lundi 14 septembre 2020

- Biélorussie: manipulation internationale ?

Posté le 14 septembre 2020

cia-sbu-bielorussie

 

Biélorussie, Navalny : à qui profite le crime ?

Chaque fois que la s’apprête à célébrer une victoire politique internationale, il faut qu’un événement maléfique vienne systématiquement gâcher la fête. Au moment où Moscou et Damas sonnaient l’hallali des islamistes en Syrie, les médias dominants les accusaient d’organiser des attaques chimiques. Au moment où le président ukrainien Ianoukovitch s’apprêtait à signer un accord économique majeur avec Moscou, les manifestants de l’Euromaïdan organisèrent un coup d’État. Avant le lancement de la Coupe du monde de football, en , un ancien agent double russe est retrouvé empoisonné en Grande-Bretagne… Curieux, non ?

La malédiction se poursuit aujourd’hui. Pile au moment où le projet gazier stratégique de dix milliards d’euros, , s’approche de sa fin, la Russie se retrouve avec une révolution de couleur sur sa frontière biélorusse et le Kremlin est accusé d’avoir empoisonné un opposant insignifiant, Alexeï Navalny. Avant d’élucider tout crime, la première question que doit se poser l’enquêteur est cui bono ?

Ce qui est certain est que ces événements ne servent absolument pas les intérêts russes. En revanche, ils font clairement les affaires des États-Unis dont on peut reconnaître de plus en plus facilement le modus operandi. L’Amérique a peur que la Russie devienne une puissance européenne. Elle redoute plus que tout la force d’un continent qui, de Brest à Vladivostok, pourrait s’affranchir de sa tutelle. Les Américains ne veulent pas que les Européens s’approvisionnent en hydrocarbures russes car ils veulent nous vendre les leurs qui sont plus chers. La part de gaz naturel liquéfié issu du gaz de schiste ne cesse de grimper en Europe sous la pression américaine.

Le Congrès américain a déjà imposé deux volets de sanctions économiques contre les sociétés travaillant sur le projet Nord Stream 2. En juillet dernier, le secrétaire d’État Mike Pompeo avertissait les entreprises participant au projet : « Sortez immédiatement, ou il y aura des conséquences pour vous ! » Angela Merkel a vivement critiqué ces méthodes, mais les intimidations de l’Oncle Sam sont en train de briser sa résistance. La société française Engie a investi un milliard d’euros dans le projet. Si les USA tuent le gazoduc, c’est le contribuable français qui va encore payer la facture, comme pour l’annulation des ventes des Mistral à Moscou, en 2015.

Les méthodes américaines sont inacceptables et les puissances européennes doivent les condamner. Les menaces, les calomnies, les sanctions et la guerre ne sont pas des procédés qu’on emploie entre amis. Ce sont des méthodes de caïd. Si Trump gagne les élections en novembre prochain, il aura un travail herculéen à mener pour nettoyer les écuries d’Augias de l’État profond américain qui ne sait toujours pas que la guerre froide est terminée. En attendant, cessons de grimper au rideau dès que la Russie est montrée du doigt. Posons-nous toujours la question suivante : à qui profite le crime ?



https://www.bvoltaire.fr



 

Biélorussie – Des agents de la CIA impliqués dans l’opération du SBU

Komsomolskaya Pravda a divulgué de nouveaux faits concernant la provocation au cours de laquelle des citoyens russes ont été détenus en Biélorussie avant les élections, et surtout les noms des principaux participants de l’opération, qui n’impliquait pas seulement le SBU, mais aussi la CIA. Voici la traduction complète de l’article de KP. Les paragraphes commençant par des tirets sont les échanges entre Alexandre Kots (en gras) et sa source au sein des services secrets russes. Les autres paragraphes sont des commentaires ou résumés du journaliste.

..../....

en général : les opérations de renseignement et de contre-espionnage ne sont pas du patinage artistique ou de la gymnastique rythmique, où l’on évalue la performance de figures compliquées. Ici, le succès ou l’échec est évalué en fonction du résultat final. Il faut regarder le tableau d’affichage, comme au hockey. Et on y voit aujourd’hui que les citoyens russes sont dans leur patrie. Les autorités de Kiev, y compris les services secrets ukrainiens, ne savent pas comment rétablir la confiance avec le pays voisin. En Ukraine même, ils « reniflent » le président Zelensky. Tout le monde a vu comment les services secrets ukrainiens peuvent mentir. La CIA a surestimé le degré de confiance qu’elle pouvait accorder à ses collègues de Kiev. Qu’est-ce que c’est, sinon un échec ? Nous ne savons pas comment le SBU et le GUR ont appelé cette opération, mais le nom de Boomerang lui convient parfaitement : comme lui elle a été lancée et est revenue dans la figure du lanceur.

– Néanmoins, pouvez-vous nous dire quand la partie russe a eu connaissance de cette opération ?

– À un stade bien précis, qui a permis à nos citoyens de rentrer chez eux sains et saufs et de résoudre un certain nombre d’autres problèmes sans compromettre la sécurité de notre pays.

Interview menée par Alexandre Kots

Source : Komsomolskaya Pravda
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

Article complet sur:

 

 

Traduction de l'article par Mate Translate

Le président biélorusse Loukachenko déclare que le FMI a offert un pot-de-vin d'un milliard de dollars pour imposer le verrouillage de Covid-19




Nous voyons maintenant une autre dimension dans la poussée allemande pour destituer le président biélorusse Loukachenko!

Armstrong Economics -

Le président biélorusse Aleksandr Lukashenko a déclaré le mois dernier par l'intermédiaire de l'Agence télégraphique biélorusse, BelTA., Que la Banque mondiale et le FMI lui avaient offert un pot-de-vin de 940 millions de dollars sous la forme de «Covid Relief Aid». En échange de 940 millions de dollars américains, la Banque mondiale et le FMI ont demandé au président du Bélarus:

• imposé un «verrouillage extrême à son peuple»
• le forcer à porter des masques faciaux
• imposer des couvre-feux très stricts
• imposer un état policier
• écraser l'économie

- Publicité -

Le président bélarussien Aleksandr Loukachenko a refusé l'offre et a déclaré qu'il ne pouvait pas accepter une telle offre et placerait son peuple au-dessus des besoins du FMI et de la Banque mondiale. Ce fait peut être vérifié en utilisant la plupart des moteurs de recherche.

Maintenant, le FMI et la Banque mondiale renflouent les compagnies aériennes défaillantes avec des milliards de dollars, et en échange, ils obligent les PDG des compagnies aériennes à mettre en œuvre des politiques très strictes telles que des masques forcés sur tout le monde, y compris les jeunes enfants, dont la santé en souffrira. ces politiques.

Et si c'est vrai pour la Biélorussie, alors c'est vrai pour le reste du monde. Le FMI et la Banque mondiale veulent écraser toutes les grandes économies avec l'intention d'acheter les infrastructures de chaque pays à un centime pour un dollar


https://fort-russ.com

 

/

Posté par Arkebi à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


dimanche 22 janvier 2017

- MKULTRA : "Les cobayes de la CIA" (reportage de Janvier 2017 de la RTBF)

 

human control

 

Lorsqu'un gouvernement est capable de torturer ses propres soldats et concitoyens...c'est qu'il n'a plus aucune limite, ni aucune moralité.Et après, on nous dit que les Etats-Unis sont un modèle démocratique. Ben voyons! Fawkes
-------
 
Nos voisins belges de la rtbf (radio télévision belge francophone) viennent de diffuser un documentaire exposant les programmes occultes de contrôle mental de la CIA ; aujourd'hui connus sous le nom de Bluebird, Artichoke, MK-Delta ou MK-Ultra. Merci à Olivier Pighetti, réalisateur de l'excellent "Un Village empoisonné par la CIA ? Pont Saint-Esprit 1951", dont voici en introduction un entretien radiophonique concernant son nouveau documentaire.

Les cobayes de la CIA est un film historique, accusateur, et documenté sur la face occulte de ce qui s'est passé dans les années 50, 60 et 70 aux Etats-Unis. Sous prétexte de recherches sur le cerveau humain, des dizaines de milliers de personnes vont servir de cobayes non volontaires et devenir des rats de laboratoires au service d'un programme de recherche top secret de la CIA. Ces cobayes étaient recrutés parmi les indigents, les déshérités, dans les prisons, les hôpitaux, les casernes et même les orphelinats. But de la manoeuvre : effacer la mémoire, trouver un moyen pour avouer un ennemi, fabriquer une machine humaine prête à tuer contre son gré. Avec un cynisme froid et une volonté sans limite, dans une ambiance de guerre froide, les Américains ont tout tenté pour trouver " l'arme parfaite " qui permettrait d'asservir des individus ou des populations entières. Cette course à l'arme idéale a ainsi mené à des manipulations les plus folles et les plus terrifiantes afin de s'assurer la suprématie sur les autres pays du monde.
 
À l'aide d'images d'archives fortes, de témoignages de survivants, de documents secrets déclassifié ou encore d'interviews de membres retraités de la CIA ou de l'armée, le documentaire montre d'une façon rigoureuse comment la CIA a mis en place une politique de la terreur, en se servant avant tout du LSD, qui semblait la drogue la plus " prometteuse ", mais aussi des électrochocs, des lobotomies, de l'hypnose... Tout citoyen pouvait un jour se retrouver " cobaye " non volontaire de la CIA. Ce documentaire démontre l'implication forte des services américains pour infiltrer, financer et recruter des chimistes qui étaient pour la plupart de brillants éléments la société civile. Il montre enfin comment les hommes de la CIA et de l'armée ont pu agir sans aucune considération pour la vie d'autrui.
player" width="640" height="360" style="width: 640px; height: 360px;" allowfullscreen="true">
 
Source: MK Polis

http://www.fawkes-news.com

 Commentaire de Sott:

Programmation mentale, destruction de la personnalité, torture physique, inoculation de syphilis, injection de plutonium, céréales radioactives données à des enfants, irradiation volontaire, diffusions par aérosol de maladies nosocomiales sur des villes entières, diffusion de virus dans le métro, recrutement forcé dans les prisons civiles, expérimentations sur les militaires, implantation d'électrodes dans le cerveau.

Délires paranoïaques conspirationnistes ? Pas du tout. Horreurs perpétrées par les nazis ? Seulement en partie. Par les Japonais ? Les Russes ? Les Chinois ? Non, non et non. Par les extra-terrestres alors ? Peut-être, mais ça on n'en sait rien. Ce qu'on sait de façon certaine, c'est que ce sont bien les Étasuniens qui se sont rendus responsables du chapelet d'abominations égrenées plus haut, pendant des décennies., Jusqu'à nos jours. Ceux-là même que l'Histoire retient comme les sauveurs de l'Europe (à tort - ce sont les Russes qui ont mis les nazis à genoux) au siècle dernier, ceux qui ont dirigé les procès de Nuremberg, ceux qui clament que leur pays est une terre de liberté. On le constate, la réalité est tout autre. Pour creuser le sujet et comprendre que, jusque dans nos envies, nos désirs, nos objectifs, nos distractions mêmes, nous subissons l'influence psychopathique d'une minorité, politique, scientifique, militaire, qui a su ponériser, contaminer de sa folie, non pas un pays, mais la planète entière :

Voir aussi el lecture de fond pour se familiariser avec la ponérologie :


 

Mystère à Pont-Saint-Esprit

Que s’est-il vraiment passé ce 16 août 1951 à Pont-Saint-Esprit, dans cette petite ville des bords du Rhône, dans le Gard? Après avoir consommé du pain acheté dans une boulangerie locale, 300 personnes ont commencé à avoir des vomissements, maux de tête, douleurs gastriques et musculaires, et surtout de sévères hallucinations. Pris d’accès de folie, 50 habitants ont dû être hospitalisés ou même internés, tandis que 5 autres décédaient à la suite de cette mystérieuse intoxication.

Selon les médias de l’époque, le drame a culminé au soir du 25 août, lorsque des dizaines de citoyens ont été pris de convulsions. «Ma fille avait des crises terribles d’hallucinations. Elle se dressait sur son lit, voyait du sang tomber du plafond, de partout! Elle voyait des tigres qui lui bondissaient dessus, des lions, des ours qui venaient la dévorer», raconte un Spiripontain, lui-même atteint par le mal inconnu.

Le corps médical pense tout de suite à un empoisonnement à l’ergot de seigle, ce champignon parasite qui tuait souvent au Moyen Age. Mais les preuves authentifiant un ergotisme, appelé aussi mal des ardents ou feu de Saint-Antoine, font défaut. D’autres hypothèses sont alors évoquées, dont une pollution au mercure due à un fongicide agricole. Plus tard, des spécialistes suivront la piste des mycotoxines issues de champignons microscopiques, ou celle d’un blanchiment artificiel du pain, comme le raconte l’historien américain Steven Kaplan, qui a publié un ouvrage* détaillé sur le sujet.

Si l’hypothèse de l’ergotisme reste aujourd’hui la plus crédible, une nouvelle théorie est désormais défendue par le journaliste américain Hank Albarelli. Après avoir longuement enquêté sur les expériences médicales financées par la CIA dans les années 1950, il évoque la possibilité d’un test LSD à grande échelle."

Un village empoisonné par la CIA ? - Pont-Saint-Esprit 1951

 

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,