet, la Sécurité Sociale propose une enquête en ligne pour " anticiper les intentions des français en matière de vaccination ". Pour elle, " seule la vaccination de masse peut permettre d'endiguer cette nouvelle épidémie et de retrouver une vie normale ". Le 3 juillet, la Sécurité sociale a annoncé sur son...

https://reseauinternational.net