Les Mystères d'Arkébi

sortez du moule

 

 SORTEZ DU MOULE ! (*)

 

( * titre de la sculpture) Oeuvre de Zenos Frudakis, Philadelphie, Pennsylvanie, USA

Quand un slogan inspire une oeuvre d'art,

c'est qu'il est vraiment urgent d'ouvrir les yeux,

et de s'ouvrir bien au delà.

 



 

Sortez de l'actu, trouvez l'info ...

Faire le tour de la question,

et ressentir les réponses ...

 



 « On ne peut pas dire la vérité à la télé,

Il y a trop de gens qui regardent.» Coluche

Posté par Arkebi à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 14 décembre 2017

- Prochainement :

La §ème Antique des maux ....

et des images ....

ob_4cfee7_propagande-tc3a9lc3a9vision

Soldats

526x297-HnO

Posté par Arkebi à 01:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 13 décembre 2017

- La participation et l'implication volontaire des peuples

etre-dans-le-coeur

Il n'y a pas de N.O.M.,

Il n'y a qu'un ordre établi , discuté et acté il y a bien des temps, par ceux qui se sentent au dessus de nous, au dessus de tout.

Le revers de leur médaille, c'est que justement ils ne prennent le temps de la regarder, pour comprendre que tout ne fait qu'un, et donc qu'on les emmerdera aussi longtemps que possible .... j'y ai déjà perdu un bout de machoire, mais celà ne me gène pas pour ouvrir ma gueule, elle est moins belle, certe ....

 

La mise en échec du N.O.M. ?

Une opportunité à saisir en tous cas !

Aux peuples du Monde…

C’est en lisant l’excellente et pertinente analyse de Résistance71 Trump, Jérusalem et Nouvel Ordre Mondial dont je recommande vivement la lecture car d’évidence, Donnie Mains d’Enfant Trump en désignant Jérusalem capitale de l’Israël biblique a ouvert, volontairement ou pas, en grand les portes de l’Enfer. Et ayant réalisé toutes les versions PDF mises en liens, j’ai suivi ce lien proposé par R71 que je ne connaissais pas, dans ce paragraphe : Trump n’est pas un imbécile, il n’est qu’un des nombreux bras armés aux ordres, œuvrant pour la mise en place d’un fascisme planétaire transnational géré par les corporations ayant fusionné avec l’État. La mise en échec du Nouvel Ordre Mondial ne peut se faire que par les peuples qui, dans le processus même de la révolution sociale planétaire, éradiqueront la malfaisance régnante.

Et en suivant ce lien, on remonte le temps jusqu’en Juin 2010 ;

Que faire ?… La marche vers la tyrannie globale : comment s’en sortir ?

Que Faire ?

La marche vers la tyrannie globale : Comment s’en sortir ?

Résistance71 Juin 2010 | URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2010/06/25/que-faire-la-marche-vers-la-tyrannie-globale-comment-sen-sortir/

« Ne faites jamais rien contre votre conscience, même si l’État vous le demande. »
Albert Einstein

« Il est dangereux d’avoir raison en des matières sur lesquelles les autorités ont tort. »
Voltaire

« Tous les Hommes admettent le droit a la révolution; c’est a dire le droit de refuser l’allégeance au gouvernement et celui de lui résister quand sa tyrannie ou son inefficacité sont grandes et insupportables. » — Henry David Thoreau

« La puissance financière conspire. » — Abraham Lincoln

— Crise économique, paupérisation générale, élimination de la classe moyenne, renforcement de l’état policier, érosion des libertés individuelles et collectives, entretien de la peur, renforcement des communautarismes, imposition de dogmes pseudo-scientifiques, encouragement a l’uniformité de la pensée, destruction des acquis sociaux, guerres impérialistes et contre un « terrorisme » plus mythique que réel, asservissement total des états nations a l’oligarchie financière et industrielle, politique du mensonge, avènement de la propagande élitiste contre les peuples, je rêve, je cauchemarde, je me pince, je me réveille… Non, je ne me réveille pas, aïe, ça fait mal… Étais-je éveillé tout ce temps ? Mon éveil n’était-il qu’illusion ? Que s’est il donc passé ?… Ou sont passées nos certitudes ?… Comme disait un humoriste célèbre : « Y a t’il une vie avant la mort ? » Pour mieux comprendre ce qu’il nous arrive, faisons un rapide retour historique en arrière ; Faisons donc un état des lieux évolutif de notre société « démocratique et libérale », essayons de trouver les causes des problèmes actuels de manière logique et sans le paravent propagandiste protecteur des choses acquises et non questionables aussi loin que nos saigneurs et maitres sont concernés. Analysons les éléments qui nous ont conduit a ce marasme avec le plus d’objectivité possible, hors des sentiers battus de convenance; observons  et comprenons pourquoi des systèmes socio-économiques en apparence différents ont tous été des pions dans le jeu des mêmes personnes qui dirigent la manœuvre depuis bien trop longtemps. Ensuite, essayons de voir quelles seraient les solutions envisageables pour résoudre les problèmes qui se posent a nous aujourd’hui tout en traitant les causes et non les symptômes comme c’est devenu si souvent le cas. Pour traiter les causes d’un problème, il faut en avoir une compréhension méthodique, le politico-social a ses règles de fonctionnement, tout comme la mécanique et la biologie. Pour réparer un moteur ou un corps humain défaillants, il faut en comprendre le fonctionnement. La seule différence avec le politico-social, c’est qu’il est bien plus facile de leurrer les gens en ce domaine, car cela prend du temps pour réaliser les effets engendrés. Nous verrons comment les peuples portent les solutions les plus viables en eux-mêmes et comment ils pourraient reprendre la barre du bateau ivre avant qu’il ne soit trop tard.

Voyage au bout de l’espoir d’un naufrage annoncé…

Pour faire un état des lieux précis de nos sociétés sociale-démocrates, il convient à mon sens de se poser et de répondre a la question suivante : Quel est le point commun entre la première guerre mondiale, la révolution russe, la montée des fascismes, l’avènement d’Hitler, la seconde guerre mondiale, le développement de l’URSS stalinienne, l’avènement de Mao et toutes les guerres depuis la seconde guerre mondiale ?

Réponse : Tous ces événements ont été financés et de part et d’autre lorsqu’il s’agit de guerres, par la haute finance internationale. De nombreux ouvrages et essais ont été rédigés a ce sujet, certains sont répertoriés en index. Survolons le débat.

Durant les guerres napoléoniennes déjà, la banque Rothschild d’Angleterre finançait le Duc de Wellington et les armées de sa « gracieuse »; tandis que la banque Rothschild de France finançait les armées de Napoléon ; c’est du reste grâce aux guerres napoléoniennes que la banque Rothschild d’Angleterre a fini par contrôler tout le système financier britannique après l’avoir mis a genoux. La première guerre mondiale a été perpétrée afin de ruiner l’Allemagne vue comme le plus gros rival industriel d’un royaume britannique alors tout puissant. Ruiner l’Allemagne, asservir son peuple, mais pas ruiner l’oligarchie banquière et industrielle, qui devenue vassale par la dette de guerre contractée, a été placée sous dialyse financière par l’autre branche oligarchique du système capitaliste. Un des buts de la première guerre mondiale était aussi d’instaurer la Société des Nations (SDN), qui plus tard deviendra l’ONU. Ces institutions représentent l’évolution de base d’un gouvernement mondial, offrant une structure de gouvernance globale, ouverte aux financements occultes et a la corruption.

Concernant la révolution russe, une remarquable étude du Professeur Antony C Sutton, historien et professeur, chercheur, a l’institut Hoover de l’université de Stanford aux États-Unis, publiée en 1974 : « Wall Street and the Bolchevik Revolution », a prouvé sans l’ombre d’un doute le financement de la révolution russe de 1917, de Lénine et de Trotski par des institutions financières directement ou indirectement liées a wall street. Lénine étant financé par des institutions financières allemandes, indirectement liées a l’establishment de wall street ; Trotski étant financé directement par wall street et les filiales de la Chase Bank de Rockefeller. Pourquoi ?… Pourquoi la haute finance capitaliste aiderait elle a financer leur « Némésis » communiste ?… Une des raisons essentielles ayant émergé étant de transformer le marché potentiel gigantesque russe en un marché captif et une colonie technologique a être exploitée par une minorité de financiers américains très puissants et les industries multinationales sous leur coupe. Une autre raison était en finançant les bolchéviques, de leur forcer la main a renvoyer l’ascenseur concernant notamment l’exploitation pétrolière que le Tsar avait progressivement retirée a la Standard Oil de Rockefeller (Standard Oil qui est aujourd’hui… Exxon Mobil). Dans les années 1930, wall street et le groupe prédominant Morgan-Rockefeller, ont aidé a bâtir les plans quinquennaux communistes et ils ont continué a développer l’URSS économiquement et militairement par extension, pour le profit d’une infime minorité, comme de coutume.

De la même manière ont été financés les fascismes de Mussolini et la montée d’Hitler. Antony Sutton a écrit en 1976 un autre ouvrage : « Wall Street and the Rise of Hitler » ou il étudie sans équivoque l’interaction financière de wall street et le financement du parti nazi et des ses programmes. Dans un article publié sur ce blog, j’ai déjà expliqué les interactions et le financement des programmes eugénistes nazis par les fondations Rockefeller (http://legauloisdechaine.blog.lemonde.fr/2010/04/06/on-vaccine-on-genocide-bien-lentement-mais-surement/), mais la collusion financière et industrielle entre l’Italie fasciste et surtout l’Allemagne nazie d’avec wall street et les intérêts des banquiers et des industriels, était totale, a tel point que la plus grosse industrie nazie I.G. Farben incluait des participations de groupes de wall street et que cette entité hautement criminelle, liée aux pires exactions eugénistes nazies, a été laissée virtuellement intouchée durant la guerre, démantelée et intégrée en un cartel identique après la guerre.

Depuis le début du XXe siècle, la propagande est ainsi faite d’ériger une barrière dogmatique et infranchissable entre capitalisme et communisme d’état. Par la peur du « bolchévique dévoreur d’enfants » d’un côté, et la haine d’un capitalisme galopant exploiteur et inégalitaire de l’autre, l’oligarchie a dressé les peuples idéologiquement les uns contre les autres, de même au sein de sociétés répondant a un mode sociétaire identique de démocratie dite « sociale ». Or, quand on prend la peine de gratter la surface du problème, on se rend compte que nous sommes bien loin de cette « réalité » que l’on veut nous imposer. Tout au contraire, l’envers du décor nous donne un aperçu de la réalité au-delà du mythe d’antagonisme matraqué aux foules depuis près de cent ans.

L’idéologie du communisme autoritaire d’état ou un parti avant-gardiste, gardien de la révolution, contrôle une phase dite de « dictature du prolétariat » ou le peuple serait en contrôle de sa destinée et de son nouveau paradigme socio-économique tient de l’imposture totale. En effet, en aucun cas le système communiste d’État ne remet en cause les fondements mêmes de la société capitaliste, puisque la société communiste, de facto, continue de vivre dans une économie de marché, basée sur un système monétaire et financier, a la fois sur un plan domestique, et surtout sur un plan d’échanges internationaux. Simplement, de manière purement cosmétique, on a changé de propriétaires. Tant que l’on reste sans conteste dans une économie de marché, ou l’on monétarise les biens et services pour le profit du capital privé ou pour le profit du capital d’état « géré » par une nouvelle caste de privilégiés d’un système dérivé, on reste quoi qu’il en soit dans le même système ou capitalisme libéral et capitalisme communiste ne sont que les deux faces de la même pièce. Dans ce système, sur qui repose le financement et la capitalisation des résultats des produits commerciaux dégagés ? Les banques et les institutions financières internationales. Lénine, Trotski, Staline, Mao ont systématiquement utilisé la pompe a fric financière de wall street et de la City de Londres pour continuer a exister dans un système universalisé.

En cela, l’opposition idéologique entre les deux mondes n’est que purement propagandiste, dans la mesure ou il était et est toujours vital pour l’oligarchie en contrôle, que les peuples soient persuadés de l’antagonisme inéluctable de la situation et de l’impossibilité d’une réconciliation factuelle de deux idéologies si… disparates et ennemies ! Alors que dans la pratique, la collusion au sommet de la haute finance, de la grosse industrie transnationales avec le politique qu’ils créent et dirigent, est optimale. Les banquiers ont toujours financé les deux côtés de la barrière fictive, et fluctuent les assistances en fonction de leurs intérêts du moment.

De son côté, le capitalisme a suivi plusieurs phases de transformation au cours de l’Histoire. Les idéologies économiques importent peu en fait, les doctrines économiques s’étant succédé plus ou moins rapidement au fil du temps. La phase la plus importante a mon sens est une phase de changement structurel entre un capitalisme certes exploiteur et oppressif de productions de biens et de services, qui s’est orienté petit a petit d’un marché de consommation restrictif (seuls les riches consommaient de manière conséquente et récurrente) vers un marché de consommation plus ouvert sur les populations domestiques. Ce capitalisme était un capitalisme productif, exploiteur et oppresseur toujours, mais qui parvenait a faire tourner les dividendes et profits au sein même du système par le truchement des réinvestissements et de l’expansion des biens ainsi créés. D’un point de vue d’économiste de marché capitaliste: c’était un capitalisme novateur et productif; mais limitatif dans son potentiel de profits.

L’avènement des marchés boursiers et l’ouverture des entreprises a l’investissement privé plus avant, a donné l’opportunité aux ultra-capitalistes de sortir du circuit fermé du marché traditionnel en ouvrant la porte grande a la spéculation sur le marché des changes et des transactions internationales. Les 30 glorieuses de l’après seconde guerre mondiale ont poussé les marchés vers le haut et également vers la dérégulation du marché, devenant « libre », sous l’égide de la doctrine du libéralisme économique dont la sainte trinité est « dérégulation, privatisation et frein des dépenses sociales » selon le pape du marché libre global Milton Friedman de l’université de Chicago. Cette théorie a été endorsée le plus naturellement  du monde par un capitalisme débridé se gargarisant de succès pour sa classe dominante. Cette doctrine économique, toujours en vigueur aujourd’hui a totalement débridé le capitalisme et l’a rendu incontrôlable… sauf pour ses maitres du haut du donjon de la haute finance et du corporatisme multinational.

Depuis les années soixante dix l’idéologie du marché libre dérégulé a été connue sous les vocables de « libéralisme », « libre marché », « laissez-faire », « Reaganomics » (du nom de Ronald Reagan qui se déplaçait en permanence avec un exemplaire de la bible friedmanienne « Capitalisme et Liberté ») ; depuis les années 1990, la doctrine est appelée « néo-libéralisme », « libre-échange » ou simplement de nos jours : « globalisation »… Cette doctrine devenue quasi-religion a créé ce que nous pourrions appeler la corporatocratie, la nouvelle révolution économique de la monté en puissance des grosses industries transnationales travaillant la main dans la main avec les institutions financières multinationales telles que les grandes banques d’affaire, compagnies d’assurance géantes, et des institutions telles que le FMI et la Banque Mondiale. Ceci a eu pour effet immédiat de favoriser la collusion au plus haut niveau des gouvernements, des multinationales industrielles et financières, qui tous travaillent d’arrache-pied a transférer biens et richesses du bas vers le haut de la pyramide et surtout a concentrer ceux-ci en le moins de mains possible de façon a renforcer le contrôle du système de manière plus absolue.

« La promotion du capitalisme a souvent pour résultat de créer un système qui ressemble de beaucoup à la société féodale. » — John Perkins (« Confession d’un assassin économique », 2004) — [NdJBL : il existe une version PDF de ce livre]

Ainsi d’un capitalisme productif, nous sommes passés a un capitalisme improductif, basé sur la spéculation boursière, facilement manipulable ; un capitalisme de casino ou les dés sont pipés depuis le départ et ou les grands gagnants sont toujours ceux à qui profitent des délits d’initiés permanents et inhérents au jeu lui-même. La spéculation est également appliquée sur tous les marchés dérivatifs qui foisonnent pour finir de corrompre un système devenu fou à l’image de ses instigateurs. Une autre spéculation dont se servent les banquiers est celle de la dette générée par les états auprès du cartel banquier imprimant la monnaie pour les gouvernements moyennant intérêts; mais aussi la dette contractée par le commun des citoyens. La monétarisation des ces dettes par le biais de la règle dite de la « réserve fractionnelle bancaire » propre a toute banque, mais instituée de manière prédatrice a toutes les banques centrales, a permis au système financier de créer une bulle de la dette faite d’argent qui n’existe pas et n’existera jamais. Bref, le capitalisme financier est basé sur le vol, la déception et une escroquerie faramineuse a l’échelle planétaire. Comme Naomie Klein (auteur de « La Doctrine du Choc », 2007) le dit dans la préface de son ouvrage :

« Le triomphe du capitalisme dérégulé ne marche pas main dans la main avec liberté et démocratie. Je vais démontrer dans ce livre que la forme la plus fondamentale du capitalisme est toujours venue des formes les plus brutales de coercition, infligée au corps collectif politique tout aussi bien qu’aux corps individuels. L’histoire contemporaine du libre-échange mieux compris sous le vocable de montée du corporatisme multinational, a été écrite à travers les thérapies de choc. »

Les membres de la corporatocratie transnationale partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs a long terme, développant en cela un des point les plus importants qui assure la pérennité du système : l’expansion continue, seule garantie de sa force. Cette corporatocratie est le Nouvel Ordre Mondial… Elle correspond a la définition que Mussolini donnait du fascisme : « Le fascisme devrait plutôt s’appeler corporatisme, car il est la fusion de l’État et des grosses entreprises d’une nation ». De fait, la corporatocratie créée par l’application à outrance de la doctrine néo-libérale à l’échelle planétaire est un fascisme supranational, ou les élites de la finance et des grosses industries transnationales dirigeront un monde qu’ils contrôleront dans ses moindres détails par le biais d’un gouvernement mondial qui verra le jour à cet effet.

Le gouvernement mondial que moults corporatocrates (paul warburg, John D. Rockefeller, David Rockefeller, Henry Kissinger, Jimmy Carter, Gerald Ford, Ronald Reagan, George H.W. Bush, Bill Clinton, George W. Bush, Dick Cheney, Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, Condoleeza Rice, Madeleine Albright, Margaret Thatcher, Tony Blair, Gordon Brown, Jacques Chirac, Lionel Jospin, Dominique Strauss Kahn, Nicolas Sarkozy, Silvio Berlusconi, Angela Merkel, Van Rumpuy, Ted Turner, Ruppert Murdoch, Bill Gates, George Soros, Warren Buffet, pour n’en citer que quelques uns) appellent de leurs vœux pieux depuis des décennies, commandera l’annihilation de la souveraineté des nations et des peuples. C’est une condition nécessaire et suffisante. Les états ne seront plus que des unités administratives de contrôle et de répression. Afin de faire accepter par les masses la grande métamorphose finale du capitalisme en gouvernement mondial dictatorial, il faut que cela soit graduel pour éviter une radicalisation des foules et une révolution (torpillages social et politiques de l’intérieur des pays qui sont en court a l’heure actuelle partout dans le monde occidental des États-Unis a l’Europe), puis qu’un événement de grande importance serve de catalyseur pour rallier les opinions derrière l’idée. Hitler avait utilise l’incendie du Reichstag, les néo-conservateurs globalistes américains ont utilisé le 11 septembre, créé a cet effet; on peut parfaitement supposer que la dégénérescence planifiée de la crise économique en dépression économique mondiale, pire que celle des années 1930, puisse servir de catalyseur pour induire un passage au gouvernement mondial, géré par une banque mondiale fusionnant l’actuelle Banque Mondiale et le FMI et totalement sous contrôle du cartel banquier international, ne laissant aucune chance a tout élan démocratique de représentation de s’exprimer.

Ce schéma de devenir de la société humaine est deja bien avance dans sa réalisation et l’horreur d’une société orwellienne se profile a l’horizon, les globalistes corporatocrates y travaillent depuis la fin de la première guerre mondiale. Ils sont proches de leur but… La question demeure: les laisseront nous faire ?… Si non, que pouvons nous faire ? Comment pouvons nous lutter et ressaisir le contrôle de nos destinées ?

L’Histoire des civilisations et du monde moderne plus particulièrement n’est qu’une vaste litanie d’hypocrisies les unes après les autres ou en toutes circonstances une infime minorité de privilégiés s’est toujours appropriée par la force ou le droit héréditaire auto-accordé, les biens, richesses et pouvoir qui sont le dû de tous et toutes. La société ne peut vivre de la sorte indéfiniment. Elle doit retourner vers la vérité et le droit réel au bonheur pour tous, ou cesser d’exister purement et simplement. La nature humaine n’est pas faite de la « survie du plus apte », de la « loi du plus fort » et autres théories pseudo-scientifiques issues du malthusianisme et du darwinisme social, doctrines si convenantes pour l’oligarchie en place, qu’on les croirait faites sur mesures pour convaincre les masses du bienfondé de l’oppression et de l’exploitation qu’elles subissent depuis des siècles et des siècles… La nature humaine profonde est faite de coopération et de solidarité, seules qualités qui ont permis a l’humain de survivre, se développer et dans une certaine mesure, a certains moments trop courts de l’histoire, prospérer.

« La propriété c’est le vol. » — Proudhon —

« Il n’y a pas une pensée, une invention, née du passe ou du présent, qui ne soit propriété commune de l’humanité… Les moyens de production étant le patrimoine de l’humanité par action collective, leurs produits doivent être propriété commune. L’appropriation individuelle n’est ni juste, ni utile. Tout appartient a tout le monde…. Personne ne peut s’arroger le droit de s’approprier une seule de ces machines de production et déclarer — Ceci m’appartient, si vous voulez l’utiliser, vous devez me payer une taxe sur chacun des produits —  »  — Pierre Kropotkine —

Ceci constitue les fondements même de la société juste et égalitaire sans lesquels la liberté ne peut exister et ne peut être que bafouée. Succinctement la corruption initiale de la société est venue de l’appropriation des biens et richesses par la minorité et de l’exploitation qui s’en est suivie; ainsi que de l’avènement des états-nations, des états « providence » dont le seul but n’a été et n’est que de servir a la préservation des privilèges de la castes des nantis qu’on les appellent familles royales, nobles, aristocrates, élus de la République ou membres de la nomenclature du parti unique dictatorial fasciste ou communiste autoritaire d’état. Tous quoi qu’il en soit, dépendants de la magnanimité de la finance pour exister et régner comme nous l’avons vu précédemment.

De progression en régression, de chamboulements en statu quo, les événements historiques ont amené les peuples occidentaux a un état de néo-servage ou les fonctions du citoyen ont été réduites par la caste dominante a deux fonctions basiques: la fonction électorale, qui n’est que la validation civique et légale du pillage organisé et de l’exploitation d’une caste minoritaire sur la vaste majorité et la fonction fiscale de contribuable, ou l’impôt reste prévalent pour payer si possible, les intérêts de la dette contractée par l’état.

« Le peuple n’a pas plus de voix consultative dans l’État qu’avec l’église : son rôle est d’obéir et de croire. » — Proudhon —

Ainsi, pour tenter de résoudre l’impasse sociétaire dans laquelle nous nous trouvons, il nous faut adresser les causes du problème et non les symptômes, comme il est de nos jours si classique d’opérer. Le vote et l’impôt adressent les deux fonctions auxquelles l’oligarchie confine le peuple. Cela simplifie certaines choses dans un premier temps, car ces deux fonctions basiques peuvent parfaitement servir de levier de pression pour les citoyens contre l’oligarchie en place. En édulcorant la problématique, nous nous résumons aux deux piliers de soutien des états capitalistes libéraux dit socio-démocrates. Soit !… Attaquons ces deux piliers pacifiquement par le boycott !

« L’état ne s’adresse jamais intentionnellement a la raison de l’Homme, intellectuelle ou morale, mais seulement a son corps, a ses sens. Il n’est pas armé d’un esprit ou d’une honnêteté supérieurs, mais d’une force physique supérieure. Je ne suis pas né pour être contraint… Quand je rencontre un gouvernement qui me dit — La bourse ou la vie — pourquoi me hâterais-je de lui donner mon argent. » — Henry David Thoreau —

Nous touchons ici a une des principales armes pacifiques a la disposition de tous les citoyens, d’abord organisés en groupuscules puis en masse pour faire pression sur un système répressif, exploiteur et devenu intolérable avant que d’être dictatorial dans le plus pur sens du terme; cet outil est la désobéissance civile.

Pour Hannah Arendt,  « loin de procéder de la philosophie subjective de quelques individus excentriques la désobéissance civile résulte de la coopération délibérée des membres du groupe tirant précisément leur force de leur capacité d’œuvrer en commun. » Si Thoreau était un individualiste dont la portée morale peut se concevoir collectivement, l’histoire a démontré que les mouvements de désobéissance civile qui ont eu du succès étaient tous collectifs, partis du petit nombre, vers la masse. Quelques exemples historiques célèbres d’efficacité de la désobéissance civile:

  • Gandhi et le mouvement indépendantiste indien qui déboucha sur l’indépendance de l’Inde et la fin de l’empire britannique déjà sérieusement plombé il est vrai.
  • Le mouvement des droits civiques américains du Dr. Martin Luther King Jr qui déboucha sur la fin des lois ségrégationnistes.
  • La révolution de velours tchèque de 1989 qui mit fin a la dictature communiste
  • Les mouvements alter-mondialistes qui aujourd’hui luttent contre la globalisation sous toutes ses formes… N’est-ce pas le sujet ?
  • Les mouvements d’objection de conscience

La désobéissance civile par définition va a l’encontre des lois. Dans le processus les lois y sont bafouées sur le principe de résistance a une injustice perçue ou comme moyen de pression contre une situation inacceptable déterminée. Citons en exemple les faucheurs de maïs transgénique, qui porte atteinte a la sacro-sainte propriété privée dans un but de préservation sanitaire. Dans le cas qui nous concerne ici, le vote n’étant pas une obligation légale mais un choix citoyen d’y participer, le fait de ne plus voter ne fera encourir aucune sanction potentielle. Il n’en va pas de même pour l’impôt qui lui est régit par la loi, en France en tous les cas (ceci n’étant pas le cas aux États-Unis par exemple ou l’impôt sur le revenu des salariés est en fait anticonstitutionnel et constitue un vol ni plus ni moins…).

Nous avons vu que l’abstentionnisme aux dernières élections a pulvérisé certains records, ce qui est déjà très bien. Peut on parler d’un véritable mouvement citoyen ? Peut-être pas encore. L’idéal serait d’atteindre plus de 80% d’abstention sur toutes les élections, élections présidentielles comprises. Cela pourra se produire quand les citoyens auront vraiment réalisé l’obsolescence du système politique laquais (à de très rares exceptions individuelles près) de l’oligarchie financière improductive, prédatrice et exploiteuse. Il est certain qu’une sérieuse prise de conscience s’opère actuellement et que le ras le bol va grandissant. Le boycott du vote à tous les échelons civiques (sauf au sein des syndicats et délégations du travail) est une arme pacifiste, car que penser et comment agir politiquement avec des élus accédant au pouvoir avec moins de 10% des suffrages d’une population défiante ?… La gouvernance deviendra impossible.

Quant a l’impôt, le boycott massif et organisé citoyen de l’impôt sur le revenu aurait des conséquences drastiques sur les fonctions de l’état (que l’oligarchie liquéfie quoi qu’il en soit en privatisant a outrance les services profitables) et aussi sur le flux d’argent vers le système des banques centrales auxquelles les états (c’est a dire les contribuables) sont enchainés par la dette toujours grandissante… Ne propose t’on pas actuellement aux citoyens, de manière a peine déguisée, de faire rentrer les fonds de retraites dans le trou noir de la finance spéculative ?… Jusqu’où devront ils aller dans le cynisme et l’odieux pour que les autruches sortent enfin la tête du sable ?…

Alors oui refuser de payer l’impôt sur le revenu est punissable par la loi (en France et probablement dans toute l’Europe ou l’oligarchie a mieux verrouillé le système fiscal qu’aux États-Unis), tout acte de désobéissance civile est en fait punissable par la loi, mais ce sont ces actes qui ont souvent fait progresser l’humanité par a-coups conjoncturels politiques et sociaux. Jamais dans l’histoire les nantis et l’oligarchie en contrôle n’ont lâché quoi que ce soit politiquement ou socialement de leur plein gré. S’il n’y avait jamais eu de lutte, nous en serions encore a l’esclavagisme de fait (même si celui-ci existe toujours hélas..), situation dont les parasites du haut de la pyramide se contenteraient fort bien. Bien sûr si quelques citoyens se refusent a payer leur obole ils seront écrasés par le système, qui ne rêve que de clouer les gens au pilori pour l’exemple; la peur du gendarme et de la répression étant généralement suffisante pour garder les moutons dans le droit chemin qu’on leur impose. La répression brutale et l’instauration quasi générale de la torture dans les dictatures dures n’ont pour but qu’un effet psychologique…Celui de générer une peur viscérale a la seule idée de dissidence, voire même d’expression de mécontentement. Mais que faire lorsque l’état doit faire face a des millions de citoyens déterminés a maintenir leur position. Qu’a fait l’empire britannique devant la désobéissance civile du peuple indien ?… Il s’en est allé la queue entre les pattes… Non sans avoir semé la graine de la discorde auparavant, cela est une autre histoire. Que fera l’état devant 5 millions de citoyens faisant la grève de l’impôt ?… Rien, il ne fera rien… Il ne pourra rien faire, car le nombre est de notre côté. Ce qu’il manque au peuple, c’est cohésion sociale, solidarité et coopération étroite entre ses groupes de membres. L’oligarchie a du reste œuvré a saper la solidarité et la cohésion sociale des peuples en créant la division perpétuelle. En utilisant, perversion ultime, l’injustice sociale inhérente au système, comme arme de division et de zizanie.

Comment retrouver notre cohésion sociale défunte ?… En nous éduquant (prise d’information en dehors de la propagande ambiante), en éduquant nos concitoyens en partageant et faisant circuler l’information idoine ; ceci étant déjà la première étape retrouvée d’une cohésion efficace;  et en organisant la résistance au système destructeur au sein même de nos communautés de travail, de voisinage, de loisir, et nos réseaux sociaux individuels et collectifs… Fermons la télé, arrêtons les SMS et concentrons nous sur l’essentiel, l’important et l’entraide. L’entraide est ce qui élève le peuple. Pourquoi croyez-vous que l’oligarchie en place ait passé tant de temps et dépensé tant d’argent pour détruire la cohésion sociale ?… Par nécessité politique, par mesure et principe de survie, car la minorité du pouvoir de l’ombre sait pertinemment que ses membres sont en infériorité numérique de l’ordre de un pour un million dans le monde… et il est important de maintenir le peuple indolent et asservi.

Qu’ y a t’il après la désobéissance civile ? Ou cela mènera t’il ?… À une réforme en profondeur du capitalisme pour une société plus juste ?… Seuls des naïfs invétérés peuvent encore y croire. Comment réformer un système parasitaire devenu si gourmand et tentaculaire, qu’il en est arrivé au stade de tuer son hôte ?… Impossible de plus au sein d’un dogme ou le vol, l’escroquerie et l’exploitation de l’homme par l’homme est de mise pour assurer la pérennité d’une clique d’aristocrates imbus d’eux-mêmes et de pouvoir et qui ne lâchera jamais prise de ses privilèges. Le laminage en règle des acquis sociaux de nos sociétés un par un générera des troubles sociaux, voire des émeutes et une insurrection dans un proche futur. En Europe, ce qui se passe en Grèce  est à suivre de manière très, très attentive, car cela constitue le modèle de démolition et de contrôle que nos banquiers si altruistes veulent imposer à l’UE et à ses peuples. Les mettre à genoux pour mieux imposer leur solution finale de la gouvernance mondiale despotique d’une infime minorité.

Y a t’il possibilité de changement radical de société ?… Communément appelée révolution ?… Très probable, si la solidarité populaire prévaut une fois de plus dans l’histoire. Mais la question demeurera toujours : et après ? Que faire ? Quelle société pour le renouveau citoyen ? Un retour à la « démocratie représentative » ?.. Vraiment ?… Deux siècles d’aristocratie républicaine n’ont ils pas suffit ? Remplacer les califes déchus par de nouveaux califes et leur donner une fois de plus toutes les cartes pour retruquer le jeu à leur avantage. Perspective assez idiote n’est il pas considérant le marasme ambiant. Établir  la démocratie du peuple, par le peuple et pour le peuple en gardant la structure, mais en fédérant le peuple via un parti unique dont les dirigeants contrôleront la société « pour le bien de tous » ?… Hum… On a déjà vu ça quelque part non ?… La recette de mamie Julienne pour la parfaite dictature facho-communiste autoritaire d’État.

Le fait est que garder la structure étatique et monétaire actuelle ne pourra que mener a terme, aux mêmes échecs que ceux auxquels nous avons fait face dans l’histoire écoulée. Le changement réel de société ne pourra venir a mon sens et a celui de plus en plus de monde, que de l’auto-gestion des peuples en fédérations de communes nationales et internationales, en abolissant les notions obsolètes et génératrices d’inégalités que sont la propriété privée des moyens de production, les institutions financières et étatiques. Une usine n’a pas besoin de patron pour fonctionner, mais un patron ne peut faire tourner son usine sans les ouvriers, idem pour l’agriculture, idem pour l’état. La société a fonctionné et fonctionnera encore sans état, l’état ne peut fonctionner sans la société. Les maitres manipulateurs ont tellement brouillé les cartes, que nous en sommes arrivés a marcher sur les mains en croyant que nous sommes toujours debout. Le summum de l’illusion, résultat de la manipulation incessante du grand Barnum oligarchique global. Quel que soit le modèle, il faudra que cela soit concerte, car que penser de citoyens mettant a bas un système sans solutions viables de rechange au préalable ? Bref, il nous faut regagner une conscience sociale qui permet la fédération des efforts et des actions par le biais de la solidarité, puis il nous faudra déterminer consciemment et attentivement les options pour le chemin a choisir, dans l’intérêt de tous et toutes, finalement, et non dans celui habituel du consensus de la clique dominante. Une société libertaire préviendra l’émergence des autocrates potentiels et garantira l’émancipation de la société des turpitudes élitistes enfin devenues nulles et non avenues.

« En travaillant a terminer la division entre le maitre et l’esclave, nous travaillons pour le bien-être de tous et toutes. Pour le bonheur de l’humanité entière. » ► P. Kropotkine

Ainsi, nous avons vu que la haute finance internationale depuis plus de cent ans, exerce une main mise de tous les instants sur les fonctions même des états-nations, soient ils d’obédience monarchique, social-démocrate ou des dictatures fascistes et communistes. Que les transformations successives au cours de l’Histoire du capitalisme nous ont amené a un état d’expansionnisme global critique qui phagocyte tout sur son passage. L’élite auto-proclamée dirige nos sociétés vers un effondrement programmé et prépare la dernière métamorphose du monstre hideux en un état fasciste supranational, géré par une minorité de ploutocrates oligarques, et qui éradiquera les souverainetés nationales et populaires comme condition sine qua non de son existence et de sa survie. Les états et les peuples sont de fait amenés progressivement vers une phase de soumission par le chaos économique global, pour lequel la solution toute prête proposée sera: gestion des intérêts financiers et économiques globaux par une entité qui naitra de la fusion de la banque mondiale et du FMI et utilisant les structures existantes de l’ONU comme base établie et a développer d’une gouvernance mondiale, dont bien entendu aucun des dirigeants ne sera élu par qui que ce soit, et ou régnera l’arbitraire le plus total dans l’esprit de contrôle despotique absolu.

Ceci n’est pas une projection pour le futur, la dernière phase de métamorphose de l’économie mondiale en cet hydre totalitaire absolue est déjà en marche. C’est ce que les « élites » auto-proclamées financières et politiques appellent : le Nouvel Ordre Mondial. Nous vivons en ce moment même une période très similaire à celle de l’entre deux guerres ou la montée des fascismes (Italie, Allemagne, Espagne, Japon) sur fond de dépression économique mondiale, a amené la civilisation au chaos destructeur total, pour le profit toujours  de la même minorité exploiteuse et improductive. Nous ne pouvons ignorer les similarités qu’à nos futurs dépends. Est-ce inéluctable ? Non, car il n’y a pas de fatalisme social et politique. Nous avons nos destinées entre nos mains. Nous laisserons nous embarquer dans le jeu des élites eugénistes et arrogantes ? Quelles sont nos options ?

Éducation par l’étude du mouvement globaliste qui est très bien documenté, prise d’information en dehors des rideaux de fumée propagandistes, assimilation et divulgation de l’information, concertation citoyenne, entraide et solidarité, ainsi régénérant enfin une conscience sociale adéquate et nécessaire pour l’action directe par voie de désobéissance civile afin de faire front a la liquéfaction de notre société. Par la suite, le peuple décidera de lui-même de l’orientation politico-sociale à donner pour qu’enfin triomphe le droit au bien-être pour tous, l’égalité, la solidarité, sources réelles de la nature humaine profonde. Aujourd’hui il importe peu des inclinaisons politiques de tout à chacun. C’est le fascisme qu’il faut combattre de nouveau toute affaire cessante. Le clivage « gauche-droite » dont on nous gargarise depuis des générations, n’existe pas ; il n’est qu’un leurre pour diviser les peuples, le choix politique proposé est tronqué et obsolète ; nous devons voir et agir au-delà des illusions induites par un système dévoyé et falsificateur.

C’est unis et solidaires que nous triompherons de ce nouveau fascisme. À défaut le totalitarisme exacerbé du capitalisme fou précipitera l’Humanité dans sa période la plus noire. Nous ne pourrons jamais dire que nous ne savions pas…

« Les petits actes de résistance à l’autorité, appliqués avec persistance, mènent a de larges mouvements sociaux. Les gens ordinaires sont capables d’actes de courage absolument extraordinaires. Peut-être la chose la plus importante que j’ai apprise dans ma vie est à propos de la démocratie. La démocratie n’est pas notre gouvernement, notre constitution, notre structure légale. Non, le plus souvent ils sont les ennemis de la démocratie. » ► Howard Zinn (2002)

Références bibliographiques & Liens électroniques dans l’article source ► https://resistance71.wordpress.com/2010/06/25/que-faire-la-marche-vers-la-tyrannie-globale-comment-sen-sortir/

◄|►

Depuis lors, Résistance71 a écrit et publié un MANIFESTE POUR LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS dans une version PDF que j’ai réalisée pour en permettre la lecture, le téléchargement et/ou l’impression gratuits et ce texte de juin 2010 porte déjà en lui les grandes lignes de ce manifeste politique que j’ai analysé dans cette page spécialement créée dans mon blog ► MANIFESTE POUR LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS par R71

Et parce qu’il porte cette idée que : Sortir du cercle vicieux où nous avons été enfermés, c’est prendre la tangente de l’antagonisme induit et encouragé à fin divisionnaire et embrasser la complémentarité naturelle qui unifie dans le grand Tout. Ce n’est que sur cette voie que nous nous réaliserons en tant qu’Humanité, qu’enfin nous SERONS

Et que cette idée là me plait, et qu’elle a trouvé le chemin de mon cœur…

JBL1960



http://jbl1960blog.wordpress.com

 

Les lumières s'allument au fur et à mesure que la nuit vient .....

 

 

libertéégalitésurveillance-images

sécurité-8191901-12794179

Et,

Pour votre égalité,

Vous n'aurez plus de fraternité.

 

C'est ce qu'ils veulent nous faire croire,

en oubliant, encore une fois,

qu'il ne fallait pas confondre avec les formes de croire,

nous faisait croître par la même occasion ....

 

jeudi 7 décembre 2017

- La "na" chronique d'Arkébi

pointdevue-23658405_379102062520750_8527255946199934905_nEn passant, à propos des points de vue ....

France-images

« Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains... Toute ? Non ! Car un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur. Et la vie n'est pas facile pour les garnisons de légionnaires romains des camps retranchés de Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petibonum... »*

*Ceci est la légende de la carte de la Gaule ouvrant les albums d'Astérix (copy.right/or copy.wrong), jusqu'à ce ce que le dernier album supprime cette intro, pour des raisons …. comment dirai-je …. de complaisance à la stratégie géopolitique programmée, préparée, décrétée dans aussi ce que certains appellent GOPE au niveau européen (chercher par vous mêmes), c'est sûrement pour mieux gober.

Je vous propose donc, et depuis le temps, un petit tour, et puis s'en vont, ou pas; montez sur mon manège pour sentir ou ressentir l'ambiance générale ; car la prise en main dictatoriale de tous ce qui nous entoure et les tentatives de nous contrôler nous même, méritent que nous redoublions d'attention , de réflexion, et d'actions, pour supporter les tensions.

 

Universel:

Donc, dans ce capharnaüm organisé, dans ces pénuries et festivités organisées, guerres scénarisées, et je pourrai faire long en déclamant ou en slamant, offrons nous une énorme bulle de fraîcheur, parmi de gros relents et les gros relouds, prout alors ! (Et merci à Flo pour le partage)

En prenant compte de ce que nous ne sommes pas, et bien sûr de ce que nous sommes devenus, et avant que vous ne commenciez à essayer de réfléchir sur la logique de ma phrase, et de ce paragraphe, je tenais à vous montrer un O.V.N.I. : un hOmme Vivant Naturellement Inspiré !

Son nom: Tobi Lee, il a 12 ans (et oui, j'ai dit « hOmme » ! );

Toutes ressemblances avec des personnages bien réels, ou ayant existés, ou passés par ici, ou par là, ne peut être fortuite.

Quoi que l'on en dise, car on ne peut pas interpréter à notre manière, ce que LUI interprète naturellement, avec le « peu » qu'il a appris dans son cursus, soit-disant, et il a, je le rappelle et sa pioche, 12 ans …. il a commencé bien avant, suite à des croisements.

Avec sa guitare, et toute son arrogance, je veux bien croire en cette mémoire universelle, cet Univers fait de cordes sous ses doigts ou les nôtres, qui se croisent, s'entrechoquent, s'entrelacent, s'éloignent pour mieux se rapprocher, pour interpréter une harmonie, un accord, une vibration, une énergie, un courant qui nous rassemble ….

 

 

A enchaîner, pour vraiment s'asseoir ! :

TOBY LEE AND McFLY AT THE LONDON PALLADIUM! ©ITV

 

Personne ne sera jaloux, chacun sa place, chacun son tour, chacun sur son damier, dans son jardin !

Et les poux seront bien exterminés !

 

Mondial:

La Terre respire toujours, nous, un peu de moins en moins bien tous les jours, mais c'est normal, je vous rassure !

L’assemblée de ce qui constitue la Terre, se concerte sur le recyclage imposé, et jusque quand nous devrons le tolérer, car, l’être, devenu humain, se pose des questions, en oubliant de regarder les réponses.

Les espèces, naturelles, continuent de se réorganiser en permanence ou se réintègrent, les migrations s'adaptent de gré ou de force, aux forces en présences, sans les combattre réellement, parce que celles-ci ne sont vraiment pas représentatives de la situation réelle, bref, les évènements s’enchaînent….

Les scénaris pré-écrits se téléchargent même gratuitement, et vous pouvez même y participer, à l’insu de votre plein gré ! ; et oui, on a beau faire confiance, on peut être toujours surpris par les partageurs-followers-tweetos, capables de collaborer dans plusieurs mangeoires, du moment qu’elles permettent de se racheter ou de te vendre tous les dimanches à la messe, en suçant …. une ostie …. ou à la bourse le lundi …. en avalant un sushi …. préfabriqué, évidement …. mais la réalité est autre ….

Légère panique à bord, du moins pour les pions, car pour les décideurs déconnectés des considérations, mais connectés à nous, et tous nos réseaux neuronaux-sociaux, sans notre plein gré, sans nous forcer, je like ou pas, je clique, je vote …. ou pas.

 

je suis mon maitre

,,,,/,,,,

Moi non, j’ai fait la grève de l’élection présidentielle ! Et quelle érection !!! Et quel slogan !!!

MAPEN/LECRON  

Voter pour des idées, OUI, Elire un pantin ou une marionnette, NON !

Grève de l'élection !

Pour être honnète, je suis resté quand même 10mn avant que la municipale et un conseiller soumis aux ordres en ce jour béni d'érection nationale, ne viennent arracher ma belle affiche confectionnée dans une belle nappe blanche ! Tout un symbole !

Mauvais pour l'empreinte carbone, mais l'élection ne sera pas annulée, aucun incident ne sera retranscrit sur le procès-verbal.

,,,,/,,,,

 

Les racines ancestrales, ces liens qui font cette permanence et ces automatismes dans la Nature, n’attendent plus rien de l’homme, qui n’a plus « d’y.eu » pour voir, pour croire (rassemblez les morceaux), pour se situer, ou un minimum s’orienter, diffuser, propager …. et vivre, ivre .... ou survivre ....

 

 

- Neurobiologie des plantes - Interview -

Elles bougent peu, n'ont pas de système nerveux et semblent dépourvues d'organes sensoriels et pourtant, de nombreux chercheurs pensent que les plantes sont capables de comportements complexes, voire qu'elles sont dotées d'intelligence. Alors? Est-ce que les plantes sont des légumes? L'interview: " Neurobiologie des plantes, avec François Bouteau

http://www.lesmysteresdarkebi.com



International:

On est dans la panade, mais c'est volontaire !!! Ouf, je suis rassuré !

Et je me dis, et ça me rassure :

« Que les aspiration et les souffrances des 99% se rejoignent et se partagent, et sont ressentis plus consciencieusement que toutes les fausses prières ou incantations des 1% , c’est exponentiel, et bien réèl !».

En sortant des clous mon chou, j'ai eu la chance, oui oui, de croiser le milieu homo, il y a bien longtemps, et cela m'a beaucoup appris, je dirai même beaucoup-aider (faîtes bien les liaisons!);

Au moins, vu qu'actuellement on se fait tous bien enculer profondément (c'est dans le dictionnaire), et ce n'est même plus vulgaire, ni par derrière, ils ne se cachent même plus ; on nous la met profond en nous vendant la pommade, en arrosant en ordonnances un jardin qu'ils décrètent malade, et chacun se laisse pénétrer par toutes ces saloperies qu'ils nous balancent jusqu'à « plus soif !!! » ….suis-je gourde ? …. Non, je continue à m’abreuver au même comptoir et à sup-porter mon fardeau ….

Le monde vacille à droite, les Zétats-zunis, le monde vacille à gauche, la Russie, la Chine, mais n’oublions pas que la City gère au milieu, par le milieu ; je prend donc ma loupe …. effectivement l’Empire, ou en 2 mots, est bien présent sur les cartes, bancaires !!!

 

Continentalesque:

La dérive des plaques, des continents, ou incontinents étiquetés élus-responsables-fusibles-du moment, nous oblige à regarder tous les jours, d'heure en heure, là où nous mettons les pieds, les oreilles, les yeux, et la tête, alouette …. la banquise étant fragile ….

Comment ? La banque qui m’a fait presque naître, est un iceberg qu’aucun ne pourra faire fondre ! Seulement me disloquer, pour mieux me manipuler !?

Gardons à l'esprit que les fractures, même émotionnelles, et les séparations, bien profondes, intimes, ne sont finalement que géologiques, géostratégiques, généalogiques ; j’ai agis sur ta logique !?

Pour ainsi dire, logique, une réponse à une situation qui demandait une adaptation, une assimilation profonde ….

Le « pouvoir » que l’on nous « permet » sur internet nous « invite » à faire un tri ou nous impose, où plutôt suggère fortement, une certaine organisation, comme sur un bureau ; les liens apparents, unissant ce qui peuvent se retrouver séparés, restent, bien évidemment inscrit, marqués, inclus dans un mode d'emploi que l’on affiche, et qui fait ce que nous sommes aujourd'hui, là où chacun nous en sommes, ici, ou ailleurs.

 

Européen

(par défaut):

Suis-je fainéant, ou feignant ? C’est quoi la géorthographie ?

Fait néant, je sais le faire .... fait "gnan" ! je feins...!

Ce jeu de rôle (ou peut-être même jeu très drôle ?) n’aurait une fin ou une compréhension que le jour où nous retrouverions notre plus vieil ancêtre commun, et que nous l’accepterions ! ;

Je suis Catalan…. Français .… Terrien ( non, t’es rien, de rien!)

Un genre de Belge qui s’est arrêté à la frontière espagnole ….

Pourquoi d’ailleurs, ou d’ici, dit-on : un arbre généalogique ? ....

s’il n’avait pas des lointaines racines, et des branches incontrôlables ….

 

Sur mon Dahu, tel Sancho, je scrute, mais je me répète, je suis bien où je suis, et je l’accepte.

 

National

(par naissance):

Quelques nouvelles du front …. quelques rides !

A part le physique, Notre unicité se résumerait-elle donc à quelques marques, placardées à bon escient, au dernier recensement ? Il paraît que c’est primordial au niveau administratif …. surtout en cas de guerre ou d’état d’urgence point2.pointzéro ….

Inutile de rappeler le passé, ces jours où nombreux sont ceux qui ont accepté de balancer leurs voisins, aspirant leur piquer leurs biens en même temps.

Ces temps ne sont pas si loin,

entendez les résonances de ces résurgences ….

 

Régional

(par obligation):

Ayant dépassé le demi siècle, les choix et décisions politiques sur les ré-aménagements territoriaux auraient me faire voyager, redécouvrir la grandeur d’une entité inexistante à mes yeux, comme lorsque l’on commentait les numéros départementaux des plaques d’immatriculations, et que l’on allait en Provence, ou dans le midi, ou dans le nord, ou sur les côtes ; ….

mais on pourrait me traiter de ringard, voir pire,  ….

 

Départemental

(par constat c'est ce qui devrait se rapprocher le mieux de l'histoire):

L’histoire !

Elle peut être belle, comme la vie qui nous enrichie ….

ou serait-ce l’inverse ….

l’histoire nous enrichie et la vie est belle !

Je serai trop présomptueux !

Et en ce moment, la Catalogne, ça fait vibrer !

 

Cantonal

(par magouille-arrangement-décision politique):

C’est le « bis répétita » des régionales ! On arrondi les angles ou plutôt les parcelles, les lotissements, terrains, nombre de citoyen, que l’on multiplie par les probabilités que l’on fera taire …. mais je serai élu.

 

Local

(Normal, j'y respire, j'y vis, j'y crois -du verbe croître et pas croire -….)

Je commence par quoi, le pic ? ou l’enclume ?

Le pic:

Lui, est toujours aussi majestueux et magnifique ; une des montagnes les plus ferreuse au monde ! Donc question magnétisme, certains avions qui se sont crachés dans les années 70 ont permis de comprendre qu'il fallait s'en méfier, paix aux âmes, la montagne est éternelle.

 

canigou(photo de Régine Boutonnet)

L’enclume:

Ce serait ce poids qui bizarrement interfère dans la pesée de cette légèreté de l’être, dans ces espaces qui ne demandent que le développement et le partage, tellement la carte postale à envoyer et partager est belle …. le colis est pourtant léger ….

Mais les clans ou « mafias locales » existent et sévissent, et sont à l’œuvre au plus petit niveau ; à chacun qui, une fois élu, aura droit de mettre son fils ou ma cousine dans les arcanes ou le lit de cérémonie du « pouvoir local » , ça peut commencer par là, voir plus si affinités, et même s’il n’y en n’a pas, tu voteras oui; et je ne parlerai pas franc-maçonnerie d’affaire locale, minable, ou autre ; non, on peut apercevoir tel bras long atteignant la préfecture, fléchant un pion-élu local qui s’abaissera pour ne pas subir le sort d’Achille …. et acquiescer au désidérata de Madame La Colonel en retraite, notable d’aqui !!!

Non, je vous rassure, Madame, l’eau que la montagne nous octroie et nous partage, ne servira pas à rendre heureux des enfants ou des pompiers concernés et investis ; il fallait faire fort pour ressortir un décret de 2006 sur l’utilisation de l’eau communale, comme si je vous ressortais des lois napoléoniennes pour vous dire comment marcher droit ….

 

La discussion aurait dû prévaloir sur la réclamation,

car les solutions sont là pour des actions cohérentes, concertées.

 

 

Coluche

 

En résumé :

Je m’envole trop, je déborde, et la majorité des lecteurs ne feront peut-être pas le lien avec du vécu personnel ….

Tous ces mots écrits, que nous avons tous appris, ont un écho quand nous ouvrons nos gueules ....

Selon les points de vue, moi c’est à environ et en moyenne sur le village à 700 mètres d’altitude, la neige est là à partir de 1000 mètres, c’est beau ….

C’est vrai, j’aurai pu traité tout cela avec plus de « journalisme d’investigation », et plein de liens que tu n’auras pas mis avant moi ou alors je te le dirai si tu fais du doublon …. mais non, je n’en n’ai pas les compétences, ni l’envie ;

Et puis ce n’était pas le propos ….

 

J’ai commencé en musique, finissons-en !!!

 

L’album du moment, et de la venir :

 

 

 http://zompafamily.com/  et leurs interviews récents par des médias quelque peu interloqués ! LOCO ! Non ????? 

 

Et en musique de fond, la promo de fin d'année" :

 

 

Arkébiquement vôtre ....

Posté par Arkebi à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 24 janvier 2017

- Le voyage de l'ADN , à voir ou à revoir [5mn16]

Il est facile de penser qu'il ya plus de choses qui nous divisent que de nous unir./. Nous avons demandé à 67 personnes du monde entier de passer un test ADN, et il s'avère qu'ils ont beaucoup plus en commun avec les autres nationalités qu'ils n'auraient jamais pensé....

 

 

 Si on limite souvent nos racines familiales à celles de nos parents, il faut pourtant voir plus loin dans son arbre généalogique pour connaître vraiment son héritage culturel. Pour étayer cette idée, le site de voyages Momondo a tenté une expérience hors du commun.

https://lesbrindherbes.org

adn-images

 

Posté par Arkebi à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


- Musicothérapie, la musique qui guérit (1/3 - 2/3 + Mis à jour 3/3)

 

musicothérapie-images

 

J'ai exploré pas mal de choses pour me soigner du cancer. Fils d'une professeur de piano, ayant joué moi-même de la clarinette pendant 5 ans, je me suis bien sûr intéressé à la musique qui guérit. Y a-t-il des musiques de guérison? Les sons auraient un effet thérapeutique ? La musique pourrait guérir les maladies comme le cancer ? Je vous fais part de ma petite enquête pour répondre à cette question.
Cet article participe à la radio des blogueurs événement organisé par le blog lolobobo.fr . Le principe: chaque blogueur présente son morceau de musique dans un article. Pour ma part, j'ai choisi de vous proposer une musique new-age à une fréquence qui est supposée guérir: « Temple of silence » de Deuter. Mais parlons d'abord de musicothérapie.

René Egli écrit dans « Le principe LOL²A » :
« La maladie n'est rien d'autre qu'un état vibratoire disharmonieux. Il est donc logique que cette disharmonie puisse être modifiée par d'autres vibrations : la musique, les couleurs, les odeurs, et bien sûr, nos propres pensées... »
Le principe de la musicothérapie

On écoute une vibration spéciale, qui correspond donc à une fréquence (en Hertz symbole Hz) particulière, ce qui a un effet thérapeutique sur les cellules malignes qui rentrent dans le droit chemin.

Moi je veux bien y croire.

Vous connaissez maintenant mon attirance aussi bien pour l'irrationnel que l'approche scientifique. Y croire ok, en être persuadé encore mieux.

Qu'en est-il exactement ?

Chaque son est composé d'ondes sonores produites par la vibration mécanique d'un support fluide ou solide, et qui ont une fréquence que nous pouvons percevoir, au niveau du tympan humain, entre 20Hz et 20 000 Hz.

En-dessous de ce seuil, ce sont des infrasons, au-dessus des ultrasons. Ne pas confondre la fréquence (vibration) et l'amplitude (volume) du son.

Après le tympan, ces vibrations se propagent dans tout notre corps, et tous nos organes.

Pour bien comprendre ce phénomène, pensez aux vibrations des basses que vous ressentez dans votre ventre quand vous entrez en boîte de nuit, ou à un concert.

J'ai, pour ma part, encore le souvenir dans ma mémoire corporelle des « batucadas » (groupes qui jouent des percussions) au Brésil pendant le carnaval et surtout du son assourdissant des grosses caisses quand j'ai pénétré pour la première fois dans le temple du football de Maracana (Stade mythique de Rio qui dépasse les 100.000 spectateurs).

Ce son prenait vraiment aux tripes, tout le corps vibrait à l'unisson des boums-boums, et faisait entrer dans une sorte de transe.

La musicothérapie a-t-elle un effet thérapeutique sur nos organes, sur nos cellules ?

Les fréquences basses sont-elles plus appréciées par notre corps que les fréquences aigues ?
Que disent les recherches et expériences scientifiques ?

Selon une étude ménée par les médecins Leonard G. Horowitz et Joseph S. Puleo, il y a une corrélation fondamentale entre les fréquences des notes de base du solfège et leurs effets sur nos corps.

A l'origine, le solfège a été créé au 11e siècle par le musicien Guido de Arezzo à partir d'un hymne latin, et se composait de 6 notes au lieu de 7, sans la note «Si».

 

L'étude démontre que le solfège repose donc sur 6 fréquences fondamentales car elles présentent toutes des effets positifs sur le corps humain et notamment sur les chakras:

1. Ut*= 396Hz. chakra racine. Contre la peur et la culpabilité
2. Re = 417Hz chakra sacré. Adaptabilité
3. Mi = 528Hz chakra solaire. Fréquence miracle car elle est capable de réparer l'ADN humain
4. Fa = 639Hz chakra du coeur. Amour, émotions
5. Sol = 741Hz chakra de la gorge. Sociabilité, communication
6. La = 852Hz chakra du 3ème oeil. Intuition et action du subconscient

* devenu do au 17è siècle

Le si correspond au chakra coronal. Spiritualité.

Horowitz et Puleo vont plus loin en créant un algorithme de fréquences, sous la forme d'une étoile de David à 6 branches, en rajoutant les 3 notes du solfège prolongé : si bas (285 hz), si haut (963 hz), do (174hz)


Vous remarquerez que chaque fréquence est un anagramme (de chiffres, ça a peut-être un nom ?) des autres fréquences : 285, 528, 852/ 396, 639, 963/ 174, 417, 741

Ce qui rajoute une dimension mathématique logique ainsi que sacrée à cet algorithme.

Comment la musicothérapie peut-elle utiliser ces découvertes ?

Soit en utilisant une combinaison de fréquences, soit en se concentrant uniquement sur les effets de chaque fréquence en particulier, ce qui est une nouvelle forme de musicothérapie.

On appelle cette dernière la «guérison par fréquence».

Les principes de la guérison par fréquence

La «guérison par fréquence» peut se faire à titre préventif ou comme moyen de guérison.

Dans les deux cas, il s'agit simplement d'écouter des enregistrements de ces fréquences, pour faire résonner le corps avec elles.

A titre d'exemple, écoutez donc le morceau que j'évoquais en début d'article (avec un casque c'est nettement plus impressionnant) qui traite particulièrement la fréquence miracle de 528 Hz. C'est « Temple of silence » de Deuter.

Je trouve cette musique céleste, divine, je l'écoute en boucle depuis deux jours que je prépare cet article, et je ne m'en lasse pas. Certes, ce n'est pas de la grande musique, c'est à la musique classique ce qu'André Rieu est au violon ou Clayderman au piano, mais parfois, un compositeur moderne peut confiner au sublime, et c'est ce qui passe ici à mon sens.

Le chant très pur et cristallin me rappelle ce que j'ai ressenti la première fois où j'ai découvert le « duo des fleurs « dans Lacmé de Delibes que j'adore (notamment le refrain à partir de 1'07″ pour les pressés)

player" width="640" height="360" style="width: 640px; height: 360px;" allowfullscreen="true">

Écoutez ces deux musiques en boucle et vous serez en pleine santé (en tout cas ça peut pas faire de mal comme dirait l'autre)!

Mais revenons à la question de base:

La musicothérapie peut-elle guérir ?

Si la fréquence miracle peut réparer l'ADN, c'est gagné puisqu'on sait maintenant que le traumatisme préalable au cancer induit des modifications dans l'ADN de la personne.

On sait aussi que les bactéries et virus peuvent être anéantis en les submergeant de fréquences auxquelles ils sont sensibles. Chaque bactérie et chaque virus sont réactives à une fréquence-clé qui leur est propre et qui peut les «tuer»: c'est leur tendon d'Achille.

Pensez au film « mars attack », où un ado découvre qu'une musique particulière (« Indian Love Call » de Sam Whitman) fait exploser le cerveau des aliens (dans un gros dégueulis verdâtre pas très ragoutant), ben c'est un peu ça !

La musicothérapie soigne-telle aussi le cancer?

Une étude a été menée à Bristol sur les effets thérapeutiques de la musicothérapie sur un groupe de 29 malades du cancer âgés de 21 à 68 ans.

Les patients écoutaient de la musique enregistrée et de la musique en live dans un état de relaxation.

Les questionnaires qui ont suivi ont mis en évidence au niveau des sensations : une augmentation du bien-être et du niveau d'énergie, ainsi qu'une baisse significative des tensions.

Les données physiologiques ont montré une augmentation d'immunoglobuline A salivaire (qui contribue à une meilleure immunité) et une diminution des niveaux de cortisol (qui témoignent d'une baisse du stress) sur une période de 2 jours après l'expérience.

Des études similaires sur des personnes en bonne santé aboutissant au même résultat, on peut conclure que la musicothérapie est efficace sur le renforcement du système immunitaire et la gestion du stress.

 


Musicothérapie, la musique qui guérit 2/3 -- Sott.net

Je l'annonçais dans un commentaire, devant le succès de l'article musicothérapie, la musique qui guérit, j'ai décidé d'en faire une suite ! Chacun y est allé de sa petite suggestion, et pour vous en remercier, je propose à l'écoute plusieurs des compositeurs évoqués, en donnant plus d'infos sur chacun d'eux. A vos casques, prêt? Partez!

mozart2© Inconnu

Écouter de la musique ça fait du bien

On sait que la musique a un effet sur les plantes : Une expérience scientifique, menée avec des plantes de serre à qui on diffusait de la musique classique, a abouti à la conclusion que les plantes recevant la musique poussaient presque deux fois plus vite, et étaient plus touffues et plus colorées que le groupe-témoin de plantes « privées » de musique.

On sait que la musique a aussi un effet sur les animaux :

Dans une expérience similaire, des vaches, à qui on diffusait également de la musique classique, ont vu leur production de lait augmenter de plus d'1/4 et devenaient moins nerveuses et moins sujettes à la maladie. Et l'effet de la musique sur l'homme alors ?

Pour Emmanuel Comte, « la musique est l'avenir de la médecine ».

Emmanuel Comte, dont le nom m'a été soufflé par Jessica, se définit lui-même comme Sonothérapeute, spécialiste en Sons Thérapeutiques, et créateur de la Sonologie et du Toucher par les Sons.

Il dit faire sa musique pour les gens qui souffrent, quelle que soit leur souffrance.

© Inconnu
Emmanuel Comte jouant de la flûte au bloc opératoire
Et il sait de quoi il parle, puisqu'il a utilisé la musique de sa flûte pour se soigner d'un cancer (en complément d'un traitement) ! Réclamé par la suite par d'autres patients de son service, Il travaille régulièrement depuis avec des médecins des hôpitaux. Une musique qu'il joue à la flûte a été testée sur 5000 patients depuis 1993, et permet de diminuer la dose d'anesthésiant de 50%, c'est énorme !

Le principe scientifique qui permet d'expliquer la guérison est le principe de la résonance de ce qu'il nomme la « vibration sympathique ».

Comme expliqué lors du premier article, la maladie correspond à un déséquilibre vibratoire, l'organisme s'est éloigné de sa fréquence d'harmonie. La musique thérapeutique permet, par l'écoute de fréquences de rééquilibre, de retrouver l'harmonie perdue. C'est là-dessus que repose la sonothérapie, qui est pour lui une sorte de méditation sonore.

Emmanuel Comte fait de la recherche sur la sonothérapie et crée le Centre MedSon au Canada, qui a formé depuis plus de 200 sonothérapeutes. J'ai choisi de vous présenter cette prière jouée par Emmanuel Comte à la flûte Ewi, en résonance dans un bol tibétain, qui est tout simplement magnifique. Ayant joué quelques années de la clarinette, je retrouve dans cette musique le plaisir que j'avais à jouer les notes les plus graves de la clarinette, qui sont très belles et profondes et que l'on entend rarement (on joue souvent les notes hautes).
Ça prend aux tripes non ?

A propos de bols tibétains, les connaissez-vous bien?

Les bols tibétains ont été créés par des chamanes des régions himalayennes, en remplacement des crânes humains utilisés pour les rituels (c'est plus convivial non?).
Ils trouvent leur place dans les cérémonies d'offrandes, les prières et la méditation.
Dans la tradition, les bols sont composés de sept métaux correspondant aux sept chakras : l'argent, l'or, le fer, le mercure, l'étain, le cuivre, le plomb. Maintenant, la plupart des bols sont faits de bronze ou de cuivre.
© Inconnu
Bols Tibétains
On peut soit les frapper comme un gong, soit les frotter avec un maillet de feutre ou de bois (appelé mailloche) ce qui les fait « chanter », d'où leur autre nom de « bol chantant ».

Le son émis par le bol tibétain émet des ondes vibratoires qui auraient des propriétés curatives, notamment parce qu'elles dépassent la perception par nos oreilles : elles sont captées par toutes nos cellules, qui entrent à leur tour en vibration avec ces fréquences.

Les fréquences nous réharmonisent. On assiste à une sorte de » massage sonore » (à rapprocher du « toucher par les Sons » d'E.Comte).

Indéniablement, les bols tibétains contribuent à l'état de relaxation.

Pour les bols tibétains, j'ai choisi de vous proposer un enregistrement de 30 bols chantants, frappés et frottés par Brian William Green (suggéré aussi par Jessica!).
Quels sons préférez-vous ? Y a-t-il un son qui vous agresse (ça peut arriver) ?

On reste dans les sons en relation avec les chakras avec une musique de 7 minutes pour voyager à travers l'énergie de nos 7 chakras. Elle est composée par Jean-Marc Staehle dont m'a parlé Jean-Louis et ses mélodies sont somptueuses.

C'est un des spécialistes français de la musique Zen de relaxation et de méditation.
Il illustre des livres DVD de méthodes de soins et bien-être et compose des musiques de films.
Je vous présente un autre compositeur qui crée des musiques de guérison, notamment en relation avec les chakras: teven Halpern (encore une suggestion de Jessica!) dont le « Chakra suite », son premier album datant de 1975 a été vendu à plus de 700.000 exemplaires. Maintes foisprimé, sa musique de guérison a aidé des millions de personnes dans le monde entier. Sa discographie dépasse les 6 millions de vente.

Sa musique combine les sons antiques traditionnels de guérison avec la biologie quantique et la médecine énergétique. Il estime que la musique de guérison stimule et fait résonner le cerveau, qui libère des endorphines.

Bien que sa spécialité soit les mélodies composées au synthétiseur, j'ai choisi de vous proposer sa collaboration avec Lama Surya Das dans « Chants pour éveiller les cœurs bouddhistes » où il illustre cette prière chantée traditionnelle tibétaine avec des rythmes modernes à la basse, aux claviers et à la guitare.

Vous me direz, mais moi je trouve ça sublimissime ! Ça me fait penser à certains chants indiens (d'Amérique cette fois) qui me bouleversent particulièrement.
Deepak Chopra, n'est pas compositeur lui, c'est un médecin, mais dans ses cliniques de soins en Inde et aux Etats-unis, il propose une thérapie basée sur l'approche ayurvédique, la méditation et les sons primordiaux. Le son primordial est un son qui communiquerait directement à la mémoire de nos cellules.

La musique classique, notamment la musique de Mozart, possède des vibrations qui se rapprochent du son primordial, ainsi que les sons de la nature, particulièrement les sons produits par le mouvement de l'eau (bruit des vagues, écoulement d'une rivière, le son de la pluie...).
La vie puise ses origines au fond des océans, et là réside le secret de l'effet thérapeutique et relaxant des sons produits par l'eau.
D'après ce que j'en ai compris - impossible d'avoir un aperçu gratuit de la méthode - dans sa technique de méditation par le son primordial, Deepak Chopra mélange les sons essentiels de la nature, les chants des baleines et des dauphins, les battements binauraux, et un mantra individuel basé sur le son ou la vibration de l'univers au moment de sa naissance.

Si quelqu'un peut éclairer notre lanterne, je suis preneur!

En attendant, et en restant dans le thème des sons aquatiques,je vous propose de terminer cette série musicale avec un chant des baleines non moins réjouissant :
Il y a encore bien des choses à explorer, notamment le chant des voyelles, les chants diaphoniques, les chants de gorge (qu'on entend un peu au début de la « Chakras musique » de Jean-Marc Staehle), le Quantum K suggéré par Yves...

Bon, voilà un bon sujet pour un prochain article...

Alors que retiendrez-vous de cette sélection (qui est aussi celle des lecteurs)? Pensez-vous que cela puisse contribuer à la guérison?
Commentaire :
Après silence, ce qui vient le plus près à exprimer l'inexprimable est musique. (Aldous Huxley)
Lire aussi :

 

Mise à jour

 

2673445680_ed72364568

Musicothérapie : La musique qui guérit 3/3

Voici le troisième et dernier volet de cette étude sur la musicothérapie. Je pourrais continuer encore longtemps car le sujet de la musique qui guérit semble inépuisable.
Et à force de m’y pencher, je constate qu’il y a à boire et à manger sous cette étiquette de musiques de guérison.
Les offres, c’est un peu du style : « Ecoutez cette musique de guérison appelée   »tai-chi musical » inspirée par les mantras tibétains ancestraux composée à partir de battement binauraux à 432Hz, et vous serez en pleine santé »!
Bref, dans ces musiques,  y a souvent beaucoup de pipeau ! Mais dans le lot, y a des choses bien, le truc, c’est de faire preuve de discernement…

 

Bon, c’est sûr, dans ce milieu-là, (surtout sur internet) et comme dans bien d’autres, il faut se faire une place. Il faut trouver un truc accrocheur, faire un petit coup marketing pour attirer l’œil du web-surfer on ne peut plus sollicité.

Alors on parle de « musique de guérison » plus vendeur que « musique qui fait du bien là où ça fait mal »
(ne serait-ce que pour correspondre aux mots-clés recherchés par les internautes, et je n’échappe pas à cette règle vu mon titre)     :wink:

On invente un concept attractif et novateur (ou qui le semble) : thérapie par les sons, sonothérapie, yoga des sons, massage sonore…Ils existent tous, sauf le tai-chi musical, ça c’est une invention perso, mais ça sonne bien non ?    :biggrin:

C’est comme dans la musique variétés-pop, un petit truc fait la différence. Saviez-vous par exemple que Shakira n’avait pas trop de succès avant quand elle était brune ? Le roux ne lui portera pas plus chance, mais avec sa teinture blonde, c’est le succès planétaire !

Ou que les Bee-Gees n’avaient que peu de succès avant qu’ils ne décident de chanter avec les parties coincées entre deux cymbales ?  :wOOt:

Bref, j’ai sorti mes antennes et j’ai recherché ce qui me paraissait le meilleur de la musique qui guérit et voici ma toute dernière sélection ! 

 

Les prières et mantras de guérison

 

Un mantra, du sanskrit « man », penser, et « trana », protection, est une formule mentale censée nous protéger.

On attribue à certains mantras des capacités de guérison, du fait de leur ancienneté, de leur caractère sacré, de  l’enchaînement et du rythme très calculé des syllabes, de la résonance des vibrations des sons…

Le Dr Lefebure a mené de multiples recherches sur les capacités à guérir du mantra. Créateur du « mantratron », sorte de métronome spécialement conçu pour réciter les mantras, il a démontré que « le rythme de déclamation des mantras améliore grandement leur effet ».   Voir ici pour en savoir plus.

Là encore, rien n’est prouvé, et chacun se fera son opinion sur ce sujet…

Voilà pour la forme, et pour le fond ?

Yves, qui intervient souvent ici, disait dans un commentaire que les grands Maîtres Spirituels de l’Inde déconseillent de réciter des mantras sans connaître son sens profond, et conseillait plutôt d’adopter un mantra qui vous est personnel.

Pour ma part, je considère que l’intention, la ferveur et la foi sont plus importants que tout le reste.
Ceci dit, je trouve un peu absurde de réciter ou chanter quelque chose qui vous est totalement étranger.

Prenons pour exemple le très beau mantra de guérison OM TRYAMBAKAM YAJAMAHE (en version un peu Bollywood…mais vous pouvez l’écouter interprété par le Dalaï Lama ici  )

Voici les paroles :

OM TRYAMBAKAM YAJAMAHE

SUGANDHIM PUSHTIVARDHANAM

URVAARUKAMIVA BANDHANAAN

MRITYUR MUKSHIYA MAMRITAT

 

Mais si on traduit (j’ai fait hindi en 2ème langue  :lol:  ), cela donne : 

« Om, nous adorons celui qui a trois yeux

Siva, celui qui rayonne et qui nourrit tous les êtres

Puisse-t-il nous libérer de la mort, et nous rendre immortels,

comme le fruit qui est cueilli de l’arbre. »

Personnellement ma culture et mon éducation font que j’honore Dieu et ses saints, mais pas une divinité qui a un gros oeil au milieu du front ou une déesse à 4 bras, ça fout les jetons en plus  :what:

Bon, rien ne nous empêche de l’écouter, ou de réciter le mantra, si on sent que cette musique nous fait du bien (c’est mon cas) !

En toute logique, il vaudrait mieux chanter le « Om shree dhanvantre namaha » (Louange et Salut au guérisseur céleste) qui est un mantra utilisé pour trouver une méthode de guérison adéquate pour un problème de santé. 
En Inde, ce mantra est souvent chanté lors de la préparation des repas pour leur insuffler des vibrations de guérison.

Je n’ai pas trouvé de version convaincante.
On trouve une délicate version de Deva Premal, mais bien trop aseptisée et américanisée à mon goût pour rester dans l’esprit sacré du mantra. Je vous mets quand même le lien si vous ne connaissez pas Deva Premal, superbe interprète américaine de mantras et prières indiennes et celui qui l’accompagne, Manose, un flûtiste virtuose népalais.

 

Guérir par le chant diphonique et harmonique

 

Le chant diphonique est une technique de chant qui permet de produire deux notes de fréquences différentes.
Dans le chant harmonique, un son grave est produit avec la gorge et un son aigu par résonance.

Ces techniques sont pratiquées depuis la nuit des temps dans diverses musiques traditionnelles du monde, notamment en Mongolie, au Tibet, et dans certaines régions d’Inde.

En France, certains musiciens les utilisent à des fins thérapeutiques, comme Emmanuel Comte dont j’ai parlé dans le précédent article.

Retrouvons-le dans cette vidéo pour mieux comprendre cette technique diphonique.

 

Etonnant cette résonance aigüe non? Moi j’aime bien…

 Je retiendrais aussi dans cette sélection non exhaustive Patrick Torre qui combine dans ses musiques les mantras, le chant diphonique, le chant de gorge,  les sons thérapeutiques des chamans d’Asie Centrale…

 

La musique multidimensionnelle pour la santé

 

C’est Jacotte Chollet qui a créé ce concept de musique multidimensionnelle. Elle considère que nous sommes des êtres multidimensionnels et de ce fait, une musique dite de guérison se doit de l’être également. C’est-à-dire qu’elle doit agir sur plusieurs plans vibratoires et toucher nos différents corps tels que le conçoit l’Ayurveda:

-  corps physique (physiologique)
-  corps physique subtil (énergie)
-  corps vital (émotions et sentiments)
-  corps mental (impressions, réflexion, intuition)
-  corps spirituel (l’âme).

 Sa musique nous convie à un « voyage de retour à SOI », je la cite :

 « Au fil des écoutes et des expériences vous découvrirez les multiples demeures de votre âme,  vous effacerez les mémoires douloureuses (inconscientes) qui vous empêchent de « guérir », vous apprendrez à vous régénérer, à vous recréer, vous élargirez les frontières de votre champ de conscience, vous découvrirez l’infinie intelligence de la vie qui n’a pas de limite »

Beau programme en perspective…

 

Selon Jacotte Chollet, personne n’entend la même chose dans sa musique car tout dépend de notre état intérieur et de la perception de nos 5 corps.

Personnellement, si je suis séduit bien évidemment par cette approche multidimensionnelle puisque c’est précisément ce que je préconise pour prendre en main sa santé,   je ne ressens pas grand-chose…Aujourd’hui peut-être un peu d’agacement voire d’énervement (ce n’était pas le cas un autre jour),  mais cela n’aura rien à voir avec ce que vous, vous ressentirez…

 

Se soigner avec  l’enregistrement binaural 

 

L’enregistrement binaural (à ne pas confondre avec les battements binauraux) est un procédé d’enregistrement et de reproduction sonore en trois dimensions: latéralité, profondeur et hauteur  C’est donc du son 3D!

Anthony Doux, accordéoniste et chanteur que j’ai découvert en surfant sur le net, est un des tous premiers à avoir réalisé un enregistrement de sa magnifique musique (qui mélange les genres à la manière de P.Torre) avec ce sytème.

Il nous propose un massage sonore enregistré dans les studios d’Arte (Casque obligatoire car il faut être placé au centre des sons).

Quel voyage!

article complet sur
http://www.lavienje.com

 

 

 

 

 

Nous sommes tous issus du même moule

et à voir le résultat ça me fout les boules;

On sépare les peuples comme on divise la lumière

comme pour imposer un semblant d'arc en ciel

aux couleurs pourtant milllénaires...

Sept couleurs pour voir la Terre,

toutes sont uniques, mais complémentaires,

car ce sont elles qui font La Lumière;

Sept notes pour jouer La Musique,

dans toutes les langues elles sont uniques,

elles nous chantent les couleurs de la Terre;

Tous les gouts sont dans la nature,

il n'y a qu'à voir sa progéniture,

et ce n'est pas par hasard et de façon identique

que le complexe corps humain façonne autant de physiques;

Ils ont des yeux mais ils ne voient pas

et s'arrètent simplement à ce qu'ils croient,

Regardez les différences et admirer leurs existences,

respirez les essences et laisser parlez tous vos sens....

Ils ont des oreilles mais ils n'entendent pas

essayant de comprendre ce qu'ils n'écoutent pas,

Fabriquer une réponse au lieu d'écouter la question

c'est comme rendre un jugement en supprimant toutes contestations...

 

 C.H.

- Les 731 affreux qui viennent d'être décorés de la Légion d'honneur, cuvée janvier 2017

légiondhonneur-images

 

Ils ont licencié, organisé l'évasion fiscale, profité d'avantages indus ou défilé contre le mariage pour tous... Et pourtant, début janvier, le gouvernement les a décorés de la plus haute distinction française : la Légion d'honneur.

C’est une tradition. Chaque année au mois de janvier l’Elysée publie la liste de ces citoyens décorés de la Légion d’honneur. C’est la plus haute distinction française. Elle récompense « les citoyens les plus méritants dans tous les domaines d’activité », nous apprend le site (link is external) de La grande chancellerie de la Légion d’honneur.

La promo de ce premier janvier 2017 compte pas moins de 731 personnalités, (link is external) nouvellement décorées ou montées en grade. Une liste que StreetPress a scrupuleusement épluchée. Entre l’actrice Zabou Breitman et le résistant Pierre Scholla, on a dégoté quelques profils plus controversés. Revue d’effectif.

1 Les amis des travailleurs

Philippe Darmayan, c’est le big boss en France d’Arcelor Mittal. Vous savez, la fermeture définitive des hauts fourneaux de Florange, en 2013, c’était eux ! Une affaire qui avait fait grand bruit. A l’époque, Darmayan n’était pas à la tête de la boîte (il s’occupait de la « restructuration » d’une autre entreprise (link is external) du secteur, Aperam).

Le hic, c’est que le gouvernement nous assurait, après la fermeture du site mosellan, avoir arraché la promesse qu’il n’y aurait plus de licenciement jusqu’en 2017. Sauf que l’Humanité nous apprend (link is external) que leur plan compétitivité présenté en juillet prévoit la disparition de 300 emplois sur quatre ans. Et cette fois, c’est bien Philippe Darmayan qui est aux manettes…

Parmi les décorés on trouve également la patronne d’Orange France. Fabienne Dulac occupe différents postes à France Télécom depuis son arrivée en 1997. Mais reparler de la vague de suicides qui touche la boîte entre 2008 et 2009 (link is external) ne serait que pure mesquinerie. D’autant que c’est son ex-patron et la boîte en elle-même qui sont mis en examen pour harcèlement moral.

2 Le spécialiste de l’évasion fiscale

« Mon ennemi c’est la finance ! », tonnait François Hollande en campagne. S’il y en a un que la finance – dans ce qu’elle a de moins jojo – ne semble pas trop déranger, c’est Sévérin Cabannes. Le quinqua n’est rien de moins que directeur général délégué de la Société Générale.

Au printemps 2016, Le Monde, associé à 108 autres rédactions, publie une série d’enquêtes qui s’appuient sur les Panama Papers. On y découvre que la « SoGé » a organisé la création de sociétés offshores destinées à cacher des fonds aux services fiscaux. Et la banque française n’y est pas allée avec le dos de la cuillère puisque selon le quotidien (link is external) elle a créé pas moins de 979 sociétés offshores. A l’époque le ministère des finances tape du poing sur la table et convoque les dirigeants (link is external) de la banque. A peine plus de 6 mois plus tard, il décore l’un de ses boss.

3 Les vendeurs d’armes et autres systèmes de surveillance

Jean-Louis Montel bosse pour l’un des fleurons de l’industrie française : Dassault Aviation et son bébé, le Rafale. Après des années de disette, en 2015 et 2016 la boîte a enfin commencé à exporter cet avion de guerre, notamment grâce à une commande (link is external) du très démocratique état du Qatar impliqué dans un conflit (aux côtés de l’Arabie Saoudite) au Yemen. En octobre un bombardement de cette coalition tuait (link is external) 140 civils.

Il y a une entreprise française très représentée dans cette promotion de rentrée : Safran. Pas moins de quatre cadres du groupe d’aéronautique, de défense et de sécurité décrochent une breloque. Pour mémoire : en 2011, le site Owni (link is external) révélait que la boîte tentait de vendre, par l’intermédiaire du sulfureux Ziad Takieddine, un « programme d’identification des citoyens libyens » à Kadhafi.

4 Les élus méritants

La « République exemplaire », c’est un concept has been, de ceux qu’on manie en période de campagne. Pourquoi s’encombrer avec le reste du temps…

Il y a un ancien élu que ce gouvernement semble avoir à la bonne : François Brottes. Jusqu’en 2015, il est député PS. Mais lassé de la politique, il décide de se retirer. Selon Le Point, (link is external) Ségolène Royal lui fait la promesse de le recaser à la tête de RTE, une filiale d’EDF. Un joli cadeau puisque le job est payé 398.000 euros ! Une nomination très critiquée. Certains jugent qu’il y a conflit d’intérêts au regard de ses anciennes fonctions, notamment à la tête de la commission des affaires économiques. Des mauvaises langues.

Il y a un autre élu décoré en cette rentrée qui s’est empêtré dans un petit problème de conflit d’intérêts. En octobre 2015, Frank Cecconi, élu UDI au conseil régional d’Île-de-France, se fait prendre la main dans le pot à confiture. Paris Match (link is external) révèle qu’il occupe un logement social. Pas vraiment bien vu, mais pas forcément indu. Ce qui pose un peu plus question, c’est que l’appartement lui a été attribué en 1996 par le Conseil Régional, assemblée au sein de laquelle bossait à la même époque, en qualité de collaborateur du groupe UDF… notre bon Frank Cecconi.

5 Les anti-mariage pour tous

Vidéo Valérie Debord à la Manif pour tous

Il faut reconnaître une qualité à Hollande et son équipe : ils ne sont pas rancuniers (nous un peu plus). En 2013, face au projet de loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe, l’église catholique et la droite politique font front commun.

Mais tout ça est oublié. Le gouvernement offre une médaille à Valérie Debord, porte-parole des Républicains et habituée des cortèges de la Manif pour tous. L’archevêque de Lille, Laurent Ulrich, aura aussi sa décoration malgré la tribune anti-mariage pour tous, qu’il a co-signée. La bafouille (link is external) valait pourtant son pesant de cacahuètes. Elle dénonce une « réforme de civilisation » (sic) qui va à l’encontre de « l’intérêt supérieur des enfants » (re-sic) !


http://www.streetpress.com

 

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

- Suggestions de lectures critiques et anarchistes pour une action politique informée et concertée

nidieunimaître-images

 

Surfant comme à l’accoutumée la blogosphère dissidente, nous nous sommes aperçus récemment en lisant les commentaires, d’un intérêt grandissant pour l’Idée anarchiste et une croissance incontestable de la demande sur ce qu’il conviendrait de lire pour en savoir plus par soi-même et hors des délires propagandistes entendus ou vus ici et là sur la toile et la sphère de l’establishment afin de discréditer et de diaboliser l’anarchie et ses principes fondateurs d’une société égalitaire, anti-autoritaire, et non coercitive, qui terrifie l’oligarchie et la survie de son petit monde privilégié de la domination et de la violence.

Pour répondre à cette demande, en tant que blog anarchiste ayant étudié de près toute cette affaire depuis bien des années, nous avons décidé d’établir une petite liste utile, bien ententu non exhaustive loin de là, de ce que tout à chacun pourrait ou devrait lire afin d’en savoir plus et de se faire une idée sur l’Idée de manière indépendante.

C’est en fait ce que tout anarchiste souhaite: que le plus de personnes possible décident de leur propre chef d’en savoir plus et étudient poue se rendre compte par eux-mêmes de ce qui n’est en rien une idéologie mais bien plutôt une façon de penser, de se comporter dans la vie de tous les jours et donc une façon de vivre, tout simplement, bien au-delà de toutes les fadaises vues et entendues en provenance de sources qui simplement ne savent pas grand chose de ce qu’ils avancent ou intoxiquent à dessein l’opinion publique.

Assez de blablatage, voici une petite liste pour se mettre confortablement sur le chemin de la véritable question sociale, nous mettons en lien toute lecture possible gratuite sur la toile si disponible:

Littérature anarchiste

Pour commencer simplement, il y a un petit livre incontrournable, très bien fait, écrit par Daniel Guérin et publié aux éditions Gallimard en 1965, intitulé: “L’anarchisme, de la doctrine à l’action”. L’édition de langue anglaise de 1970 est préfacée par Noam Chomsky. On le trouve chez Folio pour pas cher.

L’ouvrage de 158 pages dans sa version anglaise, est divisé en trois chapitres:

  1. Les idées de base de l’anarchisme
  2. A la recherche d’une nouvelle société
  3. L’anarchisme et sa pratique révolutionnaire

Le 3ème chapitre parle de la période de 1880 à 1914 puis de l’anarchisme dans la révolution russe de 1917 , de l’anarchisme des conseils ouvriers italiens de 1920 et enfin l’anarchisme et la révolution sociale espagnole 1936-39

Ensuite, une fois assimilé le mimimum basique savamment dispensé par le livre de Guérin, il est assez incontournable de lire la trilogie anarchiste avec dans l’ordre chronologique:

Puis, au gré du temps lire ces auteurs également essentiels en tête desquels npus mettrons Gustav Landauer et ses deux ouvrages “La révolution” et surtout “L’appel au socialisme”.

A lire également avec le plus grand intérêt:

Plus près de nous dans l’époque “moderne”: des anthropologues anarchistes:

Concernant l’histoire critique pour balayer certains grands mythes tenaces:

  • Howard Zinn et son “Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours”
  • Annie Lacroix-Riz: “L’histoire sous influence” et “L’histoire toujours sous influence”
  • Jean-Paul Demoule: “On a retrouvé l’histoire de France” et “Les Gaulois”
  • Marylène Patou-Mathis: “Néanderthal, une autre humanité” et son excellent “Préhistoire de la violence et de la guerre”

Pensée critique rejoignant la pensée anarchiste:

Le seul penseur et activiste marxiste valant la peine d’être lu à notre sens:

  • Antonio Gramsci: “Ecrits politiques”, “Cahiers de prison”

Bonne lecture à toutes et tous !



http://resistance71.wordpress.com

Merci à JBL1960


 

senscritique-images

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

- Olga Kharitidi - Le Maître des Rêves Lucides ou comment guérir les esprits du trauma

trauma-images

 

Ce n’est pas un avis personnel que je vais vous partager. Je fais partie d’un groupe d’individus qui pratiquent une tradition de guérison, une très ancienne tradition, comme je vous l’ai déjà dit. Mon but aujourd’hui est de vous introduire les principes fondamentaux de notre travail. A ce que j’ai compris, la plupart d’entre vous dans cette pièce sont impliqués, de près ou de loin, à la pratique de la guérison.

" Pouvez-vous me dire, selon votre jugement et votre expérience, ce que vous pensez être la source de la souffrance et du malheur dans le monde ? »

Une vague d’agitation secoua le public. Je regardais autour de moi et vis une majorité de jeunes adultes, tandis que quelques hommes plus vieux à l’allure académique se tenaient au premier rang. Les gens se regardaient les uns les autres, attendant de voir qui allait répondre, puis j’entendis la faible voix de Masha dire un peu en riant, « Est-ce le mal ? »

Vladimir la regarder un instant avec la même attention inhabituelle que j’avais remarqué dans son regard, puis continua, « Quand vous dites « le mal », c’est une déclaration puissante. Mais cette déclaration vous éloigne aussi de la source. C’est comme si vous vous coupiez, ou que vous coupiez tout ce qui est bon en vous-mêmes de la nature du mal, et pensiez qu’ainsi, vous obteniendrez guérison et protection.

« En réalité, c’est le contraire. Quand vous vous distancez de la source de souffrance, quand vous dites qu’elle est à l’opposé de ce que vous voulez être (J’imagine que vous voulez tous être bons, n’est-ce pas ?), vous manquez une occasion de la changer. Elle continue à vivre en vous, fait partie de vous, vous fait prendre de nombreuses décisions, mais comme vous refusez de la connaitre, vous restez dans une ignorance béate et continuez à souffrir. »

« Dans notre tradition, la source du malheur et de la maladie se nomme « esprits du trauma ». Nous pensons que ce sont des représentations vivantes du trauma en chacun de nous. A chaque fois que quelqu’un vous blesse et que vous ne l’acceptez pas en tant que partie intégrante de votre passé, vous créez un vide dans votre mémoire; un vide qui, lorsque la blessure est forte et répétée fréquemment, est occupée par un esprit du trauma. Pas besoin d’imaginer une sorte d’horrible monstre démodé, assis dans votre dos et suçant votre sang. » Une vague de gloussements traversa l’assistance visiblement soulagée. [lire la suite]


http://rustyjames.canalblog.com

 

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

- Davos: "Chérie, nous avons un probème avec la bonne !"

 

Sur le ton de l’humour, BB nous fait une chronique de Davos vue par l’un de ses participants. C’est cynique et percutant. Ceci est une mise en garde : Attention aux discours des puissants, ils ne sont jamais à court de manipulations. Intéressant. Galadriel

 


Davos est d’accord, il y a un problème avec le personnel, il ne se révolte pas encore, mais il n’est pas content. Il faut trouver une solution.

Comment traiter la question des prochaines élections en Europe, comment faire face aux défis que nous impose la victoire de  Trump tout en maintenant notre ordre établi? Il faut s’y mettre, c’est urgent.

D’accord avec  l’idée de notre amie Christine que nous avons récemment sauvée in extremis,   il faut d’apprendre aux masses à tolérer les dépenses sociale. Il faut  leur faire comprendre qu’ils doivent partager ce qui leur reste  entre eux. La suggestion  qu’ils doivent toute leur vie aller à l’école est bonne, cela les occupe, mais cela ne suffira certainement pas, ils sont en colère, les bougres.

RayDalio a peur et il a peut être raison, nous sommes allés trop loin et deja l’ordre que nous avons construit fout le camp: la globalisation recule, la provincialisation augmente, les nationalismes  n’en parlons pas, ils galopent , tout cela n’annonce rien de bon.

Il faut faire attention, « ils » commencent à comprendre, il disent que nous , les banquiers, les politiciens et les hauts fonctionnaires, nous sommes complices , ce n’est pas bon, cela dévoile trop notre jeu, on voit trop facilement à qui profite le système. Il faut arrêter tout cela. Surtout qu’avec Trump, nous avons perdu une position de choix, un bastion, on ne peut pas compter sur lui tant il est gaffeur. Si on n’arrête pas le mouvement très vite, ce sont toutes nos constructions commerciales mondiales qui vont être abattues.

Il faut cesser de protéger le travail dit notre ami Richard Baldwin et protéger les travailleurs, les personnes, il faut que la société aide les travailleurs , qu’elle les oriente, qu’elle les reprogramme et les ré-entraine .

Vous savez il faut payer, il faut que nous acceptions des sacrifices pour maintenir la cohésion sociale qui nous est si nécessaire et si favorable. On peut de toutes façons faire porter l’essentiel de ce que cela coutera sur les peuples, ils n’y verront que du feu puisque c’est pour la bonne cause. La lutte contre les inégalités, ils adorent cela, ils en redemandent! On s’en servira, on peut la mettre à toutes les sauces.

Lagarde a raison, il faut penser à tout cela, et voir ce que l’on peut faire. Essayons de noyer le poisson avec des réformes fiscales et structurelles, ils n’y comprennent rien et puis cela les occupe d’en discuter entre eux, pendant  ce temps là ils ne nous ennuient pas.

L’idée de Lagarde  de redistribuer l’argent des pauvres n’est pas mauvaise. Pour protéger l’argent des riches ont peut dire que ce n’est pas le même chose, les pauvres consomment mais les riches eux, ils investissent.Ils sont utiles.  Ah Ah! Elle n’est pas n’est pas mauvaise celle là , car non seulement cela nous donne du pouvoir comme redistributeurs, mais cela les monte les uns contre les autres, comme les gladiateurs dans les arènes du cirque: pendant qu’ils se battent entre eux, comme Mélenchon et Marine, cela nous laisse les mains libres. Faisons nous même une grande campagne sur les inégalités, reprenons leurs mots  d’ordre, mais retournons les contre eux, ces braillards, il faut  monter ceux qui ont moins contre ceux qui ont un peu plus; cela marche à chaque fois. Le peuple est jaloux de ses voisins, pas des ultra-riches qu’il ne voit pas. Utilisons nos amis Stiglitz et Deaton  avec leurs prix Nobel, ils sont crédibles, quand ils parlent d’inégalités, le peuple les écoute. Et puis avec eux nous ne risquons pas  d’être trahis.

L’idée de l’ami Summers de modifier notre propagande est à considérer. Il dit que nous devons marteler que le populisme est contre-productif, qu’il se retourne contre les classes moyennes, c’est une idée qui est bonne: faire croire aux pauvres que leurs amis et leurs chefs sont leurs ennemis, cela marche toujours. Les médias sont encore avec nous, avec leur aide nous pouvons faire passer cette idée, cela ne coûte rien après tout.

Il semble dans cet ordre d’idée qu’il faut que nous reprenions contrôle du roman politique, de l’imaginaire politique, notre version n’est plus seule à circuler , et cela nous nuit. Pour cela nous devons reprendre  le controle de ces médias du peuple, de ces facebook et autres. Leurs patrons sont d’accord à condition qu’on leur permette de sauver la face et qu’on le fasse au nom  de la liberté. Pas de problème, cela nous savons faire.

Mettons nos publicitaires au travail, qu’ils nous trouvent un bon slogan  , plus fort encore que celui du traitre Trump; make America  great again, il faut les faire rêver simplement, comme des simplets.

L’idée de notre ami le  Prix Nobel  Deaton eventuellement de  se préparer à laisser tomber l’Union Européenne est extrême , mais elle n’est pas mauvaise en cas de besoin, cette Union nous l’avons mal conçue, c’est un boulet qui monte les peuples contre nous. Si il le faut il sera peut être nécessaire de se couper un bras et de l’amputer. De toutes façons l’euro ne peut pas marcher, que ferons nous quand notre ami Draghi devra arrêter de le tenir à bout de bras?.

davos-C2cGKiHXAAAt2C0



http://brunobertez.com

 

Une petite étude qui ne sera quasiment jamais divulguée, si vous ne savez pas qu’elle existe ce ne sont pas les merdias qui en parleront. Thierry65

https://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/file_attachments/bp210-economy-one-percent-tax-havens-180116-fr.pdf
RÉSUMÉ
UNE ÉCONOMIE AU SERVICE DES 1 %
Le fossé entre les riches et les pauvres est plus abyssal que jamais.
Le Crédit Suisse a récemment révélé que les 1 % les plus riches avaient désormais accumulé plus de richesses que le reste de la population mondiale, soit une année plus tôt que ce qu'avait prédit Oxfam dans une communication largement diffusée en amont du Forum économique mondial de 2015. Parallèlement, les richesses détenues par la moitié la plus pauvre de l'humanité ont chuté de mille milliards de dollars au cours des cinq dernières années. Il s’agit de l’ultime démonstration que nous vivons dans un monde où les inégalités ont atteint un niveau sans précédent depuis plus d'un siècle.
Le document « Une économie au service des 1 % » explore le comment et le pourquoi d'une telle situation et expose de nouveaux éléments troublants sur une crise des inégalités qui échappe à tout contrôle.
D'après les calculs d'Oxfam:
• En 2015, 62 personnes possédaient à elles seules les mêmes richesses que 3,6 milliards de personnes (soit la moitié la plus pauvre de l'humanité), contre 388 personnes en 2010.
• La fortune des 62 personnes les plus riches au monde a augmenté de 45% entre 2010 et 2015, soit une hausse de plus de 500 milliards de dollars (542 milliards de dollars), pour s'établir à 1 760 milliards de dollars.
• Parallèlement, les richesses de la moitié la plus pauvre de l'humanité ont diminué de plus de mille milliards de dollars au cours de la même période, soit une chute de 38%.
• Depuis le début du XXIème siècle, la moitié la plus pauvre de la population mondiale a bénéficié de seulement 1 % de l'augmentation totale des richesses mondiales, alors que les 1 % les plus riches se sont partagé la moitié de cette hausse.
Le revenu annuel moyen des 10 % les plus pauvres dans le monde a augmenté de moins de 3 dollars par an en près d'un quart de siècle. Autrement dit, leur revenu journalier a augmenté de moins d'un cent par an.
L'exacerbation des inégalités économiques est néfaste pour l’en semble de la population, car elle sape croissance et cohésion sociale. Et les conséquences pour les personnes les plus pauvres sont particulièrement désastreuses.
Les défenseurs du statu quo prétendent que les inquiétudes générées par les inégalités reposent sur « la jalousie politique». Ils évoquent souvent la réduction du nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté pour démontrer que les inégalités ne constituent pas un problème majeur. Mais ils font fausse route. En tant qu'organisation ayant vocation à lutter contre la pauvreté, Oxfam salue sans équivoque les progrès fantastiques qui ont contribué à réduire de moitié le nombre de personnes vivant en dessous du seuil d'extrême pauvreté entre 1990 et 2010.
Mais si, au cours de la même période, les inégalités ne s'étaient pas creusées
dans tous les pays, 200 millions de personnes supplémentaires auraient pu sortir de cette pauvreté. Un chiffre qui aurait même pu atteindre 700 millions si les pauvres avaient davantage bénéficié de la croissance économique que les riches.

 

Posté par Arkebi à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 23 janvier 2017

- Benetton force des aborigènes de Patagonie à abandonner leurs terres

Les grands groupes financiers s'accaparent des terres dans le monde entier, et même en France. Mais dans certains pays, le vol et la colonisation est plus mal vécu qu'ici. Depuis 1997, Benetton s'est "installé" en Patagonie, grâce à l'appui de l'armée.

 "S’il semble difficile d’enrayer définitivement ces pratiques barbares, chacun doit savoir qu’il existe une histoire derrière les produits qu’il consomme. Se renseigner avant d’acheter c’est prendre conscience de la réalité économique et politique du marché mondial et anticiper les actes de résistance possibles à l’échelle de l’individu."

 

united-color-of-benetton-696x601

 

Des aborigènes de Patagonie virés de leurs terres par Benetton

En Argentine, dans la province de Chubut en Patagonie, une communauté ancestrale est en train de subir un répression policière extrêmement violente pour avoir l’audace de défendre les terres sur lesquelles elle est établie depuis toujours. Sauvagement expropriée, la communauté Mapuche tente tant bien que mal de faire face aux gendarmes, envoyés en nombre par l’État afin de défendre les intérêts de la multinationale qui se réclame de la parcelle : Benetton. Voilà plus d’une semaine que de violents affrontements ont éclaté, ravivant un conflit qui dure depuis déjà plusieurs années.

Affrontements sanglants entre police et manifestants

Le 10 janvier dernier, de violents affrontements ont éclaté dans la région de Chubut, en Patagonie argentine, entre gendarmes et membres de la communauté Mapuche. À coups de balles de caoutchouc et de plomb, plusieurs centaines de gendarmes ont réprimé les manifestations et les protestations d’une trentaine membres de cette communauté ancestrale qui se bat maintenant depuis des années pour conserver ses terres. Depuis mars 2015, plusieurs familles de la région s’attèlent à reprendre des terres réquisitionnées par l’homme d’affaires italien Luciano Benetton, fondateur de la marque du même nom et propriétaire depuis les années 90 de près d’un million d’hectares en Patagonie.

Face à la révolte de ces communautés ancestrales réclamant le droit de vivre sur des terres où elles sont établies depuis des siècles, les autorités ont donc usé de la violence en ce début d’année au prétexte de faire respecter le droit de propriété qui s’exprime ici à travers l’accaparement systématique de terres paysannes. Un phénomène également observable ailleurs dans le monde où de riches industriels rachètent, grâce à une connivence avec les autorités, des terres qui appartenaient « de fait » aux communautés locales jusqu’à aujourd’hui. En Patagonie, plusieurs personnes ont été blessées, dont une gravement, et une dizaine de militants furent interpellés. Les témoignages décrivant la violence utilisée dans ces opérations menées par la gendarmerie ont fait surface dans les médias locaux, évoquant une « volonté de tuer » et de nombreuses destructions de biens.

Les affrontements ont éclaté alors qu’une poignée de membres mapuches manifestait en bloquant la voie de « la Trochita », une ligne de train dont l’installation sur les terres du Chubut a largement été critiquée par les peuples autochtones. Et pour cause, cette voie a été installée alors qu’un accord passé stipulait qu’elle passerait par un autre endroit. Un porte-parole mapuche a notamment déclaré à propos de l’incident : « C’est un scandale, le passage à tabac et la répression qu’ont subi les manifestants. Ils étaient une poignée à manifester et une évacuation a été ordonnée, qui a conduit à l’intervention de 300 soldats de la gendarmerie armés jusqu’aux dents. » Contre les balles, les manifestants n’avaient que des pierres pour riposter.

Au cœur du problème : l’expropriation séculaire des peuples aborigènes

Située à cheval entre l’Argentine et le Chili, la Patagonie accueille le peuple Mapuche, connu également sous le nom de « Peuple de la Terre », depuis plus de 10 000 ans. Depuis 500 ans, ce peuple a résisté aux invasions continuelles, aux tentatives d’extermination, et aux expropriations abusives. Aujourd’hui, les Mapuche sont confrontés à une colonisation de type économique : le rachat de leurs terres par de riches Européens et Nord-Américains qui espèrent profiter des bas prix et de l’ouverture de l’économie engagée sous la présidence de Carlos Menem dans les années 1990. De nombreuses célébrités ou hommes d’affaires ont ainsi investi dans d’immenses terrains en dépit des habitants qui y vivent.

C’est notamment le cas des frères italiens Carlo et Luciano Benetton, fondateurs de la célèbre marque de vêtements. Le groupe Benetton est aujourd’hui le plus grand propriétaire foncier d’Argentine, avec pas moins de 900 000 hectares de terre détenus en Patagonie. Ils concentrent ainsi 9% des meilleures terres cultivables du pays, des terres qu’ils exploitent en y installant plusieurs centaines de milliers de moutons qui leur permettent de produire près de 6 000 tonnes de laine par an, soit 10% de la matière première nécessaire à leur production de vêtements.

Les terres des Mapuche sont donc aujourd’hui largement entre les mains de compagnies étrangères comme Benetton. Ce même processus d’expropriation a par ailleurs donné lieu à l’exode et à la stigmatisation des Mapuche, aujourd’hui considérés comme des « sauvages » par un gouvernement argentin qui a tenté de les soumettre et de les « intégrer » en les utilisant comme main d’œuvre bon marché. Aujourd’hui, et au travers des récents événements, qui sont de vaines tentatives de résister à un envahisseur privé détenteur de capitaux, ils sont parfois même présentés comme des terroristes qui menacent la « paix sociale ».

Sources : Pagina12.com  / ElCiudadano.cl / Notas.org.ar / Metamute.org / Photographies reçues de militants sur place.


https://mrmondialisation.org


RAPPEL

Novembre 2003

L'entreprise Benetton s'est appropriée les terres de la Population Mapuche

En Patagonie, il n’est pas inhabituel de voir les eaux turquoises des rivières séparées par des grillages. La chaîne de montagnes dans le sud des Andes aux sommets couverts de neige qui bordent les frontières de l’Argentine et du Chili, ou la "Cordillera" comme l’appelle les gens locaux, est une des plus étonnantes dans le monde. Au pied des montagnes, s’étend une terre plate pleine de végétation et de buissons où les moutons et vaches broutent. L’or et le quartz dans les montagnes de la province du Sud de Chubut ont récemment attiré les entreprises minières comme Meridian Gold et maintenant Benetton pour l’exploitation des vastes plaines, parfaites pour la production en masse de la laine.

Pour les Indiens Mapuche du sud de l’Argentine, depuis 10 000 ans de bataille pour la terre en Patagonie l’entreprise de vêtements Benetton est le nouveau Conquistador. Aujourd’hui Benetton est le plus important détenteur de terre en Argentine, possédant 900 000 hectares dans la région abondante de Patagonie. Avec 9% des terres les plus cultivables de Patagonie, leur possession est 40 fois plus large que la capitale Buenos Aires, la deuxième ville de l’Amérique Latine.

“Ici, ils ont pris tout ce qu’ils voulaient. C’était une vallée agréable et pour cette raison ils se la sont appropriée et l’ont fermée. Ils nous ont laissé au milieu de pierres dans les champs les plus terribles”dit un fermier Mapuche, Rogelio Fermin.

Nouvelles colonisation de la Patagonie.

“La Patagonie me donne une impression incroyable de liberté” dit Carlo Benetton quand il a pris possession du territoire argentin. En 1997 Benetton a acheté l’entreprise anglaise Compania Tierras del Sur Argentina S. A. (CORP) pour un total de $50 millions. Les archives de CORP reconnaissent la présence des gens natifs dans la région. En échange pour la terre qui a été occupée par les Mapuche depuis 13 000 ans, Benetton a bâti un musée dédié á l’histoire et la culture de cette terre mystique.

Mais l’occupation de la terre Argentinienne par Benetton offre beaucoup plus qu’un sens de liberté et un musée sur le passé: les 280 000 moutons de Benetton produisent 6000 tonnes de laine par an, 10% des besoins de la production totale du plus grand consommateur de laine vierge du monde.

A 200 mètres du Musée Leleque vit une famille Mapuche, les Curinancos. Atilio Curinancos est né et a passé sa vie á Leleque mais plus tard s’est déplacé près d’Esquel. Après avoir souffert durant la crise économique Argentinienne en Décembre 2001, Atilio et sa femme Rosa ont décidé de retourner dans les champs et essayer de cultiver leur nourriture, élever leurs animaux et établir une micro entreprise.

“Tout a commencé lorsque nous avons proposé de fonder une entreprise familiale á Santa Rosa” dit Atilio Cuinanco, 52 ans. “Je connais cette terre depuis que je suis né et comme j’ai constaté que personne ne l’occupait, j’ai pensé que ce serait une excellente opportunité.”

Les Curinancos ont approché l’ “Instituto Autarquico de Colonizacion (IAC), une agence immobilière gérée par le gouvernement, pour demander l’autorisation d’occuper une région appelée Santa Rosa située au devant d’une des propriétés appartenant á Benetton. Il est bien connu parmi les Mapuche que ce territoire natif est inoccupé et cela a été confirmé verbalement par IAC. Après une attente de 8 mois les Curinancos attendaient toujours confirmation. Finalement, ICA envoya une note á la famille disant: “l’information que nous avons obtenu démontre que la terre est considérée comme étant zone commerciale et il est dans notre intérêt de la réserver pour une micro entreprise.”

La famille Curinancos s’est rendue au commissariat d’Esquel á Chubbut pour annoncer qu’elle allait prendre possession de Santa Rosa. Le jour même un groupe de paysans commença á travailler la terre, avec les ressources limitées qu’ils possèdent, labourant, plantant des légumes et amenant leurs animaux aux pâtures.

“Nous n’avons fait de mal a personne lorsque nous sommes arrivés sur la terre,” dit Atilio Curinancos. “Nous n’avons pas coupé de barrières, nous ne sommes pas venus dans la nuit. Nous avons attendu pour voir si quelqu’un allait venir pour nous faire savoir si nous les importunions ou pour nous montrer un document démontrant que la terre appartenait á quelqu’un d’autre mais personne n’est venu.”

Benetton soutient que Santa Rosa lui appartient. Benetton a délivré un constat disant que la terre ne doit pas être utilisée pour l’élevage des animaux et a stipulé son intention de reprendre contrôle de leur propriété. Au bout de deux mois, la police a désassemblé et saisi les affaires de la famille Curinancos.

Lorsqu’il a été interrogé a propos de l’éviction, l’avocat pour Benetton, Mr Martin Iturboro, a dit que la prise de la terre par la famille Mapuche était simplement un problème de délinquance.

La terre appartenant á Benetton autour de la propriété de Santa Rosa reste inoccupée.
Les Curinancos maintiennent qu’ils reprendront possession de la terre qui leur a été volée et refusent de laisser Benetton changer leur histoire. “Nous sommes natifs et nous allons nous battre jusqu’a ce que cette terre nous soit retournée,” dit Atilio.


Menace d’éviction a Leleque

Au delà du chemin poussiéreux de la propriété de Santa Rosa, la mère d’Atilio Dona Calendaria une femme de 85 ans doit enjamber la barrière de la propriété de Benetton pour accéder au seul point d’eau de la région.

La route pour la rivière Chubut est une route locale. Elle ne devrait pas être fermée,” dit Laura qui a résidé dans la région depuis 40 ans. Elle raconte comme toute la région a changé depuis que Benetton a acheté le terrain.

“Benetton a trois portails avec clés et pour les franchir il faut leur demander la permission, on ne peut pas pêcher sans permission non plus. Plus loin, il y a quelques familles, mais elles ne peuvent passer au travers de la propriété de Benetton. Il faut donc qu’elles la contournent et c’est un détour de 90 kilomètres.”

Le village de Leleque consiste en 8 familles qui travaillaient pour l’entreprise de chemins de fer Argentin, transportant de la laine, du cuir et d’autres marchandises dans la capitale. En 1992, un an après l’achat des terres avoisinantes par Benetton, la station de transport á Leleque a été fermée. “Leleque était une ville agréable, mais maintenant, elle ressemble á un cimetière,” dit Pigeon Llancaqueo, le voisin de Calendaria.

Lorsque le dépôt a été fermé, l’eau courante pour les familles a été coupée et la police a cessé de venir dans la région. Le cimetière local appartenant maintenant á Benetton est situé dans l’enceinte du Musée Leleque. Sans travail, eau courante ou terre á cultiver, il ne restait plus aux habitants de Leleque que l’élevage des animaux pour les aider a survivre. A la fin septembre 1993, l’état a passé une résolution interdisant les habitants de Leleque d’avoir des animaux.

En Septembre dernier, les 50 habitants de Leleque, la majorité d’entre eux des femmes et enfants Mapuche, ont été informés par l’entreprise de chemins de fer gérée par l’Etat qu’ils avaient 3 mois pour abandonner leurs maisons afin de les utiliser pour la construction d’un parc d’attraction touristique.

Le projet touristique, supporté par la province de Chubut, comprend l’utilisation des chemins de fer pour des tours guidés de Patagonie. Bien que les officiels nient que le projet soit lié á l’entreprise Italienne, l’une des attractions principale offre une visite de la propriété Benetton. Le slogan officiel du projet touristique décrit “une aventure véritable á travers les origines de la région, partant de El Maiten jusqu’à Leleque, ou les touristes peuvent aussi visiter le Musée Leleque et savourer un Patagonien assodo (un plat typiquement Argentin) dans la propriété appartenant á Benetton.

En plus de l’éviction des résidants de Leleque, l’école pour 18 étudiants va aussi être fermée. La promesse par l’état de reloger les expulses n’est pas garantie. “Je n’aime pas le mot Expulsion,” dit Miguel Mafeo, le porte-parole de Ferrocarril Provincial del Chubut (l’entreprise provinciale de Chubbut). “Cela implique que les gens vont se retrouver dans la rue.”

Faisant face à l’expulsion, les résidants de Leleque ont commencé á s’organiser. Ils ont remarqué que d’autres communautés ont été intégrées á d’autres projets commerciaux touristiques incluant certaines gares dans la région, comme en Nehuelpan. La différence, ils disent, est que la gare n’est pas entourée de terres appartenant á l’entreprise Benetton.

“Petit à petit, ils ont fermés les portes de notre communauté á Leleque. C’est un plan stratégique,” dit Mauro Millan, un porte parole pour une organisation Mapuche, le 11 Octobre. “Jusqu’à présent, nous étions sans défense, mais maintenant les Mapuches dans la région sont sur l’offensive. Nous avons décidé qu’il n’y aurait plus d’expulsions, que ça vienne de l’état ou de Benetton.”

Benetton autour du monde.

Le groupe Benetton a été fondé en 1965 par la famille Benetton dans le Nord de l’Italie qui continue á régir la majorité de l'entreprise. Non seulement, l'entreprise Benetton possède des magasins de vêtements dans 120 pays, elle a aussi des autoroutes, des entreprises de restauration urbaines et des réseaux de communication en Europe ainsi que des terrains et de l’agriculture autour du monde. Avec un total de 7 000 magasins et une production annuelle de 100 millions de vêtements, le revenu moyen annuel de Benetton est de 2 billions d’Euros. L'entreprise est très connue pour sa publicité controversée, montrant des victimes du SIDA et des prisonniers attendant d’être exécutés ainsi que d’autres images poignantes favorisant responsabilité sociale et culture globale. Mais l’attitude de Benetton concernant la main-d’oeuvre et pratique économique offre un contraste stupéfiant a leur image.

Benetton fut au centre d’un scandale concernant le travail illégal des enfants en Turquie, lorsque, en 1998, plusieurs enfants âgés de 11 a 13 ans ont été photographiés dans l’usine Tekstil á Istanbul, une usine de textiles confectionnant quelques uns des
produits vendus par les vêtements Benetton. La loi Turque ainsi que la convention internationale du travail interdit le travail des enfants de moins de 14 ans. Benetton a suspendu ses opérations avec l’entrepreneur suivant les révélations faites par l’Union Turque.

Benetton se retrouva en pleine controverse lorsque l'entreprise Kappa dont une partie lui appartient, proposa une usine de vêtements au centre de la Palestine occupée dans la fin des années 90. Après une campagne contre leurs plans par des groupes des Droits de l’Homme, avertissant de la violation des accords internationaux établis par la 4eme Convention de Genève regardant les entreprises en Palestine, Kappa éventuellement abandonna ses plans.

L’année dernière, les Consommateurs Contre l’Invasion de la Vie Privée et du Numérotage a lancé une campagne de boycottage contre Benetton pour ses plans d’utiliser un million de Pastilles d’Identification sur Frequence de Radio ou (RFIDs) dans le but d’inventorier ses vêtements. Benetton a abandonné ses plans après que des critiques aient exprimé leurs soucis que le dispositif placé dans les vêtements pourrait potentiellement permettre á Benetton de suivre les mouvements de ses consommateurs.

Sebastian Hacher est un journaliste et photographe Argentin indépendant qui travaille avec Indy media Argentina.
Pauline Bartolone est une journaliste pour Free Speech Radio News basé en Argentine.


http://www.mapuche-nation.org

 

Posté par Arkebi à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

- Bonnes nouvelles L'interdiction de la pêche en eaux profondes entre en vigueur aujourd'hui

carte_zone_de_pe_che_en_europe_v_1Source image ReporTerre.net

A compter d’aujourd’hui la pêche en eaux profondes est interdite en Europe.

On devrait laisser dans la mer les requins, le grenadier de roche, la lingue bleue et d’autres encore. Ces poissons mettent du temps à atteindre leur maturité sexuelle. Le taux de reproduction est donc faible. Et les populations supportent assez mal la pression de la pêche.

Il est désormais interdit de pêcher au-delà de 800 mètres de profondeur, 400 mètres pour les zones déclarées les plus vulnérables.

Il ne s’agit pas seulement de protéger les espèces qui vivent dans ces fonds marins. Mais aussi les autres qui se prennent dans les filets quand on les remonte. Le chalutage en eau profonde n’est pas sélectif. Ce sont des prises que l’on appelle accessoires. Elles sont rejetées à la mer. Mais leur taux de survie est faible après le traumatisme du filet où elles ont été comprimées comme des sardines en boite.

La méthode nuit également aux fonds marins.

Les filets raclent les fonds et les coraux car OUI nous sommes dans les eaux européennes, pas dans les caraïbes, mais ils y a des coraux. Les filets laissent des traces indélébiles. Les coraux ont une croissance très lente… combien d’années faudra-t-il pour réparer les dégâts.

Il aura fallu 4 ans de bataille pour interdire ce type de pêche. Et pourtant, elle ne représente que 1% des poissons débarqués dans les ports.

Une fois n’est pas coutume, les écologistes sont ravis.

L’association Bloom a bataillé dur. « On est content » commente sa directrice Claire Nouvian. Même si elle plaidait pour une profondeur moins importante : 600 mètres à la place des 800 adoptés par l’Europe. Mais c’est mieux que rien pour mettre un frein à cette aberration écologique et énergétique. Les chaluts consommaient beaucoup de carburant pour aller racler les fonds marins.

Et pêcher des espèces dont on connait peu la biologie. L’Empereur par exemple peut vivre 150 ans. Pendant des années on a dégusté des vieillards. Jusqu’à ce que la capture soit interdite il y a sept ans. Ce qui n’empêchait pas qu’ils se prennent dans les filets. Quant aux autres poissons d’eau profonde, on ne sait rien ou presque sur leur biologie. On ne peut pas gérer une ressource que l’on ne connait pas. Autant les laisser dans la mer.

Par Nathalie Fontrel

Lire sur le site de FranceInter (12/01/2017)

http://www.bonnes-nouvelles.be

 

La pêche en eaux profondes est enfin interdite par l'Europe

Après des années de lutte, les associations de protection de la mer ont obtenu de l'Europe, le 30 juin, l'interdiction de la pêche au-delà de 800 mètres de profondeur. Il reste à universaliser cette mesure indispensable pour la santé des fonds marins. Enfin ! Le chalutage en eau profonde va être interdit en Europe.

https://reporterre.net



Posté par Arkebi à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

- « Burn-out » Ou la fin annoncée de la lutte des classes

cropped-eyebigbrother1-JBL1960

 

LES CHRONIQUES DE ZÉNON

À la rencontre de Zénon l'Ailé... "Chaque rencontre est porteuse d'un changement possible" Jacques Salomé - La Vie à chaque instant (2012) "Toute rencontre nouvelle est susceptible d'éveiller l'impensable" Jacques Salomé ; Bonjour tendresse (1992) "Agir, c'est aimer le soudain, c'est accueillir l'instant et oser demander plus au présent" Jacques Salomé ► Je m'appelle toi...

http://jbl1960blog.wordpress.com



Une fois n’est pas coutume : je vais aborder le sujet par un constat positif… N’en déplaise aux farouches partisans de la dépopulation volontaire, les découvertes technologiques et scientifiques de l’humanité depuis la 1ère révolution industrielle, ainsi que les immenses étendues de terres arables non-cultivées sur le globe, pourraient permettre à plus de neuf milliards d’êtres humains de s’alimenter sans problème.
Mieux : l’essor de la robotique et de l’intelligence artificielle devrait réduire la somme de travail nécessaire à la subsistance d’autant de gens à tout au plus trois, quatre heures par jour et par personne. Nous serions en mesure de consacrer tout ce temps au partage, à l’éducation de nos enfants, au voyage, à la recherche, d’apprendre continuellement tout au long de la vie et même, pourquoi pas, de nous interroger un peu davantage sur son sens.

Instruits de toutes les erreurs du passé, nous pourrions réfléchir aux moyens de rétablir une juste équité entre les devoirs et les droits. Nous pourrions redéfinir complètement la manière dont décider des questions publiques et du bien commun. Nous pourrions nous pencher sérieusement sur la réparation des dégâts du nucléaire et résoudre bien d’autres problèmes encore insolubles. Nous pourrions enfin viser l’épanouissement de tous au lieu du profit de quelques-uns. Mais en la situation actuelle, c’est impossible. Car comme nous le savons, le système prédateur de l’oligarchie mondialiste nous l’interdit.

Il semble même qu’au contraire, l’élite autoproclamée ait choisi l’élimination progressive de toutes ses petites mains devenues l’une après l’autre surnuméraires. Malgré les piètres tentatives des statisticiens chargés d’enfumer l’auditoire, le chômage de masse continue à se répandre et gagner de plus larges couches de la société. Dans quasiment tous les corps de métiers, le travail tel que nous le connaissions, devenu dans une large mesure inutile, est en passe de disparaître… Mais au lieu de libérer de son astreinte ceux qui jusqu’alors l’occupaient, l’emploi s’est petit à petit tourné vers un autre but. S’il se perpétue de nos jours, ce n’est plus seulement pour l’enrichissement d’une petite caste de privilégiés, mais aussi et surtout afin d’occuper tout un pan de l’espèce Humaine à l’éradication des autres. Cela peut sembler brutal énoncé de la sorte, mais grattons sans nous mentir le vernis de nos fonctions respectives : nous ne pouvons que reconnaître œuvrer en l’état actuel des choses à notre autodestruction.

Commençons par ordre alphabétique (c’est une manie) avec l’agroalimentaire. En vue de produire la nourriture au rabais qu’exige la grande distribution, l’agriculture industrielle, aujourd’hui principalement d’exportation, empoisonne durablement les sols et précarise tout l’écosystème planétaire. Parallèlement, toute une armada d’ingénieurs s’adonne à la chimie amusante en cherchant quelle combinaison d’additifs peut mieux camoufler leur toxicité, tandis que fonctionnaires de France et d’Europe veillent à l’application de règles encadrant l’appauvrissement des produits de la Terre en nutriments. Tout ce petit monde s’active à généraliser les carences pour le plus grand bonheur des labos pharmaceutiques. Quant au FMI et à ses relais gouvernementaux, ses programmes d’ajustements structurels affament les populations à l’échelle de pays entiers.

L’artisanat, jadis premier employeur de France, se trouve en phase terminale d’extinction. Ces micro-entreprises étranglées par le RSI ferment boutique par centaines chaque mois, laissant pour seuls souvenirs des rangées de rideaux fermés dans les rues. L’ébéniste avec encore des années à cotiser finira sa carrière salarié chez un des grands groupes qui l’ont coulé. Et déconseillera le plus souvent aux jeunes de s’aventurer dans la profession.

Si les instituteurs, professeurs des collèges et lycées n’en peuvent plus, ce n’est pas pour cause de salaires insuffisants, de manque d’effectifs ni de moyens matériels. S’ils craquent, c’est car leurs élèves les renvoient chaque jour à l’inutilité de cours et de leçons pour eux vides de sens. Parce qu’engagés le plus souvent dans le métier par vocation d’enseigner, ils se retrouvent plus ou moins consciemment à formater les jeunes et non les instruire.

Si autant de policiers se foutent en l’air chaque année, ce n’est sûrement pas par remord d’avoir malmené untel ou untel au cours d’une intervention, mais parce qu’au quotidien confronté à une violence endémique, délibérément permise et encouragée par l’autorité publique, ils réalisent fatalement que, loin de défendre la veuve et l’orphelin, leur boulot consiste essentiellement à compter les points.

La désindustrialisation et la disparition de la classe ouvrière dans les pays occidentaux ne sont pas nouvelles. En revanche, on observe désormais la mécanisation grandissante des services : robots ménagers, livraisons par drones, dématérialisation des démarches et fin des guichets administratifs, calculs de résultats prévisionnels et infographies réalisés par des algorithmes… Tout ce dont nous avions le savoir-faire se voit remplacé par des tâches de supervision, de communication, ou encore, plus confusément, de « prospective ». Dans le meilleur des cas, sans aucun intérêt pour soi ni utilité commune.

Cette déliquescence est la même partout… Aussi bien chez l’emblème du capitalisme que sont les chaînes de fast-food, où les ados employés ont pour consigne d’orienter le client vers les automates qui les supplantent, que dans les services publics, où les effectifs ne se maintiennent une raison d’être qu’à travers l’artificielle et permanente complexification des procédures. Cette inefficience programmée sert d’ailleurs à justifier la délégation des missions régaliennes au secteur privé : l’objectif étant que dans un avenir proche, il nous faille payer pour obtenir certificat de naissance ou livret de famille.

Toute la science que nous mettons à nous cacher la réalité n’y change rien : le travail est aussi condamné que ce modèle social finissant… Les cadres pressurisés par l’injonction à la performance ont autant la tête dans le guidon que le petit personnel enrôlé à l’abus des clients pour le profit à court terme, et ne peuvent s’apercevoir de l’absurdité suicidaire de continuer à faire tourner la roue du système… Combien suent sang et eau à quelque chose qu’ils ne comprennent pas ? Combien font semblant d’être utiles et s’occupent pour éviter de regarder tomber les autres ?

Beaucoup d’entre nous demeurent sincèrement convaincus de pouvoir, par leur présence et leur action, infléchir la tendance depuis l’intérieur du système… Mais le verrouillage des leviers de commande est tel que meilleure soit la volonté, et si grands ou nobles soient les efforts en ce sens, nous n’y récoltons au mieux qu’une volée de bois vert. Et que même par la contestation officielle, nous y participons malgré nous. Au point de dépendance où nous sommes rendus, il nous est devenu impossible de tirer nos marrons du feu sans concourir à ce grand sabotage.

Nous observons au quotidien toutes les conséquences, les ravages de notre suivisme et de nos réticences à nous remettre en cause… Mais nous continuons, continuons, à tourner en boucle comme des hamsters dans leur roue. Non tant par lâcheté que par inconscience, et par culpabilité judéo-chrétienne à l’idée de compter parmi les inactifs, « assistés » et autres poids morts de la société. En somme, par peur de se désolidariser de la norme et peut-être aussi de perdre nos petits niveaux de vie. Nous avons renoncé l’un après l’autre aux droits et protections durement acquis par un siècle de luttes, sous prétexte de ne pas perdre nos pitoyables indemnités journalières ou notre place dans la société. Nous avons, au prétexte d’avoir quand même des gosses à nourrir, toléré pour ce faire l’hypothèque de leur avenir. Comme des grenouilles dans la casserole, nous restons dans l’eau frémissante croyant que le printemps arrive… Nous sommes pourtant voués à mourir un jour. Jusqu’où irons-nous dans l’avilissement pour nous convaincre d’y échapper ?

In fine, l’intelligentzia globaliste entend à la fois nous faire accepter la mise au ban de tous les inadaptés à sa cause, et le contrôle total de ses derniers bons petits soldats. Tandis que nos métiers s’éteignent l’un après l’autre, faute d’être rentables au système en place, nous devenons de plus en plus nombreux à dépendre des aides sociales pour subsister. Croyez-vous qu’un tel gouffre financier puisse être le fait d’une quelconque philanthropie d’État ? Ou bien celui-ci cherche-t-il à tuer dans l’œuf toute insurrection en s’assurant que nous ne puissions plus vivre sans lui ?

Le fameux revenu universel que l’on essaye de nous vendre à différentes sauces relève du même procédé. Devant l’impossibilité d’essorer toujours davantage les contribuables, son financement supposerait soit de mettre fin à l’évasion fiscale, soit de taxer les transactions boursières ou les profits des multinationales. Ne soyons pas dupes. Si celles-ci consentent à lâcher ne seraient-ce que quelques milliards pour le projet, c’est que les tenanciers de la haute finance y ont intérêt. Et quel autre, sinon celui de réduire la main-d’œuvre obsolète à une soumission totale et définitive ? « Si c’est gratuit, c’est vous le produit ». Après deux, trois expériences dans quelques pays-laboratoires, ce revenu de base sera probablement la meilleure façon de faire accepter la disparition du cash déjà en cours, mais également la mise en circulation d’une monnaie mondiale numérique… D’abord « inconditionnel », il sera peu à peu soumis à l’acceptation de nouvelles contraintes. Puis fera l’objet d’un chantage à propos de la vaccination des enfants, de l’euthanasie forcée, du puçage, clonage, du don et marché d’organes… L’idée est de contenir à feu doux la grogne des peuples pour se donner le temps d’exterminer en douceur, sans trop que ça tâche, les marées humaines oisives et dangereuses que nous sommes… Notre nombre est trop grand pour qu’ils nous éliminent d’une traite, ou qu’ils nous contraignent de force à de telles mesures. C’est pourquoi nous maintenir individualistes, indifférents à l’autre et perpétuellement divisés est la condition sine qua non à leur réussite.

Le peuple supporte pour l’instant la situation sous prozac, mais le jour approche où il n’y aura plus assez de rustines pour que la roue tourne. Alors se multiplieront les pétages de plombs, violences et immolations sur les lieux de travail… Dans le paradigme actuel, nous n’y pouvons rien. La catastrophe restera inéluctable tant que nous continuerons de croire en un changement venu d’en-haut, ou bien que la situation s’arrangera d’elle-même. Nous avons en revanche tout le pouvoir et toutes les clefs en main pour nous affranchir du joug multiséculaire des maîtres du capital. Eux savent mutuellement s’entraider à nous spolier depuis la nuit des temps. Mais ils seraient incapables de se préparer une omelette si nous les laissions entre eux. Nous avons quant à nous les savoirs qui nous permettent, bien que chacun spécialisé dans sa branche, de nous organiser pour survivre par la solidarité et par la complémentarité de nos talents.

La grève du vote n’est que d’une portée symbolique, puisque les politiciens sont capables de s’auto-élire. Mais elle est une première étape nécessaire : celle de leur adresser, ainsi qu’au reste de la population, le message clair que nous refusons de cautionner les forfaits commis en notre nom.

La grève du travail n’a d’avenir et d’impact possible que tant que celui-ci conditionne la survie du système. Sur une chaîne de montage entièrement automatisée, l’ultime ouvrier promu superviseur n’a plus d’autre choix que de fermer sa gueule ou de dégager. La fin du travail telle que programmée met un terme à la lutte des classes, au sens où sa victoire est alors définitivement acquise aux possédants… Mais nous avons encore une étroite fenêtre par où sortir du piège où nous sommes pris. Celle de la désertion massive de tous les lieux d’exploitation publics ou privés, sans préavis, pour investir notre volonté et notre énergie à construire autre chose. Tant que nous sommes valides et que notre coopération leur est nécessaire, la grève est une des armes dont nous disposons pour les affaiblir. Nous devons mutualiser localement les produits de base pour pallier la perte de nos salaires. Ainsi s’est toujours organisée la résistance. Ainsi se sont vues couronnées de succès toutes nos luttes passées. La solidarité, l’amour et la reconnaissance possèdent une force incommensurable et inconnue dans leur équation. L’expérience humaine ne saurait se réduire à une variable statistique : en cela, les mécanistes aux abois ont perdu d’avance.

Il est en France pénalement répréhensible d’appeler à la grève de l’impôt, et nos élus ont de toutes façons prévenu l’occurrence par le prélèvement à la source… Mais rien n’interdit d’assumer la conséquence de celle du travail en échappant légalement à toute taxation par absence de revenu. Cela représente le sacrifice d’un confort auquel beaucoup d’entre nous étions habitués. Toutefois, il faut bien comprendre que celui-ci est de toutes façons voué à disparaître. 2017 et les suivantes marqueront la fin douloureuse de l’illusion d’une société solvable à crédit. Plus personne parmi le peuple ne peut se croire intouchable… La zone de turbulences et de chaos qui s’annonce nous impose d’organiser d’ores et déjà des réseaux de solidarité pour nous abriter de l’orage. Qu’ils soient par la même occasion le moyen de ne plus financer notre suicide collectif.

Mais de toutes, la grève de la consommation, à commencer par le boycott généralisé de tout le superflu, de tout ce qui porte la marque d’une expropriation, d’une exploitation ou d’une pollution quelle qu’elle soit, est sans doute la plus efficace manière de faire plier les empires de l’industrie et de la finance. Qu’ils comprennent une bonne fois pour toutes que sans nous, ils ne sont rien. Et même s’ils ne plient pas, même si le système se défendra bec et ongles jusqu’au bout, la grève de la consommation suppose de recouvrir une autonomie alimentaire locale, ce qui serait en soi une victoire… Par tous nos choix, jusque dans notre absence ou notre passivité, notre attitude influe sur le cours des évènements. Choisissons d’investir un terrain où l’adversaire ne nous attend pas. Là encore, personne ne peut nous coller à tous un flingue sur la tempe pour nous obliger d’acheter… Le peu de libertés dont nous disposons encore doivent être assumées comme les responsabilités qu’elles sont. Et utilisées en toute conscience tant qu’elles existent.

L’idée de l’entraide comme remède aux maux actuels pourra sembler utopiste à ceux qui n’ont jamais connu que le climat compétitif et délétère du salariat. Qui pourtant n’a jamais frémi devant la beauté d’un travail réalisé par et avec amour ? Qui n’a jamais senti en lui la satisfaction d’œuvrer au bien commun ? Cette chaleur et cette énergie surpassent tous les combustibles fossiles : elles sont le moteur de la perpétuation de l’espèce humaine depuis des millions d’années, et la source-même de la Vie. Nulle intelligence artificielle ne saurait s’y substituer.

Énormément d’épreuves nous attendent. Nous ne pourrons revenir du jour au lendemain à l’équilibre des forces. Mais puisque nos décideurs procèdent par étapes, allons de même progressivement, chacun selon ses possibilités, vers une solidarité seule à-même de nous éviter le funeste sort qu’ils nous réservent… Nous disposons de l’opportunité d’inverser le cours des choses. Pour nous et pour le salut des générations futures, nous devons agir non plus idéologiquement, mais de façon concrète à réaliser le désir des 99% contre celui des 1%… Certes, nous sommes encore de grands enfants, et tout nous restera à apprendre une fois redevenus maîtres de nos destins. Mais qu’est donc notre peur de la liberté comparée à cette ineffable joie d’être en vie ?… Nous avons tous été portés durant neuf mois. Nourris et pour les plus chanceux aidés à devenir ce que nous sommes. Ne valons-nous pas mieux qu’un rouage de machine ou de la chair à canons ? La route n’existe que par notre marche. Elle n’attend plus que d’être empruntée.

Zénon l’Ailé

Posté par Arkebi à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]