Assangeexternal-content

 

Aujourd'hui à 13:55

 

WikiLeaks vient de déposer tous leurs fichiers en ligne. Tout, des e-mails d'Hillary Clinton, de McCain coupable, de la fusillade à Vegas par un tireur d'élite du FBI, de la lettre de Steve Jobs pour le VIH, des pédopodistes, de l'Afghanistan, de la Syrie, de l'Iran, de Bilderberg, des agents de la CIA arrêtés pour viol, Pandémie OMS. Bonne fouille!
 
Lisez et transmettez : https: //file.wikileaks.org/file/ ...
Les e-mails de Clinton ICI
Fichier d'index ICI

Source

 

via

 

 


 

 

Aux plus hauts niveaux

C’est le genre de série que j’espère ne jamais avoir à écrire.

Et pourtant, nous sommes là. Après trois ans à faire de mon mieux pour servir la lame de fond qu’est le mouvement Patriote aux États-Unis, et six au total, étant sur le sentier de la guerre totale pour Trump, je dois maintenant vous apporter ce qui sont peut-être les articles les plus importants que j’aurai jamais à écrire et qui révéleront la corruption, et le mépris du peuple américain aux plus hauts niveaux. Il s’agira d’une série de trois articles qui seront publiés au cours des prochaines heures, alors s’il vous plaît, faites bien attention à tout ce que je vais vous dire, car l’avenir de la République est maintenant en jeu.

J’espère aussi sincèrement que tous ceux qui marchent et manifestent à Washington aujourd’hui prendront le temps de lire ceci et d’informer tout leur entourage sur cette série, car vous ne saurez pas quoi faire si vous ne les lisez pas. Les informations qu’il contient seront d’une importance capitale, et vous devez les comprendre.

Mais je dois d’abord préparer le terrain. Pour comprendre tout ce que je vais vous dire, nous devons revenir en arrière ; revenir à la nuit fatidique du 10 juillet 2016, lorsque Seth Rich, alors âgé de 27 ans, a été retrouvé avec deux blessures par balle dans le dos dans le quartier de Bloomingdale à Washington, près de son bar préféré.

Rich allait succomber à ses blessures peu de temps après, ce qui a conduit à des spéculations effrénées sur le motif de son meurtre, et malgré le fait que sa famille ait poursuivi plusieurs individus et sociétés en justice en cours de route, beaucoup pensaient encore que Rich avait été assassiné par la DNC et la machine Clinton, ils ont spéculé, divulguant des fichiers incriminant le DNC à Julian Assange et Wikileaks, ce qui a finalement fait perdre les élections de 2016 à Hillary, et a alimenté les enquêtes sur le Pizzagate alors naissantes, alors que des millions de patriotes inquiets ont pris conscience de ce que ces fuites de courriels impliquaient exactement. Après de nombreuses recherches et délibérations, un large contingent de la communauté a continué à affirmer que deux membres du gang MS-13 avaient été impliqués dans le meurtre de Seth Rich, agissant en tant que mercenaires dans un attentat pas si aléatoire. Deux suspects potentiels ont été retrouvés morts dans une zone voisine peu de temps après, peut-être à la suite d’une sorte de travail de nettoyage.

Les courriels étaient donc en liberté, Hillary perdait, Pizzagate décollait, et Seth Rich finissait par mourir. C’est ainsi que cette série d’événements a été comprise par beaucoup, et pour beaucoup, c’est précisément là que tout s’est terminé. Beaucoup allaient continuer à honorer la mémoire de Rich, mais l’affaire était effectivement morte et la plupart du monde était passé à autre chose.

C’est-à-dire jusqu’à aujourd’hui.

Grâce au nouveau témoignage d’un dénonciateur, un lien a été mis en évidence.

Un nom, en fait :

Joseph Rosati

Joseph Rosati est un agent de la DEA- Drug Enforcement Administration (Administration de la lutte contre la drogue), et selon le dénonciateur, quelqu’un considéré comme un « nettoyeur » par les hauts fonctionnaires de Washington D.C.

Selon le témoignage d’un dénonciateur que j’ai reçu, Joseph Rosati est, en fait, l’homme qui a engagé deux agents du MS-13 pour secouer Seth Rich cette nuit fatidique. L’intention de cette nuit-là, selon le dénonciateur, n’était pas de tuer Rich, mais de l’effrayer pour qu’il se soumette et le secoue pour obtenir une clé USB qu’il était censé avoir encore sur lui – contenant peut-être encore plus de révélations, et destinée à Wikileaks ? Au lieu de cela, Rich a riposté et s’est enfui lorsqu’il a été confronté aux hommes armés, puis a été abattu dans le dos par les hommes de main du MS-13 paniqués.

Rosati était censé être sur place, supervisant toute la débâcle.

Le dénonciateur poursuivait en disant qu’ils allaient prendre la clé USB et s’enfuir parce qu’ils n’avaient jamais eu l’intention de tuer Rich au départ, et dans un moment de panique, la vie d’un jeune homme a été écourtée.

Et de nouveau, peu de temps après, deux membres du MS-13 se sont retrouvés morts.

Selon ce dénonciateur, Joseph Rosati était l’homme responsable de l’orchestration de tout cela.

S’il y a le moindre doute sur l’existence réelle de cet homme, son nom peut être trouvé aux côtés d’autres agents de la DEA dans un procès de 2010, où il est cité comme l’un des accusés :

 

 

Abdulrazaaq v. Rosati et al

MEMORANDUM OPINION. Signed by Judge Richard D Bennett on 7/19/10. (mcb, Deputy Clerk) Disclaimer: Justia Dockets & Filings provides public litigation records from the federal appellate and district courts. These filings and docket sheets should not be considered findings of fact or liability, nor do they necessarily reflect the view of Justia.

https://docs.justia.com



Et maintenant, la question évidente se pose…

Si Joseph Risoti était responsable de l’orchestration de l’attaque contre Seth Rich, et potentiellement du « nettoyage » des deux agents du MS-13 après que l’extorsion ait échoué… qui l’a poussé à le faire ?

C’est là que les choses deviennent intéressantes

Si, selon notre dénonciateur, Joseph Rosati était celui qui a orchestré l’attaque contre Seth Rich, et qui a potentiellement « nettoyé » les deux agents du MS-13 après que l’extorsion de fonds se soit déroulée au sud… qui l’a poussé à le faire ?

Ce que vous allez lire est extrait de plusieurs heures de témoignages de fuite que j’ai écouté aujourd’hui, par l’intermédiaire d’un dénonciateur – témoignage qui est actuellement sous scellés au tribunal de district du Maryland.

C’est l’affaire du tribunal :

 

 

United States v. White

CRIMINAL NO. JKB-15-0545 CIVIL NO. JKB-17-1710 11-09-2017 MEMORANDUM AND ORDER Pending before the Court is Defendant's Motion to Vacate, Set Aside, or Correct Sentence / Coram Nobis. (Crim. No 15-545, ECF No. 50.) Defendant pled guilty to being a felon in possession of ammunition on April 22, 2016. (ECF No.

https://casetext.com

 

Et oui, c’est le même cas que Lin Wood a mentionné sur Twitter plus tôt :

Lin Wood

Note à l’attention du juge en chef John Roberts :

Beaucoup sont intéressés par les numéros de rôle 41, 46, 57, 58, & 60 dans l’affaire n° 15-545 ci-dessous.

En tant que chef de la plus haute juridiction tenue de statuer sur les affaires de fraude électorale, pourriez-vous informer le public du contenu de ces inscriptions et ensuite démissionner ? Ou vice versa ?

Ce qui suit est un résumé du témoignage de Ryan White, livré et enregistré sur plusieurs mois, dans lequel White affirme avoir été arrêté par le même homme qui était impliqué dans le meurtre de Seth Rich, et dans la dissimulation qui a suivi – Joseph Rosati.

White, travaillant lui-même comme détective privé, avait des contacts réguliers avec plusieurs hommes travaillant au sein d’agences gouvernementales, dont un agent des services secrets, Shaun Bridges, et un autre agent de la DEA, Carl Mark Force.

Dans son témoignage, M. White a déclaré que Bridges and Force serait finalement arrêté sur la base de fausses accusations liées au vol et au blanchiment de bitcoins sur le marché noir de la Route de la Soie.

 

 

Ex-Secret Service agent sentenced again for stealing from the government

A disgraced former Secret Service agent already serving time for stealing hundreds of thousands of dollars worth of digital currency from the federal government has been sentenced to spend an additional two years in prison for a separate heist.

https://www.washingtontimes.com

 

 

Un ancien agent des services secrets en disgrâce, déjà en prison pour avoir volé des centaines de milliers de dollars en monnaie numérique au gouvernement fédéral, a été condamné à passer deux ans de plus en prison pour un autre vol.

Shaun Bridges, 35 ans, a été condamné mardi pour le vol d’un portefeuille numérique appartenant au gouvernement, évalué actuellement à environ 11,3 millions de dollars.

Bridges avait fait partie du groupe de travail fédéral qui a enquêté sur la Route de la soie, un marché en ligne responsable de la facilitation de centaines de millions de dollars de trafics de drogues illégales avant d’être démantelé par les autorités américaines fin 2013. Il a par la suite admis avoir volé environ 20 000 bitcoins à ses utilisateurs pendant l’enquête du gouvernement et a été condamné en décembre 2015 à 71 mois de prison fédérale après avoir plaidé coupable à des chefs d’accusation connexes de blanchiment d’argent et d’obstruction à la justice.

 

 


DEA Agent Who Faked a Murder and Took Bitcoins from Silk Road Explains Himself

Carl Mark Force IV was sentenced to 6 1/2 years after abusing his position as a federal officer.

https://www.vice.com


L’ancien agent de la DEA, basé à Baltimore, dans le Maryland, avait été membre de la Silk Road Task Force (Équipe spéciale de la route de la soie), une vaste opération policière multi-agences et multi-juridictionnelle qui a finalement permis de capturer Ross Ulbricht, également connu sous le nom de Dread Pirate Roberts. En février 2015, Ulbricht a été reconnu coupable de tous les chefs d’accusation après un procès devant un jury à New York. Il purge actuellement une peine d’emprisonnement à vie.

Aucune mention de Carl Mark Force IV n’a été faite dans le procès d’Ulbricht. Aucune mention non plus de Shaun Bridges, l’ancien agent des services secrets inculpé à ses côtés. La série de crimes qu’ils ont commis en tant qu’enquêteurs de la Route de la Soie était à l’époque sous le sceau du secret du grand jury. Bridges a utilisé les références d’un modérateur de la « Silk Road » devenu informateur pour voler le redoutable pirate Roberts, administrateur de la « Silk Road ». La force s’est fait passer pour un tueur à gages et a pris de l’argent à la DPR – Drug Prevention Resources (Ressources pour la prévention de la toxicomanie) pour tuer l’informateur. Force et Bridges ont ensuite simulé le meurtre brutal de l’informateur.

En réalité, selon White, les hommes ont été jetés sous le bus par Rosenstein, parce que ce dernier vendait activement des renseignements classifiés à des gouvernements étrangers, y compris la Russie – un acte de trahison, en soi, mais doublement accablant pour quelqu’un qui était censé faire respecter la loi au ministère de la Justice. Cependant, avec l’arrivée de l’administration Trump, la teneur de Washington a changé et Rosenstein est devenu de plus en plus effrayé et nerveux. Selon White, Rosenstein voulait arrêter de vendre des informations aux gouvernements étrangers, mais le mémo n’est pas parvenu jusqu’à Bridges, qui a continué à accepter de l’argent étranger au nom de Rosenstein.

Cela a scandalisé Rosenstein, qui a ensuite utilisé sa position et ses relations pour enfermer les hommes sur des accusations liées à la route de la soie. En d’autres termes, Rosenstein s’en est pris à ses propres hommes qui avaient déjà travaillé avec lui dans le cadre de diverses transactions malveillantes – Bridges était en fait un expert en informatique légale connu pour sa capacité à faire le tour de toutes sortes d’appareils électroniques, et même, selon White, capable de placer des preuves sur des machines – pour avoir fait quelque chose qui déplaisait à Rosenstein, et qui aurait potentiellement exposé Rosenstein à un examen juridique.

Et c’est à partir de cette trahison de Rosenstein que Bridges a commencé à parler à White. White dit que Bridges lui a révélé tous les détails du meurtre de Seth Rich ; des révélations qui ont choqué, mais n’ont pas surpris White.

Je dois ajouter ici qu’en raison des menaces contre sa vie, et de la nature de son cas particulier, M. White et sa femme bénéficient actuellement de la protection des témoins. Malgré ces menaces, M. White a choisi de s’exprimer et de faire connaître son point de vue afin de faire la lumière sur cette erreur judiciaire et de contribuer potentiellement à sauver la République.

Une grande partie de ces éléments et d’autres encore seront décrits dans une lettre fournie non seulement à la commission des renseignements de la Chambre des représentants en 2018 (dans le cadre d’un document plus vaste de 920 pages contenant des rames d’enquêtes sur le meurtre de Rich) mais qui a également été fournie à Tom Fitton, de Judicial Watch.

Ni les membres de la commission des renseignements de la Chambre des représentants, ni M. Fitton, ne semblent faire quoi que ce soit avec les documents qu’ils ont reçus.

M. Thomas Fitton/ Chris Fanell Judicial Watch

425 Third Street SW, Suite 800 Washington, D.C. 20024

Cher M. Fitton,

Mon nom est […] je suis un […] enquêteur non rémunéré assistant d’un média indépendant […] pendant un temps au cours sur un peu plus d’une année, j’ai été un enquêteur privé agréé dans l’enquête sur le meurtre de Seth Rich. Je ne suis plus impliqué dans ce groupe. J’ai continué à travailler avec une source confidentielle sur cette affaire.

Au cours de mon enquête sur ce groupe, un individu nous a contactés et a déclaré qu’il avait des informations concernant les personnes impliquées dans le meurtre de Seth Rich. Une série d’appels ont été passés entre cet individu et moi-même, au cours desquels l’individu a détaillé les circonstances dans lesquelles Rich était visé ainsi que celles liées à son meurtre.

Au cours de nos conversations avec cet individu, nous avons pu déterminer son identité (Ryan D. White) dont le passé comprenait […].

M. White a déjà été condamné, ce qui lui a permis de coopérer avec le gouvernement, et il est actuellement en probation. Sa coopération actuelle avec cette information n’est pas liée à une promesse d’allégement de sa peine actuelle. Je pense que si vous lui donnez la possibilité de transmettre cette information, vous serez impressionné par sa connaissance des faits. Depuis le moment où j’ai pris contact avec White, il ne m’a jamais menti sur aucun des liens ou des faits que j’ai pu corroborer. Cependant, il existe des documents tels que des relevés téléphoniques et des dossiers de police auxquels je n’ai pas accès. Ces informations seraient nécessaires pour corroborer les informations fournies par M. White.

Cette source confidentielle (Ryan D. White) a fourni des informations sur le meurtre de Seth Rich à partir des relations personnelles qu’il a développées avec les membres de la faction de la « Silk Road Task Force » basée à Baltimore, dont Rod Rosenstein était le procureur américain responsable à Baltimore à l’époque. Selon les informations de M. White, M. Rosenstein a travaillé avec des membres corrompus de ce groupe de travail qui avaient volé des Bitcoin pendant l’affaire « Silk Road », dont certains sont incarcérés (Shawn Bridges et Cari M. Force IV) ainsi que d’autres quin‘ont jamais été inculpés et avec lesquels (Rosenstein) entretient toujours des relations personnelles étroites.

Au cours de mon enquête, j’ai identifié ces membres qui, selon la source, étaient impliqués, (Ils comprennent un membre du département de police de D.C. identifié comme l’un des premiers officiers sur la scène du meurtre (officier Robert Wingate-Robinson), un agent actif de lutte contre la drogue (agent Joseph F. Rosati) et un agent de lutte contre l’alcool, le tabac et les armes à feu (5.A. Alan L. Boroshok & Kevin C.

Doherty, ancien membre du groupe Nexus Consulting d’Alexandrie) dans le meurtre de M. Rich. Ces informations indiquent que Rod Rosenstein a sollicité l’aide de deux agents de confiance (Rosati & Boroshok) avec lesquels il avait travaillé en étroite collaboration par le passé pour organiser l’opération de récupération d’une clé USB contenant des courriels classifiés toujours portés par M. Rich. Les courriels avaient été retirés du serveur de la DNC par M. Rich et vendus plus tard à Wikileaks .

L’agent Rosati de la DEA a fait appel à des membres du gang MS-13 avec lesquels il a été en contact au cours de ses autres enquêtes sur le gang. Rosati a pu obtenir l’aide de deux membres du MS-13 de Caroline du Sud (Rafael Aguilar-Garcia DOB 1/25/1985 & Carmelo Marmolejo- Calixto DOB 7/16/1982) pour aider à ce qui serait un vol de Seth Rich, qui comprenait la récupération d’une clé USB contenant les e-mails retirés du serveur DNC. L’agent Rosati et Kevin Doherty ont rencontré Garcia & Calixto dans un lieu éloigné avant l’incident. Quand Rosati a vu le véhicule tape-à-l’oeil, les gars du MS-13 se sont approchés d’eux, il a relevé le numéro de la plaque d’immatriculation de leur véhicule. Leur véhicule a été déclaré volé (il devrait y avoir une trace de Rosati qui a relevé le numéro de la plaque). Rosati et Doherty ont emmené les deux gars du MS-13 dans leur véhicule jusqu’à un endroit où ils attendaient Seth Rich. Quand Rich a été repéré, Rosati l’a indiqué dans la rue. Les gars du MS-13 ont approché Rich avec un revolver nickelé de calibre .22 ou .32 (fourni par l’agent Alan Boroshock de l’ATF) et ont tenté de voler Rich qui a résisté. Pendant la bagarre, un des gars du MS-13 a tiré deux coups de feu qui ont touché Seth Rich, causant sa mort. Le plan initial n’a jamais inclus le meurtre de Seth Rich, mais seulement la mise en scène de ce qui ressemblerait à un vol au hasard dans la rue pour récupérer la clé USB que Rich a toujours été connu pour porter.

Après que Rich ait été abattu, l’agent Rosati a aidé les gars du MS-13 à s’enfuir et a prévu de les rencontrer le lendemain en Caroline du Sud pour les payer pour leur aide. Selon M. White, Rosati s’est rendu en Caroline du Sud (comté de Horry) en utilisant le véhicule de sa femme, où il a abattu les deux MS-13 dans un centre commercial alors qu’ils attendaient leur rendez-vous.

Le meurtre des membres du MS-13 a causé des problèmes à l’agent Rosati avec les membres du MS-13 basés dans le Maryland qui ont fourni les membres de Caroline du Sud. Par la suite, l’agent Rosati a été transféré dans le Delaware où l’on pense qu’il …

… y réside et y travaille toujours.

En plus de l’enquête sur le meurtre de Rich, M. White a déclaré qu’un individu nommé (Kevin Colin Doherty), impliqué dans le meurtre de M. Jack Burkman, était une connaissance de ces agents de la force publique et a joué un rôle actif dans le meurtre de Rich. M. Doherty avait participé à l’enquête Seth Rich de Burkman et était à la tête du « Profiling Project », un groupe de réflexion d’étudiants de l’université George Washington qui se penchait sur le meurtre de Seth Rich financé par Burkman. Ce même individu s’était fait passer pour d’autres, comme Fox News lors de ses apparitions en tant qu’ancien enquêteur fédéral (M. White a déclaré qu’il n’avait jamais été enquêteur fédéral).

On ignore si le motif du tir sur Burkman est dû à la poursuite de l’enquête de Burkman sur le meurtre de Rich ou à l’échec de l’entreprise commerciale entre Doherty & Burkman. Kevin Doherty purge actuellement une peine de 23 ans en Virginie (14 ans avec sursis) pour la tentative de meurtre de Jack Burkman.

J’ai joint des pièces justificatives des liens de M. White avec Rod Rosenstein et de sa coopération dans certaines des affaires pour lesquelles il a aidé le gouvernement à engager des poursuites, afin de montrer qu’il a qualité pour agir au tribunal. J’espère que l’inclusion de ces informations spécifiques vous aidera à comprendre le dilemme que nous rencontrons pour rendre compte correctement à une entité de confiance ? J’espère également que les documents que je vous ai confiés, à vous et à M. Farrell, ne seront pas rendus publics. La vie de M. White sera en danger. M. White ne veut rien d’autre que de remettre ces informations afin qu’elles puissent faire l’objet d’une enquête appropriée. M. White s’est engagé à coopérer pleinement à toute enquête.

Je peux être contacté par […] si vous souhaitez me contacter.

Sincèrement,

[…]


Vous avez vu ça à la page 2 ?

Cette information indiquait que Rod Rosenstein avait sollicité l’aide de deux agents de confiance (Rosati & Boroshok) avec lesquels il avait travaillé en étroite collaboration dans le passé pour organiser l’opération de récupération d’une clé USB contenant des courriels classifiés toujours portés par M. Rich. Les courriels avaient été retirés du serveur de la DNC par M. Rich et vendus plus tard à Wikileaks.

Je le répète – pas un seul membre de la commission des renseignements de la Chambre des représentants, ni Tom Fitton, à ma connaissance, n’ont jamais fait quoi que ce soit avec ces informations.

Pas une seule enquête n’a été menée à la suite de ces informations.

Pas une seule poursuite. Pas une seule arrestation.

Personne, dans l’ensemble du gouvernement ou des médias, n’a fait quoi que ce soit avec les informations présentées ci-dessus. Pas même les supposés « alliés » du président Trump.

La question importante à poser maintenant est donc la suivante : Pourquoi ?

Pourquoi tout cela n’a-t-il rien donné ?

Se pourrait-il qu’ils aient tous eu peur ?

Mais de qui ? Rosenstein ?

Rosenstein avait certainement une certaine force d’attraction dans son entourage, mais ce n’est pas de lui qu’ils avaient vraiment peur.

Non, pour répondre à cette question, nous devons aller beaucoup plus haut dans l’échelle du pouvoir à DC (Washington).

Des lâches au Congrès, et à travers le GOP (Grand Old Party – « Grand Vieux Parti » désignant le Parti républicain) ? Cela surprend-il quelqu’un ? Malheureusement, je ne le pense pas. D’une manière étrange, nous en sommes presque tous venus à attendre des hommes et des femmes du Congrès qu’ils s’effondrent et nous laissent tomber, à chaque fois. La question n’est pas tant de savoir s’ils vont nous laisser tomber. », mais plutôt « à quel point vont-ils nous laisser tomber ? ”

En vérité, ce n’est pas tant de Rosenstein que tout le monde avait peur. Non, selon notre dénonciateur, c’était les hommes derrière Rosenstein – un groupe d’hommes réunis par la montée soudaine et apocalyptique de Trump – un groupe mort décidé à le miner – même si cela signifiait attendre quatre longues années avant de pouvoir frapper.

Rosenstein allait ensuite abriter Rosati chaque fois qu’il le jugeait nécessaire. Joueur de pouvoir égoïste dans un rôle à enjeux élevés, avec un besoin presque névrosé d’appliquer « la loi » comme il l’entendait (même s’il se pliait et enfreignait la loi lui-même), Rosenstein méprisait en fait à la fois Hillary Clinton et Donald Trump. White dirait que sur le mur de Rosenstein se trouvait une affiche soulignant ses convictions sur Whitewater, et bien que Rosenstein soit heureux qu’Hillary ait perdu – même si sa propre femme continue à travailler pour la Fondation Clinton – il ne voyait certainement aucun avenir pour Trump à Washington.

Il a donc entrepris de le saper, quitte à conclure un pacte avec le diable :

Selon M. White, après avoir passé en revue les divers détails de l’affaire Seth-Rich, M. Rosenstein aurait signé des mandats illégaux de la FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act – Loi sur la surveillance des renseignements étranger), afin de piéger l’administration Trump dans le mensonge de la « collusion russe ».

Nous le savons, mais ce que nous ne savions pas jusqu’à présent, c’est sa motivation.

Pourquoi aurait-il fait cela ?

Tout simplement parce qu’il considérait que Pence méritait davantage le « trône » ; quelqu’un avec qui il pourrait travailler, avec une quille plus égale et plus pragmatique, qui ferait probablement abstraction de ses trahisons en vendant des renseignements à des puissances étrangères, et qui ne laisserait pas toute cette idéologie désuète et désuète de « l’Amérique d’abord » entraver le « progrès ». ”

Selon le témoignage enregistré de notre dénonciateur, Rosenstein, avec la connaissance et le consentement de Pence, a ensuite aidé à organiser toute la tentative de coup d’État contre le président Trump – dans le but d’évincer Trump, et de promouvoir Pence à la présidence, à ce moment-là, Pence se retournera et nommera Rod Rosenstein comme vice-président.

Heureusement, Rosenstein a échoué.

Mais il a failli ne pas le faire.

 

 

 

Rosenstein testifies he would not have signed FISA warrant for Trump aide if he knew of problems

Former Deputy Attorney General Rod Rosenstein testified Wednesday that he would not have signed a Foreign Intelligence Surveillance Act warrant renewal for former Trump campaign aide Carter Page had he known about the since-revealed misconduct surrounding those warrants -- while faulting the FBI for its handling of the documents.

https://www.foxnews.com

 

 

Vous êtes-vous déjà demandé comment Rod a pu s’en tirer en se parjure de manière aussi flagrante ?

C’est parce que personne à Washington n’avait la volonté de le poursuivre vraiment.

Personne ne voulait s’en prendre à lui car beaucoup savaient ce qui se passait vraiment. Il s’agissait de monter un spectacle pour vous à la maison et d’attendre le passage de la Trumpocalypse qui s’était abattue sur leur petite ville appelée D.C. La stratégie consistait d’abord à essayer d’attendre que Trump soit sorti. Vous vous êtes fait passer pour son allié, mais en réalité, vous avez laissé l’opposition se déchainer, vous avez fait ce qu’elle voulait, vous avez espéré qu’elle réussisse, et vous êtes retourné à votre petite arnaque politique réussie, où tout ce que vous faites, c’est de faire un spectacle pour les types de CPAC (Conférence sur l’action politique des conservateurs), et de ramasser des dons et de l’argent de l’industrie du lobbying.

 

 

 

Dans le pire des cas – s’il échouait, eh bien… Pence était toujours en place.

Une sorte d’assurance vie.

Parfois, on veut donner à quelqu’un toutes les chances et le bénéfice du doute. Vous voulez croire que la bonté peut briller et l’emporter en eux, et que lorsqu’il s’agit de prendre une décision, ils y parviendront et prendront la bonne décision. Vous voulez croire au pouvoir de la rédemption et donner à autrui toutes les chances de faire ce qui est juste.

Je voulais cela pour Mike Pence. Je voulais qu’il fasse ce qui est juste. C’est pourquoi j’ai rédigé mon dernier article, que beaucoup d’entre vous ont lu et partagé en ligne, qui soulignait le pouvoir constitutionnel du président du Sénat de choisir parmi des listes électorales concurrentes, afin de préserver la République comme dernière ligne de défense – un pare-feu contre la fraude massive et le vol des élections.

 

 

 

@VP's Rendezvous with Destiny

I'll be upfront right now. I haven't known how to write about anything in long-form, for a very long while now. This season has been the hardest span of time in recent memory.

https://www.neonrevolt.com

 

 

Malheureusement, bien que mes sources à Washington m’aient dit que Pence lui-même avait lu cet article et semblait initialement l’approuver, il semble que Pence ait décidé de faire marche arrière dès que nous arrivons au précipice ; qu’il refusera de sauver cette République, et qu’il prévoit en fait de trahir le président Trump à ce moment, à la dernière heure.

J’ai toujours su que ce serait une option pour Pence. S’il désirait vraiment trahir l’atout, il lui suffirait de garder ses cartes près de sa poitrine, de se faire passer pour un allié, puis de retourner sa veste à la dernière seconde possible afin d’écouler le temps imparti et d’empêcher l’atout de répondre du tout.

C’est ce qui se passe actuellement. Nous en sommes là, avec un homme qui est le plus proche du président et qui, selon notre dénonciateur, a secrètement accepté de participer à un coup d’État contre ce même président, destiné à déterminer le sort de ce même président, en décidant quelles listes électorales seront comptées dans cette élection, la plus frauduleuse jamais organisée dans l’histoire de ce pays.

Et c’est pourquoi je dois maintenant écrire la phrase la plus fatidique que j’ai jamais osé écrire ; le genre de phrase que j’avais toujours espéré éviter, mais face aux preuves que je vois maintenant, et à la situation dans laquelle nous nous trouvons, je dois l’écrire quand même.

Je demande l’arrestation immédiate de Michael Richard Pence, 48e vice-président des États-Unis, pour trahison.

Les patriotes – vous êtes tous à Washington aujourd’hui pour une raison.

Faites en sorte que cela compte.

(Et peut-être que tout cela explique maintenant pourquoi Pence a reçu une enveloppe, lui aussi).

 

 

 

At The Highest Levels - Part 1 of 3

This is the kind of series I'd hope I'd never have to write. And yet, here we are. After three years of doing my best to serve the groundswell that is the Patriot movement in the United States, and six total, being on the total warpath for Trump, I must now bring to you what are possibly the most important articles I will ever have to write which will reveal corruption, and contempt for the American people at the highest levels.

https://www.neonrevolt.com

 

 

At the Highest Levels - Part 2 of 3

Part two of three. Read the first part here. ...If, according to our whistleblower, Joseph Rosati was the one responsible for orchestrating the attack on Seth Rich, and potentially "cleaning up" the two MS-13 agents after the shakedown went south... who put him up to it?

https://www.neonrevolt.com

 

 

At the Highest Levels - Part 3 of 3

Part three of three. Read parts one and two. Cowards in Congress, and across the GOP? Is anyone surprised by this? Sadly, I don't think so. In a strange way, we've almost all come to expect the men and women in congress to collapse and fail us, each and every time.

https://www.neonrevolt.com

 


 

 

Aux plus hauts niveaux

via: