absurdistanexternal-content

 

 

chiffresSTCapture

 

Bienvenue en "Absurdistan": un journal allemand dénonce la politique sanitaire de la France

Le numéro de l'hebdomadaire allemand Die Zeit paru le 12 novembre dernier juge sévèrement les applications concrètes de la politique française de confinement. Ce lundi, dans la matinée, la rédactrice de l'article est revenue sur son travail.

Emmanuel Macron n'a décidément pas la cote auprès d'une large partie de la presse étrangère ces temps-ci. Ce dimanche, il expliquait auprès du New York Times la vision française de la laïcité, regrettant qu'elle soit vilipendée ou incomprise par les médias anglo-saxons.

Mais jeudi dernier, c'est sur un tout autre plan que l'hebdomadaire allemand Die Zeit brocardait sa politique: sa gestion sanitaire de la crise du Covid-19 et les modalités du second confinement, jugées ici tarabiscotées ou arbitraires. Annika Joeres, la rédactrice de l'article et correspondante du magazine en France, s'est exprimée ce lundi matin sur notre plateau depuis Nice.

Dans ce papier, elle rebaptise la France "l'Absurdistan", y dénonçant tour à tour la pratique des auto-attestations; le retrait des produits "non-essentiels" par des grandes surfaces restant, elles, ouvertes; un président de la République décrit comme "quasi monarchique", accusé de faire passer le Conseil de défense par-dessus la tête du Parlement.

Des décisions prises sans consulter les citoyens

En duplex ce lundi matin depuis une plage de Nice, Annika Joeres a dit avoir relevé moultes exemples de ces "absurdités".

"Celui qui m'a le plus frappé, c'est celui d'une petite dame âgée de 93 ans à Biarritz qui voulait nager pour soigner la maladie douloureuse des jambes dont elle souffre et qui en a été empêchée par quatre policiers. C'est absurde", explique la journaliste.

Pour Annika Joeres, les règles françaises sont uniques en leur genre. "La limite d'un kilomètre de déplacement imposée aux gens, les auto-attestations pour acheter une baguette ou aller chercher ses enfants à l'école, on ne voit ça nulle part ailleurs. Des décisions sont prises sans consulter les citoyens. On voit le résultat, c'est que la confiance en Macron est au plus bas (cependant, ce n'est pas ce qu'ont dit récemment les instituts de sondage, NDLR), contrairement à ce qu'il se passe ailleurs en Europe."

"Ces mesures absurdes diminuent la confiance dans des mesures nécessaires quant à elles", estime-t-elle ainsi.
Robin Verner

https://www.bfmtv.com