corporations

 

Tout au long de l’histoire de l’humanité, les libertés et les droits que Dieu nous a conférés ont souvent été brutalement écrasés par des gouvernements oppressifs, et cela se produit encore aujourd’hui dans le monde entier. Mais à notre époque, une menace supplémentaire pour nos libertés et nos droits est apparue.

Les entreprises mondiales continuent à devenir plus grandes et plus puissantes, et ces dernières années, elles ont de plus en plus utilisé ce pouvoir pour façonner la société. C’est une tendance très dangereuse, car dans le monde occidental, beaucoup des contraintes auxquelles nos gouvernements nationaux sont soumis ne s’appliquent tout simplement pas aux entreprises.

Cela leur donne une énorme marge de manœuvre, et elles l’utilisent.

Ici, aux États-Unis, le gouvernement fédéral a toujours le monopole du pouvoir dans des domaines tels que la sécurité des frontières, la défense nationale et la politique étrangère.

Mais lorsqu’il s’agit des choses qui comptent le plus dans la vie quotidienne de la plupart des Américains, on peut dire que les grandes entreprises sont devenues plus puissantes que le gouvernement fédéral.

Par exemple, nos politiciens aiment se vanter du nombre d’emplois qu’ils ont “créés”, mais la vérité est qu’ils ne créent pas vraiment d’emplois, à moins que vous ne vouliez compter les emplois de bureau inutiles du gouvernement.

Nos politiciens peuvent contribuer à créer un environnement favorable à la croissance économique, mais ce sont les entreprises qui déterminent réellement si l’économie va croître ou non.

En fait, on pourrait dire que les entreprises sont l’économie à ce stade.

Au fil du temps, il est devenu de plus en plus difficile pour un Américain de devenir réellement indépendant du système des entreprises. Même si vous êtes propriétaire d’une petite entreprise ou si vous travaillez pour vous-même, il y a de fortes chances que vous dépensiez des grandes entreprises à bien des égards.

Si vous en doutez, essayez simplement de vous débrouiller seul, sans jamais utiliser de produits d’entreprise, sans jamais traiter avec une grande entreprise de technologie et sans jamais tirer de revenus de quelque source que ce soit.

De nos jours, la plupart de nos vies sont définies par nos chefs d’entreprise. Ce sont eux qui décident de l’emploi que vous aurez, de votre salaire, de vos heures de travail et de votre régime de santé.

En outre, de nombreuses grandes entreprises ont décidé que certaines croyances, opinions et valeurs sont interdites à leurs employés.

Vous avez probablement entendu dire qu’une certaine actrice a été licenciée par Disney parce qu’elle avait des opinions inacceptables. C’était une affaire très médiatisée, mais la vérité est que ce genre de choses se produit constamment dans tout le pays à l’heure actuelle.

À l’avenir, le fait d’être coupable d’un “crime de la pensée” va empêcher de nombreuses personnes d’avoir certains types d’emploi. Si vous ne vous engagez pas à être fidèle à la version actuelle du politiquement correct, vous ne pourrez tout simplement pas occuper une position importante dans la société.

Si vos convictions sont considérées comme “offensantes”, vous pourrez, si vous avez de la chance, passer la serpillière pour l’élite.

Même lorsque vous êtes à la maison, l’élite veut surveiller et contrôler sans cesse ce que vous faites, dites et pensez. La principale façon de le faire est internet, et ces derniers mois, elle a considérablement renforcé son contrôle. Ce qui suit est tiré d’un article d’opinion qui vient d’être rédigé par l’ancien sénateur américain Orrin Hatch

Considérez les événements du mois dernier. Les sites de médias sociaux ont banni le président en exercice des États-Unis de leurs plateformes. Une purge des voix conservatrices sur Twitter s’est ensuivie. Amazon Web Services a supprimé Parler, un site de médias sociaux conservateur, d’Internet. Quelques jours plus tard, YouTube a bloqué l’accès du public à une audition du Sénat sur le COVID-19.

Ces événements ont confirmé ce que beaucoup d’entre nous savaient depuis longtemps : le véritable pouvoir politique ne réside plus à Washington, mais dans la Silicon Valley. Les Big Tech décident désormais effectivement qui a le droit de parler, qui a le droit de se réunir en ligne et qui a la capacité de créer une entreprise à l’ère du numérique. Pour de nombreux Américains, l’accord sur les conditions de service de Twitter a désormais plus de pouvoir sur ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas dire sur la place publique que le premier amendement.

Autrefois, les Américains pouvaient se rendre sur la place publique et dire tout ce qu’ils voulaient.

Mais maintenant, les Big Tech sont sur la place publique.

La liberté d’expression est une chose du passé sur Internet, et de plus en plus de voix sont “déplateformées” chaque jour.

Mercredi, c’était au tour de LifeSiteNews

YouTube vient de supprimer complètement la chaîne LifeSiteNews YouTube. Ce n’est pas une suspension temporaire, chacune de nos vidéos a complètement disparu.

Cela m’a beaucoup chagriné, car de nombreuses autres voix pro-vie ont déjà été réduites au silence. Nous avons désespérément besoin de ces voix, car si nous restons sur le chemin que nous suivons actuellement, il n’y a pas d’avenir pour l’Amérique.

Jeudi, Twitter a suspendu Project Veritas.

Project Veritas aimerait continuer à partager ses informations sur la place publique, et j’aimerais continuer à les partager avec mes lecteurs. En fait, je partage tout le temps les vidéos de Project Veritas sur The Most Important News.

Mais Twitter a décidé que Project Veritas est devenu trop offensif.

La “cancel culture” est devenue incontrôlable et commence à infecter tous les secteurs de notre société. Voici plus d’informations sur Orrin Hatch

La tendance à “cancel” (supprimer) des individus pour des messages sur les médias sociaux est bien établie. Cela peut entraîner une déplateformation, un licenciement ou – si vous êtes la légende du baseball Curt Schilling- même la perte de votre assurance maladie. Nous avons l’habitude de voir la cancel culture à une micro-échelle : un rédacteur en chef de journal est licencié ici, un professeur d’université est suspendu là. Mais maintenant, grâce à l’aide des Big Tech, nous voyons la cancel culture à un niveau beaucoup plus large. Prenons la suppression massive des plus de 10 millions d’utilisateurs de Parler, ou les appels de plus en plus nombreux à l’interdiction totale de Fox News, Newsmax et d’autres chaînes de droite. Si ces efforts aboutissent, ils réduiront la fenêtre des points de vue acceptables dans la société américaine jusqu’à ce que les conservateurs se retrouvent hors-jeu.

Alors que nous continuons sur cette voie, pensez simplement à ce que cela signifierait pour la prochaine génération d’Américains.

Les enfants qui sont coupables de “crime de la pensée” n’entreront pas dans de bonnes écoles, ils ne seront jamais autorisés à avoir de bons emplois, ils seront rejetés par les banques et les institutions financières, et ils seront interdits ou marginalisés par toutes les grandes entités sur Internet.

En gros, ils devront trouver un moyen de survivre en marge de la société d’une manière ou d’une autre.

Tout cela est destiné à forcer les gens à croire ce qu’ils sont censés croire.

En fait, il est dangereux pour vous de lire cet article en ce moment même.

Ils regardent toujours tout ce que vous faites sur Internet, et les expressions de non-conformité ne sont pas acceptables dans ce meilleur des mondes dans lequel nous vivons.

Traduction de The Most Important News par Aube Digitale

source:

https://www.aubedigitale.com/lorsque-les-entreprises-deviennent-plus-puissantes-que-le-gouvernement-notre-definition-de-big-brother-doit-changer/

 

Article connexe:

 

Big Brother vous espionne de plusieurs milliers de façons, et toutes ces informations vont maintenant dans des “systèmes de fusion” centralisés

 

Big Brother vous surveille. Malheureusement, la plupart des gens ne réalisent pas à quel point le réseau de surveillance est devenu étendu. Lorsque vous vous rendez au travail ou à l’école en voiture, les lecteurs de plaques d’immatriculation suivent systématiquement vos déplacements. Dans les grandes villes, des milliers de caméras de surveillance à la pointe de la technologie (dont beaucoup sont équipées d’une technologie de reconnaissance faciale) surveillent chacun de vos mouvements. Si les autorités détectent que vous faites quelque chose de suspect, elles peuvent rapidement consulter votre casier judiciaire, financier et médical. Bien entendu, s’ils veulent creuser davantage, votre téléphone et votre ordinateur produisent en permanence un trésor de données de surveillance. Rien de ce que vous faites sur l’un ou l’autre n’est jamais privé.

Dans le passé, la compilation de toutes ces informations prenait beaucoup de temps. Mais aujourd’hui, des géants technologiques comme Microsoft, Motorola, Cisco et Palantir vendent des “systèmes de fusion” aux gouvernements de toute la planète. Ces “systèmes de fusion” peuvent intégrer instantanément des données de surveillance provenant de milliers de sources différentes, ce qui a totalement transformé la manière dont les services répressifs sont menés dans nombre de nos plus grandes villes.

Arthur Holland Michel est chercheur principal au Carnegie Council for Ethics in International Affairs, et il a visité un “système de fusion” utilisé par la ville de Chicago appelé Citigraf

Il a cliqué sur “Enquêter”, et Citigraf s’est mis au travail sur l’agression signalée. Le logiciel fonctionne avec ce que Genetec appelle un “moteur de corrélation”, une suite d’algorithmes qui fouille dans les dossiers historiques de la police d’une ville et dans les flux de capteurs en direct, à la recherche de modèles et de connexions. Quelques secondes plus tard, une longue liste de pistes possibles apparaît à l’écran, y compris une liste d’individus précédemment arrêtés dans le quartier pour des crimes violents, les adresses des libérés sur parole vivant à proximité, un catalogue d’appels récents similaires à 911, des photos et des numéros de plaque d’immatriculation de véhicules qui ont été détectés en train de s’éloigner à toute vitesse de la scène, et des flux vidéo provenant de toutes les caméras qui auraient pu recueillir des preuves du crime lui-même, y compris celles montées sur les bus et les trains qui passent. Des informations plus que suffisantes, en d’autres termes, pour qu’un officier réponde à l’appel initial au 911 avec un sens quasi télépathique de ce qui vient de se passer.

Mais ces systèmes ne sont pas seulement utilisés pour traquer les criminels.

En fait, ils peuvent être utilisés pour enquêter sur n’importe qui.

A une autre occasion, Arthur Holland Michel a eu l’occasion de tester le “système de fusion” que Microsoft avait conçu pour la ville de New York

Le fonctionnaire de la police de New York m’a montré comment il pouvait obtenir le casier judiciaire de n’importe quel habitant de la ville, la liste de ses associés connus, les affaires dans lesquelles il était nommé comme victime d’un crime ou comme témoin, et, s’il avait une voiture, une carte thermique de l’endroit où il avait tendance à conduire et un historique complet de ses infractions de stationnement. Puis il m’a tendu le téléphone. Allez-y, m’a-t-il dit ; cherchez un nom.

Une foule de personnes me sont venues à l’esprit : Des amis. Des proches. Des ennemis… Finalement, j’ai choisi la victime d’une fusillade dont j’avais été témoin à Brooklyn quelques années auparavant. Il est apparu tout de suite, avec ce qui me semblait être une information plus personnelle que ce que moi, ou même un officier curieux, avions le droit de savoir sans ordonnance du tribunal. Me sentant un peu étourdi, j’ai rendu le téléphone.

Si c’est ce qui se passe dans les grandes villes comme Chicago et New York, pouvez-vous imaginer la technologie que les agences alphabet du gouvernement fédéral doivent maintenant posséder ?

Bien sûr, cela ne se passe pas seulement aux États-Unis.

De l’autre côté de l’Atlantique, un projet de surveillance européen commun, appelé ROXANNE, suscite de nombreuses inquiétudes

Acronyme de Real time netwOrk, teXt, and speaker ANalytics for combating orgaNized crimEil a été annoncé en novembre l’implication de la République dans le projet en cours de développement en Suisse.

Plate-forme basée sur la biométrie, censée surveiller et réprimer la criminalité organisée, ROXANNE permet en outre de surveiller les personnes coupables de discours haineux et d’extrémisme politique, une application supplémentaire dont ses créateurs font librement la publicité.

De nouvelles lois strictes contre les “discours haineux” et l'”extrémisme politique” sont en cours d’adoption dans toute l’Europe, et ce nouvel outil permettra de traquer les “criminels de la pensée”.

En particulier, ce nouvel outil permettra de surveiller fortement “les sites de médias sociaux tels que Facebook, YouTube ainsi que les plateformes de télécommunications normales”…

Produit de l’initiative Horizon 2020 financée par l’UE pour encourager les nouvelles technologies de surveillance, ROXANNE fonctionne sur les sites de médias sociaux tels que Facebook, YouTube ainsi que sur les plateformes de télécommunications habituelles pour identifier, classer et suivre les visages et les voix, ce qui permet aux autorités de brosser un tableau plus précis du réseau faisant l’objet de l’enquête, qu’il s’agisse d’activités criminelles ou de réseaux jugés politiquement extrêmes.

En permettant aux autorités d’utiliser des données brutes provenant de diverses sources et plates-formes afin de reconnaître des modèles de discours, des caractéristiques faciales et une géolocalisation communs, le résultat final est à la fois d’identifier les suspects et de brosser un tableau complexe des réseaux qui sont mis sous le microscope.

Ainsi, si vous vivez en Europe et que vous pensez être coupable d’un “crime de la pensée” à un moment donné, vous voudrez peut-être vous débarrasser de votre téléphone et de votre ordinateur.

Sérieusement.

Les choses sont vraiment devenues si mauvaises là-bas, et ce n’est qu’une question de temps avant que la folie n’atteigne le même niveau aux États-Unis, parce que nous suivons exactement la même voie.

Ici, aux États-Unis, de plus en plus de voix politiques sont “déplateformées” chaque jour. Le journaliste progressiste Jordan Chariton a d’abord applaudi la déplateformation des conservateurs, mais il regrette aujourd’hui ses appels à la censure, maintenant que YouTube a retiré l’une de ses vidéos

Cependant, après que YouTube ait retiré de sa propre chaîne une vidéo présentant des images de l’émeute du 6 janvier pour avoir violé les politiques de la plateforme contre le “spam et les pratiques trompeuses”, Chariton a fait marche arrière.

“Avec du temps pour réfléchir, et en voyant l’assaut de la censure de la Silicon Valley, je regrette ce tweet fait dans le feu de l’action”, a écrit le journaliste progressiste. “Si certains réseaux câblés/YouTube trompent le public avec des affirmations malhonnêtes manquant de preuves réelles, ils ne devraient pas être ciblés.”

Tout cela est amusant et ludique quand cela arrive à “l’autre côté”, mais quand cela vous arrive, cela devient soudainement réel.

Ils veulent vraiment contrôler ce que nous faisons, disons et pensons tous, et la grille de surveillance Big Brother devient chaque année plus étouffante.

Si nous ne mettons pas de limites à cette technologie tant que nous le pouvons encore, ce n’est qu’une question de temps avant que notre société ne devienne un cauchemar dystopique bien plus horrible que tout ce que George Orwell a jamais osé imaginer.

Traduction du blog The American Dream par Aube Digitale

source:

https://www.aubedigitale.com/big-brother-vous-espionne-de-plusieurs-milliers-de-facons-et-toutes-ces-informations-vont-maintenant-dans-des-systemes-de-fusion-centralises/