Canalblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Fil d'Arkébi

"Freedom" sculpture de Zénos Frudakis

                                           Sortir du moule                                           

Shadopompe1 1.gif

      Pendant ce temps là,       les Shadoks continuent    de pomper .... 

|

|

____|

- Épilogue de Joe

 

 Que suis-je devenu?

Si déjà je savais d'où je suis venu... je ne me serai jamais énervé...

 

Mais voilà, mon père et ma mère n'ont jamais voulu m'expliquer, me racontant simplement que je suis en fait le premier bébé par Gestation Pour Autrui, une création engendrée à la suite d’une pénétration, qu’elle soit intra ou extra utérine, en tout cas une fusion de deux particules dans cet Univers ;

Mais à cette époque, la grossesse de ma mère et l'accouchement sont passés pour un miracle ; un père omnipotent, et une mère sainte, quelle blague! Cela ne pouvait être l'explication. Je voulais qu'ils m'aiment pour ce que je suis, et non pour ce qu'ils croyaient... Cela m'a énervé pour toujours...

Et leur banale réponse a alors enfanté dans mon cœur et dans mon corps ma plus grande déception, et quelques années plus tard, ma première dissection, paix à leur âme, que je n'ai même pas trouvé. Je les ai pourtant très soigneusement disséqué afin de visualiser leur intérieur, leur moi profond, pour finalement comprendre que je ne viens pas du Père, du Fils et du Saint esprit , et qu'après tout je ne suis fait que de chair et d'os, et d'eau... Quelle belle trinité!

Est ce que cela explique en partie mon attrait et ma haine pour la religion et le macabre ?

D'ailleurs, y a t-il vraiment une différence ? Ça m'énerve...

 

Et ces années passées en école de médecine approvisionnée en cobayes, et dans ces laboratoires fourmillant de gens hagards, et tous ces corps décharnés, dépecés avec un scalpel aussi affûté que mon obsession de comprendre, ça m'énerve toujours autant et toujours plus, mais je ne peux rien y faire ; et quand après de longues minutes de recherches et de découpage méticuleux le squelette apparaît, immaculé par sa blancheur et presque lumineux dans le sang qui noircit, encore plus beau qu'un cliché de radio dans un labo, je ne peux m’empêcher de penser que je trouverai un jour, car si c'est une pulsion qui m'anime, comme alimenté par une essence divine déclenchant une étincelle ou une explosion, ce n'est pas moi qui remplit le réservoir et actionne la clé ; alors où est donc cette particule lumineuse que je veux voir pour enfin croire ?

 

Et puis un jour j'ai croisé Pam... Si elle n'avait pas voulu devenir bonne-soeur, au lieu de rester marchande d'amour, ribaude et sirène à la fois, elle serait sûrement encore là. Je la voulais pour moi, qu'elle m'aime quoi... Elle m'a allumé, je l'ai éteinte sans avoir vu sa lumière...

 

Chaque épreuve d'anatomie me détruit un peu plus à chaque fois, même si je ne le montre pas ; alors après ces crises, oui, je pars, oui je disparais, loin, là où la lumière du soleil est plus forte et m’assomme, me repose, me ressuscite ; alors je réapparais toujours, par ci, par là, espérant croiser un jour quelqu'un plus énervé que moi, cela ne me fait pas peur...

 

De toute manière, si je veux redevenir Dieu, je dois retrouver le porteur de lumière, Lucifer, archange déchu devenu Diable ; mais une question me vient à l'esprit : et si en fait j'étais vraiment cette lumière que mes parents espéraient tant, est-ce que Dieu aurait vraiment envie de me reconnaître, maintenant que je les ai tous tués ?

 

Les années passent et je ne sais combien de temps il me reste ; Un jour je saurai...ou pas...

Une chose est sûre: mon corps, tout corps, s’endormira dans la mort, pourrira dans la Terre et ou se retrouvera poussière, laissant toutes ces petites cellules qui me constituaient, se désagréger, se dissocier, s’infiltrer et se confondre dans le décor, sublimation des corps affirmés et des particules élémentaires.

C’est vrai, cela peut faire peur la lumière ! Cela doit être pour ça que j'ai choisi les ténèbres...

 

C.H.

Le titre en Tête

 

                                     
     Vivre La Liberté     

                                     

 

La racine de nos maux,

des mots pour arracher la racine.

« Le discours de la servitude volontaire » de

Etienne de La Boétie.

(Pour lire la suite....)

                                                                                                                      |___

Archives
Newsletter
Le Fil d'Arkébi